Pacte de sécurité : le racket ou la fin de l’Euro ?

Ici encore les mots n’ont pas qu’une valeur de communication…il y a danger à s’y laisser prendre. Un pacte de sécurité dans le cadre réglementaire européen et l’Euro c’est faire porter immédiatement sur les contribuables, les entreprises et les salariés le coût des erreurs des politiques extérieures hasardeuses de la France et saboter encore plus l’avenir du pays.


Jacques Sapir  nous a déjà averti en démystifiant les effets de manche du discours de Versailles de Français Hollande devant le Congrès, lorsque celui-ci évoque la position de la France dans l’Union européenne. Le Président n’hésite pas à parler de «déconstruction de l’Union européenne » en cas de défaut des surveillances des frontières… Comme le soulignait aussi Jacques Sapir, « l’Union européenne s’est très peu engagée sur les questions de sécurité » et la coopération avec la France est bien ténue en la matière. F. Hollande sait que les Français le savent aussi… Mais l’effet recherché est verbal, électoraliste…et bien inspiré/dicté par les forces adverses qui l’attendent à ce tournant. Fournir de l’illusion dans le discours est une manière de donner le change dans le contexte… quand « le roi est nu ».

F. Hollande dans cette ligne va jusqu’à tout oser : il ose en effet envisager la fin du suprême rêve, la fin de ce rêve européen-là qu’on nous a tant vanté depuis des décennies;  parce que surprise pour lui, il y a un risque que ce rêve tourne finalement en cauchemar. On verra donc à l’usage s’il y a encore tromperie dans les propos du Président-Candidat ou début de sagesse ?
Mais c’est dans la déclaration suivante de son discours que F. Hollande est certainement allé trop loin,  dans son élan électoral : Il a clamé que «le pacte de sécurité l’emporte sur le pacte de stabilité!» Et là, la tromperie est de nature économique et on peut immédiatement la démystifier…
Doux présage que le mot de «sécurité» enfin prononcé par nos gouvernants? Surtout pour les esprits peu avertis et encore pris par l’émotion médiatiquement nourrie…?
Paroles à graver dans le marbre pourtant tant la portée est significative : Elles ouvrent deux alternatives, la meilleure et la pire fondées sur le constat réel que le pacte d’austérité, est la condition directe du système de l’Euro. Donc la question soulève deux voies possibles : report de l’austérité à des temps prochains ou suppression de ce cadre.
– Prenons la première alternative : S’il s’agit de faire payer la sécurité présente (1) en reportant le pacte d’austérité pour plus tard, aggravant ainsi l’austérité tout en conservant le système de l’Euro, on aboutit dans ce processus à  la mise en place d’une étape supplémentaire dans la condamnation économique de la France et le vol de ses habitants: les Français auraient ainsi à payer en impôts supplémentaires et réductions de salaires (déflation salariale) les erreurs de la mauvaise gestion des affaires internationales, des turpitudes d’arrangements à court terme et à la petite semaine entre amis du Golfe et serviteurs. Les Français payeraient ainsi 2 fois les dépenses issues des mauvais choix : l’aide à de mauvais alliés et les conséquences de ces mauvais choix pour se prémunir de payer eux-mêmes la seconde fois de leur sang. Le gouvernement doit prendre à cette étape la mesure de ce vol programmé et s’excuser devant les français ou bien démissionner (2)…. Cacher l’enchainement économique à la charge des populations est une tromperie de plus!
La France a agi en toute impunité budgétaire et en conscience pour déstabiliser le Moyen Orient, la Lybie ouvertement la Syrie plus confidentiellement mais pas moins. Elle a bafoué la politique d’austérité affichée et imposée par les traités européens. Elle a mis à la charge des populations ses errements d’alliances diplomatiques et militaires. Elle a mené une politique irresponsable de soutien aux alliés de l’Emirat Islamique (EI) au Moyen-Orient et en Afrique . Elle changerait maintenant ainsi radicalement de cap en bombardant ouvertement ses alliés d’hier ? On nous clame que le pays a enfin pris conscience de ces égarements et est prêt à corriger le tir… Pourvu que les contribuables et les salariés paient la note, une deuxième fois.
Pourquoi la population, les salariés et les entreprises qui subissent déjà ensemble la concurrence déloyale de l’Allemagne depuis l’apparition de l’Euro devraient encore payer pour nos politiques étrangères irresponsables et ses mauvais choix ?
Il n’existe aucune légitimité à un tel chantage que le gouvernement est en train d’instaurer dans l’opacité de rigueur et l’aveuglement des populations… On nous promet de recourir à «des arrangements» (3) avec l’Europe et la Commission Européenne pour reporter à plus tard « la charge de la sécurité ». Les temps sont là pour songer enfin à cette sécurité  qui est si désirée par la population. La gouvernement français semble enfin prêt à écouter ce besoin de sécurité mais sous une forme bien mal venue : Une sorte de racket, soit l’impôt soit le sang versé.

L’idée sous-jacente à cet arrangement gouvernemental-UE est bien sûr que demain, on ne se souviendra pas des causes des dérapages budgétaires. Les mécanismes de l’oubli auront fait leur chemin et les media sauront être discrets pour couvrir le vol et le racket.
Ce mécanisme n’aura rien de nouveau, il a été expérimenté avec la crise financière : on a reporté les pertes bancaires sur les contribuables. Cela se fait avec peu de heurt si la communication est bien huilée : Il suffit de bien culpabiliser les contribuables, en agitant les avantages indus dans les temps présents d’un système social bien trop généreux, pour justifier les ponctions… Il s’agit non pas par jeu de vocabulaire de payer le renflouement du système financier et des banques, mais d’amortir des dettes publiques « soudainement » devenues inconsidérées… Il fallait faire rapidement oublier qu’avant d’être publiques ces dettes étaient privées et consécutives à des mauvaises gestions des risques financiers mis en lumière avec la crise des subprimes (voir une analyse synthétique dans les Echos  ici)!
Système financier irresponsable, gouvernement irresponsable mais un même bouc émissaire,  les populations. L’irresponsabilité des élites généralisées reconduites est assurée par les peuples… ! «Bon boulot !» les djiadistes de l’économie, en effet et à grande échelle.
Pour résumer, le message de l’Europe de l’Euro au peuple : si vous ne voulez pas être saignés physiquement soyez saignés financièrement, à vous de choisir !

– Mais il reste une alternative de libération pour mettre un terme à la gabegie des finances publiques. Mettre fin à cette gabegie qui est le fruit de l’incompétence et de l’irresponsabilité des élites reportées sur le dos des peuples. Il faut revoir le cadre de fonctionnement qui rend possible l’accumulation d’actes pervers de racket et de vol des peuples : Mettre un terme au système de soumission mis en place avec l’Euro. Si on se réfère à ma précédente analyse sur le sujet, l’Euro n’est pas en soi une monnaie, mais un système de soumission de type colonial sur un territoire et un peuple (cf. Viableco Et si l’Euro n’était pas une monnaie? ) … Tous les segments de l’économie du pays y sont soumis. Opter pour la sécurité nationale et se libérer du pacte d’austérité, c’est possible en France : en se libérant du système de l’Euro pour que les élites qui le maintiennent ne soient plus en mesure de reporter leurs irresponsabilités sur les peuples.
Un vrai pacte de sécurité qui n’hypothèque pas le futur des peuples sera de retrouver la liberté et la souveraineté de la monnaie et des moyens de la croissance : «réduire le chômage et procéder aux investissements nécessaires tant dans le secteur public que dans le secteur privé» c’est le choix de J. Sapir. Ce choix est possible il demande de faire fi des contradictions avec les textes européens :

Ainsi l’Etat d’urgence a un sens aussi en économie.

 

d05d127e-aad5-45a9-9e24-885470593a22_ORIGINALLa chienne Diesel morte en héroïne symbole du pacte de sécurité…! Il  faudra en dresser beaucoup comme elle pour  sauver les français! (photo : la twittosphere)

Notes :

(1) En bon comptable, M. Sapin a déjà évalué à 600 millions les dépense supplémentaires immédiates : Le prix des futures  vies sauvées. Et il annonce déjà le dérapage budgétaire relié qu’il faudra « négocier » avec Bruxelles mais que les français payeront comme on peut le penser.

(2) rares pourtant furent les appels à la démission du gouvernement….manque de relais dans la presse? En voici une au nom de la responsabilité, exprimée du Général Didier Tauzin de Rebâtir la France  (Mareuil éditions) à l’antenne de radio Notre Dame, le 17 novembre (ici). Cette responsabilité se révèle avec de plus en plus d’acuité avec les informations sur le refus de M. Valls de tenir compte de la liste des terroristes syriens que le gouvernement de Damas était prêt à mettre à sa disposition pour assurer la sécurité des français.  Manifestement M. Valls a préféré jouer la stratégie de l’autruche avec arrogance et absence de discernement. Va-t-il en rendre compte ? Alors qu’on comme à parler de scandale d’Etat (voir ici l’analyse du blog Les crises d’Olivier Berruyer de ces révélations de l’ancien chef des renseignements, Bernard Squarcini comme aussi le compte rendu de Valeurs Actuelles sur la rencontre avec le président syrien et la visite en Syrie des députés français ici, inspiratrices des démarches du journal auprès de B. Scarcini pour vérifier auprès des renseignements français les déclarations syriennes.

(2) on voit évoqué parfois des petits arrangements entre amis…parce que la CE saurait être compréhensive pour la France: des solutions techniques comme retirer les dépenses extérieures contre le terrorisme du déficit et ainsi jouer sur les critères européens. Mais aux obsédés des critères il faut alors ajouter que critère ou pas, il faut quand même que quelqu’un les paye ces dépenses? On a déjà retiré la fiscalité des sociétés du Qatar et d’Arabie Saoudite des bénéfices reçus en France comme « arrangement entre amis » et pour soutenir nos alliés et les exportations de Rafales….qu’on est prêt à livrer sans état d’âme au Qatar -que font nos media?- un des principaux soutien de l’EI alors qu’à nos nouveaux alliés anti-Daesh (anti-EI) on a refusé de livrer les navires Mistral avec un grand panache diplomatique. Ils se rouillent à Saint-Nazaire et pèsent chaque mois sur les dépenses budgétaires…. Grande logique diplomatique! Pense-t-on qu’avec des batailles entre Rafales plus il en tombera plus il y aura de commandes…?