Avion sans pilote et/ou sans aile ?

2014-05-29

Pendant de nombreuses années j’ai étudié avec mes étudiants en économie un article, présenté sous forme d’entretien qui était devenu un document fétiche. Facile d’accès pour les étudiants de premier cycle, cet entretien avec Immanuel Wallerstein, leur permettait de comprendre l’importance pour l’économie d’une perspective historique et géographique… Il était paru en français dans Sciences Humaines, n°71 d’avril 1997, sous le titre «Le capitalisme va mourir de sa réussite». L’historien et sociologue américain y analysait le capitalisme comme un phénomène global : à la fois économique, politique et culturel qui, en cinq siècles s’était étendu à toute la planète. Selon lui ce système était déjà en 1997 proche de ses limites… Limites  interprétables comme des contraintes naturelles et physiques de viabilité  en référence à l’approche de viabilité et à son formalisme.

Né en 1930, Immanuel Wallerstein reste une figure majeure de la transmission internationale des travaux de l’historien français Fernand Braudel, décrivant le développement des grands réseaux d’échanges économiques dans les grands empires de l’époque moderne, en mettant l’accent sur leurs implications politiques.

L’Histoire donne l’impression de s’accélérer : L’éclatement de la bulle/buzz sur le schiste renforcent l’enjeu des contrats énergétiques (Chine-Russie) alors que la crise sociale et économique a mis les peuples à la merci des dysfonctionnements et des corruptions financières. Contextes et circonstances ponctuent les alliances mondiales et orientent les flux de l’économie monde ; ainsi s’affirme la perspective ouverte par Fernand Braudel. La multipolarité se tisse par ces réseaux repérables et en dépit des incitations aux chaos qui accusent l’impuissance des instances hégémoniques.

 

Dynamique Monde vs relativisme : un avion sans aile

Cette tradition de la pensée fait face à un univers des sciences sociales qui pareillement à de nombreuses sphères de la société, est chahutée par les conflits d’intérêt. Le relativisme promu avec ses relents «droit de l’hommiste» fournit une auto-justification pratique. Il vise l’uniformisation fonctionnaliste qui sied à la construction européenne. Sa finalité strictement politique se situe bien au delà des peuples concernés -qui sont laissés pour compte-, dans une volonté irrépressible de pousser toujours plus loin les frontières territoriales vers l’est. La polarisation financière, instrument de la transmission de masse, via les contrats européens, a aussi joué un rôle majeur pour encadrer les objectifs de recherche, la réflexion en sciences sociales et en économie. Elle permet de diffuser le modèle socio-économique porteur de la flexibilité requise à l’extrême pour le développement univoque du néolibéralisme : Modèle vainqueur de la guerre froide pensant pouvoir acter la fin de l’histoire en ce point fixe.

Le «rêve d’Europe» qui  sert de projet économique et culturel  semble aux populations européennes toujours plus non abouti…alors que se concrétisent ouvertement les avancées géographique de l’OTAN. L’organisation y trouve ainsi une justification existentielle et financière, favorisant une occupation toujours plus large des territoires, tout en conservant sur le mode exclusif de la communication, l’idée d’un projet de défense… La communication polarisée comme instrument de propagande semble toujours capable de fournir à chaque étape les rebonds nécessaires pour soutenir croyances et conventions (cf. VIABLECO – Viabilité au péril de la communication).

Par effet de seuil, la communication est de plus en plus en proie aux paradoxes du réel : comment faire cohabiter durablement l’alimentation active de conflits guerriers et meurtriers des populations civiles avec la promotion des affichages des droits de l’homme? La radicalisation de cette réalité commande une maitrise orchestrées et serrée des discours médiatiques. A l’heure des réseaux sociaux et de l’internet, cette tâche est de plus en plus ardue. Le cadre éclate de toute part et la crédibilité vacillante s’exprime dans les épreuves électorales… Le double discours sombre dans l’absurde quand il s’agit de justifier que certains civils ont plus de droit de l’homme que d’autres en fonction de leur lieu de résidence ; selon qu’ils vivraient en Ukraine de l’Est ou de l’Ouest? Il semble que le révisionnisme puisse aussi s’alimenter des paradoxes de ce double standard.  La caricature est le soutien européen apporté à des groupes d’extrémistes nazis slavophobes et engagés à réécrire l’histoire de la fin de la seconde guerre mondiale – sur les blogs est  apparu le concept d’OTANAZI par réaction-.

De cette posture qui ne se justifie que parce qu’elle est extorquée d’un relativisme à fleur de peau, est légitimée la critique sur l’exagération de la célébration de la victoire de la seconde guerre mondiale en Russie… La mémoire en Russie est ainsi jugé trop présente, captatrice de liberté dans l’éducation et instrumentalisée pour asseoir un pouvoir qui devrait (suivant leur logique) être contesté massivement. Tel est le point de vue d’un révisionnisme de salon qui sert à justifier l’agressivité affichée vis à vis de la Russie et de son peuple. La popularité du Président russe est ainsi jugée artificielle, temporaire, les «experts» la relient à l’exacerbation des aspects patriotiques mis en branle par des techniques de manipulation et d’endoctrinement éminemment antidémocratiques. Arrimés à l’exemple des démocraties européennes ces justifications servent l’oeuvre de promotion du projet universaliste et de son amplification. La fascination par une norme univoque d’engagement rend difficile le fait d’envisager des modes d’engagements différents et plus complexes. Le fonctionnement des sociétés occidentales, figées dans une conception idéalisée de plus en plus privée de référence au réel, demeure l’instances de référence du discours critique, qu’il ne saurait être question de contester en matière de liberté. Les segmentations des travaux sur les aires géographiques permet d’éviter le propos comparatiste qui exposerait à la prise de risque académique en prenant compte des réels qui évoluent. Dans cette perspective, la crise en Grèce est devenu un «gros mot» indécent et les divers populismes des boucs émissaires faciles. Cette posture radicalement critique de tout ce qui diffère du modèle de référence ou lui apporte un bémol repose plus sur un idéal rêvé auquel est conféré une dimension eschatologique.  Aucune  étude précise n’est nécessaire, nul détail de réalité ne compte, seule la norme imposé au cours de l’historique fait sens. Hors de ce cadre, règne le contre sens historique qui ne peut être attribué qu’à l’archaïsme, au fanatisme et à l’autoritarisme des régimes. Cet axe déterminé du discours critique qui ne s’autorise aucune réflexivité accuse la mise en place conventionnelle du modèle du justification promu à grand frais institutionnels en Europe.

Paradoxalement, c’est bien à ce modèle politico-économique univoque qu’on peut retourner la critique de contresens historique. Il vise obstinément à contrer la  tradition française en sciences sociales qui découle des travaux de Fernand Braudel sur la pluralité historique des modes de développement inscrits dans une conception dynamique de l’histoire économique. Une telle pensée plurielle est non conforme au standard d’hégémonie et de hiérarchie imposée par l’ordre fonctionnaliste mondial dans lequel les institutions européennes ont décidé de s’inscrire pour prospérer.

Un avion sans pilote

 Parmi les difficultés de viabilité du capitalisme mondial mis en exergue depuis de nombreuses années par Immanuel Wallerstein (cf. Bibliographie en français ), c’est maintenant l’absence de pilote dans l’avion qui semble le point le plus troublant. Dans un article récent, souligné dans le blog Defefensa.org, intilulé «The Center Isn’t Holding Very Well», Immanuel Wallerstein exprime son constat en référence à des accents poétiques : (je souligne en gras les aspects les plus significatifs de cette analyses).

 

«The list of countries with enduring and worsening civil strife is growing. A short while ago, the world media were highlighting Syria. Now they are highlighting Ukraine. Will it be Thailand tomorrow? Who knows? The variety of explanations of the strife and the passion with which they are promoted is very striking.

Our modern world-system is supposed to permit the Establishment elites who hold the reins of power to debate with each other and then come to a “compromise” that they can guarantee. Normally these elites situate themselves in two basic camps – center/right and center/left. There are indeed differences between them, but the result of the “compromises” has been that the amount of change over time is minimal.

This has operated as a top-down political structure, within each country and geopolitically between countries. The outcome has been an equilibrium slowly moving upward. Most analysts of the current strife tend to assume that the strings are still being pulled by Establishment elites. Each side asserts that the low-level actors of the other side are being manipulated by high-level elites. Everyone seems to assume that, if their side puts enough pressure on the elites of the other side, these other elites will agree to a “compromise” closer to what their side wants.

This seems to me a fantastic misreading of the realities of our current situation, which is one of extended chaos as a result of the structural crisis of our modern world-system. I do not think that the elites are any longer succeeding in manipulating their low-level followers. I think the low-level followers are defying the elites, doing their own thing, and trying to manipulate the elites. This is indeed something new. It is a bottom-up rather than a top-down politics.

Bottom-up politics is sometimes alluded to when the media speak of “extremists” becoming important actors, but the locution “extremists” misses the point too. When we are amidst bottom-up politics, there are versions of every complexion – from the far right to the far left, but including ones in the center. One can bemoan this, as did Yeats in one of his oft-quoted lines from The Second Coming:

“The best lack all conviction, while the worst

Are full of passionate intensity.”

But note that Yeats is attributing the category of “best” to the old elites. Are they really the best? What is indeed true, to cite one of Yeats’s less quoted lines, is that “the falcon cannot hear the falconer.”

How then can we navigate politically in such an environment? It is very confusing analytically. I think however that step one is to cease attributing what is happening to the evil machinations of some Establishment elites. They are no longer in control. They can of course still do great physical harm by imprudent actions. They are by no means paragons of virtue. But those of us who wish to seek a better world to emerge from this chaotic situation have to depend on ourselves, on our own multiple ways of organizing the struggle. We need, in short, less denunciation and more constructive local action.

The wisest lines of Yeats are the last two in the poem:

“And what rough beast, its hour come round at last,

Slouches towards Bethlehem to be born?”

As our existing historical system is in the process of dying, there is a fierce struggle over what kind of new historical system will succeed it. Soon, we may indeed no longer live in a capitalist system, but we could come to live in an even worse system – a “rough beast” seeking to be born? To be sure, this is only one possible collective choice. The alternative choice is a relatively democratic, relatively egalitarian system, also seeking to be born. Which one we shall see at the end of the struggle is up to us, bottom-up»

 

Dans la situation présente, les logiques de justification se fragmentent autant que les compromis. On l’observe en France au sein des gouvernements et des parties politiques qui perdent leur légitimité et assistent à la décomposition de leur électorat. Le refus du réel comme stratégie de survie face aux paradoxes de la construction européenne en désespoir de convergence, n’est décidément pas une réponse électoralement porteuse. N’est pas non plus porteur de s’acharner avec mépris dans tous les media sur les nouveaux «gueux illettrés» qui se sont permis d’élire des députés hors normes : «On a (ils ont) élu des députés qui ne vont servir à rien, il faut que les Français le sachent». Ainsi s’exprimait au lendemain du 25 mai le secrétaire d’État chargé des Relations avec le Parlement, Jean-Marie le Guen ! Ce ne sont pas avec de tels propos que le gouvernement va lutter efficacement contre l’abstention. L’impression de fuite en avant, d’avion sans pilote ne peut que s’amplifier, aidée par cette rhétorique.

Une surprise de taille, qui elle n’avait été anticipée par aucun sondage: le monde des affaires français, pourtant longtemps consubstantiel à celui des élites politiques a affirmé sa différence au nom d’une souveraineté qui a brutalement jailli avec surprise lors du Forum de Saint-Pétersbourg. Le non alignement atlantisme revendiqué, en dépit de multiples injonctions et des menaces reçues, a constitué une surprise de taille. C’est certainement l’ampleur du processus de coercition mis en oeuvre qui a déterminé les patrons français à être présents à Saint-Pétersbourg à l’invitation du Président de la Fédération de Russie. Un ressort hugolien  diront certains, l’inspiration culturelle des oeuvres de R. Goscinny et A. Uderzo pour d’autres. Une page qui stigmatise assurément la dissonance cognitive France-USA s’est écrite dans les ors des palais pétersbourgeois où  résonnait à nouveau la langue française pour en affirmer le faste retrouvé. La présence du numéro 2 de General Electric -la firme qui convoite Alstom- prenant part à des négociations avec Rosneft et son patron, pourtant bien présent sur la liste des sanctions, a rassuré  l’aréopage de nos courageux gaullois sur le bien fondé des décisions prises.  La délégation française,  qui fut ainsi la plus représentée parmi le représentations étrangères n’est pas tombée dans cette farce qui dans le détail semblait plus à un nouvelle partie d’un jeu de poker-menteur. L’épisode iranien de Peugeot ou bien celui plus récent de la BNP avaient pu servir d’avertissement, signifiant qu’en affaires pour les USA, il n’y a pas d’amis, pas de membres de l’OTAN associés…simplement des concurrents-vassaux «à plumer» par tous les moyens. Ce double standard n’est plus la panacée dont seuls les peuples sont les victimes…les multinationales en subissent aussi l’hypocrisie : un pas vers plus d’égalité?

L’ordre économique se fige dans la confusion et le discours se raidit dans une fuite en avant qui accélère la confusion ; une nouvelle fois, BHL s’est érigé en symbole  grotesque de la destruction orchestrée…qui est encore capable de l’écouter? C’est bien la question qu’inspirent les prises de positions de Jean-Paul Baquiast, Paul Jorion et Jean-Michel Naulot, rassemblées dans les-crises.fr .

L’absence d’alternative érigée en système est-elle à bout? L’avion sans aile et sans pilote manquerait-il aussi de carburant, comme une longue discussion amicale me l’a suggéré hier?