Viabilité au péril de la communication

2014-02-24

Un économiste américain de «terrain»,  Paul Craig Roberts,  nous livre un constat sévère sur l’approche économique standard et sa mise en application dans la réalité de l’économie américaine contemporaine.

«Cette économie ne marche pas quand le gouvernement US socialise les coûts et privatise les profits à l’image de ce qu’il a eu lieu avec l’aide de la Réserve Fédéral aux banques «too big to fail» et qu’une poignée d’institutions financières a concentré la plus grande partie de l’activité économique. Subventionner les banques «privées» ne représente pas une différence fondamentale par rapport aux politiques de subventions à l’industrie publique qui ont eu cours en Grande Bretagne, France, Italie ou même dans les anciens pays communistes. Les banques ont reporté le coût de leur incompétence, de leur avidité et de leur corruption sur les contribuables. En effet, les entreprises socialisées d’Angleterre ou de France étaient plus efficacement dirigées et n’ont jamais représentés des dangers pour la sécurité des l’économies nationales et encore moins celle du monde entier à la hauteur des risque de ruine que font encourir les banques privées des Etat Unis «too big to fail». Ni les anglais, ni les français ni même les communistes n’ont provoqué une émission de 1000 milliards de dollars annuellement pour sauver une poignée d’entreprises financières incompétentes et corrompues».

Ces propos peuvent surprendre surtout lorsqu’ils sont exprimés par un économiste qui s’est vu décerné la légion d’honneur en mars 1987 par E. Balladur,  pour le «renouvellement de la science économique et politique après un demi-siècle d’interventionnisme»!

 

L’histoire d’un sur-ajustement 

Paul C. Roberts peut se targuer d’avoir une approche réelle du fonctionnement du système économique et financier américain ; il a été le sous-secrétaire au trésor américain en charge des questions de politique économique sous l’administration Reagan. Editeur associé au Wall Street Journal, il a aussi enseigné au Centre pour la Stratégie et les Etudes Internationale (CSIS) de Washington. ll livre une critique de l’intérieur du système américain qui met l’accent sur les dérives non viables du système économique avec  ses retombées internationales. On sait combien la politique économique de l’administration Reagan a cherché à re-cadrer la politique économique américaine sur l’économie de l’offre et la liberté des forces des marchés, supposées garantir la stimulation des intérêts individuels et le bien être global. Le principe des réductions d’impôt découlant de l’interprétation statique de la courbe de Laffer (Laffer curve) constitua un des fers de lance de l’action de politique économique à laquelle participa Paul C. Roberts (tax-act de 1981).

La dynamique économique et financière impulsée par la nouvelle politique économique menée dans les années quatre-vingt  aurait selon le constat de P. C. Roberts, dépassé les ambitions de ces protagonistes et provoqué un emballement du processus. Il évoque même le thème de «la tyrannie des bonnes intentions» dans un ouvrage publié en 2000.

Une sorte de contagion mimétique s’est alimentée par la promotion de conventions financières fondées sur tout un système de justifications économiques, instrumentalisant la théorie économique de façon univoque.  L’abrogation en 1999 du Glass-Steagall Act qui réglementait depuis 1933 les activités financières à partir d’un cadre compartimentant les activités bancaires, serait le sommet symbolique de ce processus. Il a rendu juridiquement possible la concentration et la collusion des acteurs financiers.

Ce mécanisme de contagion rend compte aussi d’une dynamique de sur-ajustement qui s’est figée au sein des institutions et dans les mentalités des acteurs économiques. La rigidité du phénomène repose sur des mécanismes de corruption plus ou moins «soft» et de lobbying qui exercent un pouvoir de plus en plus crucial dans l’arène politique ; ils sont suffisamment puissants pour que la survenue de la crise de 2008, finalement, renforce le phénomène d’interdépendance, sans remettre en cause vraiment la réalité des dysfonctionnements économiques à court et moyen terme. Les discussions sur le retour à des espaces de régulations s’inscrivent dans des perspectives historiques futures dont l’applicabilité de fait reste incertaine. La promesse de la régulation à des fins essentielles de communication semble suffire actuellement pour piloter les mentalités et les acteurs économiques concernés avec l’appui des media.

La critique de P. C Roberts pourrait-elle aussi être déclinée dans le cadre des péripéties des la crise économique européenne? L’Europe a été gravement touchée par la contagion de la crise américaine car les institutions financières européennes avaient pris largement part à la financiarisation hasardeuses du marché immobilier des Etats Unis.

On pourra se souvenir de la déconfiture du groupe bancaire français Natixis qui fournit une bonne caricature de ces excès,  suite à l’épisode des subprimes que des investissements mal à propos dans une société du financier escroc, Bernard Madoff, ont encore aggravé. Les petits épargnants sollicités pour l’augmentation de capital de décembre 2006 à hauteur de 19,55 euros par actions ont vu s’effondrer le titre jusqu’à 0,76 euro en 2009. Ces petits épargnants qui avaient répondu par milliers ont perdu une fortune… La banque peine a se remettre de cette «catastrophe» de communication nous dit-on! Le coût pour 2008-2009 s’est élevé à 4,5 milliards d’Euro et au final l’Etat français a du soutenir avec 6,5 milliards le groupe par l’intermédiaire des Caisse d’Epargne et des banques populaires comme le souligne une étude de 2010 du groupe international de recherche en éthique financière et fiduciaire (GIREF – L’histoire d’une banque dans la crise 2007-2008, Natixis ). En 2012 le chiffre des pertes cumulées s’établissait à 8 milliards selon l’aveu du directeur général de Natixis, Laurent Mignon. Cette affaire a pu relativement rapidement se faire oublier à l’inverse de l’affaire Dexia. Est-ce parce que  le scandale Dexia, impliquait plus d’acteurs nationaux, locaux et internationaux, qu’il a médiatiquement été plus suivi (P. Saurin (2013), Prets toxiques : une affaires d’Etat, comment les banques finances les collectivités locales, Ed Démopolis)?

Depuis la crise de façon générale et systématique les soubresauts financiers européens (cf. (J. Sapir (2008), Global finance in crisis, RWE Review)) sont largement conditionnés comme aux Etat-Unis par l’assistance en préteur en dernier ressort des autorités monétaires européennes.  Cependant elles font peser un risque permanent sur le système de financement et handicape l’économie européennes réelle (cf. VIABLECO – Viabilité bancaire et bouc émissaire). Contrairement aux Etat-Unis où la création monétaire a assuré une part majeure des injections de liquidités nécessaires au fonctionnement des marchés financiers et des relations bancaires, en Europe l’assistance pèse directement sur les budgets des états membres par les diverses techniques mises en place. On le voit de façon évidente dans les pays le plus touchés par les conséquences de la crise, en Grèce (cf. VIABLECO op. Cit.  annexe 1) où de façon récurrente les déficits publics alimentent directement les injections effectuées auprès des institutions financières mais aussi en Espagne où la situation économique et financière est aussi préoccupante.

 

Les mécanismes mis en place remplissent différentes missions (refinancement à taux très bas intégralement servis, programme OMT (Outright Monetary Transactions) associé au Mécanisme européen de Stabilité) : d’une part, ils assurent le financement des structures financières en limitant le plus possible le risque inflationniste ; d’autre part, ils préservent de l’effet domino qui ravagerait l’ensemble du système financier européen et tout particulièrement les banques allemandes et françaises.

 

Le pays du Sud dotés de gouvernements facilement influençables ont été des cibles privilégiées. Comme il pouvait dans une certaine mesure afficher des difficultés structurelles, ils ont pu alimenter des justifications simplificatrices en contribuant à préserver la réputation d’ensemble du système financier européen. Le FMI a lui même clairement mentionné avec une certaine dose d’énervement en juin, que c’est l’effort imposé à l’économie Grèce qui a permis indirectement la survie de l’Euro. (Rapport FMI juin 2013).  L’austérité qui pèse sur les populations du sud de l’Europe, en Grèce, Espagne et Portugal, permet de mobiliser à un coût qui semble minimum, la rançon qu’exige le sauvetage des banques européennes des pays choisis comme devant demeurer les plus crédibles… En associant le sauvetage des banques à la survie de l’Euro, le lobby bancaire a su instrumentaliser la crainte de la BCE à son avantage en la généralisant à tous les acteurs. Le sauvetage de l’Euro a tout prix faisant écho à la diabolisation de toutes autres alternatives servait ainsi en premier lieu des intérêts de clan. Dans ce contexte, le langage et la communication jouent un rôle clef dans les déterminants du bouclage monétaire et financier qui ont façonné la rhétorique uniformément. Les lobbies financiers en ont fait l’axe fort du langage à imposer aux politiques, que les media devaient relayer.  Un mode de communication univoque a ainsi été mobilisé pour asseoir rationnement le sauvetage financier sur lequel est sensé reposer la crédibilité de l’Euro et sa survie. La confusion a été entretenu pour globaliser le risque systémique qui pesait sur le système. Cette globalisation n’allait elle aussi pas de soi :  En effet, la régulation globale du système de paiements repose sur deux axes de régulations, l’une la régulation financière à proprement parlé a trait aux rapports entre débiteurs et créanciers et l’autre, la régulation monétaire a trait à l’unité de compte ainsi qu’à son pouvoir d’achat. La viabilité de la forme finale de la régulation propre à un système donné de paiements, dépend donc de la pondération accordée à l’un et l’autre de ces deux pôles. Le type de hiérarchie  qui s’établit entre eux ainsi que les objectifs socialement assignés à l’un et à l’autre peuvent différer. Toute la maîtrise du discours fut de dissimuler ces diversités possibles de hiérarchie et de fonction en généralisant la peur.

 

L’interdépendance des mécanismes n’allait pourtant pas de soi, des alternatives aurait pu être proposées formellement avec des restructurations d’établissements et des contrôle plus stricts des fonctionnements. Ce tournant vers l’essentialisme monétaire qui polarise tout le système sur la monnaie unique se décrypte ainsi comme une réponse opportuniste du lobby bancaire : un fétichisme opportuniste réducteur.

 

 

Essentialisme monétaire fruit de la communication

La rhétorique de la communication mise en oeuvre a engagé le système monétaire dans une fuite en avant dans l’essentialisme monétaire le plus radicale, figé dans une forme de fétichisme. Dans sa conception initiale de l’essentialisme,   A. Orléan explique qu’il peut être conçu comme provisoire parce qu’il est naturellement soumis au jeu dynamique des compromis. Dans le cas européen présent le compromis est figé. Le poids symbolique de l’Euro et son fétichisme accusé, a servit d’alibi théorique à la justification salvatrice en lui fournissant un schéma rationnel de communication justificatif. Il permit paradoxalement de justifier dans le discours l’irrationalité économique et sociale découlant du sacrifice des économies réelles et de l’emploi pour assurer le renflouement des institutions financières. Pour 2012, Eurostat évalue à 5,5% du PIB de la zone Euro le poids du soutien aux banques ; c’est une ponction majeure sur la croissance et sur l’économie réelle !

 

Différents ordres de justification distincts les uns des autres se rassemblent ainsi pour renforcer le primat donné à l’argument monétaire. En plus des banques soucieuses de voir leur sauvetage primer, se justifie aussi l’intérêt des institutions européennes qui doivent témoigner de leur bien fondé en assurant leur survie, voire même se trouver des perspectives de croissance avec des pouvoirs accrus : la superposition de commissions, d’agences va pouvoir se justifier rationnellement par l’activité rendue nécessaire pour lutter contre la crise… La survie de l’Euro, essence du système européen, procède ainsi de l’imbrication d’intérêts joints issus de la construction institutionnelle qui s’auto-développe. L’interprétation essentialiste de l’ordre monétaire  immuable sur lequel repose tout le discours symbolique qui est tenu, devient de plus en plus effectif avec l’accroissement de l’influence des mécanismes institutionnels européens. Il s’auto-entretient et s’auto-renforce ainsi. L’opportunisme stratégique se nourrit des intérêts de clans comme de l’hubris d’économistes qu’une sensibilité à la flatterie a rendu instrumentalisables. L’histoire économique nous éclairera ultérieurement sur ces déterminants en décortiquant les jeux d’influences au sein des comités d’experts et de professionnels qui se sont progressivement imbriqués, en créant les formes adaptées de la «rationalité communicationelle».

 

Exit l’économie place à la communication

Point de surpris alors d’assister dans ce contexte au jeu de la politique économique en Europe prise en otage de la communication et guidée par un compromis fondé sur la réputation. Tout argument d’action ou de non action se réfère au marché…à comment les marchés vont prendre tel ou tel point… Les exemples ne manquent pas dans la communication des représentants européens.

Tout se joue sur les postures marketing et les effets de langage. En revanche, l’économie est laissée à sa plus simple extrémité, avec la charge de justifier qu’il n’existe pas d’alternatives possibles au modèle imposé.  C’est en effet le seul à pouvoir assurer au moins à court terme le  sauvetage de l’ordre instauré sans rapport avec sa viabilité à plus long terme ; ainsi l’économie prêche-t elle par un discours abscons et caricatural. L’argument de la faute intérieure rachetable par la déflation salariale reprend l’idée de «la contrainte extérieur» qui a porté nombres de réformes depuis 1983 en France et qui fait toujours recette. Cette contrainte serait inévitable dans un monde globalisé dont on ne peut s’extraire par convenance civilisationnelle ; démocratie, droit de l’homme sont à l’appuie de la rhétorique univoque de cette perspective contenue. Retour au discours…

Le contexte historique permet d’éclairer le processus en oeuvre qui a placé la transformation socio-économique sous l’angle de la communication : la fin supposée entérinée des modèles fascistes et l’érosion progressive du modèle communiste ont progressivement conduit à penser le système capitaliste tel qu’il prévalait en occident comme le seul viable, justifiant les discours sur la fin de l’histoire mais surtout la fin de l’histoire économique. On a souligné déjà combien le discours sur les anticipations rationnelles et la méthodologie de l’équilibre général ont cristallisé la perspective a-temporelle et a-historique, figeant la discipline économique dans un immobilisme institutionnel et théorique.

 

Totalitairisme de la communication

Dans les transitions historiques du début de XXieme siècle, Marcel Gauchet a pu montrer, comment  des formes de «religions séculières» qui traduisaient des «antireligions religieuses» caractérisaient la phase spécifique et périlleuse du processus de construction de la modernité en expliquant en partie les tentations vers le totalitarisme (Cf.  M. Gauchet L’avènement de la démocratie, III : À l’épreuve des totalitarismes, (1914-1974)).

Par analogie, nous proposons de penser la sortie «organisée» de l’histoire économique comme une anti-économie économique qui a diffusé un discours universel et univoque pour guider la politique économique et justifier de politiques économiques déconnectées de la réalité des économies (thérapies de choc, austérités). C’est aussi le signe d’une tentation totalitaire en oeuvre que de penser l’économie comme une discipline de manuel devant être imposée à la société. Les témoignages fournis par les observations de Paul Craig Roberts montrent bien combien les auteurs même de la transformation économique ont été rattrapé par leurs actions, avalés dans une dynamique totalisante….Même prise en faute dans la crise, rien n’altère le processus.

Comment l’enfermement dans la communication au dépend de l’économie a-t-il eu lieu ?  D’abord par l’isolation de l’économie qui a cherché à se démarquer des disciplines des sciences sociales pour s’instituer en Science. Dans ce mécanisme elle a subit l’éviction radicale, mise en forme dans un discours de caricature hors du temps et du réel. Pourtant, l’argument du primat des mathématiques et de la formalisation comme alibi ne tient pas aux regards de la méthodologie statique ou semi statique (linéarisation) de référence. Les mathématiques en elles-même auraient permis de faire mieux et plus efficace pour analyser les modèles dynamiques. Gommer le temps et le contexte était le vrai motif de cette simplification, un motif de soumission à un ordre simpliste qu’à pu dénoncer Jean-Pierre Dupuy évoquant l’éco-mystification. De plus oser penser l’économie comme une science qui a prétention à l’exactitude à l’issu des crises économiques que nous connaissons a perdu beaucoup de sa pertinence justificative. Le discours théorique et méthodologique standard est grandement écornée. Même la Reine d’Angleterre s’est plaint auprès des responsables de la LSE de l’incapacité de la discipline à prévoir la crise…

 

Les travaux de J. Habermas sur la communication nous offrent matière à alimenter cette réflexion pour comprendre l’emprise de la communication et du discours sur la discipline économique. Il faut d’abord reconnaître la force du langage mais aussi la force illocutoire d’ensemble d’un discours ambiant, ce qui entoure le langage, l’atmosphère, la mise en forme du contexte sur lesquelles les conventions influent directement… Un locuteur, l’expert en l’occurrence peut ainsi motiver un auditoire à accepter des propos et à les tenir pour rationnels parce qu’il semble fonder en raison la validité des normes. Des conventions plus ou moins explicites servent à faire émerger une inter-subjectivités auto-entretenues au sein des acteurs concernés qui assure et amplifie la «rationalité communicationnelle» : l’avènement d’une communauté idéale dans sa composante socio-économique a ainsi dominé la rhétorique du discours sur le projet européen. L’économie a servilement fournit l’argumentaire adéquat de la convergence obligée.

 

La théorie délibérative de la communication exposée par J. Habermas, met au coeur du raisonnement les effets d’intersubjectivité. Le philosophe y voit une action suivant deux formes : sous des formes institutionnalisées de délibérations menées dans les corps parlementaires et démocratiques mais aussi dans les espaces publics politiques. Ces espaces publics politiques (société civile ?) sont des « arènes » où une formation plus ou moins rationnelle de l’opinion et de la volonté peut s’opérer. On voit dans cet espace le rôle que peuvent prendre les media, le soft power et les «meta-surveillances» mues par des stratégies géopolitiques. Ces formes d’action définissent deux sources de pouvoir : la formation de la volonté institutionnalisée par l’Etat de droit et les espaces publics mobilisés par la sphère culturelle, médiatique, d’influence diverses. Il est important de noter que le pouvoir vient de l’interaction entre ces deux instances, suivant des modes de compromis plus ou moins polarisés. L’espace de la démocratie est un entre deux…

Dans le mécanisme dynamique de la communication J. Habermas introduit un garde fou éthique : «Chaque norme valide, doit satisfaire à la condition selon laquelle les conséquences et les effets secondaires qui, de manière prévisible, résultent de son observation universelle dans l’intention de satisfaire les intérêts de tout un chacun peuvent être acceptées sans contrainte par toutes les personnes concernées». (De l’Ethique de la Discussion, Première partie, Chapitre 2).

Cette condition d’étique reporte le jugement sur la norme en terme de contrainte ressentie. Dans des univers où l’intersurjectivité est différente, différemment construite… il y de fortes chances que ce qui est «contraintes» pour les uns ne le soient pas pour d’autres…et vice vers ça. Les débats en termes de «droits de l’homme» bafoués ou pas, fournissent des exemples illustratifs des dissonances cognitives de la sorte dans lequel les média prennent plaisir à se glisser ; ils trouvent sans difficulté une façon de discourir en rond dans un laissez-aller infantile. Les commentaires auxquels les JO de Sotchi ont donné lieu dans la presse occidentale fournit un champs d’observations  privilégiées de ces mécanismes (cf. How U.S. Media Misrepresent Sochi and Kiev,The Moscow Times).

L’universalisme devient le seul mode de pacification de la communication pour homogénéiser la perception des contraintes ; mais un paradoxe apparait, l’intolérance de l’universalisme poussée à l’extrême auto-détruit la communication en elle-même. L’épisode du «Fuck E.U.!» lâché malencontreusement par Victoria Nuland réaffirme que l’enjeu stratégique se dissimulent toujours dans le discours universaliste.

Le monde de la réalité est dans la conception de J. Habermas bien déconnecté du monde social qui seul s’affirme comme le champ de la communication. L’économie communicationnelle qui est promue se trouve par nature hors du champs de la réalité. Ce sont les clivages qui apparaissent dans le monde social qui sont accusés par l’accroissement des inégalités qui rétablissent des lieux d’aliénation possibles, à mesure que les contraintes qui pèsent sur les individus s’alourdissent.

 

Le poids de l’austérité sur les populations et l’indifférence concomitante des élites occidentales stigmatisent le clivage croissant du monde social et remet en cause directement le garde-fou éthique. Des mondes sociaux parcellaires se superposent et donnent naissance à des justifications éthiques diverses, pouvant devenir contradictoires…le règne de l’imposture se généralise comme pathologie de la confusion, c’est ce que dénonce le psychanalyste clinicien, Roland Gori (La fabrique des imposteurs) qui y voit une entrave majeure à la démocratie. L’opacité de la perte de confiance se propage… L’information biaisée alimente la perte de repères et le chaos. L’exemple fut fourni par la crise américaine des subprimes qui fut aussi une crise de la communication : au moment où chaque acteur s’est trouvé dans l’impossibilité de croire les évaluations… précipitant la signification dans le néant : tout est devenu sans valeur parce qu’ indifférenciable. La crise d’indifférenciation a précipité le système dans son ensemble dans la crise financière. C’est la contagion de ce chaos à tous l’ordre financier et économique n’est toujours pas résolu mais simplement gérer à court terme au bénéfice du système financier et au détriment de l’économie réelle ; la menace du rebond amplifié est ainsi permanente…