Travail virtuel et cauchemar de l’incertain

 
L’économie de la connaissance devait être le segment de réserve du marché du travail des pays développés…elle a nourri le thème de la convergence dans le monde merveilleux de l’Europe. Une fois la désindustrialisation menée à force de délocalisation, l’économie de la connaissance incarnerait l’avenir européen radieux.Et voilà à force de coup dur de la réalité (1), les populations effarées réalisent finalement que ce secteur tertiaire est planétaire et que nous sommes à l’ère du travail qui n’y existe que virtuellement… Il existe mais à travers des mailles de réseaux multiples (internet) complexes et informes dans des horizons sans géographie définie et pour des temps aussi indéfinis (2).


Quel constat en tirer pour nos sociétés et quelle adaptation possible des individus et des groupes se on les prive en plus de régulations et de cadre de référence…?
Cette question pourrait être posée à nos gouvernants et nos élites obsédées de droits de l’homme et de progrès de l’humanité si elles n’avaient pris l’habitude de se draper dans la rhétoriques de la compétitivité et des rigueurs nécessaires qu’imposeraient les marchés aux peuples. Il est un paradoxe toujours plus visible que leurs engagements droits de l’hommistes se déploient en priorité dans les espaces les plus éloignés de leurs près carrés électoraux.
La théorie économique chargée d’alimenter la rhétorique des contraintes extérieures et de l’absence d’alternative pour les peuples européens s’est bien gardée aussi de se poser ces questions dans le cadre standard…elle a trop d’intérêt à justifier le désengagement des Etats pour s’en préoccuper. Plus sérieux est aussi le fait qu’elle fait face à une impossibilité méthodologique qui lui assure le moyen de justifier son désengagement du propos: les espaces de temps et de lieux multiples de l’ère du travail virtuel sont bien loin des zones de stabilité et de certitude des modèles de référence de l’approche standard. L’in-pensé a pris le dessus ainsi logiquement comme source de contagion des esprits!
Un secteur tertiaire planétaire
Il est courant de lire qu’Internet a permis la transformation d’un large part du travail traditionnel en travail au service de l’économie de la connaissance. Dans le cadre de l’économie de la connaissance, les travailleurs sont multi-tâches et fonctionnent dans des structures hiérarchiques plates (aplaties !) qui amenuiseraient les rapports de force (?). Les multiples canaux de communication sont sensés aussi rendre possible des formes de décentralisation des prises de décisions par la possibilité de participations plus transparentes. Là encore la question des rapports de force et des conflits d’intérêts semble encore abandonnée à l’espoir d’une main invisible miraculeuse.

Nouveaux contextes, nouvelles communications plaident en faveur de nouvelles pratiques d’emploi : la flexibilité de temps, le télétravail qui s’accompagnent de modes de rétributions «alternatifs» conjuguant responsabilisation de salarié et autonomie.
De ces mécanismes se dessine une fragmentation de travail. Elle serait une condition d’optimalité des firmes et de libération des individus?

Le raisonnement ignore les multiples coûts d’ajustement pour les acteurs économiques de cette virtualisation du travail. Le premier d’entre eux est celui de l’incertitude, oublié du raisonnement économique standard.

Le travail virtuel est l’extrême de la flexibilité tant prônée dans le langage de l’économie libérale post-Fordiste…. L’observation montre que le travail virtuel flirte le plus souvent au chômage dans la vie réelle….mais un chômage dont l’institutionnalisation serait floue (grand service pour les statistiques officielles!). Le drame de l’être humain est bien son besoin de ressources régulières (situées en temps et en lieu). La logique du travail virtuel rend paradoxal l’être humain et ses besoins domestiques….On le voudrait machine, il est simplement humain et fragile face à l’incertitude… et se soucie du futur!

«Cloud workers : un nouveau vocabulaire pour l’armée de réserve ?
La disponibilité permanente d’une foule de «freelancers», ou comme nous aimons les nommer plus couramment de «consultants», capable d’exécuter toute tache rapidement constitue ce que les économistes commencent à appeler le «cloud workers» qu’on pourrait traduire par nébuleuse de travailleurs. Services à la demande et sur mesure, vaste accessibilité et capacité à concentrer les ressources d’information sont les caractéristiques de cette nébuleuse qui traduites en terme de fonction de production assurent une grande élasticité des facteurs (cf. P. Ipeirotis, 2012,  The (Unofficial) NIST Definition of Crowdsourcing).

L’envers de ce tableau dont on se doute bien : faible salaire horaire, manque de droit et de protection du travail… Et grand aléa assuré pour corroborer le tout.
La virtualisation du travail, rendue possible par la mise à disposition de l’offre de masse («corwdingsourcing») est l’instrument contemporain pour réduire des coûts fixes dans le secteur tertiaire de l’économie.
Les nouvelles technologies réduissent les coûts de transport et de déplacement… les rencontres professionnelles pour les exécutants restent virtuelles comme sont virtuelles aussi les équipes de travail. L’individu est ainsi doublement isolé avec le sentiment de pouvoir être à chaque instant remplacé s’il perd de la vigilance. Cette conscience est un vecteur de «flexibilité des salaires» qui exerce une pression et un stress qui font qu’Il est de plus en plus difficile d’établir une limite entre le travail effectif et la vie privée.
L’espace dérégulé sensé libérer des contraintes fait replonger l’individu dans l’absence de choix… l’aliénation la plus basique.

Edvard_Munch_le-cri-1895
Edvard_Munch_le-cri-1895

Notes:

(1) crises financières et économique, guerres pour la démocratie, ailleurs…et crise migratoire sous fond de danger du terrorisme à multiple facette.
(2) Voir RWER Blog Rethinking the labour markets: the challenges of crowdsourcing 9 nov 2015 qui nous a inspiré cette réflexion



Citer ce billet
Hélène Clément-Pitiot (2015, 11 novembre). Travail virtuel et cauchemar de l’incertain. VIABLECO. Consulté le 20 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/v717