Mémoire pour résister

Invit Laleuf 19-09-201500:55:31

Il n’y a rien de plus important en France que se souvenir, telle est mon constat et mon engagement de ces mois d’été pour y contribuer… se souvenir pour résister et refuser la peur.

Mois de silence sur le net, parce que trouver les mots pour le dire n’étaient pas simples et ne venaient pas directement. Mais techniquement aussi, c’était compliqué…réseau en surcapacité dans ces contrées retirées de la Brenne et disait-on: la fibre optique va changer la mise…on est en train de l’installer!!! Drôle d’idée de commencer les travaux en plein été alors que l’utilisation des réseaux est maximale…? Insondable logique administrative ? Mais quelle mémoire ? Toutes les mémoires et en symbole celle des combats, des joies et des échecs d’un homme. Un homme oui, mais un homme qui ne fut pas seul, épaulé qu’il fut par la femme à laquelle l’Empereur Napoléon 1ier avait décidé de le marier. La grâce fit la suite, ils eurent une longue vie ensemble et beaucoup d’enfants! Quant à la soumission de la femme, c’est un sujet de discussions entre historiens et historiennes passionnés…. Pas si soumise Fanny Dillon en effet, créole comme sa cousine Joséphine. Elle est née d’un père irlandais, rallié à la France dans les combats de libération outre atlantique et qui finit sur l’échafaud comme beaucoup en 1792. Il aurait, avait-on trouvé, pris une part trop active à la coterie de la Reine Marie-Antoinette. Mais l’époque était aussi aux femmes qui comptent pour le meilleur comme pour le pire. On l’oubli ça aussi un peu facilement tant la suite du XIXe siècle a brouillé la piste: les vertus du capitalisme fleurissant, de l’accumulation rationnelle ont établi progressivement le contrôle des femmes, de leur travail et de la procréation… Le XXe allait en plus leur donner l’impression de liberté pour encadrer encore la procréation à d’autres fins, tout en fournissant des réserves au marché du travail avec la flexibilité que requiert les aléas de la conjoncture. Ne perdons pas de vue qu’en Grèce alors que le chômage frappe plus de 60% de jeunes, pour les filles jeunes, il atteint 80% ! De quoi assurer un approvisionnement en ovules et en ventres pour le juteux business des cliniques de procréation assistée qui remplacent beaucoup de services hospitaliers frappés par les coupes de l’austérité au rythme des memorendi européennement incontournables… Une démocratie heureuse à Bruxelles plus qu’à Athènes! Mais l’histoire n’est pas finie… Ils ne nous le feront pas croire, ni là ni ailleurs. La mémoire est notre gage pour éviter un tel enfermement hors du temps. Pour le XIXe, morne aussi déjà, l’étouffement progressif de la société a bien été décrit par Joris Karl Hyusmans, le dandy d’A rebours, à travers les pages édifiantes d’un chemin de foi et d’espoir qu’il a su nous léguer, pour nous aussi cultiver l’espoir. Mais revenons donc à notre sujet initial, à Bertrand, Henri Gatien, «fidèle parmi les fidèles» c’est la formule qui lui a été consacrée du fait de son attachement à l’Empereur jusqu’à son dernier souffle à Saint-Héléne. Elle tend à faire oublier qu’il savait aussi avoir le mot critique et tirer les leçons des emballements des hommes, même s’ils sont grands. Pas si soumis le général…sa femme y serait -aux dires de certain(e)s- aussi pour quelques choses. L’argument de la servilité le fit mépriser et ce en dépit des mémoires et textes critiques qu’il a laissés. Si bien que le crime de lèse-majesté qui fit demeurer Bertrand dans l’oubli pourrait être à relier à son dernier combat : la liberté de la presse. Tient tient! Un combat en suspend pour des siècles… Déjà avec la restauration et le second empire, il était perdu d’avance… Mais l’homme ressassa sur toutes les tribunes et en particulier à l’Assemblée nationale. On imagine les allocutions de rentrée à l’Ecole polytechnique quand Bertrand la dirigeait. Ça devait décoiffer! Qui oserait de nos jours comme lui, en ces lieux où le conformisme garde la part glorieuse? Le sujet de la liberté de la presse est toujours en devenir et toujours aussi non politiquement correct. Seules les périodes de résistance sont propices à faire ressurgir le combat de Bertrand. Le CNR ne s’y était pas trompé en le reprenant à son compte. Depuis ces temps de courage, la pratique a usé les bonnes intentions et la globalisation promise comme miraculeuse a aussi globalisé l’information et son contrôle. Udo Ulfkotte nous en livrait il y a déjà presque un an, un témoignage sur ses ressorts, en soulignant la participation active des services de la CIA tout au long de sa vie professionnelle de journaliste et éditeur d’un grand journal allemand. Le livre écrit en allemand n’a pas été traduit en français à ma connaissance… Assange et Swnoden nous éclairent aussi régulièrement sur les procédés en question et leur assiette d’application. Bertand comme eux, donneur d’alerte? On peut ainsi comprend sur un jour nouveau que sa physionomie ait pu être volontairement ternie… sa mémoire enfouie. La fouiller relève du défi en ce XXIe siècle où l’histoire et le réel souffrent des procédés de communication. Un cran de plus aurait pu être franchi : à cinq cent un mètre (norme de protection des bâtiments inscrits à l’inventaire supplémentaire des monuments historiques) de la fenêtre de sa chambre, un circuit automobile de formules 3000, élément d’un prétendu pôle mécanique castelroussin en projet ! Création «ex nihillo» par excellence, sans socle, sans fondement, hormis le béton et l’asphalte à déposer sur les parcours des cistudes (1) d’Europe (je préfère dire de Brenne!), pourtant bien protégées de nos contrées et choisis souvent comme symbole remarquable. Encore un procédé pour faire table rase de l’histoire, de l’histoire locale, du patrimoine naturel et humain. Ce n’est malheureusement pas le seul de la sorte. La mémoire interdite! Comme notre époque se prête si bien au reformatage de la mémoire il est presque permis de dédouaner les protagonistes de ce circuit et dire qu’ils ne savaient pas ce qu’ils faisaient, emportés par l’élan de l’espoir financier : assurance de quelques emplois futurs espérés en dépit de l’irréalisme de la rentabilité escomptée. Tant et si bien qu’ils ne prenaient pas gare aux emplois présents détruits. Ceux-ci n‘ont pas comme seule caractéristique de respecter plus les cistudes, mais ils font aussi revivre et partager à un grand nombre de grands et petits les balades forestières de la famille Bertrand, les sensations équestres et les vertiges des grands arbres. Plus de 5 ans de lutte pour convaincre que dans ces lieux peu ordinaires, la mémoire devait rayonner plus que les effluves d’essence. Recul et finances nécessaires aussi pour réagir à temps et garder patience et courage… La magie du net et de la conscience populaire, finalement comme en 2005 pour tromper les prévisions des eurocrates. La mobilisation des bonnes volontés pour empêcher le vol de la mémoire et celui des territoires à la nature : l’enquête publique lancée en février dernier fut l’occasion d’un ralliement contre le projet indigne. Il fut sans précédent dans l’histoire de la mairie de Saint-Maur sur Indre qui dut se consacrer à recevoir les doléances (pas des carnets mais des registres pleins!): L’expression d’une ferveur populaire. Preuve que l’esprit de la mémoire souffle toujours dans les coeurs, faisant écho à l’identité des lieux. De la conscience qui a émergé de ces rencontres, le relais naturel fut la création de l’association pour un Parcours Napoléonien dans l’Indre (PPNI) : Comme une invitation à la visite dans la mémoire et dans ces lieux de nature que l’on sait prisés des visiteurs étrangers. C’est bien le souci du respect de ces lieux qui nous a rassemblés et nous a fait ressentir notre proximité. Ce samedi 19 septembre sera dévoilée la plaque commémorative offerte par le Souvenir napoléonien pour que l’oublie n’ait pas le dernier mot sur les terres familiales du Général Bertrand à Laleuf. L’observation attentive, nous montre que chaque détail y compte et y a été pesé, le dessin des allées forestières, l’organisation de la ferme, les boiseries intérieures et les stucs. Qui en a décidé ainsi ? Marie Henriette ou Gatien Boucher (grands-parents de Bertrand?) Henri Gatien ou Fanny ? Telles sont bien les alternatives offertes par les documents d’archives qui sortent eux aussi de l’oubli. Joie des historiens et perspectives pédagogiques en marge des programmes pour rendre au réel son lien avec le passé et ainsi construire l’avenir d’un pays. Ainsi pourra raisonner à nouveau à Laleuf le nom du Grand général plus que le vrombissement de quelques bolides financés de Suisse et défiscalisables. Et cette plaque me direz-vous, elle résonne aussi pour moi tout particulièrement: Y figure mon nom de baptême et mon jour de naissance. Clin d’oeil de la providence qui aime glisser des indices pour baliser les parcours des vivants. Je la remercie, elle aussi.

 

Invit Laleuf 19-09-2015

 

Notes :

(1) pour ceux qui ne sont pas du cru…les cistude sont des tortues de Brenne vivant dans l’eau des étangs mais aussi sur les terres environnantres. Le site du projet de circuit avait été reconnu comme un espace de nidification des cistudes.