« Just to remember! »

2014-04-29

Je diffuse ce jour la conclusion d’un article majeur publié en 1997. Je l’ai croisé au détour des références d’une relecture d’un chapitre de thèse sur «la crise en Grèce» que finit de rédiger Efstathia Antiochou. Je la remercie de m’avoir suggéré, par son travail, cet exercice de notre mémoire. Dans le contexte actuel d’incertitude économique sévère en Europe, aggravée par les menaces brandies contre la paix -pour nous faire encore BIEN voter et BIEN ratifier les traités-, les phrases de M. Feldstein raisonnent avec plus de force mais aussi en provoquant stupeur et émotion car en effet …beaucoup d’économistes connaissaient les risques et les incertitudes et depuis longtemps!

En voici un témoignage clair :

«Although the major countries of continental Europe now appear committed to adopting a single currency for Europe in January 1999, the events in the summer of 1997 show that this process may still be derailed by basic conflicts between France and Germany about the appropriate stance of monetary and fiscal policy, about the long-run independence and goal of the European Central Bank, and about the future limits on fiscal deficits. These disagreements about monetary and fiscal policies may have broader effects on the relations among European countries, creating conflict rather than the political harmony that many of EMU’s advocates seek.

The economic consequences of EMU, if it does come to pass, are also likely to be negative. Imposing a single interest rate and an inflexible exchange rate on countries that are characterized by different economic shocks, inflexible wages, low labor mobility and separate national fiscal systems without significant cross-border cyclical transfers will raise the overall level of cyclical unemployment among the EMU members. The shift from national monetary policies dominated by the Bundesbank within the European Monetary System system to a European Central Bank governed by majority voting with a politically determined exchange rate policy will almost certainly raise the average level of future inflation. The emphasis on common economic and social policies will reduce the scope for the experimentation and competition that would otherwise lead to reductions in the current extremely high levels of structural unemployment.

Political leaders in Europe seem prepared to ignore these adverse consequences because they see EMU as a way to further the political agenda of a federalist European political union, which will have a common foreign and military policy and a much more centralized determination of what are currently nationally determined economic and social policies. Although such a policy is often advocated as a way to reduce conflict within Europe, it may well have the opposite effect. Uniform monetary policy and inflexible exchange rates will create conflicts whenever cyclical conditions differ among the member countries. Imposing a single foreign and military policy on countries with very different national traditions and geographic circumstances will exacerbate these economic conflicts. So too will the inevitable struggle between Germany and France for leadership and among the other countries for a share in the decision-making power.

The Maastricht treaty contains no provisions allowing a country to leave the monetary union once it has joined. Membership in the monetary union and the adoption of a single currency is intended to be permanent. The adverse economic effects of EMU and the broader political disagreements will nevertheless induce some countries to ask whether they have made a mistake in joining. Although a sovereign country could in principle withdraw from the EMU, the potential trade sanctions and other pressures on such a country are likely to make membership in the EMU irreversible unless there is widespread economic dislocation in Europe or, more generally, a collapse of peaceful coexistence within Europe.

In the end, the desirability of a European monetary union will be judged not by its impact on inflation and unemployment but by its effect on peace and conflict within Europe and with the rest of the world. A united Europe of more than 300 million people with a single foreign and military policy would be a formidable participant in the global balance of power of the twenty-first century, capable of projecting force and forming important strategic alliances. Only time would tell whether the creation of such a global power would be a stabilizing or destabilizing influence on world peace.»

 

Une partie intéressante du papier traite aussi de « Les préférences majoritaires et les élites politiques », l’auteur y développe des éléments d’analyse qui sont encore d’une grande actualité (M. Feldstein (1997), p. 31):

« Majority Preferences and Political Elites

(…) The government leaders of most of the European Union countries have strongly urged their citizens to support European monetary union. They have, moreover, frequently been joined in this effort by the leaders of the opposition parties. Nevertheless, the majority of the public in many countries remains unconvinced. In Germany, polls indicate that as many as two-thirds of the voters oppose German participation in the EMU. In France, a plebiscite approved monetary union with a majority of less than 1 percent despite the strong endorsement of the then President Francois Mitterand and by the leader of the opposition party; a similar vote today might well show a majority opposed to EMU. 

It is impossible to know why politicians are disregarding the popular sentiment. They may feel that EMU is really in the public’s best interest, but that the issues are too complex for the public to understand. Alternatively, they may believe that public opposition is excessively influenced by the temporary increase in unemployment that has resulted from pursuing the convergence criteria that are required for admission to EMU. More generally, they may believe that although the current generation will be hurt byjoining the EMU, the gains to future generations outweigh the losses to the current generation. Or they may be influenced by the way that the decision about EMU will affect themselves personally.(…)

Dans le vocabulaire contemporain on parlerait de « conflits d’intérêts »

 

Martin Feldstein (1997) « The Political Economy of the European Economic and Monetary Union: Political Sources of an Economic Liability. » Journal of Economic Perspectives, 11(4): 23-42 (ici l’article en entier)

 

Face à l’inertie du FMI…

 2014-04-18

Le FMI est une institution internationale qui bloque à se réformer en prenant acte de la réalité de l’économie mondiale. Une solution avait été proposée quand DSK (Dominique Strauss-Kahn) dirigeait l’institution, sous le choc de la crise financière. Cette crise en effet plaçait le FMI au centre des responsabilités qu’il n’était plus en mesure d’assumer tant l’ampleur des dégâts dépassait ses capacités et sa frilosité d’action. La crise dénonçait aussi la structure inertielle de la gouvernance de l’institution, dominée largement par l’influence des Etats Unis et dans une moindre mesure par celle des pays de l’UE. Depuis la crise et ses conséquences sur l’économie réelle, avec ses plans d’austérité ravageurs, les impossibilités de fonctionnement du FMI conformément à l’intérêt général de ses 188 membres, a été mis en exergue. Ainsi s’est trouvée mise à mal la légitimité de l’institution de Washington (cf. BRICS Consider Creating IMF-Alternative As US Loses Credibility pour ZeroHedge). DSK avait eu l’ambition de remettre le pouvoir d’action des USA au sein du FMI dans un cadre plus cohérent avec les réalités économiques mondiales. Il se faisait fort de faire procéder à une modification des parts respectives des droits de vote afin de rendre compte de l’importance économique mondiale des BRICS (Brésil, Russie, Inde, Chine et Afrique du Sud ). Les USA allaient ainsi perdre leur droit de veto, ce qui leur assurait la main mise exclusive sur l’institution… Le projet s’est enlisé, ce que déplore le Ministre des Finances brésilien, Guido Mantaga en soulignant que «le FMI ne peut pas rester paralysé avec des réformes toujours en suspend».

Ces réformes devaient permettre de piloter le fonctionnement de l’institution avec plus de cohérence pour assurer à  l’ensemble des économies membres des conditions de viabilité compatibles. La démission «fort à propos» de DSK mit un coup d’arrêt à l’avancée du projet. Fut aussi remise dans les oubliettes, l’amplification du mécanisme des droits de tirage spéciaux (DTS)  , potentiellement monnaie internationale dans un monde en passe de devenir multipolaire. C’était pour le directeur du FMI se heurter de front à la puissance américaine doublement d’une part en remettant en cause son hégémonie sur le FMI et d’autre part via le dollar. Le statut présent du dollar permet au pays de s’émanciper de sa dette et des charges y afférentes ;  les USA auto-entretiennent ainsi leur modèle économique et financier qui assoit leur hégémonie mondiale. Avec la crise et l’amplification sans fin de cette dette, l’enjeu du maintien du dollar comme monnaie internationale dominante retrouvait une nécessité toujours plus impérieuse. Cette nécessité est aussi l’enjeu déterminant qui pèse ouvertement sur le projet de «Traité transatlantique», garant sur le long terme de la préservation du rôle mondial du dollar (cf. «Comment les Américains vont nous bouffer» dans Maianne 10 avril 2014 et dans le détail «Le traité transatlantique expliqué par les lobbyistes, c’est lol !»). On comprend les efforts multiples en Europe pour en accélérer la signature : les négociations secrètes, la propagande, la gestion de la peur ; une gamme étendue de mises en forme par les élites américaines et ses instances liges qui ont tout à perdre si l’hégémonie du dollar venait à vaciller. Du temps doit être gagné par tous les moyens, tel semble être le mot d’ordre politique global pour que le monde unipolaire perdure.

 

L’approche de la viabilité permet d’attester que, quand le pilotage de la trajectoire viable devient impossible et que la viabilité d’ensemble du système est en jeu, alors un re-cadrage des contraintes peut aussi être une perspective de survie. C’est bien dans ce cadre de réflexion que la rationalité des choix des BRICS se met en place. Dans la confusion économique et politique mondiale contemporaine, des pas significatifs se franchissent que les ténors de la presse occidentale s’efforcent de négliger (cf. Dedefensa.org : Le FMI, les BRICS et l’ “idéal de puissance”).

Il ne s’agit pourtant pas de surprise ; les BRICS, se conforment aux déclarations faites lors de précédents sommets comme aussi à celles faites dans le cadre du G20 depuis 2008. Ils amorcent une stratégie de découplage de leurs trajectoires par la création d’institutions propres destinées à court-circuiter l’institution centrale du FMI standard. Elle se révèle en effet de fonctionnement trop inertiel d’une part et d’autre part, exclusivement adapté aux contraintes de la politique économique des USA. Faisant le choix de la souveraineté, les BRICS se préparent à créer leurs propres BRICS-FMI et BRICS – Banque Mondiale. La question est sérieuse car ainsi une partir de l’économie mondiale, et non la moindre, sera en mesure d’échapper à l’emprise du dollar et pourra ainsi de surcroît s’émanciper  des avatars de la politique économique américaine. Les USA et leurs alliés militaires et financiers seront laissés dans leurs tentatives de résolution de crise et enlisés dans des options, chaque jour plus insoutenables. Privilégiant l’espoir d’une sortie de crise favorable aux élites afin de retrouver des marges de spéculation financière favorables à l’accumulation du capital aux mains d’une minorité, les politiques économiques en oeuvre tachent de contraindre les populations pour optimiser la flexibilité de la  main d’oeuvre.  La stratégie en oeuvre n’hésite pas à briser les classes moyennes et la protection sociale, filet de sécurité et socle de la stabilité des économies européennes. Mais la méthode de l’austérité tue comme le souligne bien des écrits anglo-saxons et nous le rappelle la récente livraison de Pages-Europe (cf. Noëlle Burgi, « Grèce. Une réforme de la santé aux effets pervers », P@ges Europe, 15 avril 2014 , fruit de travaux du CNRS-Paris I , programme du Labex TEPSIS -Transformations de l’État, Politisation des sociétés, Institution du social-). La propagande et le marketing en faveur de l’individualisme, ferment du néolibéralisme, n’a pas eu encore tout le temps nécessaire pour discipliner spontanément ces populations. Elles se retrouvent laissées dans le désarroi par la crise,  sans que leur lucidité ne soit totalement anéantie par l’hédonisme et les jeux a-sociaux. La crise est arrivée trop tôt pour les uns et trop tard pour les autres, semble-t-il pour que la cohérence et la viabilité des stratégies se réalisent. Un entre-deux instable, attise les frictions et propage les risques de dérapages dans la violence.

La situation risquée ne semble pas perturber la trajectoire néolibérale choisie, seul recours pour poursuivre avec toujours plus d’avidité les captations de rentes au profit de la sphère financières et des élites politiques qui en dépendent.  L’affirmation de l’austérité et de l’engrenage de la rigueur et de la violence sociale se propage en Europe. Le gouvernement Valls en France avec son plan d’économies se pliant aux injonctions de l’UE et l’Allemagne atteste de ce tournant de radicalisation. Pour épargner les responsables de la crises mondiales, les mesures sont encore une fois dirigées contre ceux qui ont déjà subit lourdement la crise économique avec ses dégâts majeurs sur les PMEs et l’emploi. Le socle de la répression pourra-t-il contenir les mécontentements ? Les policiers et les militaires seront-il prêts à répondre le cas échéant? Et en nombre suffisant?

Des expériences sont menées de ci de là en Europe pour tester les moyens et les forces en présence. L’amplification de la violence directe lors des manifestations populaires et pacifiques depuis plusieurs mois en atteste. La liste s’alourdit de la répression au quotidien, dont étrangement peu d’ONG exhortant habituellement les droits de l’homme font état : en Grèce, Espagne, France, Italie mais aussi à Bruxelles dernièrement.

On pourrait finalement comprendre l’épisode Ukrainien et le soutien apporté par les autorités européennes au coup d’état du 22 février comme un test parmi d’autres, dont elles ont besoin pour conforter leurs choix politiques. La propagande orchestrée de grande ampleur, – véritable « pêché » comme le souligne le Pape François- et les rhétoriques de pseudo espoir à l’européenne propagée auprès des ukrainiens, sans qu’une once de réalisme ne soit évoquée, ont permis d’enflammer Maïdan.  Ainsi fut réalisée une nouvelle expérimentation à grande échelle de manipulation des masses au moyen de l’exacerbation des passions humaines, l’envie,  la peur et la violence. L’Est de l’Ukraine est en proie à la violence parce que les gens y refusent ce diktat de l’austérité et de la force imposée par les autorités auto-proclamées de Kiev.

La panorama est ainsi complété après l’association avec les mafia au Kosovo, avec les islamistes radicaux en Lybie et en Syrie, le monde occidental, pour assurer ses prétentions économiques, s’allie avec des « nasillons », faisant ainsi resurgir des spectres sur nos écrans, inspirés des films sur la Seconde Guerre Mondiale. L’occident est ainsi ouvertement reconverti aux méthodes les plus radicales pour discipliner les populations : ce constat, les BRICS sont aussi en mesure de le dresser, il va de soi qu’il alimente leur détermination à s’engager dans un autre mode de coopération…

L’aspect technique et financier du processus se met en place dans l’indifférence quasi-général de l’occident, -exception faite des articles comme celui de Olga Samofalova dans Russia Beyond the Headlines le 14 avril 2014-, et le déni qui s’acharne à montrer que les émergents «déçoivent» les marchés par leur résultats économiques….Paradoxalement le cadre des sanctions contre la Russie a précipité ce mouvement technique en lui offrant une nouvelle légitimité, que les pays n’auraient pas pu anticiper : finalement une aubaine! Le blocage du système de paiement international durant quelques jours -seulement car ses auteurs, on finit par réaliser l’ampleur de leurs faux pas- ont rapidement fourni l’argument de l’annonce de la création en Russie d’un système le paiement à l’image de celui que la Chine a su mettre en place en propre. Il est quasi sûr que les autorités monétaires russes avaient depuis longtemps le projet dans les cartons et que les aspects techniques étaient déjà dans une large partie résolus, depuis plusieurs années dans le cadre des possibilités de transactions du MICEX. Une visite effectuée il y a plus de 10 ans avec nos collègues de l’IPEN RAN dans la salle des transactions du MICEX nous en avaient fait prévoir la possibilité.

Sur le front de l’institutionalisation, les avancées sont aussi notables : les accords se mettent en placent en matière de constitution d’un fond de réserves en devises et la création d’une banque de développement des BRICS dont les statuts ont été préparés par les autorités brésiliennes.  L’institution devrait être opérationnelle dès 2015. Le Brésil et la Russie se partagent les rôles de mise en place des structures ; la Russie rédigeant, elle, l’accord international pour la mise en place de la banque.

Les pays des BRICS se sont déjà accordés pour asseoir l’institution sur 100 milliards de dollars de capital au total, -dont la moitié sera rassemblée rapidement pour former le capital initial-. Ce montant est assis sur l’importance économique de chaque entitée: Chine, 41 milliards de dollars; Brésil, Inde, et Russie, 18 milliards de dollars chacun ; et Afrique du Sud, 5 milliards de dollars.

La question de la localisation de la banque n’est pas encore tranchée, tant l’intérêt de chaque pays est vif.

S’amorce-t-il aussi, dans ce paysage, la création d’un BRICS-DTS ? Complémentaire aux DTS traditionnels du FMI et qui établirait de fait une alternative plus crédible aux dollar sous la forme que DSK souhaitait impulser. Les experts non standards et compétents ne manquent certainement pas pour conseiller les autorités des BRICS dans cette voie…

Certains observateurs doutent de la portée stratégique de ces arrangements et ne les voient que comme des instruments de négociations temporaires pour faire accepter les changement dans le FMI actuel par les USA. Il est vrai que l’association des pays des BRICS, construction artificielle d’un trader en quête de simplification d’écriture, manquait de pertinence théorique. L’unité ne serait ainsi que conjoncturelle si la force de résistance inconditionnelle des USA et ses modes d’expression (violence financière et militaire répétées) n’avaient permis une prise de conscience partagée par les BRICS des risques globaux d’escalade. C’est le principe de prudence décliné comme un incitateur majeur à la coopération qui permit de constituer réellement les BRICS comme un acteur de l’alternance vers une organisation économique du monde multipolaire suivant des axes régionaux de développement et de coopération.

L’objectif qui s’impose naturellement pour les BRICS est celui de constituer un pôle de diversité et de respect de cette diversité face à un bloc US-UE qui devient de plus en plus uniforme par un refus d’alternative à l’uniformisation néolibérale. Celle-ci requiert de plus en plus ouvertement des mises en forme civilisationnelle (cf. « le genre » à l’école : un avatar du néolibéralisme ? du Dr. Marc Girard ) qui heurte les modes de vie et les valeurs des populations. Tombe ainsi progressivement un rouleau compresseur sur les peuples qui voudraient résister.

Une prise de responsabilité historique du rôle des BRICS comme alternative à la non alternative  s’affirme sous nos yeux ;  nous en somme les témoins souvent encore trop aveugles.

PS : Pour aller plus loin  voir l’étude de la BIS de Chang Shu, Dong He et Xiaoqiang Cheng (2014) «One currency, two markets: the renminbi’s growing influence in Asia-Pacific» WP BIS N°446, avril 2014

 

L’Europe sanglante

 2014-04-14

En choisissant pour nom de ralliement celui de Maïdan (la place en Ukrainien) pour rassembler le mouvement «démocratique» de la révolution ukrainienne de février 2014, les protagonistes ont soit fait preuve d’une absence de mémoire  inquiétante soit d’un cynisme qui frôle l’horreur. «Le petit Maïdan» fut le petit nom du « Konzentrationslager Lublin » (camp de concentration de Lublin en Pologne) entre 1941 et 1944

300 000 personnes sont passées par ce camp – dont 40 % de juifs et 35 % de Polonais- et au moins un quart y perdirent la vie.

Le camps nazis, «Maïdanek» établi suivant les ordres de Heinrich Himmler fournit une main-d’œuvre d’esclaves pour des usines d’armement du consortium Steyr-Daimler-Puch. En pleine capacité il a accueilli 50 000 prisonniers. C’est au cours de l’année 1942 que furent installés des chambres à gaz et des fours crématoires. Près de 7 700 kilos de gaz zyklon B ont été utilisés dans ces lieux! Un médecin polonais chargé des détenus, Jan Nowak,  a laissé une note secrète qui témoigne de l’horreur quotidienne au «petit Maïdan»: « tous les jours on met à mort les faibles, les cachectiques et les inaptes au travail ; du bloc du revier (infirmerie) j’ai pu observer la marche de ces malheureux vers les chambres à gaz ; hier plusieurs dizaines d’officiers soviétiques ont été gazés» (cf. Jozef Karszalek, Maïdanek, histoire et réalité du camp d’extermination, Rowohlt, Hambourg, 1982, p.144).

70 ans après la fermeture de ce camps, le nom de Maïdan est à nouveau associé à des agissements de nazis que les gouvernements officiels de Kiev couvrent… Plus grave encore est que se reproduisent encore une fois le silence et le déni en Europe.

Refus de mener à bien les enquête sur les snipers, étrange silence de C. Ashton….qui surprend le Ministre des affaires étrangères estonien (cf.  Realpolitik.tv). Les autorités auto-proclamées de Kiev gagnent du temps et avec elles leurs soutiens européens. Mettre en place l’austérité qui ravage les peuples et assurer l’augmentation des tarifs énergétiques sont l’ambition numéro un des conseillers occidentaux. Discipliner et soumettre les opposants de l’Est du pays en se préparant à repousser les échéances électorales semblent déjà dans l’air… Quel peuple voterait spontanément et majoritairement au XXI ieme siècle pour des autorités qui coopèrent aussi allègrement avec des nazis ? Même avec un régime parlementaire restauré par décision autoritaire, les élections présidentielles en Ukraine qui révéleraient le peu de soutien des autorités de Kiev auprès de la population sont certainement la dernière chose que souhaitent les protagonistes et leurs soutiens occidentaux.  Il est de plus en plus évident que notre «nouvelle Europe» adepte de principes fonctionalistes et de la gouvernance des experts n’aime surtout pas  le référundum et l’expression spontanée des peuples en dehors des cadres formatés par «la pseudo-démocratie» made in UE. Capter une main d’oeuvre suffisamment à la merci des élites pour former une nouvelle classe de travailleurs esclaves, telle semble être l’ambition économique de cette nouvelle Europe économique qui n’arrive plus à contenir ses ambitions réelles de prédations des espaces et des peuples: déflation salariale et refonte de la société sur  les principes les plus individualistes faisant de l’individu une marchandise au rabais dans un univers qui devient de plus en plus oppressant (voire concentrationnaire comme ose le dire un ethnologue grec). Si le programme tourne court faute de docilité des sociétés trop avides de souveraineté, une bonne guerre vaudrait bien mieux qu’une élection aussi petite soit telle…elle aurait en plus le bénéfice de dissiper aux yeux de tous les nouveaux marasmes de la finance en proie au stress de la dé-dollarisation (cf. Russia and China announce decoupling trade from Dollar).

 

Une question semble légitime dans nos esprits conditionnés par des décennies d’européanisation: Cette Nouvelle Europe qui s’affirme sans que ne soit envisageable une autre alternative économique et « sociétale », ne trahirait-elle pas ainsi les pères de l’Europe que nous avons appris à vénérer depuis tant d’années? A y regarder de près ceci semble de moins en moins évident, surtout depuis que les informations qui ont pu être dégagées de l’ouverture des archives des deux côtés de l’Atlantique filtrent.  Deux hommes ont donné leur marque à l’Europe, Jean Monnet, Robert Schuman suivant un plan qui sembla être orchestré par les Etats Unis (http://olivierdemeulenaere.wordpress.com/2014/04/04/qui-etaient-les-peres-fondateurs-de-leurope-f-asselineau/). Mais ce qui est plus difficile à accepter est que ce plan fut une reprise du projet de la la « Nouvelle Europe » , qu’un juriste nazi , Walter Hallstein, a été chargé par A. Hitler de préparer dès 1941. Et c’est ce même homme qui de 1958 à 1967 devient par un «hasard de l’histoire» le premier Président de la Commission Européenne après avoir échappé à la prison et aux procès grâce à ses amitiés américaines qui l’ont propulsé secrétaire d’Etat aux Affaires étrangères d’Adenauer.

Triste logique que cette Europe dont le projet économique et politique semble brutalement déjà bien lourd du sang des peuples!

«Frame effect» : «Printemps Russe» des populations vs «reset» du plan Parvus

 

2014-04-02

Les manifestations populaires depuis plusieurs semaines en Russie ont témoigné de la propension des russes à manifester leur enthousiasme, une forme de «Printemps Russe» que nos experts en pronostic n’avaient pas envisagé.  Oublié le Russia blues annoncé par Renata Lesnik et Hélène Blanc dans leur ouvrage! Grande déception donc pour cette éternelle dissidente soviétique en France depuis depuis 1981 et pour cette habituée des média français et des plateaux télé qui se vantent d’avoir des informations de première main sur la Russie contemporaine.  A contrario «This is the Russia Time» comme le prédit Lada Ray : un festival russe qui se déploie cette année ; c’est ce que souligne cette étonnante géopolitoloque, dont le blog Futurist Trendcast est célèbre aux US, même parmi des académiques et dont le long interview « The Road to Moscow Goes Through Kiev » -long parce qu’il faut expliquer toute l’histoire, faute d’avoir un auditoire assez cultivé-, fait date.

 

Le bilan des jeux olympiques de Sotchi 2014 fut le constat d’une réussite totale en dépit de toutes les appréhensions : les plus réussis de l’histoire des JO d’Hiver selon Jean-Claude Killy qui dresse un bilan enthousiaste.  3 milliards de téléspectateurs dans le monde dont 5,5 millions de Français et 9 millions d’Allemands ont suivit la cérémonie d’ouverture.  Cette cérémonie comme aussi celle de la clôture a «rendu hommage à la culture russe dans sa diversité : littérature et poésie, musique, ballet et art du cirque, des domaines dans lesquels la Russie a influencé et continue d’inspirer le monde entier».

Même le très occidental Moscou Times dans son édition du 19 février 2014, a surpris tout le monde en publiant une page d’auto-critique à propos de la couverture des jeux de Sotchi dans la presse occidentale (How U.S. Media Misrepresent Sochi and Kiev) : «the recent tsunami of shamefully unprofessional and politically inflammatory articles in leading newspapers and magazines — particularly about the Sochi Olympics, Ukraine and, unfailingly, President Vladimir Putin — is an indication, this media malpractice is now pervasive and the new norm». Ce n’était qu’un début!

L’enthousiasme des JO dans la population russes n’a pas eu le temps de retomber que la situation Ukrainienne a rendu possible le retour de la Crimée en Russie. L’événement fut salué aussi par une très grand majorité de la population russe, en témoigne les manifestations de joie à travers le pays. Le vote favorable à plus de 96% des habitants de la Crimée, fut l’euphorie des urnes! Bien loin de la sanction des urnes que l’on vient de connaître en France.

Il y a juste 23 ans, un autre référendum avait marqué les esprits de la région, le 17 mars 1991. Il s’agissait alors d’une consultation pour rester ou non dans l’union soviétique. Les Ukrainiens avaient alors voté ensemble «  Pour  » le maintien de l’URSS à 71,5 %, tandis que 28,5 % de la population avait voté « Contre ». La doctrine de « la fin de l’histoire » avait alors choisi une autre issue pour le peuple Ukrainien…. instaurée par le coup d’Etat contre le Parlement à Moscou, dont on vient tout juste de réaliser, 20 ans après, qu’il avait été si meurtrier (300-500 morts). Un colloque intitulé «Un octobre oublié» a permis de refaire l’analyse de ce qui fut plutôt comme le propose Jean-Marie Chauvier un Octobre Noir 1993 ou la « Méthode Pinochet » en Russie. Notre mémoire et nos media nous l’avaient représenté comme la grande victoire fraternelle de la démocratie, nous en étions resté là depuis. Avec le temps seulement, les événements pouvaient se révéler à nos consciences médiatisées. Internet dans l’exemple présent en Ukraine pourrait remettre en cause ce constat.

Après 23 ans de tension et d’échecs économiques en Ukraine, le résultat du 16 mars 2016 est finalement assez logique et conforme à ce que le contexte historique pouvait laisser penser. Les criméens ont décidé d’en finir avec trop de frustrations et d’espoirs trahis.

Les manifestations de joie en Russie après le retour de la Crimée, qu’aucun média n’a pu dissimuler, étaient étonnantes parce que particulièrement vive chez les jeunes. Toute la population avait le sentiment profond de vivre un moment fort de son histoire. La popularité du Président russe qui avait déjà bénéficié de l’engouement des jeux de Sotchi retrouva ses niveaux les plus haut (80%). Les instituts de sondages affichent des chiffres à faire pâlir nos dirigeants occidentaux ; Ils sont eux tellement soucieux de complaire à des fonctionnements bureaucratiques qu’ils n’en comprennent plus leurs peuples. Il aurait ainsi été presque possible d’attribuer l’excitation et l’hystérie autour des sanctions contre la Russie à une irrépressible jalousie, où se mêlent incompréhension et blessure de l’ego.

Considérer ce contexte  avec suffisamment de distance et d’humour, c’est ce que propose le magazine Causeur . A la pointe dans la presse française sur le mode du réalisme critique et de l’humour  rafraichissant, avec son «Poutine me fait peur…», il met en avant une satyre de la pensée convenue sous la plume d’ Olivier Berruyer . Les analyses régulières dans le blog de ce dernier, les-crises.fr  rassemblent l’information sur la crise Ukrainienne avec la précision et la rigueur qui caractérisent cet actuaire, passé dans l’information contre propagande. C’est semble-t-il un  « chemin de sainteté » qui s’ouvre à lui si on se réfère au déclaration du Pape François. En ce temps de carême le Pape dénonce le pêché de « désinformation médiatique », les dérives manipulatrices et falsificatrices de certains organes de presse et médias audiovisuels. C’est contre cette même tentation du diable que s’attaque aussi Olivier Zajec dans Le Monde diplomatique d’avril 2014, «L’obsession antirusse»

«On ne change pas une équipe qui gagne» clame le dicton qui a ainsi éloigné les perspectives de remaniement au gouvernement envisagé depuis plusieurs mois en Russie à la suite des JO. Le premier Ministre Dimitri Medvedev est d’ailleurs le premier sur le terrain de la Crimée aux côtés de D. Kozak qui est depuis de nombreuses années l’homme de confiance de VVP pour la région Sud de la Russie. Il fut le maître de cérémonie discret des JO, mais bien en amont celui de l’organisation économique des nombreuses entités qui forment la région Sud de la Russie. Il a su contribuer à stabiliser les régions du Caucase, tâche qui fut de longue date signalée comme des plus complexes. Sa présente mission est consacrée au développement de la Crimée.

Dans ce contexte d’ambitions nouvelles, les media occidentaux rivalisent en anticipations de déboires économiques pour la Russie. Ils mobilisent les références au ralentissement de la croissance russe mais aussi à «la tarte à la crème» devenues habituelles, les fuites de capitaux. Dans un monde global où la Russie joue un rôle comme emprunteur et prêteur mondial de grande envergure sur le marché financier mondial et avec ses entreprises qui investissent dans le monde entier, cette obsession des «fuites» a depuis longtemps perdu le sens qu’elle pouvait avoir à l’époque Elstine (cf. Les “fuites” de capitaux en Russie au-delà des conventions comptables). Cette rhétorique permet de replacer les vieux effets de langage bien éculés, pour continuer à recréer dans les esprits, le mythe rêvé d’une Russie isolée du monde, qui  demeurerait à jamais unipolaire.

D’abord il faut bien mettre au clair les déterminants du ralentissements de la croissance Russe de 2013. Il y a d’une part des effets de surévaluation du roubles dont on imagine bien l’impact avec l’habitude que l’on a des effets de surévaluation de l’Euro… La nouvelle politique de change et le glissement récent du rouble permettent de mettre la Russie sur une trajectoire monétaire bien plus favorable à cet égard. Les problèmes de surévaluation monétaire  se sont  combinés à des faiblesses d’investissement. Contrairement aux idées reçues ce n’est pas l’investissement privé ou l’IDE qui a fait défaut à la Russie mais plus paradoxalement les investissements des gros groupes à forte participation publique. Ce constat est sans appel quand on précise qu’en 2013 les méga- entreprises que sont Gazprom, Rosneft et RZhD ont réduit de 20% leurs  investissements par rapport à 2012. L’origine de ses sous investissements des sociétés publiques est à chercher dans l’investissement étranger de ses firmes mais aussi dans des défauts de coordination d’ensemble….beaucoup de projets sont venus en phase terminale (Jeux de la jeunesse de Kazan, JO de Sotchi, aménagements d’Extrême Orient) et d’autres n’ont pas encore atteint des phases de forte intensité. La question qui se posait en janvier 2014 était celle de trouver rapidement des méga-projets pouvant se substituer aux programmes terminés. Le dynamisme du partenariat avec la Chine (dont les IDEs croient de +500% en 2013) était une première réponse avec la poursuite des investissements en Extrême Orient et sur la façade Arctique. Les perspectives qui s’ouvrent en Crimée sont dans ce contexte aussi bien venues.

Ce d’autant que se lève aussi progressivement une des contraintes responsables de sous investissement, la mise en réserves et le placement en titres américains. La menace de sanctions avec ses aspects affectifs et aléatoires ont permis de régler cette régidité.  l’Etat va investir son épargne en Russie plutôt qu’aux US ; dans le contexte encore, aucun économiste responsable et cohérent ne va  maintenant défendre le contraire.  Les projets en Crimée se mettent en place avec rapidité en matière d’infrastructures (routes, ponts). L’expérience des 2 ponts réalisés récemment à Vladivastok sera mobilisée pour l’édification du le pont reliant la Crimée à la presqu’ile de Kertch. Des aménagements énergétiques sont aussi prévus ainsi qu’une usine de désalinisation et comme il se doit, des équipements touristique. Là encore l’expérience des JO de Sotchi pourra être mise à disposition dans la lancée. Sotchi est à près de 300km du bout de la presqu’ile qui va relier la Région Sud de la Russie à la Crimée. Les russes voient dans cette multiplication d’opportunités une coïncidence et une mission providentielle.

Prenant le contre pied des dysfonctionnements à l’origine du tassement de croissance de 2013, c’est bien sous le sens de la cohérence que l’année 2014 se met en place. Cette cohérence s’affirme entre le dynamisme des enthousiasmes et des effusions de joie populaires et les premiers résultats sur le suivie de l’état d’esprit des entreprises et de la consommation par régions (étude publiée mensuellement par Rosgostrakh). Le moral des entreprises et des ménages connait une nette amélioration. Les perspectives du marché de l’automobile en sont encore boostées et la perception des risques de chômage encore en baisse (3,8%).

Sur le plan théorique cette confirmation va aussi dans le sens des travaux connus en matière d’économie expérimentale dans le cadre des analyses théoriques dans la lignée des travaux initiés par  D. Khaneman et  A. Tversky , maintenant qualifié de Théorie des perspectives. Les économistes ont mis en lumière l’importance de l’effet de cadrage dans la prise de décisions microéconomiques. Le phénomène prend ici une dimension plus globale qui va favoriser la dynamique macroéconomique en facilitant la coordination entres les priorités nationales clairement affichées, les décisions d’investissements à grande échelle et l’aménagement du territoire au niveau des régions.

L’effet des sanctions et de la rhétoriques qui les accompagne qui flatte les autorités occidentales et les lecteurs des média  officiels, ont en revanche renforcé chez les russes les sentiments de forte détermination et de mobilisation . Historiquement, la menace et l’agression révélées produisent dans la population russe des sursauts et non un situation de découragement comme l’espéraient les agitateurs de sanctions. Ces premières enquêtes sur le moral des acteurs économiques sont aussi relayées par le Levada center , pourtant peu susceptible de complaisance envers les autorités russes.

Les transferts financiers sont encore difficiles à mesurer dans leur totalité. Les réseaux des banques russes enregistrent des regains d’activité dont d’importants  rapatriements de fonds des groupes industriels.   La mise en place « spontanée » d’un nouveau système de paiement dont les sanctions ont offert une justification idéale devrait encore accuser le phénomène. Ils n’est pas sur que les flux induits iront dans le sens d’un avantages financiers pour les pays censeurs qui risquent de voir ainsi s’accélérer la dédolarisation d’au moins une partie des échanges mondiaux. Cette avancée va rendre vraiment possible le tournant dans l’organisation mondiale favorable à l’évènement d’une monde multipolaire.

La premier Ministre, D. Medvediev a appelé aussi les russes et les oligarques qui avaient pris l’habitude de passer leurs vacances à l’étranger de faire acte de civisme et d’envisager des séjours en Crimée. L’imaginaire de la littérature Russe et des fastes impériaux (cf. les_palais_de_Criméen_joyaux_architecturaux_de_la_peninsule) vont alimenter la curiosité et attirer ces nouveaux venus. Le dernier numéro du Courrier de Russie de mars avril 2014 qui titre «la Crimée de nos coeurs» répond en détail à la question : Pourquoi la Crimée est-elle si chère aux Russes ?. Rares seront les lieux de villégiatures estivaux qui pourront rivaliser. Rappelons nous que le russes avaient opté pour la Côte d’Azur chaque fois qu’ils avaient perdu leur terre de Crimée…un peu par défaut! La Crimée est maintenant plus qu’un lieu de rêve et de séjour estival c’est le symbole vivant du retour historique de la Russie. Pour s’en convaincre, il suffit de relire l’essai intitulé La Russie sous l’avalanche, d’Alexandre Soljenitsyne qui consacre un chapitre pour éclairer les relations russo-ukrainiennes. Dès 1998, A. Soljenitsyne explique que : « La position anti-russe de l’Ukraine est ce dont les États-Unis ont besoin » . Les autorités ukrainiennes accompagnent complaisamment l’objectif américain d’affaiblir la Russie et depuis 1998, cette dynamique c’est poursuivi finalement au détriment de la viabilité de l’Ukraine elle même. La pays est véritablement laissée pour compte, dans le rédémarage économique de la région, dans l’attente permanente d’un miracle européen. Ce miracle deviennent de moins en moins crédible depuis 2008 avec l’épuisement dans la crise en Europe de sa construction institutionnelle et monétaire. En dépit du délabrement de l’économie ukrainienne, comme l’anticipait le philosophe,  les  « relations particulières de l’OTAN et de l’Ukraine » se sont développées, ouvrant la perspective de la mer Noire à la flotte américaine. Et A. Soljenitsyne d’évoquer alors les manigances de déstabilisation à la mode de A. Parvus (un agent allemand infiltré chez les révolutionnaires) des l’années 1914-1915 : utiliser le séparatisme ukrainien pour réussir à désorganiser la Russie… Une commémoration que les instigateurs de  Maïdan comptent bien fêter en atteste le Coup d’État euro-américain en Ukraine partie1 et partie 2  ,  billets écrits par deux spécialistes de stratégie politiques en Suisse, Roxanne Zigon et Umberto Mazzei, Directeur de l’Institut de Relations Economiques Internationales Sismondi de Genève et publié par Realpolitik.tv.

 

photo à la une : La défense de Sébastopol” d’Alexandre Dejneka, 1942

 

Aussi à consulter :

République bananière d’Ukraine, épisode 8 | Realpolitik.tv > la géopolitique sur le net

Alexander Parvus & Russian Revolution 1 – YouTube