Deutsche Bank, marqueur définitif du paradoxe européiste ?

 

Je voudrais d’abord préciser en quoi la notion de paradoxe est constitutive d’une réflexion alternative et comment elle est pour moi un guide de l’analyse tant économique que sociale. Ensuite j’aborderais le paradoxe européiste expression que m’inspire l’ouvrage de Brooke et North et sa préface de J. Sapir. Le commentaire du Directeur du CEMI est inspiré de la révélation d’un autre paradoxe révélé par Simon Epstein, Un paradoxe français (1) Cet ouvrage de 2008 fut déterminant pour procéder à une relecture des conventions historiques véhiculées communément sur la période de l’occupation de la France par les Allemands. La relecture éclaire les jeux de rôle sur une période plus large. Elle permet de mieux appréhender nos phobies afin de faire la part entre nos culpabilités imaginées, réelles et surtout celles dont la tentation de dissimulation demeure.
Enfin je dois préciser aussi que j’adhère à l’idée théorique que toute crise dispose d’un moment de révélation, possible tournant qui va rendre aussi imminent la mis en place d’un compromis nouveau (2)
Cette réflexion s’inscrit dans la perspective qui taraude tous les esprits tournés vers le futur. J. Sapir a choisi de l’aborder de front dans le billet titrant «Le dilemme de la lutte contre la néolibéralisme, persuadé qu’il faille  prendre la porte ; la quête de souveraineté et la mémoire l’imposent. Alors comment et avec qui la pousser en premier…cette porte? Tels sont bien les débats d’une grande actualité sur lesquels on ne peut qu’être surpris par l’étendue du mutisme de l’aréopage économique. Il est bien trop occupé à des tâches beaucoup plus sérieuses, destinées à des publications internationales de renom dans des revues accréditées par les instances de la normalisation que l’on devine en majorité sous la férule des anglo-saxons. Diversité oui mais pas trop! Encore un paradoxe. La réalité et ses turpitudes économiques ne sont pas décidément du ressort des économistes de bon ton… Les mains dans le cambouis seraient uniquement pour ceux qui ne peuvent pas faire autre chose? Disons allègrement à l’italienne -car nous sommes peut-être plus européens qu’eux dans le fond-, «Basta»!

Continuer la lecture de Deutsche Bank, marqueur définitif du paradoxe européiste ?

Piketty vs FMI : prochaine étape le réveil souverainiste?

 

Thomas Piketty, auteur du livre à succès Le capital au XXIème siècle, en France et aux US-, nous a fait part de son désarroi face au dernier article du FMI traitant des inégalités (ici). Notre brillant économiste de PSE, à juste titre, ne s’accommode pas de certains «arrangements» économétriques de l’article publié par le FMI sous la plume de l’économiste Carlos Góes qui traite d’un sujet qui lui est cher : les inégalités.  Il a parfaitement raison de trouver la provocation un peu salée, surtout quand elle est reprise en boucle dans les média du business et qu’on y parle « d’erreur cruciale de Piketty » allègrement (exemple ici sur BFMTV ). Les média ne l’avaient pas habitué à si peu de ménagement…Voilà qu’il est traité comme bien d’autres économistes par le déni et le mépris. Triste réalité! Qu’a-t- il bien pu faire pour tant déplaire aux puissants et à leurs chiens de garde? Dans l’agacement général même lui dérange? Parce qu’il décortique trop le raisonnement standard et la réalité des données?

Continuer la lecture de Piketty vs FMI : prochaine étape le réveil souverainiste?

L’intégration de l’Eurasie : un non sujet conventionnel ?

Voici une video faite et mis en ligne par le journaliste  Frédéric Saillot pour le blog Eurasiexpress. Elle fait suite aux 51ème  séminaire franco-russe qui s’est tenu les 14-15-16 septembre à Paris dans les locaux de l’EHESS et à la présentation que j’ai faite à ce séminaire le 14 septembre.

J’y discute du processus d’intégration eurasiatique qui s’affirme comme un lien réel et structurant entre l’Europe et l’Asie. Il est en France de bon ton académique de poser un regard réprobateur et un voile pudique sur ces réalités voisines. L’idéologie des observateurs confrontés à l’enlisement économique de l’UE peuvent expliquer cette attitude.  Les mises en scène à outrance du déni et du mensonge se laissant voir de plus en plus, elles deviennent contre productives. La conséquence de ses outrances est la libération de la parole, hors du discours conventionnel… La voie/voix s’ouvre ainsi!

 

Continuer la lecture de L’intégration de l’Eurasie : un non sujet conventionnel ?

La brise de mer venue du BREXIT

Le Brexit vu de la mer dans Splash247 (ici) avec un article pédagogique de Katherine Harine «Brexit: How it could be beneficial» dont nous publions ici une traduction commentée. Cet air du large s’impose aussi pour parler du destin de la Grande Bretagne si longtemps maîtresse des mers. Y sont élargies naturellement les perspectives qui naissent des considérations sur le secteur maritime britannique parce qu’elles offrent des instruments de réflexions plus globaux…et des évidences monétaires bonnes à souligner.

Continuer la lecture de La brise de mer venue du BREXIT

Carnet CEMI-Viabilité de Hélène Clément-Pitiot