L’Europe sanglante

 2014-04-14

En choisissant pour nom de ralliement celui de Maïdan (la place en Ukrainien) pour rassembler le mouvement «démocratique» de la révolution ukrainienne de février 2014, les protagonistes ont soit fait preuve d’une absence de mémoire  inquiétante soit d’un cynisme qui frôle l’horreur. «Le petit Maïdan» fut le petit nom du « Konzentrationslager Lublin » (camp de concentration de Lublin en Pologne) entre 1941 et 1944

300 000 personnes sont passées par ce camp – dont 40 % de juifs et 35 % de Polonais- et au moins un quart y perdirent la vie.

Le camps nazis, «Maïdanek» établi suivant les ordres de Heinrich Himmler fournit une main-d’œuvre d’esclaves pour des usines d’armement du consortium Steyr-Daimler-Puch. En pleine capacité il a accueilli 50 000 prisonniers. C’est au cours de l’année 1942 que furent installés des chambres à gaz et des fours crématoires. Près de 7 700 kilos de gaz zyklon B ont été utilisés dans ces lieux! Un médecin polonais chargé des détenus, Jan Nowak,  a laissé une note secrète qui témoigne de l’horreur quotidienne au «petit Maïdan»: « tous les jours on met à mort les faibles, les cachectiques et les inaptes au travail ; du bloc du revier (infirmerie) j’ai pu observer la marche de ces malheureux vers les chambres à gaz ; hier plusieurs dizaines d’officiers soviétiques ont été gazés» (cf. Jozef Karszalek, Maïdanek, histoire et réalité du camp d’extermination, Rowohlt, Hambourg, 1982, p.144).

70 ans après la fermeture de ce camps, le nom de Maïdan est à nouveau associé à des agissements de nazis que les gouvernements officiels de Kiev couvrent… Plus grave encore est que se reproduisent encore une fois le silence et le déni en Europe.

Refus de mener à bien les enquête sur les snipers, étrange silence de C. Ashton….qui surprend le Ministre des affaires étrangères estonien (cf.  Realpolitik.tv). Les autorités auto-proclamées de Kiev gagnent du temps et avec elles leurs soutiens européens. Mettre en place l’austérité qui ravage les peuples et assurer l’augmentation des tarifs énergétiques sont l’ambition numéro un des conseillers occidentaux. Discipliner et soumettre les opposants de l’Est du pays en se préparant à repousser les échéances électorales semblent déjà dans l’air… Quel peuple voterait spontanément et majoritairement au XXI ieme siècle pour des autorités qui coopèrent aussi allègrement avec des nazis ? Même avec un régime parlementaire restauré par décision autoritaire, les élections présidentielles en Ukraine qui révéleraient le peu de soutien des autorités de Kiev auprès de la population sont certainement la dernière chose que souhaitent les protagonistes et leurs soutiens occidentaux.  Il est de plus en plus évident que notre «nouvelle Europe» adepte de principes fonctionalistes et de la gouvernance des experts n’aime surtout pas  le référundum et l’expression spontanée des peuples en dehors des cadres formatés par «la pseudo-démocratie» made in UE. Capter une main d’oeuvre suffisamment à la merci des élites pour former une nouvelle classe de travailleurs esclaves, telle semble être l’ambition économique de cette nouvelle Europe économique qui n’arrive plus à contenir ses ambitions réelles de prédations des espaces et des peuples: déflation salariale et refonte de la société sur  les principes les plus individualistes faisant de l’individu une marchandise au rabais dans un univers qui devient de plus en plus oppressant (voire concentrationnaire comme ose le dire un ethnologue grec). Si le programme tourne court faute de docilité des sociétés trop avides de souveraineté, une bonne guerre vaudrait bien mieux qu’une élection aussi petite soit telle…elle aurait en plus le bénéfice de dissiper aux yeux de tous les nouveaux marasmes de la finance en proie au stress de la dé-dollarisation (cf. Russia and China announce decoupling trade from Dollar).

 

Une question semble légitime dans nos esprits conditionnés par des décennies d’européanisation: Cette Nouvelle Europe qui s’affirme sans que ne soit envisageable une autre alternative économique et “sociétale”, ne trahirait-elle pas ainsi les pères de l’Europe que nous avons appris à vénérer depuis tant d’années? A y regarder de près ceci semble de moins en moins évident, surtout depuis que les informations qui ont pu être dégagées de l’ouverture des archives des deux côtés de l’Atlantique filtrent.  Deux hommes ont donné leur marque à l’Europe, Jean Monnet, Robert Schuman suivant un plan qui sembla être orchestré par les Etats Unis (http://olivierdemeulenaere.wordpress.com/2014/04/04/qui-etaient-les-peres-fondateurs-de-leurope-f-asselineau/). Mais ce qui est plus difficile à accepter est que ce plan fut une reprise du projet de la la “Nouvelle Europe” , qu’un juriste nazi , Walter Hallstein, a été chargé par A. Hitler de préparer dès 1941. Et c’est ce même homme qui de 1958 à 1967 devient par un «hasard de l’histoire» le premier Président de la Commission Européenne après avoir échappé à la prison et aux procès grâce à ses amitiés américaines qui l’ont propulsé secrétaire d’Etat aux Affaires étrangères d’Adenauer.

Triste logique que cette Europe dont le projet économique et politique semble brutalement déjà bien lourd du sang des peuples!