Grèce et principe électoral… Vers l’oubli?

Oublier la Grèce, mille fois non (1). Nous avons la certitude qu’elle reviendra dans les préoccupations, juste au moment opportun, quand d’autres pays européens subiront un sort aussi destructeur et prendront ensemble leurs courages à plusieurs mains… L’effet marginal de la Grèce saura alors compter. De quel côté le vent soufflera le plus fort alors?

Les pronostics sont larges et les candidats de plus en plus nombreux. La Grande Bretagne par les mots de J. Corbyn vient de signifier à l’Europe qu’elle compte être de la partie. Le changement «révolutionnaire» à la tête du parti travailliste britannique s’est fait si subrepticement… Telle fut bien l’impression donnée par le silence de la presse jusqu’au coup de massue de la réalité. Cette réalité tangible capable de rebattre bien des cartes peine à être entrevue ; c’est peut-être ce qui fera sa force… L’incroyable surprise qui rompt l’ordre établi et qui fait peur !

Surprise et gênes sont en effet ce qui découlent des impressions enregistrées auprès des très «progressistes» élites “cambridgiennes” (2) qui semblent dépassées par les perspectives. Jusqu’où va le paradoxe entre déclaration d’intention et prises de position pro-sociale et pro-nature et perspectives individuelles de reproduction de classe ? Risque – t-on d’échapper à son destin avec J. Corbyn à Downing Street? Telle est bien la question qui tétanise.

La caste des penseurs dont on trouve de parfaits homologues à Sc Po met en avant très étrangement comme élément de dénigrement de J. Corbyn, le fait qu’il donnerait trop facilement raison à la Russie et à V.V. Poutine! N’est-ce pas un combat d’arrière-garde, pourtant, à l’heure où la Russie semble de plus en plus incontournable dans les règlements des égarements internationaux (Irak, Lybie, Syrie…osons Ukraine aussi) des post-démocraties occidentales?

En France même l’avant-garde du sarkosisme renaissant avec Nadine Morano en charge de capter des parts de marché sur le FN, – nous ne nous y trompons pas- s’y laisse pourtant aller,  à cette main tendue pour inviter l’illustre Président de la Fédération de Russie au parlement Européen…  Gageons qu’il a autre chose à faire de plus important pour le moment…

A Sc Po aussi, un groupe d’étudiants frontistes, forts de leur reconnaissance officielle au sein de l’Ecole,  ont aussi osé défier le mot d’ordre de rassemblement et d’identité du Sc Po bon teint. Un Sc Po à l’avenir prometteur et porteur tant dans le journalisme que dans les milieux académiques, -suivant les formules consacrées depuis bien des années-: être anti-Poutine…une «Condition Nécessaire» et pour le malheur de notre réflexion analytique souvent «Suffisante».

En retard d’une révolution encore nos jeunes Cambridgiens? Il apparaît que le dénigrement de la Russie est en GB encore un élément de reconnaissance des élites en puissance, celles qui prétendent le devenir dans un monde «toutes choses égales par ailleurs» (ceteris paribus)…, horizon de la réflexion économique académique!. Cette posture semble pourtant étrange chez des étudiants et un milieu académique pourtant entrainés à réfléchir…

Trouver des raisons objectives aux actions de la Russie ne serait peut-être pas le seul péché capital de J. Corbyn ? Au même titre que les sanctions qui plombent l’Europe au bénéfice de la renaissance des relations d’affaires entre les US et la Russie, agiter la haine de la Russie aurait une autre fin. Elle ne serait là encore que le paravent d’un égarement plus important encore de J. Corbyn que personne n’ose cibler ouvertement afin de le laisser dans l’ombre: Il donnerait crédit à la rumeur que le 11 septembre 2001 n’était pas l’histoire à grand spectacle qu’on nous a servi mais un compromis cher en sacrifices humaines : L’hégémonie financière mondiale que des ambitions guerrières devaient être en mesure de faciliter encore un peu…On comprend alors le dénigrement agressif que déchaîne J. Corbyn et les menaces ouvertes de coup d’Etat qu’il a subi si d’aventure le peuple britannique lui faisait trop confiance dans le futur (3)…et qu’il mette à exécution ses intentions de remercier l’OTAN des services (mal) rendus à la GB!

Nous ne sommes donc pas au bout de nos surprises et de nos peines… Au moins pouvons-nous nettement mesurer les menaces et l’intimidation (subies par les Grecs) et l’hostilité qui ne se cachent plus lorsque la parole du peuple risque de dissoner.

Aux menaces ouvertes du général, notre ministre français E. Macron, partit en guerre contre la fonction publique par le biais du retour au mythe du fonctionnaire bouc émissaire, préfère l’ignorance et le mépris… Et il a aussi donné son dernier mot, de fin de l’histoire, au principe électoral. On reconnaîtra une résonance (4) vichyste bien naturellement exprimée et qui ne se cache pas, en arguant que l’élection, était une valeur d’un autre temps! Lol ! Une certitude en découle, qu’il est capable d’exprimer avec bonne fois ce qu’il pense. Là encore le temps n’est plus au faux- semblants… Les cartes sont posées et les électeurs avertis : un fait effectif de «convergence» en Europe.

Un électeur averti en vaudrait-il deux?  Ainsi peut-être pensent-ils faire le calcul des voix…?

 

Notes :

(1)Alors que la majorité de la presse européenne n’y prete meme plus attention… A la tribune de l’ONU nous avons aussi écouté le discours à charge de A. Tsipras qu’on accuse bien trop vite de tous les maux… l’Europe en ligne de mire, les Grecs tireront un jour, c’est une question de temps mais aussi de certitude.

(2) Cambridgien, utilisé pour désigner les étudiants de l’Université de Cambridge dont les échos des états d’âmes et autres états d’esprits transparaissent jusqu’à Moscou.

(3) au Sunday Times, Le général de haut rang encore en activité et resté anonyme a déclaré que si Corbyn devait arriver au pouvoir, « Il y aurait des démissions en masse à tous les niveaux et on se retrouverait confronté à la perspective réelle d’un évènement qui serait effectivement une mutinerie ».

(4) On pourrait aussi proposer comme néologisme approprié, le terme «raisonnance» qui ici loin d’être une mauvaise orthographe exprime un sens de raisonnement possible dans le contexte dont il est question.

 


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Hélène Clément-Pitiot (2 octobre 2015). Grèce et principe électoral… Vers l’oubli? VIABLECO. Consulté le 15 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/v712