Retour à la civilisation!

 

2015-01-26

 

Après la victoire tant espérée de Syrizia aux élections du dimanche 25 janvier 2015, l’analyse de Romaric Godin pour la Tribune, symbolise Alexis Tsipra en Héraclès contemporain ; il titre « Grèce : les six travaux d’Alexis Tsipras« . Cette analyse est certainement une des plus précises du moment en ne dissimulant pas la portée de cette transition historique pour l’ensemble de l’Europe. L’économiste Yanis Varoufakis  pense d’ailleurs que « la Grèce peut forcer l’Europe à Changer »  . C’est bien en effet cette tâche de titan qui pourrait lui être directement impartie en tant que Ministre des finances : mener les négociations auprès des instances européennes, au nom du prochain gouvernement grec que dirigera Alexis Tsipras.

L’alliance avec le parti de droite souverainiste l’ANEL, -connu aussi pour sa proximité avec le clergé orthodoxe- a été conclu en quelques instants, mais certainement préparé de longue date. Elle a été saluée par les souverainistes français  qui y ont reconnu l’esprit d’unité nationale du CNR. Elle atteste aussi de la fermeté du nouveau gouvernement grec à se faire respecter des autorités européennes.  Cette alliance avec un parti eurosceptique, signale que les grecs ne sont plus prêts à des compromis sur le dos des populations pour sauver l’Euro.  N’oublions pas que le FMI lui même dans l’été 2013 avait souligné le sacrifice subit par les grecs au nom du sauvetage de l’Euro, ce qui permettait de prendre du recul sur le discours européiste ambiant, visant à discréditer l’ensemble du pays et de sa population.

Durant la période électorale, de décembre 2014 à janvier 2015, les grecs nous ont montré le chemin de la détermination, ils ont brisé toutes les manipulations électorales, les corruptions triviales,  les luttes d’influence des défilés européens en tout genre…Alexis Tsipras qui n’était pas «personna grata» lors la grand messe parisienne d’Hollande avait du comprendre alors que son rôle serait de se démarquer de l’aveuglement orchestré.

C’est un parlement souverainiste en Grèce qui se forme et qui élira le Président du pays.

La Troïka appartient maintenant au passé. Yves Mersch , membre du directoire de la BCE  mettra au chômage ses gardes du corps (qui lui étaient fort nécessaires lors de ses visites en Grèce) et Alexis Tsipras, en tant que Premier Ministre, aura autre chose à faire qu’à écouter les provocations aigres et cyniques d’un personnage qui se pensait assuré par la Troïka de sa toute puissance à jamais (cf. les interventions d’ Yves Mersch et Alexis Tsipras (traduction en anglais), « La crise de la zone Euro , la Grèce et l’expérience de l’Austérité« , Athènes 6-9 Novembre 2013, organisée par la Levy Economics Institute of Bard College. 

Le gouvernement grec pourra mettre au centre de ses préoccupations l’économie réelle et la société grecque.  Sa clairvoyance va mettre un terme à l’efficacité fantasmée et conditionnée à la survivance d’une économie financiarisée au profit d’élites apatrides. C’est sur ce fantasme que l’Europe s’est construite depuis plusieurs années et pour lequel elle n’arrive pas à faire son deuil, c’est ce qui actuellement la perd.

Si les intentions se confirment, la première visite étrangère du futur chef du gouvernement grec sera pour Chypre. Cette île cristallise des problèmes économiques, monétaires et politiques. Elle symbolise en même temps l’incurie de l’Europe qui n’a pas hésité à y expérimenter des coupes autoritaires dans les dépôts bancaires. Ces actions ont attesté encore une fois que tout doit être permis pour sauver une institution monétaire aussi bancale que l’Euro.

La symbolique de ce voyage à Chypres est aussi d’ouvrir une perspective de dialogue plus approfondie avec la Turquie. La question énergétique en Europe est sous-jascente et A. Tsipras en faisant à Chypre sa première visite officielle montrera qu’il comprend parfaitement les enjeux géostratégique. Il est prêt à saisir l’occasion de redonne à son pays un voix internationale dans le cadre d’un monde multipolaire.

Après l’abandon du projet de gazoduc South Stream, résultats des embrouilles européennes à répétition infligées aux partenaires russes et à Gazprom, la décision a été prise que le nouveau tracé du gazoduc passerait par la Turquie et pourrait arriver ainsi en Europe par la Grèce. A charge aux européens de s’entendre pour se distribuer l’énergie en assurant la construction des infrastructures adéquates.

A terme c’est plus que le gaz russe, -fournissant des recettes de transit à la Turquie et à la Grèce-, qui pourra circuler dans ce gazoduc mais pourquoi pas aussi du gaz chypriote, grec et turc à destination du reste de l’Europe. En tant que pays souverains, ces pays auront la maîtrise des exploitations des réserves de méditerranée qui dépendent de leurs droits maritimes. Le retour de la souveraineté en Grèce est aussi un défit crédible vis à vis d’une captation programmée d’énergie. Celle de la fière équipe de l’OTAN qui n’en est plus à un délit prêt…

Parthénon Athènes 2013 L1000571