A l’ouest du nouveau

En ce qui concerne “la nouveauté” en matière de dynamique migratoire je laisse le mot à  Alexandre Latsa dans Sputnik  (“Migrants: une invasion soutenue”) qui en résume très bien les ressorts et les instrumentalisations sur lesquels la presse laisse peser une grande ombre. Le nouveau dont je veux parler, je le traque à partir d’interrogations sur le sens du rôle des économistes dans la mystification de la globalisation ; j’analyse comment cet été 2015 marque, à mon sens, un tournant avec des révélations cruciales. Il s’agit de la mise au grand jour des intentions des instances mondialisatrices, au premier rang desquelles je place les instances européennes. Ce tournant amorce la justification élargie des engagements de résistance et le retour à des aspirations souverainistes décomplexées.

Au-delà du réel…des représentations construites

L’économie dans sa version standard est une discipline hors du réel, qui n’a que faire des faits et des contextes. Fondée sur des hypothèses hors des possibilités du réel, elle s’exclue de fait, évolue elle-même et fait évoluer ses spécialistes dans un espace clos. Ce constat a fait l’objet de nombreux développements qui expliquent les errements méthodologique de la discipline suivant différents angles d’attaque (pour un résumer récent ,  on peut se référer à la note de Lars Syll, «What went wrong with economics? » dans le blog RWE. Pour un constat détaillé, fait d’ailleurs il y a déjà 15 ans, on se reportera à l’ouvrage de J. Sapir, Les Trous noirs de la science économique : essai sur l’impossibilité de penser le temps et l’argent  chez Albin Michel.

Au-delà du constat largement documenté, une question fait surface : Pourquoi ? Quelle finalité dans cette fin de l’histoire de l’économie, discipline tant engluée dans l’inertie et la clôture scientifique? De quelle mission, de quelle mystification sont porteurs malgré eux ou en tant que complices assumés les économistes et les experts?

Cette question nous porte bien au-delà de celle de la responsabilité, elle aborde l’hypothèse de l’intentionnalité politique : la mise en forme des instruments pour façonner un monde global intentionnellement. C’est en tirant parti de son aspect unipolaire de circonstance dans les années 90 que la construction de représentations mentales indiscutables allait fournir l’instrument d’une domination durable des sources de profits. Ces profits furent concentrés grâce au développement de la financiarisation et drainés vers les acteurs et les institutions faisant allégeance au principes de la domination unipolaire. Cette analyse permet une relecture des récits sur la convergence et sur la globalisation en caractérisant comme des formes de colonialisme revisitées: Elles servent à homogénéisation les peuples par le discours et les constructions mentales et culturelles pour fabriquer des consommateurs et une main-d’oeuvre docile, disons «flexible». Les mots changent au cours de l’histoire, les intentions demeurent…

Le temps de la révélation.

C’est le temps où les intentions ne sont plus en mesure de se dissimuler… La propagande craque et les incohérences transparaissent outrageusement. La crise économique de 2008 a amorcé le compte à rebours de cette révélation, en poussant à la limite les comportements de prédation pour renflouer les acteurs financiers, drogués de spéculation… C’est alors le moment où les excès finissent par se voir et que les corruptions et manipulations en tous genres ne peuvent plus se cacher (scandales du Libor, des manipulations du change…etc).

Si on en prend une juste mesure, cette phase et ce contexte ont ouvert un nouveau thème de recherche dans une perspective dynamique en sciences sociales: discerner comment se mettent en place ces processus de révélation. On peut les analyser comme une forme de remise en cause du compromis suivant l’analyse de L. Thévenot et L. Boltansky. Cependant il s’agit d’une “meta remise en cause” tant elle englobe tous les aspects des principes de valeur et de justification de l’ère du mirage de la convergence.

Beaucoup de choses ont été dites dans l’été sur l’attitude des politiciens grecs face aux injonctions européennes, en raisonnant dans un cadre binaire. A la peur de quitter l’Euro, ils auraient répondu par une soumission peu honorable. Et pourtant la confiance du peuple grec semble intacte, en atteste les résultats électoraux du week-end. Un paradoxe ? Et si l’objet est précisément de signifier autre chose parce qu’il n’y a plus de sens à jouer dans des règles que l’on sait faussées. Alors il devient légitime de tricher…faire croire et duper? Pousser à l’extrême pour rendre visible. Jeu théâtral auquel se sont livrés les Grecs cet été. C’est l’analyse que j’en propose, elle n’est pas sans rappeler le jeu russe au tournant du siècle, à la fin du règne d’Elstine, quand la Russie qui été devenue un pays faible et colonisé avait su corriger sa trajectoire à temps. Si on se souvient bien, cette bifurcation a longtemps été peu visible. VV Poutine, choisi par Elstine comme successeur, est aussi passé pendant un temps pour un pantin de Washington…on se rappelle encore les espoirs d’Alexandre Adler en la matière! Dans ces espaces extrêmes, l’illusion et le double jeu sont légitimes pour résister, l’échelle des forces en présence, l’exige.

Il s’est passé une chose importante tout au long de l’année grâce à la Grèce : les turpitudes des instances européennes ont été révélées, montrées. Personne ne peut plus soutenir l’aspiration démocratique de l’Europe sans susciter un sourire en coin… La béatitude européiste a vécu! En soi, c’est une grande révolution…un idéal façonné par la symbolique et le mensonge est tombée de son pied d’estale alors qu’il fut si longtemps inattaquable… En atteste le fait qu’il était même légitime de reconsidérer le résultat de tout référendum qui n’allait pas dans le sens européen souhaité. C’est un grand service qui nous a été rendu que cette révélation. Elle est une forme de libération dont nous ne mesurons pas encore les conséquences totalement et globalement ; seuls des signes commencent à transparaissent que le monde devient différent. On voit déjà les travaillistes britanniques se lancer dans la brèche…et en réaction ce retournement pousse certains à des excès encore plus révélateurs : un général britannique a menacé le pays d’un coup d’Etat si Jeremy. Corbyn devait être élu! S’en est fini de la leçon de démocratie tout azimut capable de dissimuler de façon crédible le colonialisme et la prédation la plus basique sur les ressources de l’Irak ou de la Lybie. Cette démystification grecque des bonnes intentions bruxelloises sponsorisés et de leur sponsors, les lobbies financiers rend possible aussi en France un renouvellement de la réflexion politique.

C’est ainsi qu’a pu  émerger la question de la constitution d’un front de rassemblement pour la résistance. Chaque Français y songeait sans oser vraiment le dire et ce n’est pas pour rien que le blog de Jacques Sapir s’est hissé au tout premier rang des blogs en ce mois d’août 2015 (lien ici)… Il a osé dire écrire tout haut ce que tous pensent tout bas, mais que la censure interdit de dire.

Plus personne ne niera maintenant que le fonctionnalisme européen sert des groupes minoritaires et tend à dominer les peuples par un argumentaire éprouvé. Il est diffusé par ses chantres de l’économie faisant fi de tout réalisme ; ils sont là pour asséner la rhétorique du programme et des contrats européens qui ont assuré leur subsistance journalière un peu au-dessus des standards auxquels ils pouvaient prétendre statutairement. La doctrine néolibérale accompagne ainsi encore les évolutions de la réglementation française vues par Macron, l’ami de la finance devenu Premier Ministre de F. Hollande. Celui-ci semble ainsi assumer une grande réconciliation avec son ennemi d’hier. Ces paradoxes tant économiques que politiques transparaissent de façon de plus en plus grotesque. Ainsi comprend-on plus clairement que la crise économique demande des boucs émissaires et des sacrifices pour que les processus financiers se poursuivent comme il était prévu… Il s’en suit des vieilles rengaines d’une boîte à musique dont les grincements commencent à exaspérer de plus en plus.