Sanctions : une chance pour la Russie ? 2/4

Le pragmatisme russe, chemin de la souveraineté

Ce billet est la seconde extrait de ma présentation à la 52e session du Séminaire franco-russe CEMI-EHESS et IPEN-RAN qui s’est tenue les 6-7 et 8 février à Moscou, il fait suite au billet Sanctions, une chance pour la Russie 1/4.

On peut souligner qu’une nouvelle fois dans son histoire la Russie a su tirer parti de hasards géopolitiques pour orienter de façon pragmatique son comportement avec une détermination stratégique de survie certaine. Ici comme en matière de défense, il s’agissait pour la politique économique de réagir à temps et pas à contre temps sans se préoccuper en premier lieu de l’aspect optimal de la réponse. Des priorités sont définies, fruits de choix stratégiques : autosuffisance alimentaire et sécurité nationale assortie de fortes capacités de dissuasion. Une manière de le confirmer fut l’engagement dans les confits du moment directement ou en fournissant sans réserve les armes adéquates capables de parer les livraisons massives aux extrémistes islamistes en provenance de l’OTAN et de ses alliés. Des efforts technologiques ont été effectués dans un temps records et à la surprise générale. Le contexte de la dépréciation du taux de change du rouble a eu pour effet immédiat de stimuler la compétitivité des produits manufacturés et d’accroître la demande. Longtemps contrainte par la surévaluation, l’industrie russe toute entière a accentué sa phase de transformation1.
La surprise en matière de technologie d’armement russe a été d’autant plus amplifiée que l’opinion occidentale ainsi que les spécialistes n’y étaient pas préparés. La convention aidant, il était de coutume d’entendre des rapports et des déclarations apitoyées sur l’état industriel de la Russie. Sur ce critère, la modernisation des capacités militaires et les innovations nécessaires semblaient impossibles. L’engagement dans le conflit Syrien et surtout la capacité à tirer des missiles de la mer Caspienne fut un choc majeur pour les instances militaires françaises, tant la dissonance cognitive avec le réel était sérieuse. Ces démonstrations ont ainsi constitué une occasion de faire le marketing de la technologie russe, de sa capacité industrielle et de ces perspectives durables à l’exportation comme aussi de sa capacité d’engranger des retombées technologiques dans sur les secteurs industriels civils. D’un pays considéré comme technologiquement à bout, «rouillé» comme pouvait le qualifier devant les officiers français de la Marine lors d’une Conférence à Brest, Isabelle Falcon il y a moins de 5 ans, la technologie russe semble maintenant capable de tout…de toutes les infiltrations informatiques, d’une surpuissance sans bornes. Le retournement médiatique est lui aussi à cet égard une caricature. La logique de communication mépris/peur a comme seule cohérence de façonner les conventions et les comportements politiques et économiques suivant le label officiel. Le gage de conformité avec ce que les dirigeants occidentaux ont envie d’entendre : tel est bien le rôle mystificateur des conventions utilisées comme instruments de la gouvernance! ..et point d’économie dans le réel, le discours prime pour la géopolitique néo-conservatrice de référence. Cette posture perdure dans les instances européennes et dans la plupart des gouvernements et fixe ainsi l’esprit et le cadre des relations économiques entre la Russie et ses partenaires occidentaux européens2.

1 Stratégies actives : agriculture et sécurité

Face à ce contexte déterminé par la géopolitique, des ressorts de l’économie russe qui ont été mobilisés dans l’indifférence des media et des experts requis. Ainsi personne n’a semblé le remarquer3. Ces ressorts rendent compte d’une recherche de viabilité au sens intuitif et théorique de ce terme. Il s’agit bien pour la la politique économique russe de mettre en oeuvre des réactions à temps et non à contre temps pour assurer la viabilité économique et au-delà. Il est patent que des priorités ont été données à des domaines de l’autosuffisance alimentaire. L’économie Russe en a profité pour se soustraire aux contraintes imposées par sa récente adhésion à l’OMC et du poids de compétitivité qu’elle représentait. Le pays a ainsi pu poursuivre et accélérer la modernisation des secteurs agricoles en particulier de l’élevage et des industries agro-alimentaires associées.
Il est important de souligner le rôle dans cette dynamique de la composante géopolitique des contre-sanctions mais aussi de l’impulsion régionale qui a joué un rôle aussi important. Il semble bien que les acteurs des autorités publiques régionaux aient été en mesure de peser sur les institutions centrales, Ministère des Finances (Minfin) et Banque Centrale de Russie (BCR) pour valider dans le budget et dans les taux d’intérêt bonifiés les nécessités d’autosuffisance. Ces institutions championnes de l’inertie4 ont dû se faire violence a minima tout en maintenant un discours conventionnel de rigueur budgétaire et de poursuite de politique de pur marché qu’elles affichent pour la galerie… Les acteurs réels eux ne sont pas dupes, le formidable effort agricole qui s’est concrétisé en Russie dernièrement n’est pas que le reflet fugace de la main invisible du marché. Existent-ils des idéologues encore si aveugles pour le croire ou le faire croire?
Ces résultats remarquables dans l’agriculture ont aussi permis d’accroitre les exportations comme de redéfinir les liens commerciaux. Des partenariats de voisinage (Bélarus) ont été renforcés et sont amplifiés des nouveaux pôles d’intérêt économique (Amérique du Sud, Afrique et Asie) pour définir de nouveaux réseaux d’approvisionnement hors des voies traditionnelles d’influence occidentale trop stricte5. Par ce biais, la Russie a renforcé son insertion dans le monde multipolaire, accélérant aussi la participation russe au nouveau pôle de développement de la Route de la Soie, chère à la Chine. Nous ne développerons pas ici dans le détail ces nouvelles impulsions du commerce international qui peuvent donner matière à examen spécifique.
En matière de sécurité intérieure (protection du territoire contre les attentats terroristes) et extérieure, la Russie a témoigné de ses capacités. A cet égard l’examen du budget souligne des paradoxes et des interrogations : on y lit que les dépenses budgétaires en matière de défense nationale ont diminué de 11,3% et que le poste qui agrège, les dépenses de sécurité et celles liées au système judiciaire ont elles aussi diminué de 5,3%6.
Ces évolutions retracent l’évolution des soldes du budget consolidé et ils ne tiennent pas compte de la comptabilité non budgétaire, qui elle, est hors ou moins directement sous le contrôle des autorités du Minfin. Des transferts internes au sein des grandes structures de sécurité et du complexe militaro-industriel expliquent les écarts avec la perception du réel. Avec 30% du marché, Alrosa est le leader mondial en production de diamants bruts en termes de volume et de poids7. L’entreprise détenue majoritairement par l’état est sous le contrôle du complexe militaro-industriel et source de modernisation des secteurs. Les capacités budgétaires sont ainsi dégagées en interne au sein des groupes et des secteurs industriels de l’armement. De ce fait les décisions en matière de sécurité sont peu affectées par la rigidité du budget ou celle de la banque centrale.

2-Stratégies d’accompagnement : Le cas Yamal-LNG, tournant du SMI ?

Une intéressante évolution directement liée à la situation des sanctions financières imposées à la Russie8 et aux acteurs qui travaillent en Russie. Elle transforme la réalité et apporte des savoirs faire industriels et financiers nouveaux qui ne devraient pas passer si inaperçus que ça, durablement.
Yamal-LNG est le nom du plus grand financement de projet du monde9…et chose surprenante, il a été financé hors du dollar! Le géant Total et ses partenaires Novatek, CNPC2010 et Silk Road Fund ont mis en place grâce à la coopération avec les banques russes, chinoises et italiennes (pour une faible part) un financement en roubles, yuans et Euro (très faible part)11. Cette signature constitue un succès de long terme pour la première entreprise française du CAC 40, présente en Russie depuis 1991. Jacques de Boisséson, directeur général Total Russie ne cache pas sa satisfaction : « En conclusion de cinq ans d’efforts, le plus grand et plus complexe financement de projet jamais monté au monde, beaucoup le disait même impossible »… Impossible n’est donc toujours pas français quand la France sait coopérer activement avec les Russes !12 
Plus qu’un exploit entrepreneurial13, cet accord ouvre une nouvelle ère dans le système monétaire et financier international. Les acteurs qui y ont participé et ceux qui regardent savent qu’il est possible de monter des financements de pointe hors du dollar et pour des montants considérables! Cette étape devra faire date comme tournant du polycentrisme monétaire.
Ces efforts d’ingénierie financière mais aussi de coopération transculturelle en matière de finances,-pas toujours évidente à mettre en pratique avec les intervenants chinois-, sont directement le fruit des sanctions14. Le résultat est caricatural de la limitation de la perspective des néoconservateurs occidentaux pris dans la folie de la menace et l’intimidation arrogante.
De nouvelles perspectives pour l’économie monétaire et financière mondiale se nourrissent ainsi par réaction logique, en rassemblant des énergies contre une force autoritaire rendue bête par son manque d’analyse et de recul.
Ici point d’interventions des autorités publiques russes en charge, telles que le Minfin ou la BCR…Des autorités présidentielles côté bienveillantes assurément et des acteurs locaux déterminés à voir dans le projet, une promesse d’aménagement du territoire. Il faut savoir en effet que le projet Yamal LNG est un véritable défi technologique : il s’agit de construire une usine de liquéfaction de gaz à l’intérieur du cercle polaire avec tous ce qui va avec. Un port et un aéroport ont été spécialement construits pour les besoins du chantier. Une flotte de méthaniers sera mis en activité pour transporter le gaz. Un territoire au climat si rude pour sa population qu’il est naturellement impensable de laisser cours à l’individualisme et à des décisions d’acteurs isolés…l’aménagement du territoire prend un tour obligatoirement programmatique dans le Grand Nord.

3- Stratégies non actives : protectionnismes industriel et financier

A contrario, les non-priorités qui ont été laissés de côté par les autorités russes dans le cadre de choix de politique économique en réaction aux sanctions apportent aussi des éléments de compréhension des mécanismes en oeuvre.

Il aurait été possible pour les autorités russes de décréter un embargo sur les voitures étrangères de luxe, en particulier allemandes. Il aurait matérialisé une contre-attaque économique crédible vis-à-vis des postures politiques agressives de l’Allemagne. Pourquoi cette stratégie a été écartée ?
Le soucis de ne pas interrompre le mouvement de relocalisation en cours des productions de ces véhicules sur le territoire russe a certainement joué pour laisser de côté un tel embargo. D. Trump, avant même son investiture a su à cet égard mener une attaque frontale vis-à-vis de l’Allemagne. Mais il s’agit d’un contexte certes bien différent puisque pour lui, l’objectif est de ranimer l’industrie automobile américaine et non de la développer sous impulsion extérieure.
Les autorités russes se sont ainsi efforcées de ne pas briser la stratégie d’attraction des investissements directs étrangers sur le territoire de la Fédération. Elles ont même cherché à encourager cette dynamique dans le cadre des sanctions. Ce fut le cas pour la localisation d’entreprises de fournitures automobiles mais aussi dans l’industrie pharmaceutique. La localisation des productions25((des nouveaux instruments de soutien ont aussi été mis en place par l’Etat et plus de décentralisation augmentent la souplesse du processus.)) a ainsi joué un rôle dans le processus d’ensemble de substitution aux importations que l’on a vu se développer en Russie, en réaction aux sanctions et contre sanctions, mais aussi pour immuniser les firmes des chocs entre les monnaies.

Une autre non-choix nous interpelle plus, parce qu’il témoigne d’une option récurrence et bien ancré dans la vision des processus économiques en Russie : celui de laisser le système financier s’adapter progressivement sans plus de heurt interne, sans confrontation, quitte à trouver des méthodes pour contourner son inaction dans l’économie réelle. Tache trop difficile que cette réforme du système financier? Toujours reportée? Difficultés internes au sein des acteurs du pouvoir ? Certainement beaucoup de ces raisons à la fois. Une occasion perdue nous semble-t-il à bien des égards quand on considère les obstinations hors-sol de la BCR ou du Minfin. Ils ont «peur de la croissance» tel est le triste constat (résigné ?) des experts en prévision de l’IPEN RAN26((Cf. Bulletin Prévisions IPEN-RAN op.cit. p.3)).

La réalité et ses forces seront-elles suffisamment significatives pour mener les adaptations de la finance russe nécessaires? Tel semble être le pari des autorités à cette étape qui se paient le luxe de laisser Min Fin et BCE sans rôle à jouer2715. Pensent-ils que l’impulsion viendra d’ailleurs? Extrême patience? Illusion toujours?

 

Image à la une : page du site Yamal LNG, maquette du projet lien du site : http://yamallng.ru/ en anglais : http://yamallng.ru/en/

Notes:

  1. Le FMI lui-même semble avoir bien appréhender le phénomène de modernisation et de transformation industrielle en Russie []
  2. Elle influence lourdement la communication dans les instances clefs des relations franco russe tel que la CCIFR. On pourra ainsi lire dans une des dernière publication du think tank Observo : «A terme, les sanctions entraveront le développement des nouvelles technologies en Russie. En effet, pratiquement tous les secteurs russes de haute technologie dépendent largement des importations, depuis la livraison de réactifs chimiques jusqu’à celle de composants pour systèmes intégrés». http://obsfr.ru/fileadmin/Policy_paper/PP_12_FR_Dejina.pdf . Le comble de la désinformation semble être ces explications : «Les statistiques officielles – dont seules celles allant jusqu’à 2013 sont publiées – reflètent ces problèmes croissants… la Russie accuse un retard significatif non seulement sur les pays développés, mais aussi sur les pays de l’ex-camp socialiste, où le niveau des activités d’innovation des entreprises est largement supérieur». Le raisonnement de cet économiste de Skolkovo est clair. Tente-telle de nous dire que l’industrie Ukrainienne est en meilleur état que la Russe…? Ces postulats deviennent indécents sinon grotesques. []
  3. Hors des cercles de la pensées dissidentes…qui osent le réel comme au CEMI-EHESS. []
  4. C’est ce qu’atteste le rapport n°37 sur les prévisions macroéconomique publié par l’IPEN RAN par l’Equipe du modèle QUMMIR. La réalité passée y est décrite et mise en perspective dans le cadre d’un scénario inertiel dans lesquels Min FIn et BCR continue à jouer la partition atone. Квартальный прогноз. Выпуск №37,ИНП-РАН http://ecfor.ru/publication/kvartalnyj-prognoz-vypusk-37/ []
  5. dans le cadre de l’immense projet Yamal LNG, d’exploitation du gaz liquéfié par la consortium Novatec Total, les chantiers navals chargés de construire les modules de l’usine se trouvent tous en Asie du Sud-Est (port de Batam en Indonésie, port de Batangas aux Philippines, plusieurs ports en Chine). Aucun port européen n’a été sélectionné pour ce projet! En adoptant les principes de construction de leurs usines « en modules » les grandes entreprises du secteur gazier et pétrolier peuvent désormais faire construire d’immenses parties des usines à l’autre bout du monde avec un suivi en temps réel grâce aux techniques de communications. Les modules sont alors transportées par voie maritime et montées sur le lieu d’implantation. []
  6. Voir document N°37 prévision IPEN-RAN Janv. 2017 op. Cit. p. 6. []
  7. Poussées par une hausse de demande, particulièrement en Chine et en Inde, les bénéfices du groupe ne cessent de croitre 
http://www.lesechos.fr/07/06/2016/LesEchos/22207-134-ECH_la-russie-veut-privatiser-le-producteur-geant-alrosa.htm []
  8. Impossibilité de financer en dollars des projets de hautes technologie. Les banques européennes excepté Seules les banques italiennes n’ont pas été intimidés. []
  9. On parle de 20 à 25 milliards d’euros []
  10. L’entreprise Yamal LNG est détenue à 60% par Novatek (une compagnie russe, détenue à 16% par Total), à 20% par le groupe français Total et à 20% par l’entreprise chinoise CNPC. La compagnie chinoise SRF -Silk Road Fund- a du acquérir 9,9% des parts de Novotek, permettant ainsi un accroissement des investissement.
Voir le site : http://yamallng.ru/ en anglais : http://yamallng.ru/en/ []
  11. Les banques italiennes étaient déterminées à y participer en dépit du désaveux des banques françaises et de la Coface française. Finalement cette dernière a du entrer dans le projet pour éviter le ridicule. Quel effort de la part d’Yves Zlotovsky attaché à stigmatiser habituellement dans tous ces avis la corruption en Russie? []
  12. Ce qui conforte l’avis du Général de Gaulle : au plus fort de la guerre, il affirmait que «pour la France et la Russie, être unies, c’est être fortes, être désunies, c’est être en danger», phrase rappelée bien à propos par Remy Berthonneau dans cette article au sujet de la livraison des Frégates Mistral. http://www.lefigaro.fr/vox/politique/2015/08/03/31001-20150803ARTFIG00227-mistral-8-raisons-de-lever-les-sanctions-contre-la-russie.php []
  13. dont les retombées sont importantes pour des PME. Une PME française a réussi à décrocher la plus grande commande de son histoire pour fournir des équipements de chauffage. Ici la présentation du projet par M. Michel Morand qui dirige Griffon International http://www.ambafrance-ru.org/Projet-Yamal-LNG-un-projet-a-l-echelle-mondiale []
  14. Ce montage est aussi un bel hommage à un homme disparu, très attaché à la coopération franco-russe dans l’Arctique, Christophe de Margerie victime d’un accident d’avion en octobre 2014. Critique sévère de la politique française des sanctions il était partisans de la dédollarisations des transactions sur le pétrole et le gaz naturel. Cf. Muriel Boselli (2016) L’énigme Margerie, Enquête sur la vie et la mort du magnat du pétrole, Robert Laffont, Paris []
  15. En France on a beaucoup d’emplois fictifs dans la politique… Cette situation est source de scandales permanents et de gaspillages d’argents publics. C’est à se demander si en Russie il n’y a pas tout un Min Fin et toute une BCR fictifs ? []

2 réflexions sur « Sanctions : une chance pour la Russie ? 2/4 »

Les commentaires sont fermés.