L’Europe au pied du mur… Et la France dans les choux

2014-09-04

 

I- Vers une transition à la BCE.

Jackson Hole, Wyoming n’est pas si près de l’université du Missouri de Kansas City, pourtant il y a 2 semaines les déclarations de Mario Draghi durant un sommet économique de premier plan faisaient fi, de cet écart géographique.  Kansas City est la patrie de la Nouvelle économie monétaire que présente R. Way dans son ouvrage : Modern Monetary Theory. C’est dans les couloirs de l’université du Missouri que la théorie monétaire prépare sa transition. A la question -« Where is the best economics now being done? » James K. Galbraith  répond sans hésiter : – «à l’UMKC». Et voilà que les effluves des la MMT sont allées jusqu’à Jackson Hole, influencer le banquier central européen, qui nous y a délivré un discours de transition et d’espoir : «ECB: Unemployment in the euro area»

 

Erwan Mahé dans un article intitulé « Draghi Speaketh» pour le blog de Real-World Economics Review en a repéré les accents les plus percutants :

1/ Draghy a avoué la déflation en Europe….il admet ainsi une erreur d’estimation sur la gravité de la déflation qui a été sous estimée depuis plusieurs mois! Mais bien sûr pas par les économistes du CEMI et leurs blogs!

2/ Draghy se dit prêt à tout faire pour tenter de faire face dans l’urgence…ouf!

3/ Draguhy regrette la sévérité de l’austérité suivie en Europe, finalement vecteur de plus de maux que de biens. Il va jusqu’à souligner que l’Europe aurait pu utiliser la politique budgétaire sans crainte car le ratio dette sur PIB de la zone Euro n’était pas plus élevé qu’aux USA ou au Japon. C’est la zone Euro elle-même qui s’est auto-limitée…!

 

 

Une première remarque s’impose : en re-légitimant la politique budgétaire et la stimulation de la demande, M. Draghi donne ainsi raison à Arnaud Montebourg. Mais notre Ministre des finances vient pourtant d’être désavoué par F. Holland qui fait maintenant ami-ami avec son ennemi du Bourget : la finance, incarnée dans la personne du nouveau Ministre, Emmanuel Macron. Une conclusion s’impose, notre Président a mal senti le vent… Ce ne sont pas les dents qui lui font défaut mais l’odorat!

L’incohérence est ainsi au rendez vous : A l’heure où Mario Draghi expose ses doutes sur l’austérité, le gouvernement Valls II en France en redemande pour s’attirer la sympathie du MEDEF et finalement pour mâter les français par un chômage toujours plus ample qui pèse à souhait sur les salaires. Notre économiste national aura ainsi de belles suites à donner à son ouvrage à succès sur les inégalités…une affaires de classes pourrait-on reprendre à propos?

On notera que la Tribune (cf. Retour sur le sommet de Jackson Hole) a pris le partie de donner un éclairage «dilué» de la version du discours du banquier central…Mieux vaut ternir l’information à distance que d’entrer dans le paradoxe avec les lignes qui pourraient déplaire aux commanditaires. Décidément, il n’y a pas que sur l’Ukraine que l’information est contrainte!

Suivre la ligne sans originalité… : encore une affaire de conventions. On ne s’étonnera pas que ce fameux mimétisme est d’ailleurs le principe d’action privilégié dans la finance comme le reconnait E. Macron dans les révélations auxquelles se livre le Nouvel Observateur à l’occasion de la nomination du nouveau Ministre (cf: Au fait, il faisait quoi chez Rothschild, Emmanuel Macron ?). Une chose est sûre l’inertie et le mimétisme en politique économique nous assure de la catastrophe. On est loin du policy-mix intelligent. Ces financiers travaillent assurément trop …et malheureusement trop sur des bêtises, dont les peuples paient les pots cassés.

II-La demande : nouvelle recrue

Qu’est ce qui a piqué notre banquier central pour augurer ce réalisme brutal : A-t-il retrouver un vieux livra en rangeant son grenier?… Et là soudain le choc irrepressible: Eureka! Ce qui nous a valu une page de pédagogie économique:

“Demand side policies are not only justified by the significant cyclical component in unemployment. They are also relevant because, given prevailing uncertainty, they help insure against the risk that a weak economy is contributing to hysteresis effects. Indeed, while in normal conditions uncertainty would imply a higher degree of caution for fear of over-shooting, at present the situation is different. The risks of “doing too little” – i.e. that cyclical unemployment becomes structural – outweigh those of “doing too much” – that is, excessive upward wage and price pressures.”

 

Et ce n’est pas fini, encore du petit lait, on se croirait en train d’écouter un élève de seconde année à Nanterre dans le bon vieux temps, révisant ses exams de septembre qu’allait corriger DSK ou plus probablement son assistant d’alors Jacques Sapir! Petit joueur la UMKC quand on y réfléchit!

“Without higher aggregate demand, we risk higher structural unemployment, and governments that introduce structural reforms could end up running just to stand still.”…“The way back to higher employment, in other words, is a policy mix that combines monetary, fiscal and structural measures at the union level and at the national level.”

 

La réaction de l’Allemagne ne s’est pas faite attendre : On a sur-interprété Mario Draghi a clamé le Ministre Allemand des Finances! Circulez, il n’y a rien à voir : – «I don’t think ECB monetary policy has the instruments to fight deflation, to be quite frank».  Il n’y a pas d’alternative à l’austérité pour améliorer la compétitivité  : la déflation salariale ou la mort. Telle fut en effet la voix/voie suivie par son prédécesseur Hjalmar Schacht pour préparer la remise en ordre sociale de l’Allemagne et sa mise au pas pour l’enrôlement des esprits dans la seconde guerre mondiale. De quoi continuer à donner des sueurs froides à Emmanuel Todd ( cf. «La France s’est mise en état de servitude volontaire par rapport à l’Allemagne»).

Mario Draghi s’apprête-t-il à un bas de fer avec Angela Merkel comme l’anticipe RIA Novosti? Il avait déjà commencé à provoquer l’Allemagne en annonçant le lancement d’un programme d’achat d’importantes quantités d’obligations des pays en difficulté…

A. Merkel aspire elle aussi à changer de sujet alors même que la récession commence à pointer sa faux sur l’Allemagne. Le service fédéral des statistiques Destatis a annoncé une réduction du PIB allemand de 0,2% en avril-juin. C’est un signal inattendu pour la zone euro et l’Europe en général dont les politiques et les média nous annonçaient la sortie de crise. Cette contrariété arrive en même temps que le nouveau record du chômage en France.

Tant en Allemagne qu’en France, on incrimine déjà la Russie pour trouver un bouc émissaire pratique. A la mi-août lors d’un interview dans le journal du dimanche – JDD, j’avais osé anticiper la parade qui serait mise en avant sans vergogne par nos autorités pour expliquer le rebond de la crise en Europe: les sanctions contre la Russie. C’est  chose maintenant faite. Loin d’être à un anachronisme prés, on la montre du doigt pour les piètres résultats économiques de l’Allemagne d’avril à juin 2014!

L’échappatoire est encore tout trouvé, échappatoire à géographie variable….pour l’Allemagne qui ne souhaite pas aborder des sujets économiques qui la contrarierait et pour l’Ukraine qui ne souhaitent pas voir et faire voir sa  défaite militaire et morale face à une population qui se soulève contre un nettoyage ethnique. Nettoyage qui devait être rapide dans le « ni vu ni connu » médiatique….C’est aussi ce même type de pirouette que choisit A. Merkel en reprenant le sujet de nouvelles sanctions anti-russes. Il s’agit d’occuper le terrain en dépit des avis d’experts du renseignements US qui lui ont été adressés. Dans le système de la communication toute puissante, le virtuel remplace le réel et se fabrique au grès des nécessités. Tentons une 3e fois de sauver notre honneur dans la guerre plutôt que de se désavouer, telle devient la profession de foi des élites politiques occidentales mais aussi des journalistes du Monde à Libération ; lesquels contribuent à écrire de nouvelles pages de purs révisionnismes. Les peuples nous ont montré qu’ils peuvent beaucoup endurer…alors qu’ils endurent encore.

Et F. Hollande de lui emboiter le pas par folie-mimétique…en s’auto-sanctionnant par une décision qui conduirait la France dans un impasse mortifère de crédibilité : renoncer à livrer les Mistrals! Joie des américains de voir leurs seul concurrent en matière de construction navale s’anéantir tout seul. Fuite en avant dans la guerre et le chaos…une nouvelle fois… Nos chers alliées US s’en frottent les mains d’avance: Les désordres et guerres en Europe ont toujours été très favorables pour asseoir l’hégémonie américaine…