Trucages de logiciels en Allemagne : du micro au macro

La révélation américaine d’un truquage de grande ampleur dans l’industrie automobile allemande (1) jette une ombre de suspicion sur la célébration des 25 ans de la réunification allemande. Cette révélation permet aussi de mieux entendre les échos des langues qui se délient. A cet effet, un ouvrage de Vladimiro Giacchè (2), économiste italien, traite de l’unification allemande et vient d’être publié en français. Un titre sans compromis : « Le second Anschluss : l’annexion de la RDA » aux Editions Delga annonce la couleur.

IMG_1245

Cet ouvrage  mériterait peut-être de provoquer le même scandale que la révélation des fraudes chez les constructeurs d’automobiles allemands, tant on y retrouve les mêmes ingrédients : Entraves à la concurrence, prises d’avantages indus, manipulations, corruptions… À une échelle qui lie la microéconomie à la macroéconomie, si on peut dire en tant qu’économiste.

L’affaire de Volkswagen  converge avec les constats de l’ouvrage de l’économiste italien qui laisse aussi transparaitre des principes avec lesquels les Allemands semblent s’accommoder trop bien… Encore une fois ces principes ont de quoi laisser perplexe le reste du monde et surtout les quelques millions d’Européens qui redoutent, par «atavisme historique» de «laisser faire» l’expression de la puissance économique allemande, comme les y incitent pourtant les élites européennes depuis forts longtemps.

Des manipulations ainsi mises à nues ne sont pas sans soulever une interrogation quant à la réception en Grèce. Reste à savoir comment l’ironie en la matière s’affiche en Grèce dans les grands titres des journaux. On peut douter qu’elle ait les mêmes relents de mauvais goût que celle de la presse allemande qui a su gaver de haine anti-Grecs les contribuables allemands ; a écouter les journalistes allemands, ces contribuables étaient spoliés par des Grecs, éternels fainéants. Les reprises des formulations dont la presse nazie ne se privait pas pour disqualifier les Grecs nous avaient déjà alerté (cf. Viableco, Propagande d’hier et d’aujourd’hui (ici) ). Combien étaient insoutenables de telles critiques racistes et méprisantes reformulées à profusion sans soucis du réel, alors que l’Allemagne avait déjà en son temps effectivement spolié la Grèce de ses réserves d’or tout en levant un emprunt forcé sur la population. Dette jamais reconnue ni remboursée par l’Allemagne contemporaine réunifiée depuis 25 ans (cf. Viableco, Dettes dignes et indignes (ici)). Il n’y a pourtant pas de doute pour savoir où est encore cet or grec…

« Le Second Anschluss » remet en cause un des grands contes de fées européistes contemporains : le succès de la réunification allemande. Le livre bien documenté et en bonne logique montre que la RDA de 1989 n’était pas un pays « en banqueroute ». Les dirigeants ouest-allemands en avaient pourtant habilement convaincu les interlocuteurs pour pousser une union monétaire rapide entre les deux Allemagnes. Les experts européens et français ne sont pas allés voir dans les détails, nous nous en doutons bien… A la même époque on se souvient des discours sur les entreprises russes dont la perspective viable n’était que la production de saucissons! tant l’inefficacité était démontrée…Un tel réductionnisme ne choquait personne… Il ne semblait pas y avoir d’exceptions à cette règle issue «d’impressionnantes» études financées par la CE à des académiques associés avec un bureau d’étude bien connu, -nous tairons par courtoisie et sens du pardon (?),  les références-. Depuis de nombreuses années, nous avons pu nous rendre compte que même si le saucissons «made in Russia» remplissent des linéaires d’Auchan, la Russie contemporaine ne se limite pas à produire que ces biens de consommation alimentaire fort appréciés…certes nous connaissons des économistes qui font leur possible pour continuer à croire à ce conte d’apprentis sorciers de la désinformation.
A l’inverse l’ouvrage courageux de l’économiste italien met l’accent sur les institutions qui ont permis à la République Fédérale d’Allemagne (RFA) de procéder à une liquidation en règle de l’économie de la République Démocratique Allemande (RDA), assurant un partage du gâteau suivant les règles instaurées: d’une part il y a eu la Treuhand, l’organisme chargé de la « gestion » de l’économie est-allemande. Elle fut appuyée d’autre part par une système de création de « dettes envers l’Etat » pour des entreprises dont la légalité s’est révélée souvent douteuse.
Cette liquidation s’inscrivait dans une négation complète de l’histoire de la RDA « Nous ne partons pas du principe de légitimité égale. Il y a la Loi Fondamentale et il y a la République fédérale allemande. Nous partons du principe que vous en avez été exclu pendant quarante ans », résumait Wolfgang Schäuble alors négociateur de l’unification pour la RFA! Etrange proximité d’attitude et d’aigreur chez ce même personnage lorsqu’il s’est trouvé en présence de Yanis Varoufakis, son fringant homologue Grec durant une bonne partie de l’année 2015…. Exclure de l’histoire, de la destinée rêvée de l’Euro… un moyen de faire payer les peuples insoumis ? Les réflexes ne semblent pas se perdre et ils révèlent les démons.

Aucune chance n’a, en réalité, été laissée aux entreprises est-allemandes, c’est bien la démonstration que nous fait l’économiste italien. Place nette aura été faite au bénéfice des groupes ouest-allemands et la population de l’ex-RDA en aura fait les frais, devenant une main-d’oeuvre abondante bien formée disponible et surtout «flexible»… Dans ce contexte, Vladimir Giacchè justifie de remettre ainsi en scène le terme « d’annexion » qui fera réagir bon nombre d’Européens encore naïfs.

L’auteur du « Le second Anschluss : l’annexion de la RDA » a récemment accordé à Romaric Godin pour la Tribune un entretien. Il y résume son bilan critique sur ce qu’est devenue l’Allemagne de l’Est, 25 ans après la réunification (ici et avec des commentaires en violet de ma part)
Nous reprenons ici l’entretien entre R. Godin et Vladimir Giacchè avec des commentaires à l’appui.
RG : La réunification allemande est généralement présentée comme un succès économique. Etes-vous d’accord avec cette vision ?
Vladimir Giacchè. Non. Mais, ce n’est pas moi, ce sont les chiffres qui décrivent une réalité différente. Dans l’ancienne Allemagne de l’Est, plus de 40 % de la population vit de transferts sociaux. Le taux de chômage est un peu moins du double de celui de l’ouest, le PIB par habitant se situe environ à 75 % de celui l’ouest (mais dans le seul secteur privé, il est plus bas d’encore 10 %). Une société de l’assistanat organisée quand tout autre espoir est impossible, nous voyons là apparaitre le spectre des régions françaises défavorisée… faute d’aménagement du territoire appropriée et parce que la place est donnée aux marchés et aux oligopoles qui y agissent. Territoires vidées de substance et populations déplacées : il n’y a pas que l’ex-RDA a en souffrir... Au cours de ces 25 années, l’émigration vers l’ouest a concerné un peu moins de 3,8 millions de personnes sur une population de départ de 16 millions de personnes, alors que seulement 1,8 million d’Allemands de l’ouest ont fait le chemin inverse.
Les conséquences de cette situation sont un écroulement de la natalité, un vieillissement de la population et un dépeuplement des villes. Il ne s’agit pas là d’opinions, mais de faits. Et c’est aussi un fait que l’ancien territoire de la RDA depuis la chute du mur de Berlin a connu un des taux de croissance les plus bas parmi les anciens pays du bloc de l’est. Si l’on ajoute à cela que la contribution de ces territoires au PIB total allemand est inférieur à celui de la RDA (moins de 11 % en 2011 contre 11,6 % en 1989), il paraît évident que l’on ne peut imputer la responsabilité de cette situation à ce qu’il y avait avant ou au seul régime d’Honecker. La RDA faisait partie du bloc socialiste, comme la Pologne, qui était alors beaucoup plus arriérée et qui, ensuite, a connu des taux de croissance bien plus élevés. On peut faire la même constatation pour la République tchèque et la Slovaquie, et d’autres encore. L’ex-RDA reste un Mezzogiorno au centre de l’Europe…de sous développement «optimisé».

RG : Comment expliquez-vous cette situation ?

Elle s’explique en grande partie par la façon dont a été conduite l’unification de l’Allemagne, en particulier l’union monétaire voulue par Helmut Kohl, qui a ouvert la voie à l’union politique réalisée le 3 octobre 1990, mais qui a désertifié industriellement l’Allemagne de l’Est. Une prédation radicale, que l’on a maintenant coutume de signifier par le vocable de «désindustrialisation» longtemps vantée en France comme une chance pour «l’économie de la connaissance»… Rhétorique politiquement correcte pour rallier les indécis sur «la nécessité» d’un sacrifice qui n’en serait pas vraiment un… Mais chut, il ne s’agit que d’un très petit nombre.
RG : Pourquoi ? Quelles ont été les conséquences pour l’ex-RDA et pour l’Europe des choix monétaires du gouvernement Kohl ?
L’union monétaire des deux Allemagnes, entrée en vigueur le 1er juillet 1990, a été réalisée au mépris des avis négatifs émis par les experts économiques du gouvernement d’Allemagne de l’ouest et même du président de la Bundesbank. Ces derniers mirent en garde contre une union monétaire faite à la hâte, sans prévoir aucune période de transition. Ici encore on retrouve le mythe de la «thérapie de choc»….pour créer de l’irréversible et la fin de l’histoire. De plus, elle a été réalisée avec des taux de change totalement irréalistes. Le taux d’un mark de l’ouest pour un mark de l’est était absolument insensé si l’on prend en compte le fait que les rapports commerciaux entre les deux Allemagne en 1989 étaient établis sur un taux (accepté évidemment par les deux parties) d’un mark de l’ouest pour 4,44 marks de l’est.
Ce taux de change a signifié une chose très simple : une réévaluation des prix des biens produits à l’est de 350 %. Le même gouverneur de la Bundesbank, Karl Otto Pöhl, a déclaré plus tard que, de cette façon, l’économie de l’Allemagne de l’Est « fut soumise à un remède de cheval auquel aucune économie ne peut survivre »….Elle préfigurait la cure qu’allait infliger l’adoption de l’Euro à tous les pays d’Europe, leur imposant au bénéfice de l’Allemagne, une perte de compétitivité majeure que seule une déflation salariale pourrait compenser à terme…et à horizon variable. Et de fait, les industries de l’Allemagne orientale perdirent, littéralement en un jour, trois types de marchés : celui de l’ouest, celui de l’intérieur de l’ex-RDA et celui de la Russie et des pays de l’est. Alors que, dans le même temps, les industries de l’Ouest se virent ouvrir les portes d’un marché de 16 millions de consommateurs. Ce sont ces mêmes industriels de l’ouest qui ont parlé du « boom de la réunification » pour l’ouest. Le jugement était assurément asymétrique. Mais, pendant ce temps, les « blühende Landschaften », les « paysages en fleurs » promis par Helmut Kohl à l’est ne sont jamais venus. Les Länder de l’est ne sont absolument pas, 25 ans après, en mesure de s’autosuffire, mais ils doivent encore dépendre des transferts massifs du gouvernement fédéral, qui, en grande partie, finance la consommation. L’économie est en panne durablement…et l’espoir envolé comme dans n’importe quelle colonie d’un empire qui cherche à s’affirmer. Les populations se sont ainsi livré à une double vérification historique : tout ce que l’Occident leur avait dit sur le communiste avait des fondements de même que ce que disaient les communistes du capitalisme… Il y a des vérités coûteuses!
RG : Et pour l’Europe, quelles ont été les suites de cette unification ?
Pour l’Europe, les conséquences de l’unification allemande (monétaire, puis politique) ont été en particulier l’accélération de la construction européenne voulue par Mitterrand pour « contenir » la puissance d’une Allemagne qui avait acquis à nouveau une centralité géopolitique en Europe. Ignorance des origines du fonctionnalisme européen ou sous estimation de l’ampleur des méthodes fonctionalistes déjà en oeuvre en Europe? Il semble que F. Mitterand ait eu consciente de son erreur dans ses derniers témoignages à la fin de sa vie (Ref Le dernier Mitterand Ils eurent peu de publicité tant les castes d’affaires, médiatique et académique car elles étaient noyautées par l’européisme virrulant. Savoir que finalement F. Mitterand avait compris qu’il laissait à la France un héritage lourd et un nouveau round de résistance à jouer vis à vis des USA et de l’ Allemagne redevenue puissance hégémonique. L’Union monétaire européenne elle-même était une partie de ce dessein. Ses résultats ont cependant été opposés à ceux que l’on espérait alors : la Banque centrale européenne est devenue une sorte de Bundesbank continentale et l’orthodoxie néolibérale allemande a fini par s’imposer à toute l’Europe…dans un environnement de normes fixées sous influence allemande pour que les acteurs allemands puissent aisément s’en départir. La justice grecque a osé sortir des dossiers depuis un an sur le sujet (cf. Viableco Guerre de l’information sur le terrains ici http://viableco.hypotheses.org/820 )et maintenant l’échelle de la corruption chez les constructeurs automobiles allemands nous saisit de surprise. Signe d’effet de communication bien joué pour porter le mythe d’une Allemagne vertueuse. Dupés encore une fois les Européens par une rengaine des années 30 où les intérêts des élites jouent la même partition au détriment de la concurrence et des peuples. Même J. Habermas sur les travaux duquel la logique de la communication européen s’est construite a eu un sursaut de critique cet été face aux traitements infligés aux Grecs « La réaction abrupte de l’Allemagne a été indigne »(ici l’article) (3)… Le philosophe entend-il un jour avoir des comptes à rendre dans une vie future… comme F. Mitterand, pour la bonne conscience?
RG : L’unification monétaire allemande peut-elle être considérée comme un modèle de la création de l’euro ?
Je ne dirais pas que c’est un modèle, si on signifie qu’il s’agit d’une répétition ponctuelle et intentionnelle de toutes les caractéristiques de l’union monétaire. Ainsi, dans le cas de l’euro, il n’y a pas une réévaluation anormale des autres monnaies par rapport au mark dans la fixation du taux de change. On peut cependant souligner qu’une réévaluation a bien eu lieu et, par exemple, dans le cas de l’Italie, le président de la Bundesbank, Hans Tietmeyer – qui faisait partie de l’équipe de négociateurs de l’union monétaire allemande – négocia le taux de change avec beaucoup d’obstination.
RG : Il existe cependant un parallèle possible ?
Oui, car l’essentiel est ailleurs. Aujourd’hui, beaucoup d’économies européennes souffrent des mêmes maux que celle de l’Allemagne de l’Est après l’introduction du mark de l’ouest : chute du PIB, désindustrialisation, taux de chômage élevé, déficit de la balance commerciale, émigration. Ce n’est pas un hasard. La monnaie unique a accentué la spécialisation productive en Europe et ses biais, en renforçant le principal producteur de produits manufacturiers (qui avait le plus bénéficié des efforts de la reconstruction via les allégements de dette octroyée à l’Allemagne par les Européens -accords de Londres de 1953- cf. Viableco Du venin dans la rhétorique (ici)), au détriment des pays ayant une productivité du travail plus faible. En somme des pays moins incités par les aides à la modernisation et parce que les activités y sont plus concentrées sur des secteurs plus traditionnels….les écarts se creusant aussi du fait des effets de cumul. Ce processus a été aggravé par une politique mercantile allemande agressive – une politique économique qui mise tout sur les exportations, au point de sacrifier la demande intérieure. Peut-on parler de réel sacrifice de la demande intérieure? Il est plus facile d’équilibrer des budgets dans un contexte d’effondrement démographique…rendant possible et facile des économies sur la santé, l’éducation et la formation… En Allemagne, il sera toujours temps de jouer les «free rider», en se servant d’une main-d’oeuvre étrangère bien formée et éduquée ailleurs, une version «soft» des STO qui on su servir aussi au même en leur temps.
Cette politique a été rendue possible par deux mouvements : les relations de sous-traitance avec les pays à bas salaires de l’est européen qui ne font pas partie de la zone euro et la réforme du marché du travail menée par Gerhard Schröder. Grâce à « l’Agenda 2010 », la dynamique salariale allemande s’est maintenue bien en dessous de l’inflation et même de l’augmentation de la productivité du travail. Cette productivité a, entre 2000 et 2012, augmenté de 14 %, mais les salaires réels ont diminué de 1 % . En France, dans le même temps, la productivité a progressé de 12 %, mais une grande partie de cette hausse a été transférée aux salaires. C’est en matière de répartition qu’il faut analyser ses chiffres par rapport aux éléments démographiques et inter-générationnels pour en avoir une image plus claire.
La monnaie unique empêche une récupération de la compétitivité par le réajustement des taux de change et l’adoption d’une politique mercantile dans un tel contexte a créé des déséquilibres croissants des balances commerciales à l’intérieur de la zone euro. Ceci a conduit à une désindustrialisation progressive dans les pays de la périphérie, mais aussi en France, qui, en revanche, a permis à l’Allemagne, de renforcer grâce aux exportations la composante industrielle de son PIB. L’expérience de «l’annexion de la RDA» a porté ses fruits à plus grande échelle… Et ce fait constitue un paradoxe. Il fut longtemps impossible d’émettre ouvertement des doutes sur la «convergence» conséquence miraculeuse du projet européen et de sa monnaie unique? Incompétence (en chaine?), Naïveté (organisée) ou manipulation assumée? L’affaire Volkswagen éclaire sur l’échelle possible d’une telle hypothèse et laisse ainsi entrevoir que plus que le logiciel des voitures, c’est peut-être l’ensemble du logiciel économique qui a pu être perverti…à coup d’incitations et de subventions européennes et européistes. La encore une histoire de pollueurs… pas payeurs au final!
RG : Cette désindustrialisation est commune avec celle de la RDA ?
Cette désindustrialisation de la périphérie contient, à la longue, des logiques explosives, et rend nécessaires des transferts du centre vers la périphérie. Si je veux que la zone euro appauvrie et désindustrialisée continue à acheter mes marchandises, je dois financer ses consommations. C’est ce qui s’est passé avec la RDA. Mais c’est justement cette partie du modèle que l’Allemagne se refuse à copier. Elle préfère maximiser ses avantages à court terme… en cherchant des proies futures : le marché ukrainien de 44 millions d’âmes ; une perspective en main- d’oeuvre importante mais aussi en consommation. Et pour les plus optimistes de la mondialisation heureuse mais limité aux 1%…il y a toujours l’espoir de pousser plus à l’Est … Dans cette logique trouver 1% de russes (l’accueil en présidentiable de M. Khodokovsky a sa sortie de Russie traduit bien cet espoir) capables de jouer ce jeu ne doit pas être difficile. C’est encore faire la même erreur que des prédécesseurs, oublier les 99% restants, eux n’ont pas l’habitude de se coucher devant l’Occident et ils ne comptent pas pour du beurre pour leur gouvernement. La presse «chien de garde» aidant et le ridicule ne tuant pas toujours, même un représentant d’Etat occidental bien connu a avoué placer plus haut sa mission de changement de régime en Russie que le soutien aux activités des entreprises de son pays… Bon courage «notre Excellence» et ne vous étonnez pas que le loyer de votre palais devienne de plus en plus cher…et ce faisant que les entreprises et contribuables risquent de ne pas souhaiter payer l’augmentation : austérité oblige!
Il est clair qu’une union monétaire qui alimente de tels déséquilibres en son sein ne peut résister à long terme. On ne peut davantage penser qu’elle puisse fonctionner par la pure et simple exportation du modèle de « l’Agenda 2010 » dans les autres pays. Pour deux raisons. La première est que toute politique mercantile fondée sur la déflation salariale suppose nécessairement que les autres ne suivent pas la même politique. Autrement, le seul résultat sera une course à la baisse des revenus et ce sera un appauvrissement généralisé et une fuite de la main-d’oeuvre. La deuxième raison est que la diminution des salaires dans les pays en crise affaiblit la demande et frappe les entreprises qui travaillent sur le marché intérieur, avec, comme résultat, de détruire la capacité productive et d’aggraver la crise. On voit ainsi comment fausser encore plus la concurrence et capter les marchés qui résistent, en se drapant dans le slogan de la vertu! On l’a vu en Grèce, en Espagne, au Portugal, en Italie et aussi en France.
RG : Dans le nouveau mémorandum grec, il existe un « fond de privatisation » qui semble inspirée par la Treuhand allemande. Le parallèle vous semble pertinent ?
Il est absolument pertinent. La Treuhandanstalt, l’institution qui a privatisé entièrement l’économie de l’Allemagne de l’Est, a été explicitement proposée à la Grèce comme un modèle à suivre depuis 2011 par Jean-Claude Juncker (faché avec la fiscalité de son pays mais bien soutenu par son voisin allemand pour rendre anecdotiques ces déboires), qui était alors président de l’Eurogroupe et est aujourd’hui président de la Commission européenne. « Je saluerais avec plaisir le fait que nos amis grecs créent une agence de privatisation indépendante, sur le modèle de la Treuhandanstalt allemande, dans laquelle des experts étrangers auraient aussi une place », a-t-il alors affirmé.
L’adoption de ce modèle a été définitivement établie dans le dernier « plan de sauvetage » de la Grèce signé par le gouvernement Tsipras (une signature qui n’a de valeur que pour ceux qui lui en accorde, je suis d’avis que Tsipras gagne ainsi du temps comme VV Putin quand il semblait encore soumis à ses soi-disant maîtres… La mémoire en toute chose permet de relativiser l’instant.). Et ceci est paradoxal : la Treuhand détruisit une richesse de l’ordre de 900 milliards de marks de l’ouest (environ 450 milliards d’euros, NDLR) et fut tâchée de scandales d’escroqueries et de corruptions. Il y a même eu une commission d’enquête parlementaire sur elle. Il s’agit d’une institution qui, avec le mot d’ordre: « la privatisation est le meilleur assainissement », opéra de fait une liquidation des actifs industriels de la RDA, déjà dévalorisés par l’union monétaire. Les conséquences pour la Grèce seront les mêmes : une liquidation du patrimoine d’infrastructures et des industries d’Etat… mais un gâteau déjà en cours de partage. A qui le tour ensuite?

 

Merci Vladimir Giacchè et Romaric Godin de nous avoir fourni matière à mémoire et à réflexion…et assurément à résistance.
Quelles conséquences? Quelles compensations pour l’environnement et la société qui a subi des mensonges et des manipulations à toutes ces échelles et quid de la concurrence non faussée pourtant si surveillée par nos Commissaires Européens ? Quelle responsabilité sociale ? Quel avenir pour une Europe qui se soumet de façon si triviale à nouveau…en fermant les yeux?
Pour l’instant le seul élément tangible est que l’Allemagne devra payer une amende aux US pour l’affaire Volskwagen. Combien de milliards ? Les US sont depuis plusieurs coups du même genre (BNP, Alstom) identifiés comme chef du racket, qu’il soit financier ou entrepreneurial, parce que l’erreur suprême est de se faire prendre… Comprenons bien que le monde n’est qu’une guerre des gangs et que le peuple n’a pas son mot à dire surtout s’il se mêle par esprit de contradiction (4) de ce qui ne le regarde pas : par exemple, pourquoi au Moyen-Orient les états «démocratiques» arment et financent les coupeurs de tête «dit modérés»… Le paradoxe a priori de cette notion repose sur le point de vue exprimé à cet égard par l’Arabie Saoudite, pays ami des alliés de l’OTAN et responsable des droits de l’homme à l’ONU. L’univers fonctionnaliste des instances mondiales a de quoi faire rêver les nostalgiques du nazisme qui refleurissent de-ci de-là. La théorie fonctionnaliste qui a gagné progressivement ses lauriers tout en ayant été façonnée sous la férule du national socialisme (5)….a bien fait du chemin depuis. On peut imaginer qu’avec un peu moins de résistance et d’alliance des hommes de bonnes volonté aux yeux ouverts à certaines étapes de l’histoire, les principes fonctionnalistes auraient eu tôt fait de faire attribuer le prix Nobel de la paix à A. Hitler ou de le hisser légitimement à la tête d’une organisation garante des droits de l’homme. Le meilleur des mondes possibles (6) ?

 

 

 

Notes

(1) Près d’un million de véhicules diesel vendus ces dernières années en France, de marques Volkswagen, Audi, Skoda et Seat ont été équipés du logiciel permettant de tromper les contrôles antipollution, reconnais la filiale française de Volkswagen. Au total, ce sont 11 millions de véhicules qui auraient été ainsi truqués dont 9 millions de voitures Volkswagen. Il s’agit d’un vol des contribuables et des Etats, puisque les véhicules réputés propres bénéficient dans des pays comme la France de primes et de bonus (ici).

(2) Vladimiro Giacchè est un économiste, actuellement partenaire d’une société financière, Sator, et président du Centre de recherche européenne de Rome. Il a écrit en langue italienne plusieurs essais depuis 2010. En 2014, il a publié un ouvrage sur l’unification allemande qui est aujourd’hui traduit en français : V. Giacchè, « Le second Anschluss : l’annexion de la RDA« , Delga, 2015, 201 pages, 19 euros.
(3) Dans une l’interview du philosophe allemand donné et publié dans un article intitulé “Habermas face à la Grèce”, au Nouvel Observateur  n° 2647, 30 juillet-5 Aout 2015, p. 24.

(4) et qui est fait effet de propagande qualifiée de pro-russe…!

(5) «Ce retour de la mémoire que ces mêmes circonstances commandent, rend impossible d’occulter plus longtemps de nombreux faits : par exemple que Hans Peter Ipsen , brillant juriste nazi ayant fait carrière au sein des autorités militaires d’occupation à Bruxelles durant la guerre, devient le plus grand spécialiste du droit des Communautés Européennes de l’Allemagne Fédérale. Il se fit le partisan farouche de l’approche fonctionnaliste (Funktionalismus ) américaine fondatrice du processus de l’intégration économique européenne et des principes de supra-nationalité qui accompagnent si bien la perte de souveraineté des états.» la suite dans viableco Propagande d’hier et d’aujourd’hui
(6) Le Meilleur des mondes (Brave New World) est un roman d’anticipation écrit en 1931 par Aldous Huxley.