Y.E.S. he Khan !

2015-02-03

 

Le Y.E.S., «Yalta European Strategie forum», se déroule chaque année à Yalta en Crimée depuis 8 ans… Cette année,  il s’est déroulé à Kiev le 12 janvier 2015 !

Les organisateurs dont la fondation du milliardaire ukrainien pro-européen Viktor Pintchouk avaient convié un invité d’honneur : Notre compatriote DSK, ancien Directeur Général du Fond Monétaire International. Cette présence était entourée comme d’habitude de beaucoup de  rumeurs. Cette fois, celle de sa possible accession au poste de banquier central de l’Ukraine avait la primeur.

La surprise fut largement au rendez vous pour les ukrainiens, qui une fois encore ont témoigné d’un certain manque de perspicacité….forcer le réel et en recevoir les retours peu gratifiants assez vite, devient leur spécialité!

Contrairement aux autres intervenants, M. Strauss-Kahn s’est abstenu de dénoncer «l’annexion de la Crimée» par la Russie… Il annonçait ainsi la tonalité de son intervention pas seulement en orange mais en noir aussi…

L’économiste est connu pour son franc parler et ses manières sans détours. A ce propos, son collègue grec, l’économiste Yanis Varoufakis, actuel Ministre des Finances de Grèce, louait les mérites économiques et la franchise de DSK, en conclusion d’un ouvrage publié en anglais en 2011: The Global Minotaur, America, the True Origins of the Financial Crisis and the Future of the World Economy  (récemment publié en français, Le Minotaure planétaire, aux éditions, le Cercle). Y. Varoufakis précisait :

«Dans une interview à la radio remarquable (si remarquable que je le l’ai déjà cité deux fois), Dominique Strauss-Kahn, actuellement mal en cours, souligne combien la Crise de 2008 est révélatrice de l’esprit des puissants. Adoptant une perspective plus haute, alors même qu’il envisageait de quitter le FMI pour la présidence de la France, Strauss-Kahn a voulu détailler ses vues en répondant à une question à propos de l’économie mondiale en envisageant ses possibles reconfigurations».

Est ce que DSK franchi là les limites de l’acceptable en évoquant sa fidélité à J.M. Keynes ? Et sa détermination à réformer le FMI dans la ligne des recommandations du grand économiste (1)? Lignes qui promettaient de revoir les droits de votes des pays membres et de développer l’usage du DTS, la monnaie internationale alternative au dollar…qui est prévue dans les accords du FMI.

Dans la période contemporaine, DSK n’a plus grand chose à perdre et sa présence à Kiev dernièrement atteste de cette disposition. Personne ne pourra jamais l’intimider pour l’empêcher de dire ce qu’il pense. A Kiev, il n’a que faire des ombres nazis des sbires de Parvyi Sector, et il les défie en parfait « Don Juan » de tragédie.  Au Y.E.S. dans son intervention, il est allé très loin : il a critiqué vivement les stratégies européennes et ukrainiennes dans la gestion de la crise en Ukraine, condamnant les sanctions contre la Russie et de la gestion du gouvernement ukrainien de Piotr Porochenko. Un véritable pavé dans la marre atlantiste! On rapporte qu’il aurait déclaré :

Personne en Europe ne veut mourir pour l’Ukraine, et même ne veux vous donner de l’argent dans cette bataille que vous menez. Ni la population, ni, en particulier, la communauté d’affaires en Europe, ne sont pas prêts a apporter leur soutien militaire aux autorités de Kiev” (2)

DSK s’est aussi étonné de « la force et l’imagination » déployées par les autorités européennes pour « sanctionner la Russie » alors que cette imagination était bloquée pour aider l’Ukraine au bon moment au delà de vaines promesses alimentant lobbying et propagande.  Il souligna que « Toute cette affaire a été très mal gérée par l’Europe et c’est vous, Ukrainiens, qui en payez le prix.(…) Si vous voulez changer le cours de l’Histoire, ça ne me gêne pas, mais faites-le plutôt par la négociation que par la guerre (…). Parce que, évidemment, les Européens ne sont pas prêts à mourir pour l’Ukraine : vous êtes seuls (3)Certains compte-rendus lui prêtent également des propos encore plus provocateurs (4).

Hormis le Monde (rubrique FR) que nous saluons pour cet effort, il semble que la presse occidentale préféra rester assez discrète sur les déclarations de l’économiste à Kiev. Elle a pris goût depuis longtemps à mettre en exergue l’intérêt journalistique pour ses frasques sexuelles plus ou moins supposées qui alimentent les imaginations à souhait. Avec le procès en cours devant le Tribunal de Lille, qu’elle bonne occasion de laisser libre cours à cette obsession… L’ombre sur les réalités économiques et le conflit ukrainien est si bien venue!

A parler franc encore une fois, DSK a encore une fois hypothéqué une « chance professionnelle », celle de devenir Directeur de la Banque Centrale d’Ukraine… Gageons qu’il ne doit pas en pleurer…

 

Notes :

 

(1) «Never in the past has an institution like the IMF been as necessary as it has been today… Keynes, sixty years ago, already foresaw what was needed; but it was too early. Now is the time to do it. And I think we are ready to do it! Will we cdo it’? Is this a commitment that might survive Strauss-Kahn’s ignominious political demise?» (‘Inside the IMF’, BBC Radio 4,17 January 2011.)

(2) propos recueillis par Erwan Castel pour Novorrosia today 

(3) DSK critique la politique de sanctions à l’égard de la Russie, Publié le 13 janvier 2015 sur le site “LE MONDE.FR

(4) «Pour demander quelque chose, il faut avoir quelque chose à donner !… A l’exception de la colère et la haine vous n’avez rien donné. Vous avez trahi la Russie, qui vous avez créé et nourri avec une cuillère. Le monde entier le sait ! Il faut se rappeler que personne n’aime les traîtres».