Economie fiction et viabilité

 2014-03-08

L’austérité frappe toujours et c’est le vrai massacre à venir dont on peut être sûr! Un peu d’économie fiction en suivant la porte ouverte par le jeune blogueur français, Romain Lasserre, qui signa cette semaine un papier remarqué par son impertinence non poliquement correcte dans Boulevard Voltaire, «Maïdan où l’arrogance occidentale».

Hiver 2018, dans le numéro de février, The Lancet, une des plus célèbres revues médicales du monde, le sociologie David Stuckler (2014) entouré de sa traditionnelle équipe de chercheurs des Universités de Cambridge et d’Oxford associés à des spécialistes de médecine renouvellent leur cri d’alarme à propos de leur constat sur «l’austérité et le déni» en Europe (cf. VIABLECO – «Viability alarm»!). Ils centrent cette année leurs travaux sur les dommages de l’austérité en Ukraine, qui nous rappelle étrangement leurs récits à propos de la Grèce de 2014. Une cure d’austérité à été mise en place immédiatement après la prise de pouvoir en Ukraine par le gouvernement pro-Atlantiste de A. Iatseniouk. Elle a initié une succession de plans de sauvetage et de «memorandi» pour sauver le pays d’un défaut et assurer le payements des engagements auprès des créanciers. Les privatisations à grande échelle et autres PPP censés améliorer la gestion des services publics ont permis d’enrichir encore un peu plus les cercles des oligarques qui avaient soutenus le coup de force de Maïdan. Les créanciers européens et le FMI contrôlant étroitement les plans d’austérité ont aussi été les premiers à veiller aux respects des engagements auprès de leurs institutions et des banques occidentales. Les créanciers russes, quant à eux n’ont pas été traités aussi favorablement et à bout de patience, ils menacent cette fois de façon crédible de rompre les approvisionnements énergétiques suite à l’accroissement  cumulatif des dettes énergétiques de l’Ukraine.

Cette nouvelle étude a permis aussi de compléter l’examen d’ensemble mené dans l’ouvrage, The Body Economic, why Austerity Kills  ( Allen Lane) de D. Stukler et S. Basu qui s’est ainsi enrichi dans sa nouvelle édition de 2018 d’un nouveau chapitre sur l’Ukraine. Les auteurs exposent la situation sanitaire du pays qui en 2014 était déjà un des pays les plus pauvres (moins de 500 euros mensuel de PIB en parité de pouvoir d’achat par habitant) de l’espace européen. En faisant le point sur l’impact des politiques d’austérité menées au XXième et XXI ième siècles, aux US en 1930,  en Russie et Indonésie dans les années 90 et au XXIième en Grèce, Grande Bretagne, Espagne et Ukraine, les auteurs fournissent  de nouvelles évidences scientifiques qui démontrent que l’austérité tue.

Déjà en 2009 avec ses collègues, D. Stuckler dénonçait dans The Lancet qu’un million de vies humaines avait été ainsi sacrifié en moins de 5 ans de thérapie de choc et de privatisations de masse! (cf. D. David Stuckler et alii (2009), Mass privatisation and the post-communist mortality crisis: a cross-national analysis The Lancet, Volume 373, Issue 9661, Pages 399 – 407, 31 January 2009). Plus de morts que sous les Grandes Purges  staliniennes qualifiées de « crime contre l’État »! Mais à la différence de ces purges,  il s’agissait dans les années 90 comme en Ukraine aujourd’hui, de morts plus anonymes… de morts économiques, de morts pour la cause démocratique et l’économie de marché : suicide, maladie, malnutrition, défauts de soins…  Au nom de politiques prétendues sans alternative, force et dictature des puissants aidant, c’est encore une fois des morts par idéologie dont l’histoire se souviendra.

 

Retour au 7 mars 2014 : L’Ukraine à la veille de l’austérité et du massacre économiquement programmé.

Le journal, Kommersant-Ukraine, titrait le 6 mars «Choc et ratio».

Non il ne s’agissait pas d’une analyse sur le «Choc» que peut inspirer à des vrais démocrates, les  dernières révélations du Guardian (Ukraine crisis: bugged call reveals conspiracy theory about Kiev snipers en version française sur le site du Forum Démocratique qui présente la vidéo : Maïdan : les snipers appartenaient à la coalition anti-Ianoukovitch) sur l’aide apportée au gouvernement « made in Maiden » par des «snipers» ! Pas de choc non plus pour Catherine Ashton mise au courant dès le 25 février de la présence de ces nouveaux «mercenaires de la démocratie » ; elle choisit d’entériner le fait pour pousser ses propres pions. Serait-ce une nouvelle «forme de gouvernance» comme certains  politologues, qui semblent avoir oublié les leçons de l’histoire, le professent avec délectation (cf. Anne de Tinguy sur BFMTV) ?

En effet, finie l’épisode «défense de la démocratie», abordons maintenant le volet «comptabilité et économie» de cette nouvelle forme de gouvernance que l’Ukraine est en train de tester…. Le choc de l’austérité qui est déjà là!

La question n’est pas purement économique et comptable.  La viabilité de milliers de personnes est en jeu, les politiques imposées vont directement affecter les 45 millions d’Ukrainiens. Dans les pages de ce blog nous savons que la spirale est mortifère.

A l’origine de ces déclarations chocs, l’UE par la voix de du Président de la CE, J. Barroso a promis une aide grâce à un prêt de 11 milliards d’Euros. Naturellement le prêt est conditionné à un accord avec le FMI sur la mise en place de mesures d’austérité.

Le plan du gouvernement est sorti très vite, suite à la stratégie du gouvernement ratifiée dans l’urgence au parlement le 27 février. Ce programme a été envoyé pour évaluation au ministre du développement économique et du commerce environ une semaine après la prise du pouvoir! Il sera mis en application dès le mois de mars 2014. Encore une fois l’urgence proscrit toutes études fines ou investigations. C’est une nouvelle fois le retour de l’économie du diktat et du stéréotype, celle qui ignore la géographie et l’histoire mais surtout est aveugle vis à vis du réel! Il y a de fortes chances que ce programme, en fait, ait été préparé avant la prise de pouvoir. Ce qui explique aussi qu’il suive à la lettre tous les stéréotypes des programmes d’austérité. On y retrouve des éléments qui figurent dans l’appel à l’austérité lancé en octobre par les émissaires du FMI (cf. Press Release: Statement by IMF Mission to Ukraine) qui n’oublie pas de mettre bien l’accent sur l’augmentation des prix de l’énergie et du chauffage pour la population : Accepter les prêts du FMI signifie faire des sacrifices. Pour ce faire le compromis le plus simple est de faire porter ces sacrifices sur la population qui s’est prise à rêver d’une vie meilleure. Privatisations et PPP ne stimuleront les activités  que des seules affairistes inspirés qui y trouveront un juste retour de leur « sponsoring ».

Dans l’attente du « EU/IMF economic stabilization package», c’est le peuple ukrainien qui est sollicité en premier par le nouveau gouvernement de Kiev. Et il va même payer d’avance !  Rien de nouveau, les ukrainiens vont ainsi rejoindre la cohorte des européens, grecs, portugais chypriotes, irlandais et autres qui vivent l’austérité institutionnalisée. C’est une forme d’intégration… L’Europe rêvée sur le mode du magnifique clip video touristique diffusée par les antennes européennes t à vocation prétendument académique (cf. Site de  L’Université Continentale  ), tourne pour les peuples au cauchemar de l’austérité. Ce luxe de la quintessence touristique européenne,  les peuples vont souffrir pour l’offrir à des élites et des oligarques toujours plus avides… Mais au moins en toute connaissance de cause.

La rhétorique de la gouvernance à la mode en Ukraine nous dit encore : «Il faut évité un défaut pour le pays», tels sont les mots clefs qui résonnent de façon si récurrente … Cette rhétorique est bien classique ; les journalistes n’auront qu’à changer quelques mots dans les articles, les rapports des experts trouveront dans le copier-collé les « bonnes pratiques » que J. Stiglitz avait depuis longtemps répérées et soulignées par un  «J’accuse» dans Libération . Etaient repris dans cet article les propos de son ouvrage, La Grande Désillusion publié en France en 2002. Pour corroborer cette désillusion, il précisait : «J’ai rarement vu des études prévisionnelles de l’impact des solutions standard prescrites par le FMI sur la pauvreté. J’ai rarement vu des débats et analyses sur les effets d’autres orientations possibles. Il y avait une ordonnance et une seule.» Voilà bien en effet les critiques qui sont aussi d’actualité sur le programme du gouvernement Ukrainien. On retrouve en Ukraine encore cette culture du copier-collé, du rapport standard applicable à tous les pays dans l’urgence dont le témoignage de J. Stiglitz nous livre un faux-pas mémorable : «Une histoire, peut-être apocryphe, veut qu’un jour, un logiciel de traitement de texte ayant omis de faire un « cherche-remplace », le nom du pays auquel un rapport avait été emprunté dans sa quasi-totalité soit resté dans le document mis en circulation.»

Un plan d’austérité est bel et bien annoncé en Ukraine qui s’intègre dans le cadre de l’aide européenne et du FMI. La Troïka bien connue du peuple grec se partagera désormais entre la Grèce et l’Ukraine ; est-ce que le fardeau en sera allégé pour les grecs? Peu de dépenses supplémentaires pour ses brillants experts mais aussi peu de miles gagnés ; la distance n’est pas importante entre Athènes et Kiev! C’est aussi ça l’Europe des peuples.

La plan prévoit déjà que de nombreuses pensions seront réduites de moitié et ces réductions s’appliquent dès le mois de mars 2014. Autant dire qu’avec la moitié de 120 Euros par mois…c’est un peu comme si les pensions n’existaient déjà plus!  Les paiements liés aux systèmes sociaux seront les premiers réduits nous dit-on dans ce langage administratif si familier tandis que les coûts du chauffage augmenteront considérablement. On reconnait bien là les raisonnements standards qui font bondir les spécialistes britanniques des colonnes du Lancet ; parce qu’ils s’attachent tout particulièrement à souligner que précisément c’est sur ces secteurs de la santé et aussi de l’éducation que jouent de façon plus ample le multiplicateur de dépenses (cf. Graphique en annexe)…et évidement en sens inverses aussi. On peut ainsi dès à présent prévoir l’impact dynamique récessif sur le budget Ukrainien de cette austérité. Et par là même il convient de s’interroger sur les compétences économiques de ce nouveau gouvernement de Kiev comme de son souci du bien commun.  Pour les Ministres auto-proclamés, on comprend qu’il n’étaient pas en mesure de se tenir au fait des dernières conclusions de la théorie économique. On s’étonnera plus que les travaux d’économie menés même au sein du département de recherche du FMI et dirigés par leur économiste en Chef, Olivier Blanchard, soient à ce point ignorés des experts et de leurs recommandations de terrain. Récemment encore Henri Sterdyniak de l’OFCE soulignait l’intérêt d’une  étude soigneuse du FMI . Le constat était sans appel : « les assainissements budgétaires ont eu des effets redistributifs en augmentant les inégalités, en réduisant la part des salaires et en augmentant le chômage de long terme ». L’économiste de l’OFCE doute qu’il puisse exister une politique d’austérité miracle qui éviterait ces deux défauts ? (cf. Quand l’OCDE persiste dans l’erreur…)

 

Le budget qui se met en place en Ukraine «pour optimiser les dépenses» parce que le Trésor est vide “treasury is empty”, rappelle aussi étrangement des souvenirs funestes de la «thérapie de choc» de l’époque «de démocratisation» de la Russie sous Boris Elstine. On y trouve les mêmes méthodes annoncées de «séquestrations budgétaires». Ce faisant  40% de la population russe s’est retrouvée en 1997 sous le seuil de pauvreté…  C’est la crise économique de 1998 et le défaut de la Russie qui a changé la donne et renvoyé le FMI dans ses buts. Grâce aux compétences économiques des équipes dirigées par E. Primakov, en 8 mois l’économie russe a pu être redressée! Oui ce fut possible en Russie en 1998, comme en Equateur en 2007 ou en Islande en 2010…! Faisant semblant d’ignorer ces alternatives de victoires sur la crise, le gouvernement Ukrainien s’engage dans un programme de séquestrations budgétaires massif :  de 5 à 6,5 milliards d’euros sur 2014, il s’assure de l’accroissement des inégalités, du chômages et se prive d’un retour à la bonne santé économique. Alors pourquoi tout ceci ? C’est bien la question que tout économiste responsable se doit de poser. Le poids des conventions? Des croyances? Des habitudes? Des liens de clan? De la corruption « as usuel »?

On apprend brutalement que le pays doit payer cette année  ses engagements annuels qui actuellement se chiffrent à 43 milliards d’euros soit 1/3 de son PIB.  Dans ce contexte, il est certes étonnant de trouver encore dans le rapport du FMI de novembre 2013, que l’économie ukrainienne montrait des signes d’amélioration. Grâce au Tableau de bord du CERI de Sc-Po présenté le 10 janvier 2014 à Paris, on est éclairé sur les préoccupations des autorités européennes : «A Bruxelles, les analystes en politique extérieure ont souligné la tendance, en Ukraine comme dans tous les autres Etats postcommunistes, à traiter les problèmes sous l’angle politique, parce que la capacité administrative ou la culture technocratique leur fait défaut pour élaborer des solutions pratiques détaillées. En réalité, l’omniprésence de la thématique de l’intégration européenne sert à combler le manque de réel programme politique et économique des gouvernants et à masquer leurs échecs sur le plan interne».  Ce constat des économistes choisit par le CERI explique le raisonnement qui a amené  leur collègue politologue, Anne de Tinguy a attendre beaucoup de cette «nouvelle forme de gouvernance» qui va pouvoir inculquer dans cet univers d’incapacités, les rudiments salutaires de la bureaucratie à l’européenne...  L’austérité à la mode européenne dont les meilleurs spécialistes de l’économie (FMI et OFCE) nous disent qu’elle est fait au profit de l’accroissement majeur des inégalités, donc qu’elle ne bénéfice qu’à un minimum de personnes.

Une longue chaîne de complaisance est à l’origine de tels propos dont les relents colonialistes qui n’échappent à personne. Ces complaisances ont permis de fermer les yeux sur les ravages de l’austérité en Europe pour promouvoir coûte que coûte le partenariat oriental de la commission européenne. La  promesse de rejoindre l’Europe y est de plus en plus hypothétiques alors que celles de rejoindre l’OTAN et toujours plus d’actualité. Emporté dans cet élan de chaleur européenne ciblée et par le mimétisme opportuniste, certains économistes ont souvent oublié de regarder la réalité. Ils ont anticipé suivant leurs envies ou celles de leurs maîtres à penser. J’ai longuement analyser les raisons de tels phénomènes qui expliquent les  dérives de l’information journalistique mais aussi scientifique dans une contribution présentée en juin 2013 à Paris lors du séminaire franco-russe que Jacques Sapir a repris dans son blog en date du 17 Septembre 2013 (RussEurope). Le raisonnement s’articulait à partir d’un cas d’école, la propagation de rumeurs qui travestissent la réalité économique. Il semble que de plus en plus de français conscients des manipulations de la presse et des experts, cèdent de moins en moins aux vues imposée et ils le disent. Telle est l’explication donnée à la question du « Pourquoi il y a tant de commentaires pro-Poutine sur le Web ?».

Ces commentaires semblent en effet aller bon train pour renverser le diktat des élites européennes. Le contexte Ukrainien, marqué par de «multiples présences qui dérangent» par leur potentiel évocateur n’échappe pas à la sagacité des populations, preuve que la mémoire européenne existe!

(voir aussi en complément le billet d’hier, qui rappelle la montée de l’austérité en Allemagne, authentique marchepied de la puissance nazie du IIIe Reich : VIABLECO – Du venin dans la rhétorique).

 

graphique : valeurs des multiplicateurs


Une réflexion au sujet de « Economie fiction et viabilité »

Les commentaires sont fermés.