Face à l’inertie du FMI…

 2014-04-18

Le FMI est une institution internationale qui bloque à se réformer en prenant acte de la réalité de l’économie mondiale. Une solution avait été proposée quand DSK (Dominique Strauss-Kahn) dirigeait l’institution, sous le choc de la crise financière. Cette crise en effet plaçait le FMI au centre des responsabilités qu’il n’était plus en mesure d’assumer tant l’ampleur des dégâts dépassait ses capacités et sa frilosité d’action. La crise dénonçait aussi la structure inertielle de la gouvernance de l’institution, dominée largement par l’influence des Etats Unis et dans une moindre mesure par celle des pays de l’UE. Depuis la crise et ses conséquences sur l’économie réelle, avec ses plans d’austérité ravageurs, les impossibilités de fonctionnement du FMI conformément à l’intérêt général de ses 188 membres, a été mis en exergue. Ainsi s’est trouvée mise à mal la légitimité de l’institution de Washington (cf. BRICS Consider Creating IMF-Alternative As US Loses Credibility pour ZeroHedge). DSK avait eu l’ambition de remettre le pouvoir d’action des USA au sein du FMI dans un cadre plus cohérent avec les réalités économiques mondiales. Il se faisait fort de faire procéder à une modification des parts respectives des droits de vote afin de rendre compte de l’importance économique mondiale des BRICS (Brésil, Russie, Inde, Chine et Afrique du Sud ). Les USA allaient ainsi perdre leur droit de veto, ce qui leur assurait la main mise exclusive sur l’institution… Le projet s’est enlisé, ce que déplore le Ministre des Finances brésilien, Guido Mantaga en soulignant que «le FMI ne peut pas rester paralysé avec des réformes toujours en suspend».

Ces réformes devaient permettre de piloter le fonctionnement de l’institution avec plus de cohérence pour assurer à  l’ensemble des économies membres des conditions de viabilité compatibles. La démission «fort à propos» de DSK mit un coup d’arrêt à l’avancée du projet. Fut aussi remise dans les oubliettes, l’amplification du mécanisme des droits de tirage spéciaux (DTS)  , potentiellement monnaie internationale dans un monde en passe de devenir multipolaire. C’était pour le directeur du FMI se heurter de front à la puissance américaine doublement d’une part en remettant en cause son hégémonie sur le FMI et d’autre part via le dollar. Le statut présent du dollar permet au pays de s’émanciper de sa dette et des charges y afférentes ;  les USA auto-entretiennent ainsi leur modèle économique et financier qui assoit leur hégémonie mondiale. Avec la crise et l’amplification sans fin de cette dette, l’enjeu du maintien du dollar comme monnaie internationale dominante retrouvait une nécessité toujours plus impérieuse. Cette nécessité est aussi l’enjeu déterminant qui pèse ouvertement sur le projet de «Traité transatlantique», garant sur le long terme de la préservation du rôle mondial du dollar (cf. «Comment les Américains vont nous bouffer» dans Maianne 10 avril 2014 et dans le détail «Le traité transatlantique expliqué par les lobbyistes, c’est lol !»). On comprend les efforts multiples en Europe pour en accélérer la signature : les négociations secrètes, la propagande, la gestion de la peur ; une gamme étendue de mises en forme par les élites américaines et ses instances liges qui ont tout à perdre si l’hégémonie du dollar venait à vaciller. Du temps doit être gagné par tous les moyens, tel semble être le mot d’ordre politique global pour que le monde unipolaire perdure.

 

L’approche de la viabilité permet d’attester que, quand le pilotage de la trajectoire viable devient impossible et que la viabilité d’ensemble du système est en jeu, alors un re-cadrage des contraintes peut aussi être une perspective de survie. C’est bien dans ce cadre de réflexion que la rationalité des choix des BRICS se met en place. Dans la confusion économique et politique mondiale contemporaine, des pas significatifs se franchissent que les ténors de la presse occidentale s’efforcent de négliger (cf. Dedefensa.org : Le FMI, les BRICS et l’ “idéal de puissance”).

Il ne s’agit pourtant pas de surprise ; les BRICS, se conforment aux déclarations faites lors de précédents sommets comme aussi à celles faites dans le cadre du G20 depuis 2008. Ils amorcent une stratégie de découplage de leurs trajectoires par la création d’institutions propres destinées à court-circuiter l’institution centrale du FMI standard. Elle se révèle en effet de fonctionnement trop inertiel d’une part et d’autre part, exclusivement adapté aux contraintes de la politique économique des USA. Faisant le choix de la souveraineté, les BRICS se préparent à créer leurs propres BRICS-FMI et BRICS – Banque Mondiale. La question est sérieuse car ainsi une partir de l’économie mondiale, et non la moindre, sera en mesure d’échapper à l’emprise du dollar et pourra ainsi de surcroît s’émanciper  des avatars de la politique économique américaine. Les USA et leurs alliés militaires et financiers seront laissés dans leurs tentatives de résolution de crise et enlisés dans des options, chaque jour plus insoutenables. Privilégiant l’espoir d’une sortie de crise favorable aux élites afin de retrouver des marges de spéculation financière favorables à l’accumulation du capital aux mains d’une minorité, les politiques économiques en oeuvre tachent de contraindre les populations pour optimiser la flexibilité de la  main d’oeuvre.  La stratégie en oeuvre n’hésite pas à briser les classes moyennes et la protection sociale, filet de sécurité et socle de la stabilité des économies européennes. Mais la méthode de l’austérité tue comme le souligne bien des écrits anglo-saxons et nous le rappelle la récente livraison de Pages-Europe (cf. Noëlle Burgi, « Grèce. Une réforme de la santé aux effets pervers », P@ges Europe, 15 avril 2014 , fruit de travaux du CNRS-Paris I , programme du Labex TEPSIS -Transformations de l’État, Politisation des sociétés, Institution du social-). La propagande et le marketing en faveur de l’individualisme, ferment du néolibéralisme, n’a pas eu encore tout le temps nécessaire pour discipliner spontanément ces populations. Elles se retrouvent laissées dans le désarroi par la crise,  sans que leur lucidité ne soit totalement anéantie par l’hédonisme et les jeux a-sociaux. La crise est arrivée trop tôt pour les uns et trop tard pour les autres, semble-t-il pour que la cohérence et la viabilité des stratégies se réalisent. Un entre-deux instable, attise les frictions et propage les risques de dérapages dans la violence.

La situation risquée ne semble pas perturber la trajectoire néolibérale choisie, seul recours pour poursuivre avec toujours plus d’avidité les captations de rentes au profit de la sphère financières et des élites politiques qui en dépendent.  L’affirmation de l’austérité et de l’engrenage de la rigueur et de la violence sociale se propage en Europe. Le gouvernement Valls en France avec son plan d’économies se pliant aux injonctions de l’UE et l’Allemagne atteste de ce tournant de radicalisation. Pour épargner les responsables de la crises mondiales, les mesures sont encore une fois dirigées contre ceux qui ont déjà subit lourdement la crise économique avec ses dégâts majeurs sur les PMEs et l’emploi. Le socle de la répression pourra-t-il contenir les mécontentements ? Les policiers et les militaires seront-il prêts à répondre le cas échéant? Et en nombre suffisant?

Des expériences sont menées de ci de là en Europe pour tester les moyens et les forces en présence. L’amplification de la violence directe lors des manifestations populaires et pacifiques depuis plusieurs mois en atteste. La liste s’alourdit de la répression au quotidien, dont étrangement peu d’ONG exhortant habituellement les droits de l’homme font état : en Grèce, Espagne, France, Italie mais aussi à Bruxelles dernièrement.

On pourrait finalement comprendre l’épisode Ukrainien et le soutien apporté par les autorités européennes au coup d’état du 22 février comme un test parmi d’autres, dont elles ont besoin pour conforter leurs choix politiques. La propagande orchestrée de grande ampleur, – véritable “pêché” comme le souligne le Pape François- et les rhétoriques de pseudo espoir à l’européenne propagée auprès des ukrainiens, sans qu’une once de réalisme ne soit évoquée, ont permis d’enflammer Maïdan.  Ainsi fut réalisée une nouvelle expérimentation à grande échelle de manipulation des masses au moyen de l’exacerbation des passions humaines, l’envie,  la peur et la violence. L’Est de l’Ukraine est en proie à la violence parce que les gens y refusent ce diktat de l’austérité et de la force imposée par les autorités auto-proclamées de Kiev.

La panorama est ainsi complété après l’association avec les mafia au Kosovo, avec les islamistes radicaux en Lybie et en Syrie, le monde occidental, pour assurer ses prétentions économiques, s’allie avec des “nasillons”, faisant ainsi resurgir des spectres sur nos écrans, inspirés des films sur la Seconde Guerre Mondiale. L’occident est ainsi ouvertement reconverti aux méthodes les plus radicales pour discipliner les populations : ce constat, les BRICS sont aussi en mesure de le dresser, il va de soi qu’il alimente leur détermination à s’engager dans un autre mode de coopération…

L’aspect technique et financier du processus se met en place dans l’indifférence quasi-général de l’occident, -exception faite des articles comme celui de Olga Samofalova dans Russia Beyond the Headlines le 14 avril 2014-, et le déni qui s’acharne à montrer que les émergents «déçoivent» les marchés par leur résultats économiques….Paradoxalement le cadre des sanctions contre la Russie a précipité ce mouvement technique en lui offrant une nouvelle légitimité, que les pays n’auraient pas pu anticiper : finalement une aubaine! Le blocage du système de paiement international durant quelques jours -seulement car ses auteurs, on finit par réaliser l’ampleur de leurs faux pas- ont rapidement fourni l’argument de l’annonce de la création en Russie d’un système le paiement à l’image de celui que la Chine a su mettre en place en propre. Il est quasi sûr que les autorités monétaires russes avaient depuis longtemps le projet dans les cartons et que les aspects techniques étaient déjà dans une large partie résolus, depuis plusieurs années dans le cadre des possibilités de transactions du MICEX. Une visite effectuée il y a plus de 10 ans avec nos collègues de l’IPEN RAN dans la salle des transactions du MICEX nous en avaient fait prévoir la possibilité.

Sur le front de l’institutionalisation, les avancées sont aussi notables : les accords se mettent en placent en matière de constitution d’un fond de réserves en devises et la création d’une banque de développement des BRICS dont les statuts ont été préparés par les autorités brésiliennes.  L’institution devrait être opérationnelle dès 2015. Le Brésil et la Russie se partagent les rôles de mise en place des structures ; la Russie rédigeant, elle, l’accord international pour la mise en place de la banque.

Les pays des BRICS se sont déjà accordés pour asseoir l’institution sur 100 milliards de dollars de capital au total, -dont la moitié sera rassemblée rapidement pour former le capital initial-. Ce montant est assis sur l’importance économique de chaque entitée: Chine, 41 milliards de dollars; Brésil, Inde, et Russie, 18 milliards de dollars chacun ; et Afrique du Sud, 5 milliards de dollars.

La question de la localisation de la banque n’est pas encore tranchée, tant l’intérêt de chaque pays est vif.

S’amorce-t-il aussi, dans ce paysage, la création d’un BRICS-DTS ? Complémentaire aux DTS traditionnels du FMI et qui établirait de fait une alternative plus crédible aux dollar sous la forme que DSK souhaitait impulser. Les experts non standards et compétents ne manquent certainement pas pour conseiller les autorités des BRICS dans cette voie…

Certains observateurs doutent de la portée stratégique de ces arrangements et ne les voient que comme des instruments de négociations temporaires pour faire accepter les changement dans le FMI actuel par les USA. Il est vrai que l’association des pays des BRICS, construction artificielle d’un trader en quête de simplification d’écriture, manquait de pertinence théorique. L’unité ne serait ainsi que conjoncturelle si la force de résistance inconditionnelle des USA et ses modes d’expression (violence financière et militaire répétées) n’avaient permis une prise de conscience partagée par les BRICS des risques globaux d’escalade. C’est le principe de prudence décliné comme un incitateur majeur à la coopération qui permit de constituer réellement les BRICS comme un acteur de l’alternance vers une organisation économique du monde multipolaire suivant des axes régionaux de développement et de coopération.

L’objectif qui s’impose naturellement pour les BRICS est celui de constituer un pôle de diversité et de respect de cette diversité face à un bloc US-UE qui devient de plus en plus uniforme par un refus d’alternative à l’uniformisation néolibérale. Celle-ci requiert de plus en plus ouvertement des mises en forme civilisationnelle (cf. “le genre” à l’école : un avatar du néolibéralisme ? du Dr. Marc Girard ) qui heurte les modes de vie et les valeurs des populations. Tombe ainsi progressivement un rouleau compresseur sur les peuples qui voudraient résister.

Une prise de responsabilité historique du rôle des BRICS comme alternative à la non alternative  s’affirme sous nos yeux ;  nous en somme les témoins souvent encore trop aveugles.

PS : Pour aller plus loin  voir l’étude de la BIS de Chang Shu, Dong He et Xiaoqiang Cheng (2014) «One currency, two markets: the renminbi’s growing influence in Asia-Pacific» WP BIS N°446, avril 2014