Le «Cirque» Européen révélé

 

J’ai dénoncé l’inertie et ses conventions, comme discours économiques et instrument de pouvoir dans un article présenté dans le cadre du séminaire franco-russe des 22-24 juin 2015, elle a été diffusée dans le blog de Jacques Sapir (lien ici)

J’y mettais l’accent sur l’inertie des institutions monétaires et financières plus actives pour combler et cacher les malversations financières et à protéger la finance de Casino qu’à s’occuper du destin des peuples…. On y croisait les délits d’initiés ordinaires légitimés par l’hubris de la puissance (ex. Mr. B. Coeuré). Le mot d’inertie était encore trop tendre pour exprimer les desseins en cours. Les autres sont difficiles à prononcer même si on y pense et lorsqu’on se force. On voit dans cette difficulté l’effet d’un formatage de longue durée..d’une bienséance académique complice. Le séminaire Franco-Russe et les discussions auxquelles il a donnée lieu pendant 3 jours ont permis une nouvelle fois  de lever le voile et de délier les langues, dans un espace  clos mais qui a appris à résonner depuis 25 ans qu’ont lieu les rencontres.

La suite de l’épisode grec de ces derniers jours impose de franchir un nouveau cap et de parler haut et vrai sans peur :
«Tyrannie», Jacques Sapir a lancé le terme face à l’arrogance insupportable et au déni de démocratie auquel nous avons assisté au coeur de l’Europe, un travail «as usual» de l’Euro Groupe fort de sa légitimité virtuelle que le monde financier lui accorde sur les peuples.
Pieds dans la plat, magistral, du gouvernement Grecs élus qui dénoncent ce processus au nom de sa responsabilité démocratique présente mais il est aussi clair que cette responsabilité exercée, est aussi celle exercée vis-à-vis de l’humanité par un peuple qui a inventé le concept de démocratie. Le mot de la fin ou l’explication de texte? Ce sens de l’Histoire assumée dans le discours d’Alexis Tsipras, a fait écho à celui de l’appel français de juin 1940. Jacques Sapir ne s’y est pas trompé en discernant «l’étoffe des héros». Une chose est sûre, dès maintenant l’appel de juin 2015 est plus lu et écouté que n’était celui de juin1940 suite à son lancement… Quel destin futur ? Ce qu’en fera le peuple grec…et la Résistance dans toute l’Europe
Ce discours interpelle directement les Grecs et plus largement les Européens sur un nouveau chapitre d’Histoire qui s’écrit cette semaine. De quoi réfléchir cet été sur notre avenir et les droits humains auxquels nous prétendons et ceux que nous voulons laisser à nos enfants…au-delà d’un futur d’esclavage ou de STO (système de travail obligatoire en Allemagne). Ce pâle destin est pourtant bien celui promis par le contrôle d’une gouvernance mondiale qui s’exprime sans fard comme détentrice du pouvoir d’instaurer les politiques économiques qu’elle souhaite et qui lui sont favorables pour capter les rentes (matérielles et humaines). S. Gouriev, économiste lige, nous en rend compte de façon caricaturale lors de sa prise de parole aux rencontres du groupe de Bildersberg, on ne saurait s’y tromper.
 Des ambitions démesurées…de «ceux qui osent tout»!
Des «gros» mots sont nécessaires parfois quand le langage est coincé dans un cycle mortifère et que l’absence de viabilité s’affiche avec autant de force et de facettes…des paradoxes et des incohérences qui n’aveuglent plus personne:
– L’argument de l’insoutenabilité du point de vue de théorie économique conformément aux travaux du département d’études économiques du FMI lui-même, sur les évaluations du multiplicateur (Blanchard et Leigh 2013)

-
L’argument de l’insoutenabilité financière : la Grèce doit 181% de son PIB, impossible de payer sans une croissance annuelle de 3 à 5% et elle n’en prend pas le chemin dans les conditions imposées par l’Europe. En 5 ans d’austérité, sa production s’est réduit de près de 30%.

-L’argument de l’insoutenabilité démographique : avec des taux de chômage rarement vue en temps de paix, les populations jeunes quittent le pays pour chercher du travail. L’Allemagne bénéficie encore une fois de cette main-d’oeuvre qu’elle n’ a pas formée et ni soignée et dont elle dispose cette fois sans recourir à une coercition explicite (STO). En Grèce, un pays vieillissant avec toujours moins de monde pour assumer les charges fiscales et qui s’éloigne des perspectives de croissance, l’exemple est la règle dans le sud de l’Europe sous occupation de l’UE : Le destin de la Moldavie, de la Bulgarie… s’exporte désormais aussi en Grèce. Des régions européennes sont vidées avec comme seul espoir le développement du tourisme dont le terrorisme nous rappelle régulièrement combien ce développement peut devenir rapidement une illusion fugace.

– L’argument de l’insoutenabilité sociale bien décrite dans les articles et travaux des équipes de D. Stuckler (The Lancet et the Body Economics)

-
L’argument de l’insoutenabilité du sens (orwellien)… La transformation des significations, les «double standards», le mensonge et les mots inversés. Quand sauvetage veut dire mort en Euro land.

-L’argument de la mémoire historique, de la dette grecque extorquée par les Allemands et jamais remboursée ainsi que la substitution de l’or de la banque centrale lors de l’occupation d’Athènes par les nazis. Les propos récents de Jens Weismann, l’inénarrable directeur de la banque centrale allemande qui affirme sa détermination pour puiser dans l’épargne des Grecs nous rappelle ces épisodes déshonorants. La mémoire du traité de Londres de 1953 qui a offert une croissance à l’Allemagne avait servi de pardon. Dans les pages de ce blog nous en avons évoqué bien des aspects dont la mémoire est obscurcie.

-L’argument de la justice dans la thématique de la dette odieuse. Les premiers éléments du rapport sont tombés et pourtant l’Euro Groupe n’accepte aucune discussion…sur les manquements juridiques et les entraves aux règlements européens eux-mêmes. La ligne est celle du rouleau compresseur, de rester aveugle aux critères qui pourtant furent revendiqués par les USA pour éponger rapidement la dette indigne de l’Etat Irakien il y a un peu plus de 10 ans. Déclaration de «dette indigne» qui a fait perdre à la France le règlement de quelques avions vendus à l’Irak, dès que le dictateur a été exécuté sans véritable procès et grâce à la guerre menée par l’OTAN et à laquelle la France a, avec un dernier sursaut d’honneur, refusé de s’associer.

-L’argument de la criminalité financière : une multiplication des affichages des scandales et des corruptions. Ils n’impliquent pas que des protagonistes Grecs, mais aussi des étrangers. Cette ambiance rappelle celle de la thérapie de choc en Russie des années 90 de triste mémoire.
Les mêmes vampires semblent avoir agi aussi en Grèce aux commandes, c’est ce dont témoigne le système juridique grec… Les demandes d’extradition des responsables des corruptions et des malversations réfugiés dans les arcanes européennes des pays voisins ne sont pas entendues ! Business as usual ?

-L’argument du droit institutionnel brut, le droit européen pourrait considérer les procédures d’exclusion des Grecs des discussions de l’Euro Groupe comme non conformes aux accords et aux traités…(cf. J. Sapir)

-L’argument de l’insoutenabilité des chiffres (mathématiques) quand on considère les données financières sur la dette de la Grèce, des CDS et autres dérivés, celles de la finance mondiale…qui s’accroche à une hégémonie indue.

De multiples arguments se rajoutent, n’y voyez surtout pas un possible relativisme culturel, mais la voie d’un dialogue recherchée sans fin face à la brutalité des propos sans alternatives et de leurs justifications moralisantes: les TINA et les violences qui en découlent qui se croit légitimée par l’édifice institutionnel européen qui se charge de partitionner les peuples entre «ayants droit» et «débiteurs sur plusieurs vies»! Voie de dialogue, et voix de témoignage pour ressentir les moments intenses et historiques qui se déroulent.
Fabrice Hadgadj dans sa conférence inaugurale, lors du symposium universitaire sur la Culture pour un nouvel humanisme qui vient de se tenir au Palais du Latran à Rome, a soulevé les enjeux philosophiques et spirituels associés aux manipulations de l’humain au nom de la technique et de l’innovation. Innovations biologiques ou économiques l’amènent à accuser les programmateurs de provoquer l’obsolescence de l’humain : un chômage total qui est en train de rendre jetables des générations d’européens… L’innovation financière paradigme technocratique et culturel de l’économie depuis 40 ans, drapée dans sa légitimité institutionnelle et à coup de déréglementation a encouragé la prise de risque dans un univers de certitude factice. La corruption rendue invisible et facile s’est déployée…Cette irresponsabilité faite système -mafieux- dissimule rien d’autre qu’une nouvelle forme d’asservissement du travail humain grâce à la menace de son proche «amortissement» et son obsolescence programmée. «-Travailler pour nous tant qu’on a encore besoin de vous», semblent dire les machines et les «superhumains»,-bientôt augmenté de co-processeurs-, auxquels s’identifient les technocrates européens.

 

Une morale de la tyrannie : «Faire un exemple du cas grec est certainement le plus «noble» objectif de la discipline fiscale de l’Europe». Dans les commentaires d’experts financiers américains tel John Mauldin (1), le propos ne manque pas de piquant à l’heure où son propre pays est enlisé dans une dette a minima de 18 mille milliards de dollars (trillions)! On doit le lier à une démonstration de l’exceptionnalisme US bien intégré dans les mentalités des acteurs. 
Ces refrains sont repris dans toute la presse et auprès des observateurs, qui ont trop à gagner par rapport à leurs mérites, de l’inertie présente…
L’Europe doit montrer qu’elle a des dents!… On connaît la rengaine et ses adeptes. Les Portugais, Espagnols, Italiens et autres devront en tirer les leçons…il s’agit d’une mise en rang immédiate par menace d’une mort annoncée à l’exemple de ce qui va être infligé à la Grèce. Rien ne doit pouvoir donner espoir et sauver ces pays de ce destin funeste… L’isolement de la Grèce est affiché en caricature…il n’y aurait que les présidents indignes d’intérêt, tel le président russe- qui s’adresserait à la Grèce!
le sujet de ses rencontres entre «isolés» du monde est bien sûr occulté….car dans le cas contraire le souci pourrait jaillir. Croire ainsi à l’isolement de ces pays, c’est bien ignorer en effet le rôle de la Grèce dans l’approvisionnement en énergie de l’Europe dans la géographie énergétique qui se dessine sur le continent… La Grèce sera la porte ouverte sur l’Europe d’un nouveau gazoduc : Un «south stream» européen redessiné. La rage du déni est à son comble chez ces financiers et des technocrates endoctrinés aux pratiques de colonisateurs.
L’Europe raisonne en géopolitique figée, subordonnée à des intérêts extérieurs, point besoin d’évoquer ces questions structurelles….ni d’ailleurs celles qui concernent le réel.
Depuis l’introduction de l’Euro, la volatilité des dans l’Eurozone n’a cessé de croître, au rythme des désindustrialisations provoquées par la politique mercantiliste allemande qui creuse les écarts là où on promettait la convergence. La croissance est apparue toujours plus poussive alors que le chômage est devenu une constante et un futur pour un grand nombre d’Européens qui se croyaient en paix. Des transferts de ressources sont rendus nécessaires pour la subsistance et la stabilité sociale. Dans le même moment, il a été impossible de réguler proprement les banques dont l’activité principale s’est détournée du financement de l’économie réelle pour capter les liquidités injectées dans l’économie et au gonfler de bulles vouées à éclater. Là où les écarts devaient se réduire ils s’amplifient par le jeu de ces dysfonctionnements dynamiques combinés
https://rwer.wordpress.com/2015/06/28/greece-will-have-to-leave-the-euro-and-tax-liquid-wealth-not-spending-and-income/
Ils osent toujours :
Pour profiter des peurs courantes et de l’oeuvre des média, ils nous chantent encore la même rengaine de la convergence… Au nom du fonctionnalisme le plus débridé pour graver dans le marbre et rendre l’asservissement irréversible, un nouveau rapport, un nouveau chemin le même… Le rapport décrit comment nous pouvons sortir du système présent de coordination par les règles pour atteindre un processus de prise de décision au sein d’institutions communes… Nous avons encore besoin d’une dose d’intégration européenne. Nous devons régler les fragilités de nos économies ; et assurer que les divergences redeviennent des convergences; et aussi pour sauvegarder l’irréversibilité de l’union monétaire. Un rapport précise la marche à suivre» (2).
Semblons nous être si idiots ? Ou bien des vaches à traire si évidentes ? 
A quoi servent donc les économistes en Europe?…à ce qu’on les fasse taire ?
C’est bien ce qui sort des résultats des recherches au sein de la BCE sur la question de la compétitivité. L’institution adopte une conception très parcellaire de la compétitivité comme dépendant à 100% du niveau des salaires, sans grande précision de plus. La question de la chaine des valeurs n’a pas d’objet, ni d’ailleurs le point que le capital et la disponibilité du capital jouent plus que le travail dans la compétitivité ! (des résultats d’une étude de la Levy’s)

Des voix s’étaient élevées mais elle ont été étouffées et rendues inaudibles (Wynne Godley, in 1992 en anglais et Jacques Sapir inlassablement).
Les économistes atterrés ont été aussi amené à prendre la parole dans Libération en sentant le vent venir : Esther Jeffers, Henri Sterdyniak et Sébastien Villemot écrivent pour le conseil d’administration des Economistes Atterrés, «Changer l’Europe ! -Nous accusons les créanciers de vouloir étouffer la Grèce…».
Et si l’euro n’était qu’un prétexte ?
financière a frappé l’Europe, la Grèce n’a pas été le premier pays touché. Ce fut l’Islande qui avait un secteur financier bien parasité par les spéculations et les risques mal gérés (cf. Viableco)…Le destin de la finance en Islande a vite été tranché par le peuple islandais (les Grecs s’en souviennent) mais les media et les financiers font encore semblant de ne pas se rappeler. En 2010, la meilleure solution pour la Grèce aurait été celle de l’Islande, un moratoire de dette, voire un effacement. Chacun aurait pris sa perte en fonction du risque joué. La difficulté est venue très vite de la position du pays dans la zone euro. Ce fut la cause et le prétexte pour que les instances supranationales s’en mêlent et ne laissent pas la parole au referendum….il fut annoncé, puis exclu suite à des pressions des instances européennes clairement exprimées! Les autorités grecques d’alors se sont soumises. La raison majeure de cette fuite en avant est à chercher dans la crédibilité indirecte de la zone euro et le refus d’accepter que la finance européenne puisse assumer ses risques. Un moratoire ou un défaut aurait rendu plus visiblement des banques européennes insolvables. Les instances européennes ont cherché à éviter ce problème par tous les moyens en transférant la plus grande partie de la dette Grecque à la structure de le FESF (Fond Européen de Stabilité Financière). Autour de 60% soit 195 milliards (sur les 321milliards représentant 181% du PIB du pays) sont dus directement ou indirectement aux Etats Européens, 10% sont dus au FMI (32 milliards) et moins encore à la BCE (27 milliards). En 2012, un transfert massif des créances du secteur privé vers le secteur public et un changement de cadre juridique a eu lieu qui a permis aux créanciers privé se se défaire au mieux de leur intérêt. Une analogie s’impose, le FESF fut un véhicule finalement assez comparable à ceux qui servirent à acheminer les prêts subprimes. On ne change pas un procédé qui gagne et qui a montré sa parfaite plasticité pour exonérer les créanciers hasardeux ! Les instances européennes se sont ainsi inspirées des techniques des subprimes qui avaient permis de dissimuler bien des fraudes financières et de faire assumer le choc ailleurs… Les charmes de la dichotomie tant enseignée dans nos universités, entre la sphère réelle et monétaire des économies devenues réalité constuite ; le sommet de l’innovation financière, sa sublime réalisation?
La Troïka a assuré la mise en forme et policé (aux plusieurs sens du terme) le système, elle a créé l’infrastructure de communication de ces transferts financiers, associé à l’engrenage de la soumission «ordinaire» des gouvernements et des populations. En Grèce il a pris le nom de Memorandum… Qui était systématiquement voté sans même qu’il ait pu être lu en totalité (les témoignages chargés parfois de remords sont nombreux à en témoigner)!
Des acteurs financiers irresponsables de leur prise de risque à tous les niveaux, mais avec une assurance institutionnelle que le jeu gagnant continue sans cesse et qu’ils en récoltaient à chaque étape des revenus….telle est bien la machine infernale qui fut concoctée (cf. présentation séminaire franco-russe Paris sur le Blog de Jacques Sapir )
 Alors l’Euro dans tout ça ? Un prétexte de dissimulation? Pour tétaniser les peuples et les autorités…dans la préservation d’un destin supérieur commun…
Si les institutions de l’Europe que nous connaissons voulaient vraiment préserver la monnaie parce qu’elles y accordent une importance et un enjeu stratégique, alors on peut penser qu’elles l’auraient protégé des voyous et de spéculateurs… Sont-elles si incompétentes pour ne pas avoir pris garde ? J’en doute et d’ailleurs dans cette éventualité leur remise en cause est encore redoublée. L’option de l’égarement provoqué qui laisse penser que le projet européen fut rapidement une illusion orchestrée me semble plus envisageable… Une armée de naïfs conditionnés l’ont porté et il pourrait se faire qu’il n’ait été pris au sérieux que par bien peu d’acteurs directement concernés dans la Finance. 
Un autre destin est-il possible ? C’est la tyrannie européenne de nous persuader que non et les tyrans sont en première ligne les experts qui ont pris part à la curée qui exécutent un perpétuel grand écart en nient en niant le réel à l’aune de l’illusion. Et que pourtant l’Economiste en Chef du FMI ne cesse de leur rappeler à partir de ses démonstrations théoriques sur les multiplicateurs budgétaires.

Des gages pour le futur : en Grèce il y en a


Pour beaucoup d’observateurs superficiel, l’avènement du gouvernement d’union des souverainistes, mené par A. Tsipras est associé à la disparition de possible réformes…par principe, il n’y a de réforme que sévères pour les peuples et douce pour les créanciers et les banques…le sens des mots converge ainsi. La rhétorique du changement de système et des réformes pour rendre les Grecs plus Allemands…comme en son temps les Russes plus Américains avec surtout leurs ressources moins russes! De bonnes réformes ne seraient possibles qu’avec un gouvernement plus docile à l’Europe et pourtant les résultats sont là : En 5 mois l’économie grecque a fait plus de réformes qu’en 5 ans! C’est ce que défend George Statsakis, le ministre de l’économie dans un interview fait par Romaric Godin pour la Tribune.
Un graphique dont on va donner une interprétation non convenue laisse songeur : Les dépôts dans les banques grecques seraient au niveau de 2004 ! Pourquoi alors tant d’histoires, de menace et de peur. La production a elle aussi chuté à des niveaux bien plus bas que ceux de 2004.
Il me semble qu’il est difficile de connaitre un Grec qui ne souhaiterait pas économiquement repartir dix ans en arrière ?

 La vie comme il y a 10 ans en Grèce…et la souveraineté ?

fetch.cgi

Cette considération laisse bien transparaitre que la bulle de liquidité bancaire pour approvisionner la finance européenne n’a rien à voir avec le futur et la BE de la population grecque.
Le courage de faire face au mensonge et à la peur : ce que chaque grec pourra expérimenter.
A. Tsipras et Y. Varoufakis tout le gouvernement et le parlement qui a ovationné le Premier Ministre lors de son entrée au parlement après son appel au référendum. a ressenti cette responsabilité, cette épreuve de courage. Chaque Grec pourra maintenant être digne de cette expérience…un exemple pour nous Européens convaincus…que cette Europe-là n’est pas celle des peuples.
Le courage est aussi une école de l’exigence….pour en construire une autre plus humaine.
Notes
(1)«And to be sure, making an example of Greece is a probably the greatest achievement for the fiscal disciplinarians of Europe. Maastricht never had any teeth. But this exercise is impressive. It shows that fiscal excess will be squashed in Europe. The Portuguese, Spanish, and Italians are surely taking notice. And in the days that lead up to a Greek default on 30 June, and then more importantly on 20 July, these disciplinarians will surely display their power for all to see. (…) the German plan all along. With no real way to ensure fiscal discipline through the treaty, they resorted to killing one of their own in order to keep the masses in line».

(2) “The report describes how we can move from the current system of coordination by rules to joint decision-making within common institutions … We need a quantum leap in European integration. We need to address the fragilities of our economies; to ensure that divergence will become convergence again; and to safeguard the irreversibility of monetary union. Our report provides the roadmap for this.”