Appel du 18 juin 2014 pour une résistance monétaire

 

2014-06-21

Nous avions signalé déjà dans ce blog que depuis le début de l’année 2014 de grandes manoevres étaient en cours , qui allaient dans le sens d’une dé-dolarisation de l’économie mondiale avec les conséquences qui en découlent sur la fin de « l’exceptionalisme » de l’abyssale dette US.

En Mai 2014, la situation est apparue de façon claire à travers les accords russo-chinois et lorsque plusieurs pays se sont alignés dans la perspective de la dé-dolaristion. Le blog de la résistance avait repris en français, à ce sujet, des analyses du blog Zero Hedge pour expliciter les mécanismes en cours auprès des autorités publiques mais aussi auprès d’institutions financières des pays émergents.

La date du 18 juin 2014 marque une nouvelle étape symbolique : c’est un appel aux acteurs économiques européens pour qu’ils rejoingnent la dynamique de dé-dolarisation en oeuvre déjà dans une grande parti du monde. L’entreprise est osée car cet appel s’adresse à des membres de l’OTAN!

Forte de la confiance exprimée lors du forum économique de St Petersbourg par des entreprises majeures du panorama européen (dont beaucoup de françaises), la Russie propose de rassembler les forces économiques pour sauver la paix et le développement économique en Europe. L’appel signé par un conseiller économique du gouvernement russe de premier plan, Sergeï Glasiev, équivaut à une opération de démystification de la stratégie US de vassalisation de l’Europe par son affaiblissement économique. La guerre en Ukraine, ses violences et ses horreurs aux accents historiques insupportables, sert d’instrument de manipulation de la stratégie économique.

C’est peut être le pas de trop des autorités US ? Il montre combien la dissonance cognitive est large entre les «partenaires« de l’OTAN…

Je reproduis ici le texte publié dans Voice of Russia sous la plume de Valentin Mândrăşescu qui résume l’appel de Sergei Glasiev. L’article a pour titre : «Putin’s aide proposes anti-dollar alliance to force US to end Ukraine’s civil war»:

«Sergey Glazyev, the economic aide of Vladimir Putin, published an article outlining a plan for « undermining the economic strength of the US » in order to force Washington to stop the civil war in Ukraine. Glazyev believes that the only way of making the US give up its plans on starting a new cold war is to crash the dollar system.

In his article, published by Argumenty Nedeli, Putin’s economic aide and the mastermind behind the Eurasian Economic Union, argues that Washington is trying to provoke a Russian military intervention in Ukraine, using the junta in Kiev as bait. If fulfilled, the plan will give Washington a number of important benefits. Firstly, it will allow the US to introduce new sanctions against Russia, writing off Moscow’s portfolio of US Treasury bills. More important is that a new wave of sanctions will create a situation in which Russian companies won’t be able to service their debts to European banks.

According to Glazyev, the so-called « third phase » of sanctions against Russia will be a tremendous cost for the European Union. The total estimated losses will be higher than 1 trillion euros. Such losses will severely hurt the European economy, making the US the sole « safe haven » in the world. Harsh sanctions against Russia will also displace Gazprom from the European energy market, leaving it wide open for the much more expensive LNG from the US.

Co-opting European countries in a new arms race and military operations against Russia will increase American political influence in Europe and will help the US force the European Union to accept the American version of the Transatlantic Trade and Investment Partnership, a trade agreement that will basically transform the EU into a big economic colony of the US. Glazyev believes that igniting a new war in Europe will only bring benefits for America and only problems for the European Union. Washington has repeatedly used global and regional wars for the benefit of  the American economy and now the White House is trying to use the civil war in Ukraine as a pretext to repeat the old trick.

Glazyev’s set of countermeasures specifically targets the core strength of the US war machine, i.e. the Fed’s printing press. Putin’s advisor proposes the creation of a « broad anti-dollar alliance » of countries willing and able to drop the dollar from their international trade. Members of the alliance would also refrain from keeping the currency reserves in dollar-denominated instruments. Glazyev advocates treating positions in dollar-denominated instruments like holdings of junk securities and believes that regulators should require full collateralization of such holdings. An anti-dollar coalition would be the first step for the creation of an anti-war coalition that can help stop the US’ aggression.

Unsurprisingly, Sergey Glazyev believes that the main role in the creation of such a political coalition is to be played by the European business community because America’s attempts to ignite a war in Europe and a cold war against Russia are threatening the interests of big European business. Judging by the recent efforts to stop the sanctions against Russia, made by the German, French, Italian and Austrian business leaders, Putin’s aide is right in his assessment. Somewhat surprisingly for Washington, the war for Ukraine may soon become the war for Europe’s independence from the US and a war against the dollar».

 

Le début de la fin d’un arme de destruction massive, le dollar comme monnaie hégémonique ? A suivre…pour construire une ordre monétaire viable!

 

Выбор прагматизма для России

2014-06-03

 

Вот шестая аналитическая записка Обсерво, -Франко-российский аналитический центр-, Франко-российскoй торгово-промышленной палаты

Я желаю вам хорошее чтение !

 

Le choix du pragmatisme en Russie

2014-06-03

Depuis le début de l’année, je travaille sur un article que tente d’apporter un éclairage sur la stratégie des autorités russes en matière de politique économique. Mon analyse montre que c’est le choix du pragmatisme qui, à nouveau, s’impose à la Russie dans le contexte international tendu qui s’affirme depuis le début de 2014. Le dernier forum de Saint Pétersbourg qui faisait suite à  une ensemble d’accords majeurs avec la Chine mais aussi le lancement officiel de l’Union économique eurasitique (UEE) confirment les orientations que j’ai dégagées dans ce papier : celles d’une Russie partie prenante d’un monde multipolaire qui se dessine avec de plus en plus de netteté. Cette contribution a été publiée en tant que sixième note d’analyse de l’Observatoire de la Chambre de Commerce Franco-Russe (CCIFR) :

La stratégie de l’économie russe en perspective : le choix du pragmatisme ?

 

version française : http://obsfr.ru/fileadmin/templates/html/images/PP6_Clement-Pitiot_FR.pdf

version russe

 

Bonne lecture !