L’illusion de l’unanimité, vice du parisianisme

17:53:10

A propos des commentaires sur mes récits de vie en Russie (cf. Article viableco : “Vivre en Russie” dans La Voix de la Russie par exemple…). Je persiste et signe…c’est le réel que je vis et que je vois vivre autour de moi. 

Avis à la population je ne suis pas Maso, pourtant je reçois des commentaires comme ceci qui le sous-entend mais en dit long sur l’état mental de la société parisienne (loin de moi l’idée d’y associer les auteurs, j’ai conscience qu’ils n’en sont que des victimes collatérales et momentanées, du moins  je l’espère):

«De telles “impressions” de la vie russe seraient “irrecevables” chez nous, tellement elles sont éloignées de l’opinion commune voire unanime» (c’est moi qui souligne).

De toute évidence les Parisiens savent mieux comment on vit en Russie au XXIe siècle que moi qui y réside depuis huit ans en famille! C’est une vérité que je devrais savoir… mon absence d’objectivité est bien le fait de faire l’expérience du réel, en refusant le diktat de l’illusion fabriquée… Maso, “esclave volontaire” j’ai le choix pour me qualifier!

Cette réflexion est à rapprocher d’un message que déjà reçu…: «votre position sur la Lybie, il n’y a que les communistes ou le FN et Marine le Pen qui la partagent…!»

C’était en février 2011, au moment des bombardements de la Lybie… Il fallait savoir être retenue est discrète et ne faire aucun commentaire critique influencé par la «propagande russe». Laquelle n’étaient ainsi reçues que dans les extrêmes politiques douteux. Pas d’avis déplacé sur le  massacrer les habitants et de “l’infâaaaame dictateur”, créancier à l’occasion….un devoir humanitaire pour le respect des droits de l’homme et pour aider des rebelles sympathiques porteurs des valeurs de la démocratie occidentale…..Le mot était lancé même si au final il s’agissait d’alimenter en armes et en équipements l’Emirat Islamique en formation… Qui pourrait ainsi alors s’entrainer à l’art de la communication par l’art du massacre interposé : le retour du jeu du Cirque? Mais ça on ne le savait pas clairement, la bienséance n’avait pas autorisé, ni de le dire ni surtout de le penser ou même d’oser y réfléchir… La cause initiale était juste, établie dans l’intérêt de l’humanité civilisée que l’OTAN représentait en totalité.

De tels avertissements, assurément bienveillants, sont à chaque fois destinés pour que je me rende  je compte de mon indécence… des limites de l’expression et de la pensée à ne pas dépasser. lI y a une indécence de la pensée en France qui est malvenue.. La liberté de chacun est ainsi parfaitement encadrée contenue, dans cette décence socialement véhiculée et socialement gardée. Une mise en forme par un contrôle social interne actif s’effectue automatiquement (est-il inconscient ?)…. Grâce au mort de Charlie il semble que l’art du dessin et de la caricature donne plus de latitude officiellement, mais qui sait la complexité des choses en la matière?

Non je n’ai pas digéré “l’unanimité” affichée soi-disant en France…
suspecte par nature, totalitaire par essence, -Hannah  Arend l’a bien répété- et source de tous les dangers (bouc émissaire). Je n’y crois simplement pas…mais je crois en revanche à la possibilité de mort de civilisations qui se délectent du jeu de Cirque!

L’uniformisation rêvée du monde cache un néo-colonialisme d’opportunité, une arrogance anachronique: les années 90s en Russie et toujours d’actualité en Ukraine pour le pire pour ses habitants et pour l’Europe, ce n’est pas exclu… Si l’Europe se livre encore une fois par bêtise.

Je ne me sens pas seule ni si isolée, hors de cette illusion d’unanimité-liberté… les yeux s’ouvrent partout et pas qu’en Russie. La Russie, ce pays si primaire et dépourvu  des  libertés fondamentales comme semble le croire le parisianisme français.
Neil Clark s’amuse de la position de la presse occidentale sur l’ «l’infâaaaame dictateur» désigné de nos jours : c’est censé être VV Poutine et la bienséance parisienne à nouveau est sûre de rejouer la partie avec l’intimidation comme arme… (ici). Et la légitimité comme assurance. Heureusement que le ridicule tue moins que la mauvaise foi n’assassine et ne massacre.
Les chantres de l’unanimité et de la haine de la Russie et le concert de la presse occidentale sont affligeants. Que le Président de la Russie soit populaire : c’est une atteinte certaine à la bienséance… Qu’il défende sa population, assure le développement d’une classe moyenne et les intérêts du pays : une honte au XXIe siècle ! Qui pourrait imagine qu’il soit légitime de s’occuper du destin des 99% aussi que de la souveraineté du pays… Donner les clefs aux puissants qui font «la peur et le mauvais temps», c’est politiquement plus correct, vue de Paris? Cette décence imposée  se nourrit du TINA totalitariste et est une démission irresponsable encore rejouée.
Pardon pour mon exigence et ma liberté de ton…je me rends compte qu’habitant en Russie j’ai perdu l’habitude des contorsions des milieux intellectuels français. Je suis du Sud de la France, comme Jean-Claude Michéa… ça ressort, et j’ai expérimenté le racisme de la bienséance parisienne et l’ostracisme de caste, ça remonte… je m’y pliais tant que je pouvais penser que la dynamique avait une cohérence, une viabilité, un espoir autre que mercantile.

Maintenant c’est fini, démystifiés le discours, les postures, les affects imposés… Préservations d’intérêts individualistes et vogue la galère pour l’ensemble! Court-termisme égoïste, discours inspirés…. Et derrière, un peu dissimulé dans les émois émotionnels autorisés : destructions, saccages social et économique, gestion par la peur, irresponsabilité collective et générationnel : le bilan est tiré ; quid des donneurs de leçons ? Et l’excuse de la «contrainte extérieure» -celle qu’on vous sert toujours…- n’a jamais été à mon goût , ni maintenant ni il y a 25 ans quand Michel Aglietta s’en régalait…ce fut ma première alerte, je n’y ai jamais cru!
L’intimidation, la perte du courage (ce n’est pas que moi qui le dit…cf. C. Fleury (1) avec tant de brio!), ce n’est pas nouveau, c’est assez régulier dans les populations et les groupes humains, mais ça se soigne aussi.

Mais avant tout, c’est de la bêtise que je souhaite défendre mon pays par l’expérience acquise ailleurs. La bêtise et l’incompétence ne sont pas des fatalités mais le fruit d’une convergence technicienne européenne imposée… Ne pas baisse les bras : construire autrement l’Europe c’est possible,  mais la construire avec décence, mémoire et respect des personnes. Les brigands qui veulent capter les richesses et massacrer les peuples….même si la rhétorique changent, il faut être capable de les reconnaitre et de ne pas les laisser faire.
L’aveuglement n’est en aucun cas un confort personnel, là encore c’est de l’illusion de court terme. Les nuits sont longues alors pour y songer et gérer ses doutes….et enfin choisir de Résister à cette pseudo uniformité qui est totalement factice.

Dans un monde très parisien qui ne sort pas de ses oeillières encore par confort certes la réalité n’est pas recevable c’est un monde du faux-semblant de l’individualisme et de la haine des autres… mais soyez sûr que ce n’est pas le cas partout. Penser ‘l “unanimité” et l’uniformité, c’est se tromper de temps, le monde ne se réduit pas à un monde occidental accroché à ses privilèges et à sa violence…
Les gens partout ouvrent les yeux contre cette propagande. Je suis étonnée que tant de gens encore sensés et éduqués s’y laissent prendre : Effet de groupe certainement, de formatage des conventions, de bienséance pour ne pas se sertir seul…parce personne n’ose…
Le jeu est financier et G. Soros et ses amis tentent le tout pour le tout pour avoir la guerre, le salut de la finance…en Europe (beaux champs de bataille à redécouvrir) et ainsi sauver l’économie US d’une faille certaine.  Leur imagination est limitée à force de penser en TINA . La crise à venir sur la bulle de wall Street : taille x 50 par rapport à la bulle de 1929 !
…. ça permet de comprendre le discours et de le démystifier.

Paradoxalement et en dépit de cette unanimité que l’illusion véhicule, il est plus facile de s’exprimer maintenant qu’avant… de moins en moins de gens doutent par exemple de cette l’instabilité économique… Le mythe du marché stabilisateur est MORT! et ce qui va avec…la convergence bénie avec l’Euro : convergence, oui dans un sens, mais dans la misère pour toutes les classes moyennes européennes! Qui a voulu ça ? Ceux qui vous font encore croire désespérément à l’absence d’alternative (TINA)…et faute d’y arriver unanimement… Ils veulent la guerre pour s’y enrichir encore en sauvant la face.

Les blogs alimentent largement les opinions diverses ( l’unanimité est sans espoir) et E. Snowden n’est pas un agent du FSB ! Et regardez les commentaires des articles de la Tribune…c’est à mourir de rire quand la Tribune se fait trop bêtement critique de la Russie! Alors quant à la télé en France…il y a les bonnes dames de Sc Po qui vocifèrent encore… Que voulez-vous, c’est toute leur vie! Mais qui regarde encore la télé et a croit?  Certainement de moins en moins
les jeunes…le seul futur de notre pays !

Et les palabres des journalistes «chiens de garde» enfermés dans des certitudes qui arrangent leur portefeuille, ceux sont des collabos classiques version contemporaine, mais maintenant ils sont à visage découvert. Que ces gens aillent voir en Ukraine à Kiev… leur chère démocratie en oeuvre et la misère qu’ils ont créée par leur aveuglement, leurs mensonges et leur appât du gain!

Et l’audience mondiale de RT… 1 milliard de personnes ? Quid de l’unanimité parisienne ? Une hystérie en retour!

Qui peut être dupe de cette propagande de guerre, elle est si éculée? Il suffit de connaître un peu d’Histoire pour la reconnaitre. Ces pages d’un ancien militaire US, Joachim Hagopian, parfaitement éduqué à West Point, rendent compte d’expérience et de courage. Il s’exprime sur le totalitarisme aux US, -comment appeler autrement les pratiques en cours- sur lesquelles l’’unanimité” reste unanimement très discrète !
Pardon pour la bienséance, mais l’unanimité, c’est trop orwellien!
J’opte pour la possibilité de la diversité et un monde multipolaire car l’hégémonie est mortifère.
Mais bien évidemment je suis partiale car j’habite en Russie…!
Ce qui me donne une vision objective de l’Europe! Dans cette logique binaire, ça va de soi, restons cohérents!
…la route sera longue pour les unanimitophiles : une route de carême qui fera réfléchir, je l’espère.
Notes :

«J’ai perdu le courage comme on égare ses lunettes. Aussi stupidement. Aussi anodinement. Perdu de façon absolue, si totale, et pourtant si incompréhensible. (…) L’apprentissage de la mort, est-ce celui du courage ? Savoir qu’il va falloir tenir alors que rien ne tient. Est-ce cela la vie ? La vie digne ? Comment apprendre le courage ? Comment reprendre courage ? Comment nourrir le courage pour qu’il ne vous quitte plus ? J’ai perdu courage alors même que je voyais la société dans laquelle je vivais être sans courage. J’ai glissé avec elle. Glissé en elle. Me mêlant chaque jour à cette négociation du non-courage. Là, il n’y a pas d’eau. Seulement la corrosion. C’est Naples et ses ordures. Nous vivons dans des sociétés irréductibles et sans force. Des sociétés mafieuses et démocratiques où le courage n’est plus enseigné. Mais qu’est-ce que l’humanité sans le courage ? (…) Je crois que sans rite d’initiation les démocraties résisteront mal. Je vois bien qu’il faut sortir du découragement et que la société ne m’y aidera pas. Comment faire ? Qui pour me baptiser et m’initier au courage ? Qui pour m’extraire du mirage du découragement ? Car il me reste un brin d’éducation pour savoir que cela n’est qu’un mirage. Qu’il n’y a pas de découragement. Que le courage est là ; comme le ciel est à portée du regard.» Cette émouvante confession est celle d’une brillante philosophe, grande spécialiste de la pensée politique : il s’agit de Cynthia Fleury, qui signe là les premières pages d’un essai remarquable, La fin du courage, publié en 2010 chez Fayard.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Hélène Clément-Pitiot (3 mars 2015). L’illusion de l’unanimité, vice du parisianisme. VIABLECO. Consulté le 15 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/v70j