Images

Confessions d’un économiste « repentito »

Il y a 12 ans, John Perkins publiait un livre choc, Confessions of an Economic Hit Man (Confessions d’un économiste tueur à gages). Le livre a fait partie du top des meilleures ventes selon la liste publiée par le New York Times, mais il est resté assez confidentiel en Europe bien que traduit en Français dans une édition canadienne (Ariane) de 2004 sous le titre : Confessions d’un assassin financier(1), – ici le lien avec le téléchargement libre de cette première version en version française -.
Ces confessions expose des révélations sur la manipulation des économies du monde par la puissance américaine des États-Unis. A l’heure du net, la popularité d’un Julian Assange ou d’un Edward Snowden surpasse de loin celle de John Perkins, cependant J. Perkins doit être considéré comme un des pionniers dans le monde des lanceurs d’alertes (whistleblowers) avec cette publication.

Continuer la lecture de Confessions d’un économiste « repentito »

Deutsche Bank, marqueur définitif du paradoxe européiste ?

 

Je voudrais d’abord préciser en quoi la notion de paradoxe est constitutive d’une réflexion alternative et comment elle est pour moi un guide de l’analyse tant économique que sociale. Ensuite j’aborderais le paradoxe européiste expression que m’inspire l’ouvrage de Brooke et North et sa préface de J. Sapir. Le commentaire du Directeur du CEMI est inspiré de la révélation d’un autre paradoxe révélé par Simon Epstein, Un paradoxe français (1) Cet ouvrage de 2008 fut déterminant pour procéder à une relecture des conventions historiques véhiculées communément sur la période de l’occupation de la France par les Allemands. La relecture éclaire les jeux de rôle sur une période plus large. Elle permet de mieux appréhender nos phobies afin de faire la part entre nos culpabilités imaginées, réelles et surtout celles dont la tentation de dissimulation demeure.
Enfin je dois préciser aussi que j’adhère à l’idée théorique que toute crise dispose d’un moment de révélation, possible tournant qui va rendre aussi imminent la mis en place d’un compromis nouveau (2)
Cette réflexion s’inscrit dans la perspective qui taraude tous les esprits tournés vers le futur. J. Sapir a choisi de l’aborder de front dans le billet titrant «Le dilemme de la lutte contre la néolibéralisme, persuadé qu’il faille  prendre la porte ; la quête de souveraineté et la mémoire l’imposent. Alors comment et avec qui la pousser en premier…cette porte? Tels sont bien les débats d’une grande actualité sur lesquels on ne peut qu’être surpris par l’étendue du mutisme de l’aréopage économique. Il est bien trop occupé à des tâches beaucoup plus sérieuses, destinées à des publications internationales de renom dans des revues accréditées par les instances de la normalisation que l’on devine en majorité sous la férule des anglo-saxons. Diversité oui mais pas trop! Encore un paradoxe. La réalité et ses turpitudes économiques ne sont pas décidément du ressort des économistes de bon ton… Les mains dans le cambouis seraient uniquement pour ceux qui ne peuvent pas faire autre chose? Disons allègrement à l’italienne -car nous sommes peut-être plus européens qu’eux dans le fond-, «Basta»!

Continuer la lecture de Deutsche Bank, marqueur définitif du paradoxe européiste ?