Archives de catégorie : Billets

Economie fiction et viabilité

 2014-03-08

L’austérité frappe toujours et c’est le vrai massacre à venir dont on peut être sûr! Un peu d’économie fiction en suivant la porte ouverte par le jeune blogueur français, Romain Lasserre, qui signa cette semaine un papier remarqué par son impertinence non poliquement correcte dans Boulevard Voltaire, «Maïdan où l’arrogance occidentale».

Hiver 2018, dans le numéro de février, The Lancet, une des plus célèbres revues médicales du monde, le sociologie David Stuckler (2014) entouré de sa traditionnelle équipe de chercheurs des Universités de Cambridge et d’Oxford associés à des spécialistes de médecine renouvellent leur cri d’alarme à propos de leur constat sur «l’austérité et le déni» en Europe (cf. VIABLECO – «Viability alarm»!). Ils centrent cette année leurs travaux sur les dommages de l’austérité en Ukraine, qui nous rappelle étrangement leurs récits à propos de la Grèce de 2014. Une cure d’austérité à été mise en place immédiatement après la prise de pouvoir en Ukraine par le gouvernement pro-Atlantiste de A. Iatseniouk. Elle a initié une succession de plans de sauvetage et de «memorandi» pour sauver le pays d’un défaut et assurer le payements des engagements auprès des créanciers. Les privatisations à grande échelle et autres PPP censés améliorer la gestion des services publics ont permis d’enrichir encore un peu plus les cercles des oligarques qui avaient soutenus le coup de force de Maïdan. Les créanciers européens et le FMI contrôlant étroitement les plans d’austérité ont aussi été les premiers à veiller aux respects des engagements auprès de leurs institutions et des banques occidentales. Les créanciers russes, quant à eux n’ont pas été traités aussi favorablement et à bout de patience, ils menacent cette fois de façon crédible de rompre les approvisionnements énergétiques suite à l’accroissement  cumulatif des dettes énergétiques de l’Ukraine.

Cette nouvelle étude a permis aussi de compléter l’examen d’ensemble mené dans l’ouvrage, The Body Economic, why Austerity Kills  ( Allen Lane) de D. Stukler et S. Basu qui s’est ainsi enrichi dans sa nouvelle édition de 2018 d’un nouveau chapitre sur l’Ukraine. Les auteurs exposent la situation sanitaire du pays qui en 2014 était déjà un des pays les plus pauvres (moins de 500 euros mensuel de PIB en parité de pouvoir d’achat par habitant) de l’espace européen. En faisant le point sur l’impact des politiques d’austérité menées au XXième et XXI ième siècles, aux US en 1930,  en Russie et Indonésie dans les années 90 et au XXIième en Grèce, Grande Bretagne, Espagne et Ukraine, les auteurs fournissent  de nouvelles évidences scientifiques qui démontrent que l’austérité tue.

Déjà en 2009 avec ses collègues, D. Stuckler dénonçait dans The Lancet qu’un million de vies humaines avait été ainsi sacrifié en moins de 5 ans de thérapie de choc et de privatisations de masse! (cf. D. David Stuckler et alii (2009), Mass privatisation and the post-communist mortality crisis: a cross-national analysis The Lancet, Volume 373, Issue 9661, Pages 399 – 407, 31 January 2009). Plus de morts que sous les Grandes Purges  staliniennes qualifiées de « crime contre l’État »! Mais à la différence de ces purges,  il s’agissait dans les années 90 comme en Ukraine aujourd’hui, de morts plus anonymes… de morts économiques, de morts pour la cause démocratique et l’économie de marché : suicide, maladie, malnutrition, défauts de soins…  Au nom de politiques prétendues sans alternative, force et dictature des puissants aidant, c’est encore une fois des morts par idéologie dont l’histoire se souviendra.

 

Retour au 7 mars 2014 : L’Ukraine à la veille de l’austérité et du massacre économiquement programmé.

Le journal, Kommersant-Ukraine, titrait le 6 mars «Choc et ratio».

Non il ne s’agissait pas d’une analyse sur le «Choc» que peut inspirer à des vrais démocrates, les  dernières révélations du Guardian (Ukraine crisis: bugged call reveals conspiracy theory about Kiev snipers en version française sur le site du Forum Démocratique qui présente la vidéo : Maïdan : les snipers appartenaient à la coalition anti-Ianoukovitch) sur l’aide apportée au gouvernement « made in Maiden » par des «snipers» ! Pas de choc non plus pour Catherine Ashton mise au courant dès le 25 février de la présence de ces nouveaux «mercenaires de la démocratie » ; elle choisit d’entériner le fait pour pousser ses propres pions. Serait-ce une nouvelle «forme de gouvernance» comme certains  politologues, qui semblent avoir oublié les leçons de l’histoire, le professent avec délectation (cf. Anne de Tinguy sur BFMTV) ?

En effet, finie l’épisode «défense de la démocratie», abordons maintenant le volet «comptabilité et économie» de cette nouvelle forme de gouvernance que l’Ukraine est en train de tester…. Le choc de l’austérité qui est déjà là!

La question n’est pas purement économique et comptable.  La viabilité de milliers de personnes est en jeu, les politiques imposées vont directement affecter les 45 millions d’Ukrainiens. Dans les pages de ce blog nous savons que la spirale est mortifère.

A l’origine de ces déclarations chocs, l’UE par la voix de du Président de la CE, J. Barroso a promis une aide grâce à un prêt de 11 milliards d’Euros. Naturellement le prêt est conditionné à un accord avec le FMI sur la mise en place de mesures d’austérité.

Le plan du gouvernement est sorti très vite, suite à la stratégie du gouvernement ratifiée dans l’urgence au parlement le 27 février. Ce programme a été envoyé pour évaluation au ministre du développement économique et du commerce environ une semaine après la prise du pouvoir! Il sera mis en application dès le mois de mars 2014. Encore une fois l’urgence proscrit toutes études fines ou investigations. C’est une nouvelle fois le retour de l’économie du diktat et du stéréotype, celle qui ignore la géographie et l’histoire mais surtout est aveugle vis à vis du réel! Il y a de fortes chances que ce programme, en fait, ait été préparé avant la prise de pouvoir. Ce qui explique aussi qu’il suive à la lettre tous les stéréotypes des programmes d’austérité. On y retrouve des éléments qui figurent dans l’appel à l’austérité lancé en octobre par les émissaires du FMI (cf. Press Release: Statement by IMF Mission to Ukraine) qui n’oublie pas de mettre bien l’accent sur l’augmentation des prix de l’énergie et du chauffage pour la population : Accepter les prêts du FMI signifie faire des sacrifices. Pour ce faire le compromis le plus simple est de faire porter ces sacrifices sur la population qui s’est prise à rêver d’une vie meilleure. Privatisations et PPP ne stimuleront les activités  que des seules affairistes inspirés qui y trouveront un juste retour de leur « sponsoring ».

Dans l’attente du « EU/IMF economic stabilization package», c’est le peuple ukrainien qui est sollicité en premier par le nouveau gouvernement de Kiev. Et il va même payer d’avance !  Rien de nouveau, les ukrainiens vont ainsi rejoindre la cohorte des européens, grecs, portugais chypriotes, irlandais et autres qui vivent l’austérité institutionnalisée. C’est une forme d’intégration… L’Europe rêvée sur le mode du magnifique clip video touristique diffusée par les antennes européennes t à vocation prétendument académique (cf. Site de  L’Université Continentale  ), tourne pour les peuples au cauchemar de l’austérité. Ce luxe de la quintessence touristique européenne,  les peuples vont souffrir pour l’offrir à des élites et des oligarques toujours plus avides… Mais au moins en toute connaissance de cause.

La rhétorique de la gouvernance à la mode en Ukraine nous dit encore : «Il faut évité un défaut pour le pays», tels sont les mots clefs qui résonnent de façon si récurrente … Cette rhétorique est bien classique ; les journalistes n’auront qu’à changer quelques mots dans les articles, les rapports des experts trouveront dans le copier-collé les « bonnes pratiques » que J. Stiglitz avait depuis longtemps répérées et soulignées par un  «J’accuse» dans Libération . Etaient repris dans cet article les propos de son ouvrage, La Grande Désillusion publié en France en 2002. Pour corroborer cette désillusion, il précisait : «J’ai rarement vu des études prévisionnelles de l’impact des solutions standard prescrites par le FMI sur la pauvreté. J’ai rarement vu des débats et analyses sur les effets d’autres orientations possibles. Il y avait une ordonnance et une seule.» Voilà bien en effet les critiques qui sont aussi d’actualité sur le programme du gouvernement Ukrainien. On retrouve en Ukraine encore cette culture du copier-collé, du rapport standard applicable à tous les pays dans l’urgence dont le témoignage de J. Stiglitz nous livre un faux-pas mémorable : «Une histoire, peut-être apocryphe, veut qu’un jour, un logiciel de traitement de texte ayant omis de faire un « cherche-remplace », le nom du pays auquel un rapport avait été emprunté dans sa quasi-totalité soit resté dans le document mis en circulation.»

Un plan d’austérité est bel et bien annoncé en Ukraine qui s’intègre dans le cadre de l’aide européenne et du FMI. La Troïka bien connue du peuple grec se partagera désormais entre la Grèce et l’Ukraine ; est-ce que le fardeau en sera allégé pour les grecs? Peu de dépenses supplémentaires pour ses brillants experts mais aussi peu de miles gagnés ; la distance n’est pas importante entre Athènes et Kiev! C’est aussi ça l’Europe des peuples.

La plan prévoit déjà que de nombreuses pensions seront réduites de moitié et ces réductions s’appliquent dès le mois de mars 2014. Autant dire qu’avec la moitié de 120 Euros par mois…c’est un peu comme si les pensions n’existaient déjà plus!  Les paiements liés aux systèmes sociaux seront les premiers réduits nous dit-on dans ce langage administratif si familier tandis que les coûts du chauffage augmenteront considérablement. On reconnait bien là les raisonnements standards qui font bondir les spécialistes britanniques des colonnes du Lancet ; parce qu’ils s’attachent tout particulièrement à souligner que précisément c’est sur ces secteurs de la santé et aussi de l’éducation que jouent de façon plus ample le multiplicateur de dépenses (cf. Graphique en annexe)…et évidement en sens inverses aussi. On peut ainsi dès à présent prévoir l’impact dynamique récessif sur le budget Ukrainien de cette austérité. Et par là même il convient de s’interroger sur les compétences économiques de ce nouveau gouvernement de Kiev comme de son souci du bien commun.  Pour les Ministres auto-proclamés, on comprend qu’il n’étaient pas en mesure de se tenir au fait des dernières conclusions de la théorie économique. On s’étonnera plus que les travaux d’économie menés même au sein du département de recherche du FMI et dirigés par leur économiste en Chef, Olivier Blanchard, soient à ce point ignorés des experts et de leurs recommandations de terrain. Récemment encore Henri Sterdyniak de l’OFCE soulignait l’intérêt d’une  étude soigneuse du FMI . Le constat était sans appel : « les assainissements budgétaires ont eu des effets redistributifs en augmentant les inégalités, en réduisant la part des salaires et en augmentant le chômage de long terme ». L’économiste de l’OFCE doute qu’il puisse exister une politique d’austérité miracle qui éviterait ces deux défauts ? (cf. Quand l’OCDE persiste dans l’erreur…)

 

Le budget qui se met en place en Ukraine «pour optimiser les dépenses» parce que le Trésor est vide “treasury is empty”, rappelle aussi étrangement des souvenirs funestes de la «thérapie de choc» de l’époque «de démocratisation» de la Russie sous Boris Elstine. On y trouve les mêmes méthodes annoncées de «séquestrations budgétaires». Ce faisant  40% de la population russe s’est retrouvée en 1997 sous le seuil de pauvreté…  C’est la crise économique de 1998 et le défaut de la Russie qui a changé la donne et renvoyé le FMI dans ses buts. Grâce aux compétences économiques des équipes dirigées par E. Primakov, en 8 mois l’économie russe a pu être redressée! Oui ce fut possible en Russie en 1998, comme en Equateur en 2007 ou en Islande en 2010…! Faisant semblant d’ignorer ces alternatives de victoires sur la crise, le gouvernement Ukrainien s’engage dans un programme de séquestrations budgétaires massif :  de 5 à 6,5 milliards d’euros sur 2014, il s’assure de l’accroissement des inégalités, du chômages et se prive d’un retour à la bonne santé économique. Alors pourquoi tout ceci ? C’est bien la question que tout économiste responsable se doit de poser. Le poids des conventions? Des croyances? Des habitudes? Des liens de clan? De la corruption « as usuel »?

On apprend brutalement que le pays doit payer cette année  ses engagements annuels qui actuellement se chiffrent à 43 milliards d’euros soit 1/3 de son PIB.  Dans ce contexte, il est certes étonnant de trouver encore dans le rapport du FMI de novembre 2013, que l’économie ukrainienne montrait des signes d’amélioration. Grâce au Tableau de bord du CERI de Sc-Po présenté le 10 janvier 2014 à Paris, on est éclairé sur les préoccupations des autorités européennes : «A Bruxelles, les analystes en politique extérieure ont souligné la tendance, en Ukraine comme dans tous les autres Etats postcommunistes, à traiter les problèmes sous l’angle politique, parce que la capacité administrative ou la culture technocratique leur fait défaut pour élaborer des solutions pratiques détaillées. En réalité, l’omniprésence de la thématique de l’intégration européenne sert à combler le manque de réel programme politique et économique des gouvernants et à masquer leurs échecs sur le plan interne».  Ce constat des économistes choisit par le CERI explique le raisonnement qui a amené  leur collègue politologue, Anne de Tinguy a attendre beaucoup de cette «nouvelle forme de gouvernance» qui va pouvoir inculquer dans cet univers d’incapacités, les rudiments salutaires de la bureaucratie à l’européenne...  L’austérité à la mode européenne dont les meilleurs spécialistes de l’économie (FMI et OFCE) nous disent qu’elle est fait au profit de l’accroissement majeur des inégalités, donc qu’elle ne bénéfice qu’à un minimum de personnes.

Une longue chaîne de complaisance est à l’origine de tels propos dont les relents colonialistes qui n’échappent à personne. Ces complaisances ont permis de fermer les yeux sur les ravages de l’austérité en Europe pour promouvoir coûte que coûte le partenariat oriental de la commission européenne. La  promesse de rejoindre l’Europe y est de plus en plus hypothétiques alors que celles de rejoindre l’OTAN et toujours plus d’actualité. Emporté dans cet élan de chaleur européenne ciblée et par le mimétisme opportuniste, certains économistes ont souvent oublié de regarder la réalité. Ils ont anticipé suivant leurs envies ou celles de leurs maîtres à penser. J’ai longuement analyser les raisons de tels phénomènes qui expliquent les  dérives de l’information journalistique mais aussi scientifique dans une contribution présentée en juin 2013 à Paris lors du séminaire franco-russe que Jacques Sapir a repris dans son blog en date du 17 Septembre 2013 (RussEurope). Le raisonnement s’articulait à partir d’un cas d’école, la propagation de rumeurs qui travestissent la réalité économique. Il semble que de plus en plus de français conscients des manipulations de la presse et des experts, cèdent de moins en moins aux vues imposée et ils le disent. Telle est l’explication donnée à la question du « Pourquoi il y a tant de commentaires pro-Poutine sur le Web ?».

Ces commentaires semblent en effet aller bon train pour renverser le diktat des élites européennes. Le contexte Ukrainien, marqué par de «multiples présences qui dérangent» par leur potentiel évocateur n’échappe pas à la sagacité des populations, preuve que la mémoire européenne existe!

(voir aussi en complément le billet d’hier, qui rappelle la montée de l’austérité en Allemagne, authentique marchepied de la puissance nazie du IIIe Reich : VIABLECO – Du venin dans la rhétorique).

 

graphique : valeurs des multiplicateurs

Du venin dans la rhétorique

Un article écrit en décembre 2012 sous le double titre «Le destin des européens est il de devenir allemands? Démystification d’une rhétorique économique», me semble devoir être publié à cette heure! Car une nouvelle cure d’austérité est annoncé aux portes de l’Europe dans un contexte dont le relans sont nauséabonds.

La construction européenne a malencontreusement ranimé des mécanismes de dissonance cognitive: la communication aux masses véhicule des mythes utiles qui laissent le champs libre à des experts pour être plus citoyens que d’autres au moyens de compromis et compromission garantissant la domination du plus fort. En fermant le débat sur le déferlement de la violence économique ces pratiques mettent à nouveau à mal la démocratie en Europe.

 

La dissonance cognitive

Le dialogue de sourd ambiant n’échappe cependant à personne. La Chancelière Allemande inspirée de l’imaginaire et des traditions conservatrices allemandes, fait de l’austérité l’unique espoir pour devenir disciplinés et «presque allemand». L’Instinct de survit pousse à interpeler ces trop rapides évidences en fouillant les sous entendus pour se méfier des mythes fabriqués.

L’Economie instrument de la violence en Europe

Les crises ont rappelé que l’économie est instrumentalisée ; les mythes qu’elle a contribuer à façonner ne sauraient rester des évangiles post-modernes.

Le mythe de la convergence : En Europe, l’apologie de valeurs abstraites qui prévaut avec une intolérance au débat et une intransigeance dans la méthode met à mal l’édifice institutionnel. La rhétorique économique de la convergence est l’exemple le plus probant. Chargée de justifier l’élargissement il en résulta une amplification «grenouillesque» de l’Union et de l’Euro. La méthode devait assurer l’irréversible de la victoire de la guerre froide et en finir avec les phobies du communisme.

Une bien étrange convergence due à la non moins fameuse «contrainte internationale», selon l’adage, s’est enfin révélée : convergence des l’intérêts des élites et asservissement des populations dans un univers sans dignité, faute de travail. Quel prix récompensa les bons élèves espagnols tant salués par les instances européennes? Une progression sans fin du chômage des jeunes (54% en novembre 2012) promesse d’un futur d’assistés ou d’un statut de «sous homme»? Les espaces des manipulations politiques sont infinis comme nous le prévoyait G. Orwell.

 

Le mythe de l’Allemagne, exemple économique en Europe

Dans l’Europe du mirage allemand contemporain, nous voyons émerger une Europe malthusienne qui a honte de ses enfants, et de la gêne qu’ils occasionnent… Marchandises ils deviendrons dans le vaste marché régissant flux de capitaux et flux humains. Les états «free riders» ont depuis longtemps ouvert le bal du désengagement vis à vis du service public (santé, éducation, recherche) et ils stigmatisent la «ringardise» de la protection sociale, jugée anachronique. Le futur citoyen du monde suivra le voix de son maître, le marché, au nom de la mobilité du travail et du capital. Ainsi se décline, la liberté du néo-libéralisme, avec en promesse la consommation sans satiété ni limite. L’unique alternative du monde qui vient sera-elle de prendre encore le train pour l’Allemagne? Nos grands parents prenaient le maquis pour éviter cet «esclavage institutionnellement obligatoire». D’autres conditionnés par millions voyaient dans les STO, la seule alternative pour échapper à l’extermination. La puissance du mensonge et du silence demeure  une arme authentique de destruction massive.

 

La mémoire instrument de démystification.

Le sérieux allemand en matière de gestion monétaire relayé par la flexibilité du marché du travail s’inscrit dans un imaginaire idéalisé, «the conventional wisdom» au sens de J. K. Galbraith.

 

Les paradoxes contemporains du mythe monétaire

Les rodomontades de Mme Merkel, en écho aux élites et à la presse allemandes drapées dans leur vertueuse réputation, interpellent les historiens qui savent que l’Allemagne fut le plus mauvais payeur du XXe siècle. Le «miracle allemand» repose sur les cadeaux de ses partenaires européens : l’accord de Londres de 1953 commença par effacer plus de 60% de la dette d’avant et d’après guerre de l’Allemagne. Cependant la dette de dommages d’occupation (80 milliards d’euros actuels) court encore vis à vis de la Grèce, mais l’Allemagne oublie. Des arrangements généreux (amortissements différés, prolongation des échéances, réinvestissement en Allemagne) ont pu satisfaire les exigences de l’Allemagne.  Ses remboursements annuellement devaient se limiter en valeur à 5% de ses exportations. S’ajoutaient des réductions d’intérêt pour que le pays vaincu ne soit  pas laissé à la merci de spéculateurs-joueurs ni de banquiers sans éthique… Un «miracle de générosité» européen permit à la RFA de se redresser économiquement. La réunification du début des années 1990 rétablit l’Allemagne comme l’économie la plus forte d’Europe. Ce soutien stratégique cimenta la construction européenne. 60 ans après s’écrit la fin de l’histoire par la démission devant les forces fantasques des marchés qui assignent à la jeunesse européenne une austérité infinie? A trop jouer avec le feu…le destin européen chercherait-il à s’y consumer encore une fois?

 

Terreur sur le marché du travail et mercantilisme

Le mirage des certitudes doit être dissipé: Le temps de travail annuel est de 40% supérieur en Grèce qu’en Allemagne! (En référence aux indicateurs établis de 2000-2012, l’OCDE ).  L’âge moyen du versement des pensions de retraite est comme en Allemagne entre 61 et 62 ans! Avec un taux de prélèvements obligatoires de 41%, les grecs sont simplement dans la moyenne européenne, pas moins.

A travers toute l’Europe des mensonges statistiques font des pays européens les bouc-émissaires des marchés. Soutenir l’exemplarité du modèle allemand assure la légitimité des élites pour discipliner l’Europe. Frédéric Lordon soulignait, dans le Monde Diplomatique récemment «on ne fait pas n’importe qu’elle Europe monétaire avec l’Allemagne, on fait la sienne, point barre». Le récent rapport de la Bundesbank sur la stabilité financière ajoute encore un paradoxe ; il montre les difficultés chroniques des banques allemandes dues à leur addiction au risque. Leaders dans la transmission de la crise des subprimes à l’Europe, elles n’ont pas été plus avisées avec leurs engagements spéculatifs en Espagne ou en Italie. Le mythe de la vertu sert à dissimuler  l’imprudence et l’incompétence. Au final, les peuples doivent payer les erreurs des financiers «vertueux». Des arrangements ingénieux comme en 1953 pour éviter aux pays les drames de l’austérité et la pression des marchés sont passés de mode. L’heure est aux paris, la faiblesses des taux sur les obligations allemandes à 10 ans (1,2%) traduit la certitude des marchés : L’Allemagne fera plier les peuples pour préserver ses banques. Qui ose encore louer l’aspect concurrentiel de ce casino? En dépit de tous les efforts de compétitivité de ses voisins l’industrie allemande poursuit sa dynamique cumulative et prédatrice. L’Europe du sud est irrémédiablement collées avec les dérapages des budgets publics. Les engagements hasardeux des acteurs privés (y compris financiers) ont dû être transférés au budget public pour éviter un effondrement systémique de toute la zone Euro. «Parce que l’Euro le vaut bien!» suivant l’adage politiquement correct.

 

L’Organisation internationale du Travail (OIT)soucieuse de promouvoir le travail décent dans le monde, a été l’une des seules institutions à réagir à la situation du marché du travail en Europe (cf. Organisation internationale du travail (OIT) , rapport annuel., janv. 2012). Elle met en cause directement l’Allemagne dont le secteur industriel, premier bénéficiaire des financements bon marché, a amélioré sa compétitivité par une déflation salariale. Le vieillissement de sa population combiné aux pressions concurrentielles exercées par le chômage élevé en Europe enlèvent à l’Allemagne tout soucis de productivité. Tant que la main d’oeuvre est soumise et mobile, la facilité prime sur l’exemplarité véritable. En toute impunité, la stratégie mercantiliste allemande remporte des parts de marché en jouant d’avantages comparatifs, qui grâce à la monnaie unique n’ont pas pu être amputés par des dévaluations. Malgré un prix à payer en terme d’inégalités et de chômage (cf. Gille Ardinat, «La compétitivité, un mythe, Quand l’Europe Impose son credo», Monde Diplomatique n°703, octobre 2012), les démocraties ont pris l’habitude de surfer sur le réel avec sur des interprétations superficielles. L’exemple allemand est certainement le plus aboutit en la matière. Qu’il développe une force d’attraction et serve d’instrument de terreur sociale, commande une attention particulière car l’Histoire s’est déjà jouée ainsi.

 

L’austérité  ou l’inflation : la part du diable?

L’hyperinflation allemande de 1923 symbolise la justification de la peur de l’inflation, Toute analyse et retour sur les détails de l’histoire seraient inutiles. L’imaginaire collectif a façonné le consensus chers aux institutions financières européennes et imposé l’interprétation allemande sur les sources du succès économique : une faible inflation associée à la stricte indépendance de la banque centrale. C’est donc sans débat, que les allemands «ont exigé» pour la BCE un degré d’indépendance au moins égal à celui de la Bundesbank.

Ce mythe de inflation comme mal absolue est habilement mobilisé dans l’intérêts des élites allemandes et repose non sur l’histoire ou l’économie mais sur une mythologie culturelle. Pour la nourrir. Jens Weidmann, à la tête de la banque centrale allemande a repris gaillardement la symbolique du Faust de Goethe, ranimant les terreurs inflationnistes face au danger des OMT (Outright Monetary Transaction) : le diable assure-t-il a révélé les secrets du pouvoir de la création monétaire à l’empereur, la mission suprême du banquier central est de préserver les nations de l’emprise diabolique. Pour ce faire, l’indépendance de la banque centrale est le seul garde fou qui protège la richesse et la valeur de la monnaie de l’action du malin.

Ce mythe littéraire a ancré une peur individuelle tenace chez les allemands : La peur de perte sa propre richesse comme le souligne l’enquête exhibée par un journaliste du Figaro qui insiste sur «l’expérience traumatisante de l’hyperinflation» (Figaro 65% des allemands craignent de perdre leur épargne en revanche il ne sont que 32% à craindre de perdre leur travail (Figaro flash eco- Reuter sept 2012) et son lien avec l’accession au pouvoir d’Adolf Hitler en 1933. La peur est ainsi rationalisée au plus profond de l’imaginaire européen par un déterminisme mortifère. L’hyper-inflation de 1923, puissance de frappe sans précédent serait responsable d’une successions de drames économiques qui ont fait arriver Hitler au pouvoir 10 ans après sans que rien ne puisse l’éviter.

 

Pourtant la thèse ne fait pas l’unanimité, des spécialistes(Jacques Marseille, « Le bonheur est dans l’inflation », chapitre 20 de L’Argent des Français, Perrin, 2010) à la lumière des archives nouvellement ouvertes, soulignent que c’est plus la vigueur de l’austérité qui est responsable de la montée du nazisme en Allemagne. L’instauration du malheur social facilite l’acceptation disciplinaire et le fascisme. Philippe Burrin montre que les déceptions politiques et les crises constituent des points de non retour et que la crise sociale et politique en France a cimenté la collaboration avec les nazis (Ph. Burrin « La France dans le champ magnétique des fascismes », p. 52-72, Le Débat, n° 32, novembre 1984). En regardant les chiffres en face le mythe se relativise. Hormis le risque de mauvais sort cher à Jens Weidmann, la seule crainte rationnelle de l’inflation se résumerait à un impôt sur la fortune, permettant une meilleure redistribution des revenus et des patrimoines. Jacques Marseille éternel provocateur, interprète ainsi, cette fameuse hyperinflation allemande. Les expériences d’histoires économiques dans de nombreux pays du monde (Europe inclus) s’accordent à la théorie économique en identifiant l’inflation à un impôt redistributif.

Ecartant la possibilité d’envisager les avantages que les pays européens pourraient tirer en terme de dynamique de développement, l’optique imposée par l’Allemagne est bien celle d’un pays vieillissant qui ne souhaite en aucun cas clore la partie du jeu du rentier obstiné et des spéculateurs avides. Cette stratégie relayée par les élites européenne sert aussi de garant des équilibres hiérarchiques en Europe et de la place de ses acteurs dans les institutions adéquats : le parti pris de l’inertie.

 

En prolongeant l’exploration historique pour mesurer la portée des mythes «financièrement utiles» la surprise est de trouver dans l’austérité le diable véritable. Jens Weidmann dans son rôle de Monsieur Thiers du XXIième siècle se soucient plus des gérontes que du futur de l’Europe. Il tente de passer sous silence que les banquiers centraux allemands nous ont montré qu’il peuvent aussi jouer la partition du  diable. «Le miracle économique» du IIIe Reich a été le fait d’une remarquable tournant financier, mis en place par un célèbre banquier central, Hjalmar Schacht. Depuis le milieu des années 20 il fut le relais des centres financiers anglo-hollandais et des industriels et mit aussi en oeuvre une stratégie édifiante de la peur. Cette stratégie pris place dans un contexte d’instabilité financière et de crises de la dette, étrangement évocateurs de nos repères contemporains: Depuis la fin de la première guerre mondiale, une crise rampante de la dette étranglait les pays européens. L’Angleterre et la France devaient rembourser les dettes de guerre aux Etats Unis, au moyen de l’argent qui venait des réparations allemandes. L’instabilité financière attira les élites financières en quête de gain immédiat. L’Allemagne captive des spéculations fit une manoeuvre spectaculaire dans ce contexte des rapports de forces économiques : un QE («quantitative easing») avant l’heure, source du drame ; H. Schacht fut celui qui mit un terme brutal à l’expérience en reprenant en main les finances allemandes à la fin de 1923. «L’équipe de rêve» déroula alors la déflation salariale et l’austérité drastique sur les populations.

En dépit des bonnes relations des financiers allemands avec les américains et les renégociations des dettes de guerre, la pression sur les populations s’aggrava toujours avec la poursuite de l’austérité. Le chômage et l’endettement se creusèrent par le jeu des mécanismes dynamiques de l’austérité que nous connaissons bien (baisse des recettes). Les syndicats étaient paralysés par le réservoir de mains d’oeuvre qui offrait des volants de baisse de coûts salariaux. En France et en Allemagne les dettes de guerres pesaient de façon concomitantes. Le risque de blocage des paiements en Allemagne paralysait les perspectives de remboursement des français et des britanniques. L’incertitude se propagea et fut un des éléments à l’origine du jeudi noir de Wall Street en 1929.

Alors que H. Schacht préparait les conditions de ses alliances et de sa prochaine reprise en main de affaires, la crise financière et sa contagion mondiale radicalisa  l’austérité, et la déflation salariale. L’effondrement économique qui en résulta permit l’ascension au pouvoir des protecteurs de H. Schacht. L’argument de la compétitivité de l’économie allemande -cible a-temporelle des politiques –  précipita le coût du travail à son niveau de 1913. La rhétorique et son corolaire la négation d’alternatives sont familières. Il y a une méthode obligée, même si on sait qu’elle induit toujours plus de malheur. Face à cette violence, le silence, l’intimidation l’arme contre les gêneurs, toujours! Récusant l’alternative salvatrice du Plan Lautenbach (parfaitement dans la ligne du futur New Deal de Roosevelt) les élites  prennaient d’autres dispositions. H. Schacht rassembla le soutien industriel et financier nécessaire pour assurer la nomination de Hltler. En poussant les événements avec le feu (incendie du Reichtag) le processus démocratique fut «accéléré». H. Schatch, banquier central puis Ministre des Finances en 1934,  provoqua raffermit encore d’un cran la discipline par l’austérité et la déflation salariale. La consommation des ménages chuta à son niveau de 1913. C’est seulement quand le pouvoir fut jugé suffisamment stabilisé et la population sous contrôle disciplinaire, que furent mobilisé les ressorts économiques pour accompagner les ambitions de conquêtes du Führer. H. Schacht, comme par miracle, assura le redémarrage par une relance massive de la création monétaire. Bel exemple que la monnaie peut mettre en action l’économie réelle (la production et les services) au moyen d’un taux élevé d’investissement. La productivité se renforcea et la prospérité revint. Suprême miracle, l’inflation elle-même fut évitée. La production doubla entre 1932 et 1938 et le taux de chômage passa de 44% de la population en 1932 à 12% en 1936 puis à 3 % en 1938 (Pierenkemper, T. (1987), ‘The standard of living and employment in Germany, 1850-1980: an overview’, Journal of european Economic History 16-1 pp. 51-73). Cette expérience, en confirmant les pronostics du plan Lautenbach, nous rappelle que la politique a le dernier mot sur l’économie,  souvent pour le malheur des peuples

Conclusion:

Les débats interdits aujourd’hui seront un jours ouverts par l’histoire ; Elle lèvera le voile sur les silences complices et les enjeux «supérieurs».

Alors que l’économiste n’est jamais coupable de ses excès, l’ingénieur ou l’anesthésique rendent des comptes, si le pont s’effondre ou l’opéré meurt! Un des seuls acquittements prononcés à Nuremberg, fut celui de H. Schacht qui a rendu possible la machine économique pour exterminer l’Europe. La guerre économique et monétaire est une alternative sans risque pour ses protagonistes, qu’aucun tribunal ou assemblée n’est en mesure d’entraver.

 

Pour ne pas baisser les bras, il faut emboiter le pas aux historiens contemporains qui explorent la fabrication du rapport social au passé, la construction et le statut de l’événement. L’historien P. Laborie (P. Laborie (2011), Le chagrin et le venin, Bayard.) tente une démystification à propos de la période de l’occupation en France. Il montre comment à partir d’idées reçues, se construit un discours convenu de la honte par les média mais aussi par les manuels scolaires : faisant des français, un peuple majoritairement enfoncé dans l’opportunisme et le soutien à Pétain sans nuance. L’historien décèle dans cette  construction de la mémoire des enjeux politiquo-économiques. Borner la Résistance à une mince élite, coupée du peuple pour accuser les communistes et les gaullistes d’avoir construit un « mythe résistancialiste » sert à nier la Résistance comme formidable mouvement social et politique qui déboucha sur la politique du Conseil National de la Résistance. Le programme du CNR mis en place à la Libération devient ainsi un des accidents de l’histoire économique potentiellement réversibles. Ce jeu de communication, en dépit des réalités économiques, facilite la rengaine de la honte vis à vis de notre modèle social et l’exemplarité allemande. Banaliser la collaboration pour briser les résistances!

 

 

Confiance et conventions

2014-03-06

Aujourd’hui le site RWE sous la plume de Maria Alejandra Madi, publie un billet «Economics and Trust» dans le WEA Pedagogy Blog, dont la mise en évidence est bien opportune, tant il met en lumière un thème récurrent de nos travaux de viabilité : les risques économiques que font courir la financiarisation débridée dans nos économies contemporaines. Le commentaire renvoie à l’histoire économique et aux analyses de John Meynard Keynes à partir du thème des «conventions» qui nous est cher.

«La Grande Crise financière récente a remis en évidence la menace de dépressions profondes, véritables défis économiques lorsque le quotidien du fonctionnement du système se révelle être subordonné à la spéculation, à l’instabilité financière et aux renflouement des systèmes financiers domestiques. En regardant en arrière, dans le contexte de la Grande Dépression 1930, John Maynard Keynes avait souligné que le développement des marchés des capitaux augmente le risque de la spéculation et de l’instabilité, puisque ces marchés sont surtout basés sur des conventions dont la précarité affecte le rythme d’investissement via des pressions sur la sphère politique.

 

Keynes a attiré l’attention sur le fait que le système capitaliste contient des mécanismes endogènes capables de déstabiliser les niveaux de dépenses, le revenu et l’emploi. Au coeur de sa théorie, il a suggéré de reconsidérer la compréhension des relations entre les individus, la société et les gouvernements, au coeur des relations marchandes où les institutions et les conventions jouent un rôle pour former le comportement humain. Conscient du besoin de surmonter le concept de rationalité qui écrase l’Homo economicus, sa contribution approfondit la compréhension des décisions des entrepreneurs et plus généralement des décisions au sein des sociétés. Cette approche peut ainsi contribuer à améliorer la prise en compte du fonctionnement réel, lorsque les résultats des décisions des sociétés ne sont pas soumis aux comportements stochastiques mais sont non prévisibles (radicalement incertains).

 

En fait, les décisions au seins des sociétés sont basées sur des conventions. Comme l’incertitude est inhérente au processus de prises de décisions capitalistes, Keynes considère que la crédibilité et le degré de confiance par rapport à un jugement conventionnel, sont  historiquement construits dans le cadre des marchés et qu’ils modifient les conditions de l’économie internationale. Dans sa tentative de refonder l’organisation économique mondiale dans les années 1940, Keynes défend le besoin « d’une large consensus » ; c’est-à-dire le besoin de créer de nouvelles conventions basées sur la confiance. En effet, la confiance se révèle être un concept conventionnel construit dans une société sur l’environnement futur des affaires ; c’est-à-dire autour des l’arrangements légaux et réglementaires, macro-économiques et politiques qui auraient un impact sur l’évolution des marchés. Dans cette perspective, la confiance a une nature historique et sociale. En effet, la confiance a profondément un impact sur le développement économique et social. Il est grand temps de (re)développer cette analyse explicitement dans les programmes d’enseignement de l’économie.»

 

Les dysfonctionnements économiques contemporains auxquels les autorités sont tentées de répondre par le déni et d’inertie montrent l’intérêt pédagogique de ce rappel des enseignements de l’économie issus de l’analyse de J.M. Keynes. C’est au coeur du processus d’éducation des futurs acteurs économiques que s’établissent les mentalités et les conventions économiques qui vont façonner l’environnement et potentiellement en corriger les traits les plus dommageables vis à vis du fonctionnement et de la robustesse des économies.

L’introduction de l’approche de la viabilité et de ces concepts peut servir l’évolution souhaitée dans la pédagogie de l’économie. La viabilité permet de reformuler la méthodologie de l’économie à partir d’une approche plus globale des mécanismes dynamiques ; les principes de maximisation des profits et des utilités se retrouvent marginalisés, comportements parmi d’autres, dont il ne résulte pas un caractère viable a priori. Les jugements et principes de justification au sein des comportements que la formation en économie cherche à impulser via des automatismes s’en trouve affectée. Les normes instaurée perdent de leur hégémonie et la diversité des jugements retrouve une pertinence dans les débats. Un espace plus large s’ouvre pour prendre en compte des enjeux réels du point de vue de la viabilité des sociétés. Des enjeux susceptibles de faire facilement consensus (accès au travail, prima de l’humain sur le capital) au sein d’une assemblée démocratique. Des positions consensuelles jusqu’alors écartée dans des raisonnements statiques standards laissant place à l’intimidation de la convention, peuvent retrouver des voix de justification dans la théorie économique ainsi renouvelée par sa méthodologie.

Le retour à la décision politique et aux choix de politique économique vont ainsi pouvoir s’inscrire avec plus de cohérence dans une approche démocratique véritable. Par l’éducation et la refonte des mentalités sur la réalité des fonctionnements dynamiques des économies, il pourrait ainsi être mis en terme véritable aux justifications conventionnelles de l’austérité et autres thérapies de choc. Elles condamnent les populations soit à l’exil soit à la mort, parce qu’elle ne sont efficaces que dans une conception très limitée de la théorie économique, celle où l’incertitude n’existe pas. Loin des manuels de base de l’économie le réel des sociétés est tout autre!

 

 

Viabilité au péril de la communication

2014-02-24

Un économiste américain de «terrain»,  Paul Craig Roberts,  nous livre un constat sévère sur l’approche économique standard et sa mise en application dans la réalité de l’économie américaine contemporaine.

«Cette économie ne marche pas quand le gouvernement US socialise les coûts et privatise les profits à l’image de ce qu’il a eu lieu avec l’aide de la Réserve Fédéral aux banques «too big to fail» et qu’une poignée d’institutions financières a concentré la plus grande partie de l’activité économique. Subventionner les banques «privées» ne représente pas une différence fondamentale par rapport aux politiques de subventions à l’industrie publique qui ont eu cours en Grande Bretagne, France, Italie ou même dans les anciens pays communistes. Les banques ont reporté le coût de leur incompétence, de leur avidité et de leur corruption sur les contribuables. En effet, les entreprises socialisées d’Angleterre ou de France étaient plus efficacement dirigées et n’ont jamais représentés des dangers pour la sécurité des l’économies nationales et encore moins celle du monde entier à la hauteur des risque de ruine que font encourir les banques privées des Etat Unis «too big to fail». Ni les anglais, ni les français ni même les communistes n’ont provoqué une émission de 1000 milliards de dollars annuellement pour sauver une poignée d’entreprises financières incompétentes et corrompues».

Ces propos peuvent surprendre surtout lorsqu’ils sont exprimés par un économiste qui s’est vu décerné la légion d’honneur en mars 1987 par E. Balladur,  pour le «renouvellement de la science économique et politique après un demi-siècle d’interventionnisme»!

 

L’histoire d’un sur-ajustement 

Paul C. Roberts peut se targuer d’avoir une approche réelle du fonctionnement du système économique et financier américain ; il a été le sous-secrétaire au trésor américain en charge des questions de politique économique sous l’administration Reagan. Editeur associé au Wall Street Journal, il a aussi enseigné au Centre pour la Stratégie et les Etudes Internationale (CSIS) de Washington. ll livre une critique de l’intérieur du système américain qui met l’accent sur les dérives non viables du système économique avec  ses retombées internationales. On sait combien la politique économique de l’administration Reagan a cherché à re-cadrer la politique économique américaine sur l’économie de l’offre et la liberté des forces des marchés, supposées garantir la stimulation des intérêts individuels et le bien être global. Le principe des réductions d’impôt découlant de l’interprétation statique de la courbe de Laffer (Laffer curve) constitua un des fers de lance de l’action de politique économique à laquelle participa Paul C. Roberts (tax-act de 1981).

La dynamique économique et financière impulsée par la nouvelle politique économique menée dans les années quatre-vingt  aurait selon le constat de P. C. Roberts, dépassé les ambitions de ces protagonistes et provoqué un emballement du processus. Il évoque même le thème de «la tyrannie des bonnes intentions» dans un ouvrage publié en 2000.

Une sorte de contagion mimétique s’est alimentée par la promotion de conventions financières fondées sur tout un système de justifications économiques, instrumentalisant la théorie économique de façon univoque.  L’abrogation en 1999 du Glass-Steagall Act qui réglementait depuis 1933 les activités financières à partir d’un cadre compartimentant les activités bancaires, serait le sommet symbolique de ce processus. Il a rendu juridiquement possible la concentration et la collusion des acteurs financiers.

Ce mécanisme de contagion rend compte aussi d’une dynamique de sur-ajustement qui s’est figée au sein des institutions et dans les mentalités des acteurs économiques. La rigidité du phénomène repose sur des mécanismes de corruption plus ou moins «soft» et de lobbying qui exercent un pouvoir de plus en plus crucial dans l’arène politique ; ils sont suffisamment puissants pour que la survenue de la crise de 2008, finalement, renforce le phénomène d’interdépendance, sans remettre en cause vraiment la réalité des dysfonctionnements économiques à court et moyen terme. Les discussions sur le retour à des espaces de régulations s’inscrivent dans des perspectives historiques futures dont l’applicabilité de fait reste incertaine. La promesse de la régulation à des fins essentielles de communication semble suffire actuellement pour piloter les mentalités et les acteurs économiques concernés avec l’appui des media.

La critique de P. C Roberts pourrait-elle aussi être déclinée dans le cadre des péripéties des la crise économique européenne? L’Europe a été gravement touchée par la contagion de la crise américaine car les institutions financières européennes avaient pris largement part à la financiarisation hasardeuses du marché immobilier des Etats Unis.

On pourra se souvenir de la déconfiture du groupe bancaire français Natixis qui fournit une bonne caricature de ces excès,  suite à l’épisode des subprimes que des investissements mal à propos dans une société du financier escroc, Bernard Madoff, ont encore aggravé. Les petits épargnants sollicités pour l’augmentation de capital de décembre 2006 à hauteur de 19,55 euros par actions ont vu s’effondrer le titre jusqu’à 0,76 euro en 2009. Ces petits épargnants qui avaient répondu par milliers ont perdu une fortune… La banque peine a se remettre de cette «catastrophe» de communication nous dit-on! Le coût pour 2008-2009 s’est élevé à 4,5 milliards d’Euro et au final l’Etat français a du soutenir avec 6,5 milliards le groupe par l’intermédiaire des Caisse d’Epargne et des banques populaires comme le souligne une étude de 2010 du groupe international de recherche en éthique financière et fiduciaire (GIREF – L’histoire d’une banque dans la crise 2007-2008, Natixis ). En 2012 le chiffre des pertes cumulées s’établissait à 8 milliards selon l’aveu du directeur général de Natixis, Laurent Mignon. Cette affaire a pu relativement rapidement se faire oublier à l’inverse de l’affaire Dexia. Est-ce parce que  le scandale Dexia, impliquait plus d’acteurs nationaux, locaux et internationaux, qu’il a médiatiquement été plus suivi (P. Saurin (2013), Prets toxiques : une affaires d’Etat, comment les banques finances les collectivités locales, Ed Démopolis)?

Depuis la crise de façon générale et systématique les soubresauts financiers européens (cf. (J. Sapir (2008), Global finance in crisis, RWE Review)) sont largement conditionnés comme aux Etat-Unis par l’assistance en préteur en dernier ressort des autorités monétaires européennes.  Cependant elles font peser un risque permanent sur le système de financement et handicape l’économie européennes réelle (cf. VIABLECO – Viabilité bancaire et bouc émissaire). Contrairement aux Etat-Unis où la création monétaire a assuré une part majeure des injections de liquidités nécessaires au fonctionnement des marchés financiers et des relations bancaires, en Europe l’assistance pèse directement sur les budgets des états membres par les diverses techniques mises en place. On le voit de façon évidente dans les pays le plus touchés par les conséquences de la crise, en Grèce (cf. VIABLECO op. Cit.  annexe 1) où de façon récurrente les déficits publics alimentent directement les injections effectuées auprès des institutions financières mais aussi en Espagne où la situation économique et financière est aussi préoccupante.

 

Les mécanismes mis en place remplissent différentes missions (refinancement à taux très bas intégralement servis, programme OMT (Outright Monetary Transactions) associé au Mécanisme européen de Stabilité) : d’une part, ils assurent le financement des structures financières en limitant le plus possible le risque inflationniste ; d’autre part, ils préservent de l’effet domino qui ravagerait l’ensemble du système financier européen et tout particulièrement les banques allemandes et françaises.

 

Le pays du Sud dotés de gouvernements facilement influençables ont été des cibles privilégiées. Comme il pouvait dans une certaine mesure afficher des difficultés structurelles, ils ont pu alimenter des justifications simplificatrices en contribuant à préserver la réputation d’ensemble du système financier européen. Le FMI a lui même clairement mentionné avec une certaine dose d’énervement en juin, que c’est l’effort imposé à l’économie Grèce qui a permis indirectement la survie de l’Euro. (Rapport FMI juin 2013).  L’austérité qui pèse sur les populations du sud de l’Europe, en Grèce, Espagne et Portugal, permet de mobiliser à un coût qui semble minimum, la rançon qu’exige le sauvetage des banques européennes des pays choisis comme devant demeurer les plus crédibles… En associant le sauvetage des banques à la survie de l’Euro, le lobby bancaire a su instrumentaliser la crainte de la BCE à son avantage en la généralisant à tous les acteurs. Le sauvetage de l’Euro a tout prix faisant écho à la diabolisation de toutes autres alternatives servait ainsi en premier lieu des intérêts de clan. Dans ce contexte, le langage et la communication jouent un rôle clef dans les déterminants du bouclage monétaire et financier qui ont façonné la rhétorique uniformément. Les lobbies financiers en ont fait l’axe fort du langage à imposer aux politiques, que les media devaient relayer.  Un mode de communication univoque a ainsi été mobilisé pour asseoir rationnement le sauvetage financier sur lequel est sensé reposer la crédibilité de l’Euro et sa survie. La confusion a été entretenu pour globaliser le risque systémique qui pesait sur le système. Cette globalisation n’allait elle aussi pas de soi :  En effet, la régulation globale du système de paiements repose sur deux axes de régulations, l’une la régulation financière à proprement parlé a trait aux rapports entre débiteurs et créanciers et l’autre, la régulation monétaire a trait à l’unité de compte ainsi qu’à son pouvoir d’achat. La viabilité de la forme finale de la régulation propre à un système donné de paiements, dépend donc de la pondération accordée à l’un et l’autre de ces deux pôles. Le type de hiérarchie  qui s’établit entre eux ainsi que les objectifs socialement assignés à l’un et à l’autre peuvent différer. Toute la maîtrise du discours fut de dissimuler ces diversités possibles de hiérarchie et de fonction en généralisant la peur.

 

L’interdépendance des mécanismes n’allait pourtant pas de soi, des alternatives aurait pu être proposées formellement avec des restructurations d’établissements et des contrôle plus stricts des fonctionnements. Ce tournant vers l’essentialisme monétaire qui polarise tout le système sur la monnaie unique se décrypte ainsi comme une réponse opportuniste du lobby bancaire : un fétichisme opportuniste réducteur.

 

 

Essentialisme monétaire fruit de la communication

La rhétorique de la communication mise en oeuvre a engagé le système monétaire dans une fuite en avant dans l’essentialisme monétaire le plus radicale, figé dans une forme de fétichisme. Dans sa conception initiale de l’essentialisme,   A. Orléan explique qu’il peut être conçu comme provisoire parce qu’il est naturellement soumis au jeu dynamique des compromis. Dans le cas européen présent le compromis est figé. Le poids symbolique de l’Euro et son fétichisme accusé, a servit d’alibi théorique à la justification salvatrice en lui fournissant un schéma rationnel de communication justificatif. Il permit paradoxalement de justifier dans le discours l’irrationalité économique et sociale découlant du sacrifice des économies réelles et de l’emploi pour assurer le renflouement des institutions financières. Pour 2012, Eurostat évalue à 5,5% du PIB de la zone Euro le poids du soutien aux banques ; c’est une ponction majeure sur la croissance et sur l’économie réelle !

 

Différents ordres de justification distincts les uns des autres se rassemblent ainsi pour renforcer le primat donné à l’argument monétaire. En plus des banques soucieuses de voir leur sauvetage primer, se justifie aussi l’intérêt des institutions européennes qui doivent témoigner de leur bien fondé en assurant leur survie, voire même se trouver des perspectives de croissance avec des pouvoirs accrus : la superposition de commissions, d’agences va pouvoir se justifier rationnellement par l’activité rendue nécessaire pour lutter contre la crise… La survie de l’Euro, essence du système européen, procède ainsi de l’imbrication d’intérêts joints issus de la construction institutionnelle qui s’auto-développe. L’interprétation essentialiste de l’ordre monétaire  immuable sur lequel repose tout le discours symbolique qui est tenu, devient de plus en plus effectif avec l’accroissement de l’influence des mécanismes institutionnels européens. Il s’auto-entretient et s’auto-renforce ainsi. L’opportunisme stratégique se nourrit des intérêts de clans comme de l’hubris d’économistes qu’une sensibilité à la flatterie a rendu instrumentalisables. L’histoire économique nous éclairera ultérieurement sur ces déterminants en décortiquant les jeux d’influences au sein des comités d’experts et de professionnels qui se sont progressivement imbriqués, en créant les formes adaptées de la «rationalité communicationelle».

 

Exit l’économie place à la communication

Point de surpris alors d’assister dans ce contexte au jeu de la politique économique en Europe prise en otage de la communication et guidée par un compromis fondé sur la réputation. Tout argument d’action ou de non action se réfère au marché…à comment les marchés vont prendre tel ou tel point… Les exemples ne manquent pas dans la communication des représentants européens.

Tout se joue sur les postures marketing et les effets de langage. En revanche, l’économie est laissée à sa plus simple extrémité, avec la charge de justifier qu’il n’existe pas d’alternatives possibles au modèle imposé.  C’est en effet le seul à pouvoir assurer au moins à court terme le  sauvetage de l’ordre instauré sans rapport avec sa viabilité à plus long terme ; ainsi l’économie prêche-t elle par un discours abscons et caricatural. L’argument de la faute intérieure rachetable par la déflation salariale reprend l’idée de «la contrainte extérieur» qui a porté nombres de réformes depuis 1983 en France et qui fait toujours recette. Cette contrainte serait inévitable dans un monde globalisé dont on ne peut s’extraire par convenance civilisationnelle ; démocratie, droit de l’homme sont à l’appuie de la rhétorique univoque de cette perspective contenue. Retour au discours…

Le contexte historique permet d’éclairer le processus en oeuvre qui a placé la transformation socio-économique sous l’angle de la communication : la fin supposée entérinée des modèles fascistes et l’érosion progressive du modèle communiste ont progressivement conduit à penser le système capitaliste tel qu’il prévalait en occident comme le seul viable, justifiant les discours sur la fin de l’histoire mais surtout la fin de l’histoire économique. On a souligné déjà combien le discours sur les anticipations rationnelles et la méthodologie de l’équilibre général ont cristallisé la perspective a-temporelle et a-historique, figeant la discipline économique dans un immobilisme institutionnel et théorique.

 

Totalitairisme de la communication

Dans les transitions historiques du début de XXieme siècle, Marcel Gauchet a pu montrer, comment  des formes de «religions séculières» qui traduisaient des «antireligions religieuses» caractérisaient la phase spécifique et périlleuse du processus de construction de la modernité en expliquant en partie les tentations vers le totalitarisme (Cf.  M. Gauchet L’avènement de la démocratie, III : À l’épreuve des totalitarismes, (1914-1974)).

Par analogie, nous proposons de penser la sortie «organisée» de l’histoire économique comme une anti-économie économique qui a diffusé un discours universel et univoque pour guider la politique économique et justifier de politiques économiques déconnectées de la réalité des économies (thérapies de choc, austérités). C’est aussi le signe d’une tentation totalitaire en oeuvre que de penser l’économie comme une discipline de manuel devant être imposée à la société. Les témoignages fournis par les observations de Paul Craig Roberts montrent bien combien les auteurs même de la transformation économique ont été rattrapé par leurs actions, avalés dans une dynamique totalisante….Même prise en faute dans la crise, rien n’altère le processus.

Comment l’enfermement dans la communication au dépend de l’économie a-t-il eu lieu ?  D’abord par l’isolation de l’économie qui a cherché à se démarquer des disciplines des sciences sociales pour s’instituer en Science. Dans ce mécanisme elle a subit l’éviction radicale, mise en forme dans un discours de caricature hors du temps et du réel. Pourtant, l’argument du primat des mathématiques et de la formalisation comme alibi ne tient pas aux regards de la méthodologie statique ou semi statique (linéarisation) de référence. Les mathématiques en elles-même auraient permis de faire mieux et plus efficace pour analyser les modèles dynamiques. Gommer le temps et le contexte était le vrai motif de cette simplification, un motif de soumission à un ordre simpliste qu’à pu dénoncer Jean-Pierre Dupuy évoquant l’éco-mystification. De plus oser penser l’économie comme une science qui a prétention à l’exactitude à l’issu des crises économiques que nous connaissons a perdu beaucoup de sa pertinence justificative. Le discours théorique et méthodologique standard est grandement écornée. Même la Reine d’Angleterre s’est plaint auprès des responsables de la LSE de l’incapacité de la discipline à prévoir la crise…

 

Les travaux de J. Habermas sur la communication nous offrent matière à alimenter cette réflexion pour comprendre l’emprise de la communication et du discours sur la discipline économique. Il faut d’abord reconnaître la force du langage mais aussi la force illocutoire d’ensemble d’un discours ambiant, ce qui entoure le langage, l’atmosphère, la mise en forme du contexte sur lesquelles les conventions influent directement… Un locuteur, l’expert en l’occurrence peut ainsi motiver un auditoire à accepter des propos et à les tenir pour rationnels parce qu’il semble fonder en raison la validité des normes. Des conventions plus ou moins explicites servent à faire émerger une inter-subjectivités auto-entretenues au sein des acteurs concernés qui assure et amplifie la «rationalité communicationnelle» : l’avènement d’une communauté idéale dans sa composante socio-économique a ainsi dominé la rhétorique du discours sur le projet européen. L’économie a servilement fournit l’argumentaire adéquat de la convergence obligée.

 

La théorie délibérative de la communication exposée par J. Habermas, met au coeur du raisonnement les effets d’intersubjectivité. Le philosophe y voit une action suivant deux formes : sous des formes institutionnalisées de délibérations menées dans les corps parlementaires et démocratiques mais aussi dans les espaces publics politiques. Ces espaces publics politiques (société civile ?) sont des « arènes » où une formation plus ou moins rationnelle de l’opinion et de la volonté peut s’opérer. On voit dans cet espace le rôle que peuvent prendre les media, le soft power et les «meta-surveillances» mues par des stratégies géopolitiques. Ces formes d’action définissent deux sources de pouvoir : la formation de la volonté institutionnalisée par l’Etat de droit et les espaces publics mobilisés par la sphère culturelle, médiatique, d’influence diverses. Il est important de noter que le pouvoir vient de l’interaction entre ces deux instances, suivant des modes de compromis plus ou moins polarisés. L’espace de la démocratie est un entre deux…

Dans le mécanisme dynamique de la communication J. Habermas introduit un garde fou éthique : «Chaque norme valide, doit satisfaire à la condition selon laquelle les conséquences et les effets secondaires qui, de manière prévisible, résultent de son observation universelle dans l’intention de satisfaire les intérêts de tout un chacun peuvent être acceptées sans contrainte par toutes les personnes concernées». (De l’Ethique de la Discussion, Première partie, Chapitre 2).

Cette condition d’étique reporte le jugement sur la norme en terme de contrainte ressentie. Dans des univers où l’intersurjectivité est différente, différemment construite… il y de fortes chances que ce qui est «contraintes» pour les uns ne le soient pas pour d’autres…et vice vers ça. Les débats en termes de «droits de l’homme» bafoués ou pas, fournissent des exemples illustratifs des dissonances cognitives de la sorte dans lequel les média prennent plaisir à se glisser ; ils trouvent sans difficulté une façon de discourir en rond dans un laissez-aller infantile. Les commentaires auxquels les JO de Sotchi ont donné lieu dans la presse occidentale fournit un champs d’observations  privilégiées de ces mécanismes (cf. How U.S. Media Misrepresent Sochi and Kiev,The Moscow Times).

L’universalisme devient le seul mode de pacification de la communication pour homogénéiser la perception des contraintes ; mais un paradoxe apparait, l’intolérance de l’universalisme poussée à l’extrême auto-détruit la communication en elle-même. L’épisode du «Fuck E.U.!» lâché malencontreusement par Victoria Nuland réaffirme que l’enjeu stratégique se dissimulent toujours dans le discours universaliste.

Le monde de la réalité est dans la conception de J. Habermas bien déconnecté du monde social qui seul s’affirme comme le champ de la communication. L’économie communicationnelle qui est promue se trouve par nature hors du champs de la réalité. Ce sont les clivages qui apparaissent dans le monde social qui sont accusés par l’accroissement des inégalités qui rétablissent des lieux d’aliénation possibles, à mesure que les contraintes qui pèsent sur les individus s’alourdissent.

 

Le poids de l’austérité sur les populations et l’indifférence concomitante des élites occidentales stigmatisent le clivage croissant du monde social et remet en cause directement le garde-fou éthique. Des mondes sociaux parcellaires se superposent et donnent naissance à des justifications éthiques diverses, pouvant devenir contradictoires…le règne de l’imposture se généralise comme pathologie de la confusion, c’est ce que dénonce le psychanalyste clinicien, Roland Gori (La fabrique des imposteurs) qui y voit une entrave majeure à la démocratie. L’opacité de la perte de confiance se propage… L’information biaisée alimente la perte de repères et le chaos. L’exemple fut fourni par la crise américaine des subprimes qui fut aussi une crise de la communication : au moment où chaque acteur s’est trouvé dans l’impossibilité de croire les évaluations… précipitant la signification dans le néant : tout est devenu sans valeur parce qu’ indifférenciable. La crise d’indifférenciation a précipité le système dans son ensemble dans la crise financière. C’est la contagion de ce chaos à tous l’ordre financier et économique n’est toujours pas résolu mais simplement gérer à court terme au bénéfice du système financier et au détriment de l’économie réelle ; la menace du rebond amplifié est ainsi permanente…