Viabilité bancaire et bouc émissaire (1/2)

2014-02-19

Une déclaration pouvait attirer l’attention il y a quelques jours : le Président de l’Eurogroupe Jeroen Dijsselbloem, l’a confirmé, l’Europe se cherche de nouveaux boucs émissaires…dans le cercle des banques! “Nous devrons fermer les banques en mauvaise santé” (Jeroen Dijsselbloem, Eurogroupe)

La viabilité du système financier et plus largement de l’Euro aurait donc besoin de ce retour annoncé du bouc émissaire?

Cette déclaration laisse perplexe car elle soulève 3 hypothèses non exclusives :

1/ On peut la considérer comme un nouvel effet d’annonce et de propagande pre-électorale. On sait combien les effets d’annonce et les stratégies inspirées des méthodes de marketing sont prisés par les autorités européennes qui y fondent largement leurs principes de crédibilité.  On ne niera pas les talents à cet égard de M. Draghi qui s’est affirmé comme un grand spécialiste de la communication. Les récents propos du Président de l’Eurogroupe peuvent ainsi être interprétés dans cette ligne. De plus  J. Dijsselbloem les relie directement à l’échéance électoral européenne. En effet il semble qu’il faut bien agir, faire quelques choses pour piloter le système, corriger la stratégie inertielle qui semble durablement installée…les populations peuvent de plus en plus s’en rendre compte et le traduire en action contraire (en terme d’approche de viabilité il serait question d’un jeu discriminant) aux processus soutenus par les autorités européennes.

On nous parle de l’union bancaire en construction qui doit tout résoudre des dysfonctionnements financiers actuels, dans un futur à venir. Cependant comme le souligne un article de R. Godin dans la Tribune, pour la (vraie) Union bancaire, il faudra attendre… 2025. Rien de neuf dans le court et moyen terme, dans 10 ans le modèle Chypriote pourrait s’imposer dans la gestion des crises bancaires individuelles…On comprend que les incertitudes demeurent. En attendant, c’est toujours les contribuables qui seront sollicités pour renflouer les comptes bancaires ; ils devront aussi apprendre à faire attention de déposer leur épargne en vue de leur retraite dans des institutions qui ne prennent pas trop de risque (?) sinon dans 10 ans ceux sont eux, encore qui  payeront directement avec leurs dépôts les maladresses bancaires. Globalement la situation qui perdure est que  le risque financier est ainsi reporté à la charge des acteurs privés non financiers dans un perspective de long terme.

2/ La déclaration du Président de l’Eurogroupe traduit aussi une panique institutionnelle : elle exprime l’urgence de l’action. Le déni qui permet de repousser dans le temps la prise de conscience devient contre-productif. Qui ne pourrait être conscient des problèmes qui s’aggravent partout,  mettant en danger la viabilité d’ensemble. J. Sapir nous a rappelé la semaine dernière dans un papier  «CHÔMAGE(S)» publié sur RussEurope,  la réalité de l’aggravation des tendances du chômages en France. On assiste aussi à des aggravations dans ce que l’on peut considérer comme les pires des cas en la matière. Ce qui rend imminente la crise : le taux de chômage en Grèce se dirige tranquillement vers les 30% à l’horizon des prochaines élections de 2015, élections majeures pour le pays: le taux du chômage en Grèce progresse sans cesse. Socialement et économiquement la situation est non viable! D’autant plus qu’il devient de plus en plus évident que les déficits grecs sont essentiellement nourris par les renflouements réguliers du système bancaire (cf. graphique 1). La presse et les autorités qui assurent la présidence tournante de l’Europe, tentent de dissimuler la situation par des déclarations de retour de la Grèce sur les marchés financiers…et en même temps elles font pression sur l’Allemagne pour qu’elle accepte une restructuration de la dette grecque avec l’argument d’éviter l’arriver en force des parties extrémistes… En l’occurrence l’alliance  de gauche radicale, Syriza, qui s’affirme comme le parti le plus populaire de Grèce. “une réduction importante des taux d’intérêt et la prolongation des échéances du remboursement de la dette“, serait souhaitable comme le propose Yannis Stournaras, le président en titre (cf. Restructuration de la dette grecque : une arme contre l’euroscepticisme ?).

Là encore si la tentative porte ses fruits, l’effet d’annonce peut se révéler incertain sur la monnaie européenne, l’Euro.

3/ Derrière cette panique institutionnelle, ce sont des conflits internes qui s’exposent au grand jour qu’il convient de décrypter :

A la tête, depuis quelques semaines du nouveau «Mécanisme de supervision des banques de la zone euro», Danièle Nouy, a su garder la clairvoyance des serviteurs de l’état français des trente glorieuses. Il n’est pas dit qu’elle n’ait pas aussi en héritage le courage politique, capable de secouer les tentations inertielles au sein de la Banque Centrale Européenne (BCE) et les rigidités au  du lobby bancaire français qu’elle connait bien.  Elle a la charge de passer en revue  la qualité des actifs détenus par les banques européennes via le mécanisme AQR  (“Asset quality review”) et elle n’a pas hésité dans une interview au Financial Times, de se dire favorable à la disparition des banques les plus faibles: “Nous devons accepter le fait que certaines banques n’ont pas d’avenir. Nous devons en laisser quelques unes disparaître de manière ordonnée, et pas forcément essayer de les fusionner avec d’autres institutions“. Cf. FT Danièle Nouy

Le rôle du mécanisme unique de supervision des banques, premier pilier de l’Union bancaire doit en effet assurer la surveillance de 130 banques de la zone euro, considérées comme systémiques. Bien que cette mission devait entrer en vigueur à compter de novembre 2014, les déclarations faites semblent vouloir en accélérer la cadence….y aurait il urgence à bord? Cette supervision des bilans des banques doit s’accompagner de tests de résistance (stress test ou crash test) pour évaluer la capacité des établissements de crédit à surmonter des chocs de plus ou moins grande ampleur. La conception de Danièle Nouy semble musclée et en tout état de cause difficilement compatible avec la préoccupation majeure de Christian Noyer, gouverneur de la banque de France qu’il partage avec les représentants de la Fédération Bancaire Française (FBF), qui est de maintenir par tout les moyens le statut quo dans le système bancaire français et surtout de couper court à toutes velléités de séparation des activités des banques. Le lobbying bancaire en France s’est chargé de rendre caduque toute action de fond en la matière (cf. Comment le lobby bancaire a imposé sa loi). La réforme bancaire mise en place en France a accouchée d’une peau de chagrin, annihilant ce qui fut le fer de lance en matière financière de l’élection de François Hollande ; dernièrement aussi l’initiative européenne de réforme bancaire, le projet de Michel Barnier a reçu aussi comme le souligne la Tribune “une volée de bois vert“. Danièle Nouy pourrait-elle être sensible aux points de vue qui remettent en cause de tels comportements intransigeants qui laissent à l’avenant la stabilité du système au grès des capacités de renflouement des contribuables européens? Il n’est pas interdit de le croire. Ce conflit peut s’exposer vivement autour de la conception de l’union bancaire. “En maintenant la banque universelle, on maintient évidemment le lien implicite entre les dépôts et les activités de marché les plus risquées. Et en réalité, on maintient l’épée de Damoclès que tendent continuellement les banques au-dessus des Etats“, s’exprime ainsi le spécialiste des questions d’instabilité des systèmes financiers D. Plihon (Union bancaire: une réforme en trompe l’oeil), idées aussi reprises par R. Godin ( Sans séparation des activités, l’Union bancaire n’a pas de sens)

Un des symptômes de la crise financière persistante en Europe est le problème du fonctionnement du système bancaire. Les autorités monétaires assurent le bouclage du système, ce qui ne peut se faire durablement via les arrangements de court terme mis en place (Cf : BNP-Paribas C. De Lucia 11-2013). Parallèlement le système bancaire ne joue pas le rôle de financement de l’économie réelle, les prêts accordés aux secteurs non financiers s’amenuisent continuellement (cf. graphiques 2-3-4).

De fait, depuis le début de la crise, les banques ont perdu la confiance dans leur propre fonctionnement ; ainsi sont-elles réticentes à se prêter entre elles, le marché interbancaire ne fonctionne pas efficacement. Les faibles perspectives macroéconomiques en Europe et les exigences en fonds propres du comité de Bâle sont mises en avant pour expliquer l’incapacité de prêter à l’économie réelle et le primat donné aux activités “plus profitables” des banques -marché à terme et produits dérivés à fortes composantes spéculatives- avec des techniques de pointe toujours plus innovantes (trading à haute fréquence).  Ce phénomène se traduit par une asymétrie au sein du système de financement ; et cette asymétrie est artificiellement créée et institutionnellement nourrie par l’assurance du bouclage de la BCE.  Elle pénalise en premier lieu l’économie réelle qui la supporte et en paie le prix doublement : la croissance économique et l’emploi sont brisés, les contribuables sollicités de plus en plus sont exsangues et démoralisés en  assistant de façon concomitante à la décomposition du système de protection sociale. Le futur des jeunes est compromis, la lutte contre l’incertitude pour nombre de diplômés est synonyme d’émigration.

L’inefficacité de la politique monétaire est aussi une conséquence de ce phénomène : la réticence à prêter aux entreprises instaure en effet un climat propice à la déflation en dehors de tout possibilité de contrôle. En somme, la zone euro vit dans un système de «credit crunch» structurel pour l’économie réelle (cf. graphique 2). On peut y trouver une justification rationnelle dans le cadre de la théorie des fonds prêtantes compte tenu de taux d’intérêt bas ; il n’en demeure pas moins que cet immobilisme transmets l’incertitude radicale et la dépression à l’ensemble de l’économie (via le canal du crédit). Par «effet boomerang», l’incertitude accentue la défiance et induit des effets cumulatives qui accusent le gouffre de la non confiance. C’est un phénomène comparable aux bulles mais dans l’autre sens, dépressif. Il alimente comme les bulles l’instabilité, l’insécurité et la non robustesse du système.

Ce conflit institutionnel est important à décrypter parce qu’il existe un risque majeur de généralisation des antagonismes vecteur de chaos ; l’indifférenciation qui a alimenté la crise des subprimes resurgit dans les dysfonctionnements des relations bancaires au sein du marché interbancaire. De surcroit, depuis 2008, la situation des bilans des banques s’est encore aggravée.  Ce contexte évoque la crise mimétique de R. Girard comme « la guerre de tous contre tous » de Hobbes. Comment cette crise peut-elle se résoudre, comment la robustesse peut-elle revenir ? L’insoutenable dysfonctionnement du marché interbancaire et le rôle chronique du prêteur en dernier ressort (BCE) sans contre partie (absence de mécanisme de co-responsabilité) met le “hasard moral” (alea de moralité) à son comble et alimente le danger de panique. Dans un contexte où les acteurs financiers rivalisent d’arrogance, D. Nouy ne chercherait-elle pas à introduire de la cohérence dans ce système en perdition? En même temps, ces temps présents nous démontrent combien l’ordre monétaire en soi est insuffisant pour donner un sens et une cohérence au système économique et financier! Démonstration par contre exemple…

 

Annexes:

Graphique 1 : C’est l’assistance aux banques qui cause le déficit budgétaire grec! The Greek government deficit excluding and including bank aid cf. Real-World Economics Review Blog source 

greece22

Graphique 2 : M3 augmente mais pas les prêts à l’économie réelle!

M3 + prets NF

Graphique 3 et 4 : Pour s’en convaincre encore en 2012 et 2013…

prets

prets2013



Citer ce billet
Hélène Clément-Pitiot (2014, 18 février). Viabilité bancaire et bouc émissaire (1/2). VIABLECO. Consulté le 20 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/v6yt