Anti-terrorisme, la Chine prend l’option finance

La stratégie chinoise miroir de la stratégie internationale russe ?

 

Une partition jouée en duo

Combattre les conventions occidentales et le soutien au terrorisme : un double combat international et financier de longue haleine que se partagent respectivement la Russie et la Chine. Tel est l’interprétation du panorama et du contexte économique qui se déploie sous nos yeux.

Encore une fois en ce mois de décembre 2015, l’attention du monde a été captée par la détermination de la politique internationale de la Russie. La conscience collective exprimée sur les réseaux sociaux  a attribué au Président russe la capacité d’envoyer au ciel les terroristes en quête de pardon divin, tandis qu’il s’est chargé avec l’aide efficace de sa diplomatie de remette à la mode le vocabulaire de la souveraineté : l’ONU, mais aussi la Maison Blanche, ont ainsi été amené à défendre respectivement la souveraineté de la Syrie (1) et celle de l’Irak (2), la semaine dernière suite à la visite très médiatisée de John Kerry à Moscou.

 

Lutte contre le terrorisme et renversement des conventions telle est bien la double tache que la Russie se fixe dans l’arène de la politique internationale.

Pendant ce temps-là la Chine menait elle aussi son combat contre une autre forme de terrorisme et les conventions qui vont avec, établies, dans le domaine financier depuis 30 années de déréglementations aventureuses responsables de la crise de 2008. La Chine a amorcé le combat dans la sphère financière par des actions aussi déterminées et significatives que le combat international mené par la Russie. Cependant par effet médiatique les actions chinoises nous sont apparues sur un mode beaucoup plus discret. Cette discrétion a tenu largement au fait qu’il aurait été gênant pour la presse occidentale encore bien scrupuleuse sur le sujet de trop les médiatiser… Le public occidental aurait pu avoir le double mauvais goût d’apprécier aussi les manoeuvres chinoises sur le terrain financier en plus des actions russes sur le terrain militaire et diplomatique….La période électorale en Europe n’avait pas besoin de ce surplus d’ambivalence. Déjà qu’il était difficile d’accepter pour nombre de commentateurs la réalité des exploits militaires russes au-dessus de la Syrie . Certains n’ont d’ailleurs pu résister à la tentation de les attribuer à une alliance occidentale dont les succès sur toute l’année avaient été jusqu’alors bien timides (3)

S’il avait encore fallu tenir compte les pas dans l’assainissement mené sur les marchés financiers en Chine, le discrédit sur les capacités occidentales pour domestiquer la finance pouvait aussi s’en sortir redoublé. La sphère financière étant frappée du sceau de «l’intouchabilité» depuis plusieurs décennies, il y a encore beaucoup trop d’intérêts et de susceptibilités à préserver pour envisager un tel aventurisme médiatique (4) .

Ces paradoxes qui s’affichent de plus en plus dans les réseaux sociaux, mettent au grand jour l’inertie des conventions médiatiques, mais plus encore leur ancrage dans les fonctionnements des comportements des acteurs économiques. Et c’est bien là que l’économiste a matière à s’interroger. L’heure du bilan et du dilemme sur la survie semble aussi venue pour d’autres professions. La tentation pourrait être grande pour beaucoup de journalistes de retrouver le goût de leur métier en tentant l’aventure RT.  Avec un public de plus de trois milliards de vues sur Youtube, numéro 2 aux USA dépassant même CNN, la chaine RT a réussi en 10 ans à démontrer que le journalisme avait encore de bien beaux jours devant lui, même au temps des donneurs d’alerte et de l’internet. C’est avec un humour affirmé pour ses vidéo surprises (5) et des invités de marque du monde entier que la chaîne a fêté à Moscou son dixième anniversaire (6).
La partition russo-chinoise jouée ainsi nous projette à un rythme bien soutenu dans le monde multipolaire et sa nouvelle économie. Posons dans ce billet un regard attentif sur l’aspect le moins médiatisé, l’action dans la sphère financière pilotée par la Chine. Cette lutte contre le terrorisme en finance et la remise en cause des conventions qui l’alimentent et l’encouragent, sont autant cruciale pour l’avenir du monde que la partition joué par les russes.

Partie 1 : La Chine gendarme des conventions financières ?

La Chine pourrait être en train d’écrire une nouvelle page d’histoire économique. Sera-t-elle aussi cruciale que celle menée par L’Amérique de F. D. Roosevelt contenue en grande partie dans le Glass Steagall Act (GSA) ? Nous savons que c’est précisément cette disposition qui n’a eu de cesse d’être bombardé par les «dérégulationnistes» ; – au premier rang desquels L. Summers a su se mettre en avant. Ce faisant ils ont ainsi apporté un soutien massif aux terrorismes financiers. Le film Inside Job de Charles Ferguson en garde la mémoire tout en expliquant son impact sur la crise de 2008. Un article de la Levy’s (6) éclaire les mécanismes économiques pour mettre l’accent sur une nécessaire re-régulation. Cette contribution attribue à la suppression du GSA des effets dramatiques sur les modes de résolutions de la crise de 2008, le drainage de l’argent public pour combler les prises de risque hasardeuses des acteurs privés (hasard moral).
Dans le contexte des mentalités qui prévalent depuis le vent de dérégulation des marchés, il est encore difficile à cette étape de pronostiquer une alternative radicale au modèle financier. Ce modèle s’est imposé depuis les années 70 dans le monde tout au long du processus de globalisation contemporain. Il ne s’agit pas d’en faire table rase mais d’en assurer la viabilité. Pour ce faire, lui faire subir tout au moins une sorte de «révolution culturelle» salvatrice est une tentative et on peut oser le terme. Celle-ci sera nécessaire pour pouvoir enfin reparler et surtout envisager réellement une re-réglementation de la sphère financière. Les habitudes vont être transformées, mais plus encore les opportunités de rentes financières habituellement captées sur l’économie!

En tant que défenseur, -depuis les conclusions de mon travail de thèse de 1990-, de ce mouvement éminemment nécessaire pour la viabilité de nos économies et la survie même de la sphère financière, l’action menée par la Chine m’interpelle.

Elle est à la fois courageuse et audacieuse, il faut la saluer avec attention. La première caractéristique des efforts chinois mis en oeuvre traduit la volonté de garder un système de fonctionnements des marchés pour le marché des titres et ce n’est pas vain de le faire remarquer parce que d’autres alternatives plus autoritaires auraient pu se présenter. La seconde caractéristique est de chercher à sécuriser ses marchés tout en les dégageant des biais anti-concurrentiels (positions oligopolistiques) qui s’étaient installés faute de réglementation. Ces ambitions pourront faire date tant le fonctionnement dérégulé des marchés des capitaux. En effet, les occurrences répétées des crises nous ont été présentées jusqu’à présent sans alternative ni compromis possibles.
Nous n’en sommes certainement qu’à une première étape des réalisations chinoises pour poursuivre cette ambition. Mais elle prend déjà un ton suffisamment symbolique pour qu’on puisse y cerner les changements de fonds en oeuvre, vecteurs d’une transition que nous espérons globale.

Le fait que les autorités financières londoniennes s’intéressent au processus chinois tend à confirmer son importance. La City semble avoir pris la mesure des ambitions chinoises et avec un pragmatique évident, ménage les contacts avec un partenaire chinois en suivant ses aspirations de réforme. «Too big to leave appart !» Pourrait résumer les intentions et le comportement des acteurs institutionnels britanniques.

Fin du «too big to jail» en Chine
La première leçon de finance chinoise à la mode 2015 c’est la fin de ce qu’on a pu appeler les «too big too jail» et son lot d’irresponsabilités dans la profession financière. L’accélération de la lutte contre la corruption dans le domaine financier qui est menée en Chine depuis ces dernières semaines, signe la fin de l’irresponsabilité et de l’impunité érigées en système d’assurance de l’économie financière internationale. Nous avions étudié dans de précédentes contributions comment la finance internationale s’arrangeait de ces fonctionnements pervers et finissait par les encourager (HCP dans Russeurope Confiance, pouvoir, mensonge et crime juin 2015 (8)). La notion de «hasard moral» est centrale pour appréhender le phénomène : elle caractérise des contextes où cohabitent des prises de risques dans l’illusion de la mesure et de la maitrise avec des garanties implicites des autorités monétaires et financières. Cette situation précipite acteurs et institutions dans l’irresponsabilité. Ensuite il s’agit de rechercher des boucs-émissaires extérieurs… Les culpabiliser et les faire payer à la place des terroristes. Les populations ont joué le rôle après 2008 pour assurer les «bail-out» des acteurs privés et semble placées aussi en avant pour le rejouer aux prochains soucis via des ponctions sur l’épargne des déposants (bail-in).
Moins provocatrice que cette pratique que l’Europe a fait voter pour tous ses gouvernements sous peine d’une amende, le principe aux USA de la fiscalisation de la fraude n’en est pas moins incitative à la prise de risque irresponsable. Aux USA ce système aboutit à la fixation d’un compromis avec une amende quand l’institution à l’origine de la fraude est confondue. Cette amende conséquente permet juridiquement de mettre un terme à l’enquête et aux poursuites. Elle entérine de fait, avec cynisme, les manquements sur des sujets aussi graves pour le bon fonctionnement des marchés financiers que les manipulations de cours et les délits d’initiés. Hier encore considérés comme des manquements inacceptables pour le fonctionnement d’un marché concurrentiel, ils deviennent pratiques courantes au plus haut niveau des autorités monétaires sans que personne s’occupe en Europe de s’en plaindre (cf. Viableco :  Le cirque européen… de  B. Coeuré).

Ne nous y trompons, par rapport au contexte occidental d’aveuglement, de laxisme qui nourrit l’impunité des plus gros acteurs, la lutte contre la corruption entreprise par les autorités chinoises est brutalement révolutionnaire ; elle a les accents d’une lutte idéologique contre la permissivité à outrance de la finance occidentale et la passivité complice de ses élites. Est-ce un hasard qu’elle fasse autant écho à la croisade russe pour réveiller l’Occident face aux dangers des compromissions occidentales qui par négligence et aveuglement ont favorisé l’expansion terroriste de l’émirat islamique ?

Dans ce contexte, peuvent trouver une écoute attentive les travaux restés iconoclastes qui se sont attaché à conserver la mémoire des limites scientifiques des modèles et analyses justificatrices des transformations de l’environnement financier. Ils ont dénoncé cette forme forme d’aveuglement scientifique et technique mais aussi moral qui a conduit à la complexification à risque du système financier dénué de garde fou. En dépit des outrages que l’économie réelle et les populations subissent en conséquence des crises que la finance déclenche, les pratiques suivent leurs cours dans l’inconséquence globalisée.

Les pratiques et les techniques du secteur financier qui ont cours à travers le monde se fondent sur des présupposés théoriques et méthodologiques bien fragiles. Elles sont le produit d’une interprétation idéologique de l’économie, d’une mystification de la discipline qui lui fait généraliser des résultats démontrés pour un monde irréel, sans monnaie ni instruments financiers! Un monde parfaitement hors du cadre du réel en question. En somme, un monde où le temps n’aurait plus d’importance selon la mythologie en vogue dans les années 90 de la fin de l’histoire, mythologie qui a porté les conventions qui se sont cristallisées dans la sphère financière et l’éducation des armées de mercenaires financiers aveugles du réel. Ce tour de passe-passe doit beaucoup à la puissance de l’argent pour l’asservissement des experts de la discipline qui a engendré un degré de corruption interne aux conséquences les plus néfastes (les enquêteurs dans le film Inside Job ont levé les masques sur les compromissions qui ont transpercé l’omerta habituelle et conduit à la crise des surprimes).

La partition que joue la Chine depuis quelques mois est si cruciale que précisément elle reste discrète, peu de média osent l’évoquer de façon critique afin d’éviter de mettre trop en lumière le fait. On pourrait pourtant s’attendre à bien des égards à des clameurs sur les droits de l’homme bafoués à l’aune de ses mises en cause et re-réglementations. Des assimilations à une «grande purge» de la finance chinoise aux vues des événements courants auraient du selon les habitude courantes trouver matière à agiter les esprits. Nos média se taisent-ils sagement de peur d’attirer le vent de la tempête vers leurs généreux sponsors?

Venons en maintenant aux événements justement et à ce qui les ont déclenché les décisions d’action chinoises.
Partie 2 : La crise de l’été en Chine et la réaction non conventionnelle des autorités.

L’histoire commence comme il n’est pas rare… en finance avec une crise et ses sources bien standards : libéralisation du secteur, spéculations, bulles, polarisation des anticipations et retournement).
La déroute des Bourses de Shenzhen et de Shanghai a commencé à la mi-juin. Le marché des actions chinois a alors perdu près de 40 % de sa valeur en moins de 3 mois (voir les grandes lignes ici).
Dans un premier temps, après cette crise de l’été 2015, on a eu l’impression qu’une vaste chasse aux sorcières assez désordonnée était menée par les autorités chinoises. Elles ciblaient à la fois les organes de la presse spécialisée, les sociétés de courtage, les auteurs de délits d’initiés, et même les investisseurs étrangers. S’agissait-il d’une opération de propagande médiatique des pouvoirs publics? Un journaliste financier du magazine Caijing et un collaborateur de l’autorité chinoise de régulation des marchés ont dû “avouer”,- devant des millions de téléspectateurs-, avoir colporté de fausses informations qui ont entraîné de fortes pertes.

Un deuxième moment confirma que l’action n’était pas que cosmétique. Des enquêtes furent menées dans l’administration des finances chinoise pour que les responsabilités soient assumées. Elles témoignaient d’une volonté de réforme du système boursier chinois suivant une double orientation : Accompagner la réforme technique par un évolution visant les mentalités des acteurs du secteur.

L’ajout dans les déclarations des autorités chinoises de ce second volet est en effet plus novateur.

Sur un plan théorique il est acquis depuis de nombreuses années que les mentalités des acteurs économiques sont le reflet des conventions qui ont cours dans le secteur. Ainsi les dérèglements et dysfonctionnements financiers qui ont conduit à des dommages sévères sur l’économie réelle ont émergé des mécanismes conventionnels en oeuvre, mécanisme qui ont façonné les mentalités sur la longue période. Ces mécanismes ont maintes fois été soulignés dans les travaux de recherches contemporains en économie comme en sociologie, menée depuis les années 1980 dans le cadre de l’Ecole française de la Théorie des conventions (9).

La prise en considération officielle en Chine du problème des mentalités des acteurs de la finance est certainement la première fois que la réflexion théorique en la matière est prise en compte effectivement et qu’elle donne lieu en son nom à une re-régulation du secteur.

Signe que le mouvement a reçu le soutien des autorités de l’Etat, le 3 novembre 2015, à Pékin, en s’adressant aux hauts dignitaires du Parti, Xi Jinping a pointé du doigt les failles du système de régulation financière et exhorté les responsables à poursuivre leur entreprise pour les corriger. Le système financier «imprégnées d’une culture d’imbrication des affaires et de la politique, terreau des délits d’initiés» fut dénoncé et qualifié de «principale gangrène des marchés boursiers quels qu’ils soient». Belle leçon à méditer en Europe!
Sur le terrains, Des analystes ont été accusés de répandre des fausses nouvelles et d’influencer le marché à la baisse d’une part au profit d’intérêts individuels mais d’autre part pour se plier à des enjeux géopolitiques (10).

Le gouvernement chinois tentait-il ainsi de s’exonérer de la crise qui s’est déclenchée dans l’été en recherchant des boucs émissaires et en communiquant plus que nécessaire sur le changement de cap envisagé? Telles ont été les conclusions, que l’on peut imaginer, de beaucoup d’observateurs occidentaux témoins des péripéties.
Après avoir été pris en flagrant délit, le commentateur économique Wang Xiaolu du magazine Caijing, a fait des confessions publiques. Il a déclaré regretter son action qui a déclenché la panique. En effet dans une analyse publiée le 20 juillet 2015, il avait suggéré à tort et à partir de rumeurs que la Commission de régulation Chinoise pourrait renoncer à soutenir la bourse chinoise… Ouvrant ainsi les paris spéculatifs à la baisse.

Cet épisode nous rappelle celui de l’hiver 2014 en Russie où la panique avait été aussi propagée sur la place de Moscou par des intermédiaires, précipitant ainsi une dépréciation massive du rouble… (cf. Jacques Sapir dans Russeurope) ). Au final les spéculateurs ont été pris à leur propre jeu et ils y ont laissé des pertes importantes de quoi peut être modérer leur enthousiasme dans le futur. Il n’y a pas eu comme en Chine de mises en cause globale et officielle des mentalités…ni condamnations des diffuseurs de rumeurs. Il semble qu’en revanche les autorités chinoise ont mieux su entendre les leçons de l’aventure russe, des commentaires qui ont émergé dans les cercles critiques de l’actions de la banque centrale russe comme aussi des déclarations de S. Glasiev (8) qui ont éclairé son rapport (Mesure d’urgence pour contrer les menaces sur le devenir de la Russie…ici)(11)

A l’heure où le procédé de déstabilisation s’est mis en place en Chine dans l’été, la réponse des autorités chinoises ne s’est pas limité à faire que les spéculateurs aventureux ne subissent uniquement que de simples pertes de marché. La leçon avait-elle été entendue plus à l’Est du continent, facilitant une détermination à agir plus activement

L’action chinoise contre la propagation de la rumeur à amené à une mise en accusation de plus de 200 acteurs qui avait répandu les fausses rumeurs, lesquels doivent maintenant rendre des comptes à la justice. Par une directive de contrôle de la propagande qui existe dans la droit chinois, les journalistes ne doivent pas « spéculer sur les tendances du marché et doivent éviter d’attiser la panique ou d’aggraver le désarroi ». Ces principes nous rappelle ainsi que la liberté de la presse dans un pays, c’est aussi garantir les acteurs et le fonctionnement des marchés des manipulations issues de l’emprise d’intérêts particuliers. Le Conseil National de la Résistance (CNR) en son temps aussi avait bien mis en lumière cette préoccupation.
Les habitudes faisant, nous réalisons que nous ne savons plus mettre face à leurs responsabilités les diffuseurs d’informations et le pseudo experts attitrés. Ainsi ils rivalisent souvent dans leurs égarements… Incompétences ou déterminisme pervers pour entretenir confusion, peur et manipulation?

 

Partie 3 : Le dérapage boursier chinois, causes et enseignements :

Une transition ordinaire
Au delà de la propagation de rumeurs excessive, à la source du déchainement de l’été 2015 sur les marchés chinois, se retrouvent tous les ingrédients économico-financiers habituels…et la rhétorique de circonstance :
Il avait fallu rééquilibrer le système financier chinois, trop dépendant du crédit bancaire par le développement d’un marché des capitaux libéralisé… Faire de la bourse chinoise une nouvelle source de financement «plus efficace» et plus dynamique pour le secteur productif, notamment les « start-up » innovantes…
Une rhétorique bien «resucée» depuis les années 70 aux USA, 80 en Europe, 90 en Russie et Asie et sans surprise en Chine vers 2010 ! Entre-temps soulignons que la Chine a été épargné de bien des crises financières qu’on connut les pays qui se sont précipités dans les «transitions financières» avant elle.
La séquence est aussi bien connue :
– privatisation : l’ouverture au marché du capital des groupes. La liste est longue aussi en Chine des introductions en bourse (IPO) en 2014 et 2015.
Comme dans toutes les régions du monde précédemment cette rhétorique en Chine aussi a été soutenue pour tous les organes de propagande…mais là comme ailleurs le dérapage fut la non-maîtrise des risques et de la spéculation, éternels oubliés du schéma imposé. Pourtant ces risques sont une des vérités historiques de l’économie depuis l’Antiquité!

Un vocabulaire ordinaire
Le vocabulaire de cette propagande ne change pas : il s’agit toujours d’un monde idéal sensé être issu des marchés financiers :
«L’équipe de rêve de la transition en Russie» dixit L Summers, le rêve européen, l’Euro. Nous pourrions être ainsi réassuré sur notre état de crédibilité en sachant qu’il y a eu aussi le «Rêve chinois» !
Ce vocabulaire n’est pas sans conséquence il porte une signification au-delà des mécanismes économiques mais dans une dimension qui influe directement sur eux : la communication.
Ainsi quand les autorités d’un pays soutiennent cette rhétorique du «rêve», les acteurs en déduisent un sentiment que le pouvoir garantirait sans réserve les bénéfices des transactions… Un principe de conventions se met en place au sein du système qui va façonner les comportements. Il s’ensuit un climat d’hyper optimisme sur les cours des actifs financiers qui stimule l’achat de titres et les mécanismes de bulle (combinaison d’optimisme et de croyance dans l’assurance contre le risque).
Entre 2013 et l’été 2015 les marchés des capitaux en Chine gagnèrent 250% puis perdirent autour de 40% en seulement quelques semaines dans l’été 2015… Là encore la mécanique a joué comme d’habitude.

Une crise ordinaire
En Chine, l’éclatement eut lieu à la mi-juillet. Techniquement aussi tout est classique : le retournement des anticipations fut la conséquence des appels de marge dès que les titres ont chutés. L’indécision dans les mécanisme de réaction des autorités (éclatés en différent lieu de compétences) a aggravé la panique et l’impact des rumeurs.
En revanche ce qui est plus intéressant dans ce nouvel épisode est la confirmation, encore une fois, de la non efficience des mécanismes de marché laissé à eux mêmes. Cette crise a apporter à cet égard une preuve plus affirmée des effets pervers des nouvelles techniques de courtage laissées à leur seule liberté. Le décalage entre le temps de la surveillance et le temps du délit précipite dans l’incertain radical le système! (cf. Hélène Clément-Pitiot dans Russeurope ou Marianne Blog).
Les défaut des techniques de courtage
Un résultat saute aux yeux : le système chinois de régulation n’a pas été en mesure de maîtriser les risques de l’imbrication des techniques de trading et d’investissement.
Une question s’ensuit que les autorités chinoises n’ont pas manqué de se poser : peut-on avoir une simple réponse technique en changeant les procédures? Et penser que les problèmes proviennent uniquement de la vétusté des pratiques du régulateur ? La réponse qui a été donnée depuis en Chine montre que les autorités ne se sont pas contentées de ce ce premier avis. Cadrer les conventions pour éviter la dérive des mentalités leur est apparu comme une nécessité et la clef d’une refonte viable du système. Ils ont choisi de jouer cette carte en plus des aménagements techniques.

La Chine révèle ainsi au reste du monde ce que nous nous refusons de voir, même à travers les multiples crises qui ont frappé nos systèmes économiques et financiers : la faiblesse organique de système de régulation. Il est peu indépendant de la finance et éthiquement soumis à ses conventions. Souvent éclaté entre plusieurs pôles de pouvoir, il souffre d’une intense imbrication entre la politique et les affaires et offre avec des délits d’initiés des enrichissements faciles, rapides dans l’entre-soi du pouvoir. Il permet aussi de rétribuer experts, agents de l’information et de la presse comme de financer des campagnes électorales…
Parallèlement l’année passée et ses scandales à répétition (LIBOR, marché des changes et autres.) nous a confirmé que les marchés financiers contemporains offrent des opportunités de manipulation des cours sur un mode courant. Elles sont le comble d’un système qui se voudrait la quintessence des principes de concurrence parfaite. Elle signe ainsi la défaite des bonnes intentions théoriques dans la réalité présente.

Un professeur d’économie chinois Zhao Xijun qui a été sollicité par les autorités chinoises a mis le doigt sur les mécanismes boursiers importés des pratiques occidentales (US et UE) : les ventes à découvert sur les marché dérivés, les opérations de trading automatique et à haute fréquence (gestion des données boursières par des algorithmes informatiques sans intervention humaine). Ces mécanismes favorisent les dysfonctionnements internes à l’échelle globale de la finance mondiale (12).

 

 

Partie 4 : les aménagements techniques de l’après crise.
Il y a eu un regroupement en une seule entité des trois commissions de régulation de la bourse, des banques et des assurances. Difficile de déterminer encore si cette nouvelle entité concentrée sera sous le contrôle de la Banque Centrale et de son directeur Zhou Xiaochuan, ou du gouvernement via une structure nouvelle indépendante de la banque centrale de Chine.
La justice a poursuivi son action dans la sphère privée mais aussi publique en faisant des exemples notables. Depuis le mois d’août la société publique d’investissements et de trading CITIC securities est sous le coup d’une enquête pour délit d’initié. Plusieurs directeurs ont été mis en examen et début novembre le président Wang Dongming a démissionné. D’autre part à la Commission de régulation boursière depuis la mi-septembre Zhang Yujun et Yao Gang deux vice-présidents ont été aussi mis en examen pour corruption tandis que des rumeurs courent aujourd’hui sur le renvoi possible de Xiao Gang, le président de la Commission.
Avec de telles remises en cause des fonctionnements institutionnels tant publics que privés et de la crédibilité des professionnels au plus haut niveau, se lit le parti pris de faire assumer la responsabilité des actions et des dérives aux entités et aux acteurs! Elles attestent que les re-cadrages techniques ne sont pas les seuls instruments pour corriger les dysfonctionnements mais que l’action sur les conventions et les mentalités est aussi un complément déterminant. On pourrait citer encore des exemples significatifs que les media donnent à lire au fil de l’eau (cf. annexe).

 

Partie 5 : Un chemin vers d’autres conventions ?
Le monde de l’émotion se fait discret
Quelques cris d’orfraies ont quand même été relayés par Bloomberg au nom de la liberté des marchés qui serait attaquée en Chine par des interventionnistes communistes…. Le couteau entre les dents devrions-nous avoir en tête conformément à la symbolique? Non comptant de geler les avoirs, est souligner que ces interventionnistes (enquêteurs) s’emparent des ordinateurs, des téléphones des accusées impliqués dans les affaires de délits d’initiés et de manipulations! (13). Cette surprise et cet argument des commentateurs attestent que le monde financier avait bien pris l’habitude que les délits en finance soient exclus des procédures normales. Les protagoniste de la finance système dont l’opinion est cité par Bloomberg font référence aux déclarations du «professeur américain de service»… Ils expriment leur inquiétude en évoquant l’incertitude et l’anxiété qui seraient ainsi créées et qui évidemment seraient contraires au «bon fonctionnement» des marchés. Veulent-ils nous amener à penser qu’arrêter les contrevenants, véritables terroristes financiers, est contraire au bon fonctionnement des marchés et de la concurrence. Parce que l’action de la police et de la justice financière provoque de l’incertitude et de l’émotion chez les acteurs ? Quelle théorie économique soutien de tels arguments ? Même pas celle de R. Lucas, celle de l’hebdomadaire d’antan d’Oncle Picsou, peut être ?
Ces argumentaires et cette rhétorique seraient bien risibles si elles ne visaient pas à ravager les esprits. La même logique voudrait que soutenir le terrorismes soit préférable à le combattre car les arrestations créeraient de l’incertitude….et donc une incitations négative au bon fonctionnement de la société (14).

La Commission de l’inspection disciplinaire du parti communiste ne fait-elle pas ici oeuvre utile en remettant ces délits à leur place? Les acteurs avaient ainsi pris à leur aise, -comme dans d’autres havres de déréglementation ailleurs sur la planète-, avec les manipulations de marchés et la corruption journalière… Ils se sentaient ainsi assurés de tout risque mais aussi garantis d’impunité ! L’heure a sonné où les conventions changent en Chine! N’est ce qu’un début ?
Cependant les cris et les critiques sont vite retombés et personne n’a osé avancer l’idée des «procès de Pékin» ou des purges de la 5e colonne. Pourquoi cette étrange discrétion de la presse occidentale et financière pourtant si réactive habituellement? S’agit-il d’épargner l’image de la Chine contemporaine ? Difficile à imaginer… Nous privilégions une autre explication : la crainte d’attirer l’attention de beaucoup de citoyens en ranimant leurs discriminations, par effet de boomerang, sur les dérives «as usual» de la finance occidentale tant aux USA qu’en Europe.
Maitrises techniques mais révolution culturelle aussi?
La stratégie des autorités chinoises a pris la mesure progressivement de l’éventail des actions techniques à mener :
– Achat de titre sur les marchés à la demande de l’Etat (contrepartie)
Arrêt des introductions sur les marchés (IPO – initial public offering)
Restrictions sur les pratiques comme les ventes et le trading à découvert sur les produits dérivés et les indices.
A ces mesures d’action directe sur les marchés et la réglementation se rajoute une surveillance mise en place sur les personnalités à succès de la Finance. Les enquêteurs se sont plongés pour décrypter les stratégies de gain et en dégager le caractère malicieux des ventes à découvert (15)

Un bien nouveau vocable est mis en avant. Peut-il s’agir d’efforts entrepris pour pousser une nouvelle convention dans la sphère financière et en révolutionner les mentalités? On y parle en chinois de l’exigence de «pureté» des marchés… Est ce un nouveau credo?

Si ces tendances se confirment on  devrait  voir propulser une nouvelle surprise,  non pas de la mer Caspienne mais de Chine, une vraie révolution culturelle dans la finance.

Alors que la liste des arrestations s’allonge, dans les faits aussi la «purification du marchés» a un impact quantitatif et qualitatif :
Un tiers des hedge-funds (HF) sur les futurs ont dû arrêter leurs transactions faute de liquidités entre septembre et octobre 2015. Les autorités ont augmenté les montants des appels de marges début septembre tout en procédant à des enquêtes approfondies sur les paris à la baisse… Par conséquent, le volume des transactions sur les indices CSI 300 et 500 a fortement baissé.

Les ménages tant à la Commission de régulation boursière, que dans les HF et la pression à la surveillance qui ne lâche pas accusent la montée des tensions dans la communauté des HF à grand succès. Effets d’annonce assurés et peut-être aussi de discipline ?
Pourtant dans ce contexte perturbé émerge des avantages quant aux fonctionnement de la concurrence : une fois la place financière nettoyée des gros joueurs sans foi ni loi, les avis convergent pour souligner que les plus petits peuvent avoir un accès plus équitable au marché. Ainsi va le régulation pour une meilleure concurrence… Un constat qui devrait porter s’il se confirme. Un signe dans ce sens? La Chine a retrouvé un marché porteur dès le mois de novembre et les investisseurs semblent de retour. En attestent des indices qui retrouvent une certaine forme.

Conclusion
Contrairement aux idées reçues lesquelles sont largement diffusées en Occident pour plaire à la propagande du monde unipolaire, pour la Chine comme pour la Russie, une crise boursière n’est pas le signe avant-coureur de l’effondrement de l’économie. La raison est structurelle : il s’agit de système économique ou le marché des capitaux ne joue pas un rôle central et où la création monétaire est laissée à l’initiative d’une banque centrale censée fonctionner dans le cadre de l’intérêt général du pays.
Cependant ces soubresauts de décembre 2014 en Russie ou de l’été 2015 en Chine n’en sont pas moins les signes de fragilités dans la sphère monétaire et financière de l’économie. Ces sphères ont subi la contagion de modes de fonctionnement qui défient l’intérêt général du pays. Le terrorisme financier, – gageons qu’on on peut le qualifier comme tels tant les dégâts sont sévères sur les économies réelles et les populations concernées-, s’y est manifesté parce qu’il a été porté par une rhétorique conventionnelle source de dysfonctionnements et de prises de risques inconsidérés.
En dénonçant dans un mouvement symétrique les terroristes et les conventions qui mettent en danger, respectivement la sécurité du monde et celle des systèmes financiers, la Russie et la Chine ont ouvert des perspectives plus viables, à la fois pour la paix mondiale et l’avenir de nos économies. La période que nous visons est à cet égard un tournant majeur où le monde unipolaire est confronté aux limites de ses raisonnements et de ses méthodes, les terrorismes s’engouffrent dans toutes les brèches qui lézardent les relations internationales (militaires et financières).

Pour leur part les autorités chinoises ont délivré un mode d’emploi de l’assainissement d’un système financier en cours qui pourrait inspirer nombre de pays. Ceci dans le cas où ses pays voudraient effectivement mettre un terme aux conséquences dévastatrices de la finance irresponsables sur les économies et les sociétés. Un mode d’emploi… Aussi pour les autorités financières russes et européenne, pour affronter les perturbations des secousses passées et à venir. Espérons que la lucidité vienne ainsi à nos dirigeants en la matière.

 

 

 

 

Notes

(1) Le Conseil de sécurité a réaffirmé son ferme attachement à la souveraineté, à l’indépendance, à l’unité et à l’intégrité territoriale de la République arabe syrienne, et aux buts et principes de la Charte des Nations Unies.

(2) Obama a appelé le Président Turc à respecter la souveraineté de l’Irak et à retirer ses troupes (ici l’article du Figaro)

(3) voir la Video en question (ici)

(4) même pour le Président qui avait imprudemment annoncé que son ennemi était la finance!… Après l’abandon du projet de séparations des banques il a même promu E. Macron responsable des finances!

(5)  Une réponse aux critiques aigries : video 1 et celle-ci (video 2) aussi pour de la «media-fiction»

(6) Vladimir Poitin, Mikhail Gorbachev, Emir Kustirica, Olliver Stone, Quentin Tarentino, Ken Livingstone ancien maire de Londres, Julian Assange par video et bien d’autres.

(7) Yeva Nersisyan (2015) The Repeal of the Glass-Steagall Act and the Federal Reserve’s Extraordinary Intervention during the Global Financial Crisis (pdf ici)

(8) repris aussi dans le blog de Marianne (ici)

(9) Pour la sphère financière on se reporte à l’ouvrage clef d’André Orléan, Le pouvoir de la Finance , Odile Jacob 1999

(10) Dans un éditorial du Financial News, journal officiel des banques chinoises qui a pu être qualifié de xénophobes par certains: Morgan Stanley, Goldman Sachs et d’autres banques d’investissements étrangères ont été accusées de créer un chaos dont le but était d’empêcher la Chine de devenir une puissance financière globale.

(11)  Ces déclarations et l’anticipation du contenu de ce rapport ont soulevé des attaques pas si innocentes. Elles révèlent le dessous des cartes (cf. Russie politics: Glazyev v. Koudrine: la souveraineté financière contre la reddition mondialiste)

(12) on se reportera à l’ouvrage de JF Gayraud (2014) le nouveaux capitalisme criminel Odile Jacob

(13) Il n’y a jamais eu de précédent déclare Fraser Howie, un des auteurs  de Red Capitalism,  ouvrage sur le système financier chinois. Walter, C. and Howie, F. (2011) Red Capitalism, Singapore: John Wiley & Sons

(14) Si il y a des Ministres des affaires étrangères qui aimeraient pouvoir dire les choses ainsi on pourra les considérer comme déjà bien ravagés par la maladie.

(15) “tous ceux qui, comme Xu, ont eu du succès récemment dans le trading à haute fréquence ou les produits dérivés savent désormais qu’ils sont sous surveillance”. Xu Xiang, le directeur de Zexi Investment HF connu sous le nom de “hedge fund brother No.1,” a été arrêté le 1ier novembre avec mise en scène à grand spectacle sur une autoroute entre Shanghai et Ningbo. Selon des analystes cités par le Financial Times, la chute de Xu Xiang n’était  pourtant “qu’une question de temps”. Le trublion de la finance chinoise est l’emblème d’une dérive en cours. Lancé dans l’investissement à 18 ans, sans diplôme universitaire mais grâce à l’argent de ses parents…le parfait mythe à l’occidentale à faire rêver les « Blues Jasmines » (du nom du film de Woody Allen ) qui me semble bien d’actualité en Asie.
Cependant comme le précise le Financial time le trublion était connu comme le “capitaine” d’une bande de “kamikazes”, groupe d’investisseurs qui opéraient “à la limite de la légalité”, “dans le Far West des marchés de capitaux chinois”.

 

 

Annexe : la liste des arrestations s’allonge…

Au sein de la Commission de régulation des titres ( CSRC -China Securities Regulatory Commission)- l’enquête porte sur Yao Gang qui a été en charge de la supervision des IPOs -d’où son nom sur les marchés de « King of IPOs-, des obligations et des futurs pour présomption de violation de discipline aggravée ; ainsi que sur deux autres membres de la CSRC dont le directeur général de la bourse de Shanghai et Shenzhen. Les responsabilités au plus haut niveau sont mis en cause.
Xu Xiang, le directeur de Zexi Investment HF connu sous le nom de “hedge fund brother No.1,” a été arrêté le 1ier novembre avec mise en scène à grand spectacle sur une autoroute entre Shanghai et Ningbo.

Arrestations aussi auprès des compagnies de trading Yishidun International Trading et Huaxin Futures pour prise de profit illégale (Yishidun)