Viableco Méthodologie

L’inertie de la discipline économique a bien souvent été mise en avant face à l’impuissance à prévoir, analyser et réguler les crises contemporaines. L’économie a ainsi perdu de sa légitimité, reléguée au rang de technique instrumentalisable. Il est grand temps d’explorer des innovations méthodologiques qui pourront aider la discipline à retrouver une dimension d’explication du réel et de cohérence.

La transition méthodologique en projet est conditionnée à une refonte du raisonnement économique au delà du cadre strict de l’approche orthodoxe de l’économie et de ses points focaux, l’équilibre et les anticipations rationnelles. La transformation requiert des processus alternatifs de décision en matière de choix économiques dans des contextes complexes et incertains.

La viabilité en économie propose une méthodologie nouvelle issue des méthodes de contrôle dynamique pour rendre compte des mécanismes dynamiques en oeuvre dans les systèmes économiques. Elle dépend de l’imbrication de divers comportements d’acteurs économiques, de contraintes qui servent de cadre à l’action (conceptualisation) au choix et aux possibles, et de la prise en compte d’incertitude et de contraintes.

Le caractères de la viabilité du système fait écho à ses capacités de développement durable. L’approche de viabilité réintroduit dans l’analyse économique un rôle pragmatique des acteurs publics et de l’Etat à travers des stratégies de contrôle, de régulation et de supervision. «La main visible» de la politique économique longtemps reléguée hors du formalisme dans l’imaginaire de «la main invisible» retrouve ainsi avec l’approche de la viabilité un fondement au coeur des modèles.

L’approche de la viabilité ouvre la voie à une transition méthodologique pour développer une science économique pragmatique.

Contextualité et temps

Le concept de de viabilité, fait référence à une notion formalisée en mathématique, en théorie du contrôle. Dans cette approche, la viabilité correspond à une sorte «d’efficacité dynamique du système», compte tenu de contraintes d’état du système. Le modèle dynamique est ainsi étudié dans une dimension contextuelle. Les travaux formels qui fondent l’approche de la viabilité découlent de résultats mathématiques du contrôle alliant l’analyse multicoque (set-valued analysis) à un cadre de contraintes sur les variables d’état du système. C. Azariadis a introduit il y a déjà longtemps l’analyse multivoque en économie (C. Azariadis, B. Smith, “ Financial intermediation and regime switching in business cycles ” AER vol 88, n°3 1998 et C. Azariadis et S. Chakraborty , “ Agency costs in Dynamic Economic models ”, The Economic Journal 109, avril, 222-241, 1999 )

La viabilité du système repose sur la capacité de régulation du système qui permet d’assurer sa survie et son adaptabilité. Précisons aussi, que cette approche fournit un cadre d’analyse dynamique, non déterministe et qu’aucune loi de probabilité n’est posée sur l’évolution des variables a priori. L’intérêt de cette approche est de formaliser des processus de régulation et d’adaptation non déterministe.  Mathématiquement, l’espace viable qui est recherché, aussi appelé «noyau de viabilité», recouvre une infinité de trajectoires possibles y compris celle d’équilibre du système. L’équilibre est donc une solution viable particulière parmi d’autres solutions viables aussi.

Construire des compromis viables :

La construction de compromis viables, dont la détermination utilise les résultats de l’analyse multivoque  et des inclusions différentielles, se réfère aux stratégies des acteurs du système économique et à leurs impacts sur les  évolutions non déterministes qui découlent ainsi de phénomènes contingents (d’où l’introduction d’incertitude).

Contrairement aux modélisations habituelles des mécanismes dynamiques en économie, où les approximations locales sont privilégiées par facilité ouverte par les possibilités de linéarisation locale -rendant obligatoire le raisonnement économique au voisinage de l’équilibre-, la méthode de la viabilité étudie les évolutions contingentes au cours du temps. La méthodologie peut se passer des études locales et de la linéarisation, l’économie retrouve une pertinence dynamique hors de l’équilibre.

Une distinction peut être faite entre deux sortes de paramètres «actifs», c’est à dire variants dans le temps:

  • Les paramètres cybernétiques aussi appelés contrôles ou commandes en automatisme ou bien encore régulons en sciences sociales et en biologie.
  • Les paramètres tychastiques sont directement reliés à l’incertitude (endogène et exogène) et rendent compte de l’impossibilité de pouvoir disposer d’une totale connaissance de leur état. On pose dans la formalisation qu’on n’en connait que les bornes extrêmes, sorte de pire des cas et de meilleur des cas.

L’analyse économique peut ainsi se libérer de l’emprise des anticipations rationnelles et de ses conséquences réductrices

L’ambition de l’approche de la viabilité en économie est d’examiner si les évolutions non-déterministes (contingentes) des systèmes économiques dynamiques  peuvent avoir des évolutions régulières ou aussi stables (dans un sens très souple) que possible, permettant de rester viable (en dehors de la crise). L’adaptation étant commandée par la nécessité d’échapper à la crise en restant viable. Les résultats mathématiques et les théorèmes de viabilité permettent de réduire les choix sur les évolutions possibles, en sélectionnant les états soutenables/viables sans qu’il soit nécessaire de mettre en oeuvre un critère d’optimalité. C’est une sélection plus large que celle de la recherche d’un optimum. Le premier travail publié dans une revue académique mi économie mi population dont l’éditeur est N. Bonneuil démographe et spécialiste de viabilité, est du à A. Valence. (A Valence (2005), Demand dynamics in a psycho-socio-Economic evolving network of consumers, Mathematical Populations Studies, vol. 12 n°3, July-Sept., pp. 159-179)

 Dans la logique de l’approche de la viabilité on peut montrer facilement que des décisions non optimales prises à temps sont plus viables que des décisions optimales prises à contre temps. C’est le temps de réaction qui importe plus. Ainsi on comprend directement que l’irréversibilité que l’on identifie dans les mécanismes économiques peut jouer un rôle clef dans les dérapages et les crises.

C’est un peu comme si la méthode de la viabilité procédait à l’envers des méthodes traditionnelles d’étude de systèmes dynamiques à paramètres fixés. Ceux-ci analysent les propriétés dynamiques de ces systèmes (existence d’équilibres, stabilités locale ou globale) en fonction de valeurs attribuées aux paramètres (analyse des portraits de phase). La méthode de la viabilité procède à l’inverse et s’interroge comme suit: Que faire pour rester viable? Quel changement et quelle régulation entreprendre?

 Formalisation de base:

La formalisation, vise aussi à une simplification dans l’expression, elle est un critère d’élégance pour les mathématiciens qui récusent les résolutions de pages et de pages de calcul optimal qu’affectionnent certains « économistes mathématiciens ».

Pour donner une formulation générale : On considère un système dynamique contraint (par K) de variables d’état dépendantes du temps.

Le vecteur X des variables d’Etat, sous  contrôles du vecteur U.

U est un vecteur de paramètres de contrôle variant dans le temps (paramètres cybernétiques). Le système s’écrit alors simplement:

(1) x’(t)=F(x(t),u(t))

(2) u(t) ∈ U(x(t))

(1) est un équation différentielle classique avec F qui commande «les grandes lignes» de l’évolution seulement.

(2) est une inclusion différentielles, elle fait référence à une formalisation spécifique signifiant que U évolue dans un espace dépendant des variables d’état du système de base.

L’espace des contraintes : Soit K, qui représente le domaine des contraintes sur les variables d’état, en fonction de considérations soutenables ou simplement possibles.

En économie le domaine de viabilité peut faire référence à des principes de rareté à des stocks minimaux par exemple pour des stocks de pêche, les réserves d’une banque centrale, un minimum de salaire institutionnel, une régulation financières…etc.

A priori il n’y a pas de raison que le sous ensemble K de X soit viable relativement au système contrôlé. La finalité de l’approche de la viabilité sera alors d’examiner ce dilemme. Pour ce faire elle adoptera une posture non normative. Cette caractéristique en fait une méthode adéquate pour l’analyse des mécanismes pragmatiques en oeuvre dans les systèmes économiques.

 K  sera considéré comme viable du point de vue du système contrôlé dans le sens où à partir de tout état initial x ∈ K part au moins une évolution x(.), conforme au système contrôlé qui reste dans K pour toujours.

L’objectif de la théorie de la viabilité est de rechercher dans K le noyau de viabilité, ViabF(K).

ViabF(K) est l’ensemble des positions initiales x0, qui x0 ∈ K pour lesquelles part au moins une évolution x(.) conforme au système contrôlé, telle que x(t) reste dans  K pour toujours.

La méthode permet aussi de mettre en évidence des stratégies de régulation viables (plusieurs peuvent exister) pour le contrôle u, afin d’assurer la viabilité dans le cadre des contraintes et du système contrôlé. Ainsi peuvent être définies des alternatives pragmatiques qui résultent de choix institutionnels, juridiques ou politiques afin que soit assuré le caractère soutenable du processus (formellement viable). Soulignons que parmi les propriétés classiques des évolutions il y a les équilibres, les évolutions périodiques et les convergences asymptotiques vers une cible ou des contraintes d’état.

Une résolution mathématique peut permettre de déterminer le noyau de viabilité et les régulations qui y sont associées sous forme analytique. Cependant, grâce aux travaux de Patrick Saint-Pierre (cf. P. Saint-Pierre (1994)), des méthodes algorithmiques permettent de donner des approximations des noyaux de viabilité avec des exemples de régulations et d’en donner des représentations graphiques.

dessin VIAB

Les conditions de viabilité dans l’incertitude

Si on considère deux types de contrôlés (paramètres dépendants du temps) régulés par des acteurs économiques différents dans une dynamique d’affrontement (jeux non coopératifs). Prenons pour donner un exemple, un contrôle via une politique de taxation/subvention u dans les mains de l’autorité publique et un autre instrument dans les mains d’acteurs exogènes (les prix internationaux de l’énergie par exemple).

Alors le système dynamique de variable d’état x sous le contrôle de u et de v s’écrit comme suit:

(1) x’(t)=F(x(t),u(t), v(t))

(2) u(t) ∈ U(x(t)) et v(t) ∈ V(x(t))

Sur la base d’un tel système avec deux types distincts de contrôles: les contrôles cybernétiques u(t) d’un côté et de l’autre les tychastiques v(t), l’approche de la viabilité propose d’analyser la viabilité du système quelque soit les actions adoptés par les acteurs qui régulent les contrôles tychastiques (le marché de l’énergie suivant l’exemple) . La viabilité découle du fait que l’on puisse obtenir au moins un contrôle approprié pour que le système dynamique soit conforme à la soutenabilité espérée (c’est à dire, conforme à des propriétés que l’on souhaite voir vérifier -les contraintes-) et ceci quelle que soit l’action menée sur les contrôles tychastiques. Il s’agit de trouver des modes de régulation pour parer tous les cas, par précaution, vis à vis de l’incertitude qui est introduites dans le système de façon exogène par les acteurs extérieurs (en l’occurrence ici le marché de l’énergie).

Une telle problématique permet d’établir en recourant à la théorie des jeux dynamiques (jeux différentiels) des «noyaux discriminants», appelés aussi «noyaux de viabilité garantie».

En mettant l’accent sur les comportements à caractère institutionnel et les moyens de mettre en œuvre des coopérations entre des acteurs, la méthode de viabilité permet de dégager des espaces d’arbitrage de politique économique en tenant compte de contextes spécifiques et de degrés de coopérations entre acteurs.

L’économie responsable

Les transitions et les crises économiques contemporaines ont contribué à faire perdre à l’équilibre et à la certitude leurs positions centrales dans la théorie économique contemporaine, amorçant ainsi un tournant paradigmatique. La prédominance de la théorie de l’équilibre général en économie est de plus en plus ouvertement sujette à caution.

C’est  une opportunité pour la discipline économique d’acquérir plus de cohérence par rapport au réel. Mais là n’est pas le simple enjeu, car cette perception serait bien trop réductrice et facilement critiquable. Le vrai enjeu, loin de laisser de côté l’aspect formel et scientifique de la discipline, est la détermination d’une formalisation plus adéquate à la dynamique et à la complexité du réel : le progrès méthodologique. Par exigence de réalisme et de pragmatisme, il ne s’agit pas de réduire le débat en terme de formel versus non-formel. La question est plus ample : quel formalisme doit-on proposer pour prendre le relais et englober l’équilibre ? Nous avons tenté de proposer une réponse à cette question en promouvant l’approche de la viabilité et sa vertu de métaphore pour développer une économie plus pragmatique et proposer l’amorce d’une réflexion plus responsable (socialement et environnementalement) en économie avec une fondation méthodologique plus cohérente.

L’universalisme – l’idée de boite à outil de l’économiste-, valable sur l’ensemble de la planète et portée par des institutions internationales détentrices de la vraie vérité- devient dépassable. Cette croisade des démocraties occidentales au nom de la vérité économique frise l’anachronisme. La perte de la certitude – le cadre de référence à l’analyse économique qui fondait la méthode universelle- a accusé l’incomplétude de l’hypothèse d’anticipation rationnelle. Cet hypothèse fut longtemps un moyen commode de cacher le besoin d’un formalisme plus élaboré pour rendre compte des comportements des acteurs économiques. Cette simplification pratique n’avait de sens que dans un monde immuable et inertiel. Ce n’était qu’une hypothèse momentanée de travail…faute de mieux faire pour l’économiste. Il est maintenant impossible de reculer devant le besoin d’un investissement scientifique nouveau dans la discipline économique: l’ouverture méthodologique est une nécessité. La même exigence s’est imposée dans d’autres domaines liés à la vie et les efforts ont portés des fruits incontestables.

Les progrès dans le domaine de la connaissance du vivant et des applications en biologie ont révolutionné les disciplines connexes. L’économie ne peut plus reporter cette question sur les générations futures…. en feignant d’ignorer.

La portée contemporaine de l’approche dynamique de la viabilité tient aussi à un point central de l’analyse : La place y est faite pour l’action et les choix politiques dans un contexte incertain. L’adaptation institutionnelle et ses évolutions, qu’on sait joué un rôle dans le développement des économies marchandes dans une dimension historique, n’est plus alors un sujet annexe. La discipline peut trouver là un instrument pour renforcer la cohérence interne entre les aspects formels et institutionnels sans renier la dimension historique.  Elle offre une perspective pour dépasser la justification fondée sur cette forme de rationalisme universel et ce système auto-stabilisé que la réalité poursuit en vain.

La société est lasse d’attendre la main invisible stabilisatrice des marchés, tout acteur est maintenant conscient qu’on peut plus compter sur la main visible des états pour peu que ceux-ci soient légitimes et responsables. La souveraineté, le rôle de l’état reprennent alors leur place face à l’abstraction des marchés.

 

Bibliographie :

J-P. Aubin, (1991), Viability Theory, Birkhäuser

J.-P. Aubin , (1997) Dynamic Economic Theory,: a viability approach, Springer

J.-P. Aubin (2010), La Mort du devin, l’émergence du démiurge. Essai sur la contingence, la viabilité et l’inertie des systèmes, Ed. Beauchesnes.

R. Barbault et J. Weber (2010), La Vie, quelle entreprise ! Pour une révolution écologique de l’économie, Ed. du Seuil.

N. Bonneuil, R. Boucekkine (2013), Viable Ramsey Economies, Canadian Jounal of Economics, à paraître.

N. Bonneuil, Noël. et P. Saint-Pierre (2008), Beyond Optimality: Managing Children, Assets, and Consumption over the Life Cycle, Journal of Mathematical Economics 44 (3-4), 227-241.

H. Clément-Pitiot (2013) Le renouvellement méthodologique à l’appui de la transition énergétique, présentation au 1er Congrès Interdisciplinaire du Développement Durable, Quelle transition pour nos sociétés, 31 janvier et 1er Février 2013, Namur Belgique.

http://www.congrestransitiondurable.org/files/files/Recueils/theme-4-NB-.pdf

H. Clément-Pitiot, L. Doyen, (1994) Tools of viability theory for an economic environmental topic : the case of fishing  dans «Comportement des acteurs sur le marché des produits de la mer» CNRS – PIREN (programme pluridisciplinaire  sur l’environment) Rapport juin 1994.

H. Clément-Pitiot, L. Doyen, (1997), Exchange rate dynamics, target zone and viability,  presentation à l’A.F.S.E. (French Association of Economics), Sep 1997, Working Paper-Modem Paris X Nanterre.

H. Clément-Pitiot, (2011), «L’insoutenable légèreté de la globalisation financière», Revue de Défense Nationale, dec 2011, n° 745.

H. Clément-Pitiot, Patrick Saint-Pierre (2006) “Goodwin’s models through viability analysis methodological investigation for contemporary political economics regulation”, Computational Economics Conference, Chypres. Juin 2006

N. Eber, Willinger Marc (2012), L’économie expérimentale, Nv. Édition, Coll. Repère, la Découverte.

Economistes atterrés (les), (2011), Changer d’économie, nos propositions pour 2012, LLL les liens qui libèrent.

H.Claude. (1974). – « Investment Decisions under Uncertainty: The Irreversibility

Effect », American Economic Review, 64(6), pp. 1006-1012.

M.-H. Durand, S. Martin et P. Saint-Pierre, Viabilité et développement durable, Volume 20, Numéro 3, juillet-septembre 2012, pp. 271 – 285 DOI http://dx.doi.org/10.1051/nss/2012027 18 Décembre 2012

D. Kahneman (2011), Thinking, Fast and Slow, Farrar, Straus and Giroux.

T. Lawson, 1997. Economics and reality. London: Routledge and Cambridge social ontology: an interview with Tony Lawson, Erasmus Journal for Philosophy and Economics, Volume 2, Issue 1, Summer 2009, pp. 100-122. http://ejpe.org/pdf/2-1-int.pdf

Martinet V., L. Doyen (2007), «Sustainability of an economy with an exhaustible resource: A viable control approach», Resource and Energy Economics,, Volume 29, Issue 1, January 2007, Pages 17-39

Nieddu Martino., Vivien F.-D., Garnier E., Bliard C., Kurek B., Béfort N. : « Diversity in biorefinery : an interdisciplinary approach on Science, Business and « doubly green » Chemistry»,2nd International Conference on Sustainability Transitions Diversity, plurality and change : breaking new grounds in sustainability transition research, 13-15 juin 2011, Université de Lund, Suède

Orléan André. (2011) L’empire de la valeur, refonder l’économie, Seuil.

Passet René (2012), Les grandes représentations du monde et de l’économie, à travers l’histoire, Thesaurus Actes Sud.

Sapir, Jacques, (2000), Les Trous noirs de la science économique, Albin Michel.

A. Valence , (2005), Demand dynamics in a psycho-socio-Economic evolving network of consumers, Mathematical Populations Studies, vol. 12 n°3, July-Sept., pp. 159-179.

 

 

Dans viabilité il y a »vie »

 l’Economie pense-elle aux vies humaines?

Penser à l’humain peut paraître étrange dans les standards économiques des arbitrages capital-travail , cependant  la réalité de la crise économique amène à remettre cette interrogation sur le devant de la scène. Telle est bien la surprise de cette fin d’année que ce regain d’intérêt se retrouve à la fois dans les milieux académiques anglo-saxons, dans les rapports statistiques mais aussi au Vatican, au coeur d’une réflexion économique pour mieux penser les rapports entre l’économie et la vie, en somme pour « penser viabilité ».

Le thème de l’humain a resurgi chez des académiques britanniques dans l’illustre Université d’Oxford qui pourtant forma Margaret Thatcher et qui fut le creuset de la version britannique de l’économie de l’offre.  A l’inverse de cette tradition, David Stuckler et ses collègues ont très tôt été concernés par les impacts des choix économiques sur les êtres humains. Ils ont exhibé les dommages humains de la «thérapie de choc» des années 90 en Russie et des privatisations de masse, dans une étude qui fut publiée dans The Lancet, une célèbre revue médicale anglo-saxonne. Selon l’étude, un million de russes seraient ainsi, morts prématurément durant la présidence de B. Eltsine. Actuellement David Stuckler et Sanjay Basu prolongent leur réflexion pour montrer les dégâts humains du choc de l’austérité en Europe dans un ouvrage au titre explicite, The Body Economic, why austerity kills .

«Penser autrement, en Europe les conséquences humanitaires de la crise économique», était aussi le titre du rapport publié en octobre 2013 par la Croix Rouge qui statuait que l’Europe connaissait la pire crise économique et humanitaire depuis 60 ans. Le rapport cherchait à alerter la communauté mondiale sur les effets des politiques économiques menées du point de vue de  la viabilité des populations, au sens le plus concret du termes, la santé, la pauvreté, l’immigration, le chômage. Habitués à la rhétorique économique qui fait de la flexibilité et de la mobilité du marché du travail un gage d’efficacité du fonctionnement économique, il est surprenant en effet de se rendre compte soudain, qu’il y a des humains, des familles qui souffrent des conséquences. Des dommages collatéraux, des « effets d’externalités » suivant l’asepsie chère aux économistes apparaissent, que la société de l’hédonisme ne permet pas toujours de compenser. La flexibilité par le marché qui est prônée comme l’horizon ultime des «fins économiques» en Europe, n’aboutirait-elle pas à  une forme post-crise de l’appropriation de l’humain, une ressource naturelle parmi d’autres que l’on peut capter, rendre homogène suivant des standards, ou bien jeter ou détruire, le cas échéant…en fonction des besoins du marché du travail des économies dominantes?

Eurosat, le département des statistiques européennes, a aussi jugé opportun d’aborder le sujet de la vie humaine dans le cadre d’une étude sur des indicateurs d’efficacité de ressources disponibles dans l’UE. Ces indicateurs de ressources visent à appréhender l’efficacité des ressources potentielles pour l’économie de marché de l’UE en rapportant les chiffres de références de ces ressources à un dénominateur démographique ( «per capita»). Certes la dénomination « par tête » fait un peu penser à un  traitement analogue à celui du bétail, mais il est classique en statistique. On peut considérer la méthode comme un bon début pour faire ouvrir les yeux aux experts qui n’ont souvent que le calcul financier dans la tête, tant et si bien qu’ils ne savent plus mesurer les risques pris réellement. Heureusement la mansuétude des contribuables permet de corriger ces difficultés, mais le procédé a un coût et des conséquences humaines… Souligner l’impact est ainsi encore bien venu pour espérer une prise de conscience et des actions… Le rapport montre que la pauvreté dans le monde recule alors qu’elle progresse en Europe (p. 11) :  124.5 millions de personnes, soit maintenant près du quart de la population  (24.8% de la population totale), étaient confrontés à la pauvreté ou à l’exclusion sociale (ou/et en la matière) dès 2012.  Le rapport souligne aussi que cet affaiblissement de la société européenne s’amplifie d’année en année depuis la crise de 2008. On peut même avancer qu’il s’agit de près de la moitié de la population de la Bulgarie si on se rapporte aux indications de la Croix Rouge. Pas étonnant, dans un tel contexte, que des manifestations de désespoir (immolations à répétition) aient lieu dans ce pays ; même si la presse préfère nous présenter le rêve d’Europe de l’Ukraine plutôt que ce cauchemar bulgare! Eurostat insiste en conclusion sur le fait que le renversement de cette évolution doit figurer dans les premiers objectifs de la stratégie européenne à l’horizon 2020 ; la Commission Européenne devra examiner les réglementations à mettre en oeuvre… Cette assurance d’une préoccupation effective devrait réconforter les européens à la veille d’un processus électoral qui fait se poser bien des questions dont celle de la viabilité institutionnelle sans viabilité humaine?

Des observateurs bien pensants ont été surpris voire exaspérés que l’économie dans sa relation à  l’humain interpelle aussi le nouveau Pape François. «Néocons» ou «marxistes» semblent être les 2 qualificatifs à la mode en France et Outre-Atlantique pour qualifier les gens de bonne volonté qui osent considérer l’économie réelle et ses drames. Le Pape a eu droit au second en réaction aux  paroles fortes exprimées dans son exhortation apostolique «Evangelii Gaudium» mettant en cause directement «l’économie qui tue ». De quoi en perdre son latin économique!

Nos collègues économistes du blog RWER (Real-World Economics Review) publiant le billet de David F. Ruccio, ont largement défendu et légitimé cette prise de parole papale dans leur discipline.  David F. Ruccio insiste sur le chapitre 2 du document intitulé « la crise de l’engagement communautaire » en soulignant la pertinence de plusieurs remarques:

– L’inégalité économique et l’exclusion (armées de laissés pour compte) créées dans le fonctionnement de l’économie, amplifient l’exploitation de l’humain et son oppression.

-Une société qui offre des biens de consommations toujours plus divers et considère les êtres humains comme des marchandises…utilisables pendant un certain temps puis jetables est qualifiée de société du «marché spectacle». L’allusion du Pape n’a pas été relevée par les orateurs de la place Maïdan de Kiev ni par par les responsables européens, ni par le président déchu de la Géorgie nouveau résident bruxellois ni même par le Sénateur US, Mc Cain…

– Le Pape a apporté aussi sa  voix pour souligner encore que l’intérêt de l’austérité -que beaucoup continue à défendre en Europe- n’a jamais été confirmé par les faits.

«L’idolâtrie de l’argent» l’engouement spéculatif et «le caractère impersonnel de l’économie» sont pour lui aussi les signes d’un manque du vrai sens de l’humain. Ces tendances caractérisent la mondialisation contemporaine, comme elles ont caractérisé la première mondialisation celle qui a précédé le premier conflit mondial,  Jean-Pierre Chevènement nous le rappelle dans son ouvrage récent, 1914-2014, l’Europe sortie de l’Histoire.

– Soulignant que l’accroissement des inégalités induit des fractures sociales majeures, le texte précise que la recherche du profit sans fin et la loi du marché détruisent tout ce qui est fragile et sans défense. Il ajoute que quand  un système socio-économique qui légitime au nom du profit et de la rentabilité à court terme la prédation de l’environnement, de l‘humain, de sa santé de son éducation…de sa survie, les sources de la violence sont exacerbées. Sans l’inversion de ces processus d’inégalité et d’exclusion il sera impossible d’éliminer cette violence. Nous dirions dans le cadre de l’approche de la viabilité que sans pilotage viable des dynamiques économiques, le système est ainsi condamné.

Pris dans leur ensemble, ces divers points mettent en avant une critique sérieuse et fondée  des arrangements économiques contemporains et de leurs institutions.

Il est bien rare de voir formuler cette position, aussi clairement et avec autant de force, pour un auditoire aussi vaste que celui du Pape François. Elle n’est jamais formulée par les économistes standards ni par les  politiciens. L’ignorent-ils ou veulent-ils l’ignorer, quand ils ne cherchent qu’à  simplement  anesthésier les dommages économiques auxquels nous avons assistés ces dernières années, en colmatant les excès momentanément? C’est ici un engagement fort des autorités du Vatican en faveur d’une analyse réaliste du contexte socio-économique contemporain.

Des orientations précises pour repenser le sens de la discipline économique et son impact sur les populations sont proposées aussi : « l’économie ne peut plus se tourner vers des remèdes qui sont un nouveau poison ». Le cœur du système qui génère les inégalités est bien l’affirmation de la recherche du profit et de la rentabilité économique. C’est là où se situe l’erreur de cohérence, de logique économique qui tue l’humain et la nature. Ce raisonnement est au cœur de toutes les manipulations mortifères.

N’avons nous pas entendu… «qu’un hôpital devait être rentable?» parce que la RGPP l’exigeait! Au nom de quelle histoire, de quelle fin de l’histoire…de quelle spiritualité, de tels mots peuvent-ils êtres exprimés avec autant d’automatisme? Saint Vincent de Paul, ne serait qu’une ombre décorative de l’iconographie !

Lorsque la promotion de l’individualisme hédonique prend pour cible le lien social, alors il est maintenant facile de comprendre qu’il montre ainsi sa vraie finalité, l’instrumentalisation de l’humain… le vouloir isolé, seul, manipulable/«flexible», marchandises au profit des «happy fews». L’urgence d’une réflexion viable, le retour à l’essentiel, qui a perdu tant d’évidence est un nouveau défi : concevoir/re-concevoir un ensemble d’institutions économiques qui s’assurent que les gens ont accès, d’une part à un ensemble de marchandises et des services de bases (éducation,  services médicaux) et d’autre part, aussi à un emploi fondé sur « un juste salaire ». Sans liberté et sans les vraies richesses du travail qui sont la création, l’engagement et le lien social, la dignité de la vie humaine est bafouée.

En prônant une société où les acteurs peuvent participer à leur destin en prenant les décisions fondamentales concernant leur travail dans la dignité, le discours pontifical s’efforce de créer une ouverture pour imaginer une réorganisation radicale de l’économie, vers une viabilité conceptuelle, aux niveaux tant microéconomiques que macro-économiques. « Evangelli Gaudium » constitue ainsi une injonction fondamentale pour repenser le débat économique contemporain : il s’agit de reconnaître en premier lieu les effets dévastateurs du modèle économique actuel sur les populations, d’arrêter le déni ambiant… qui ne cherche qu’à gagner un peu de temps ; puis de prendre les mesures pour restructurer le fonctionnement économique dans l’intérêt des plus nombreux et non plus dans celui d’une stricte minorité qui exploite au quotidien, oppresse ou exclut à sa guise. L’histoire n’est pas close! La viabilité et la paix se pilotent dans l’espoir.

 

«La vertu en économie : 2 poids et 2 mesures»

Il est une confusion courante en économie, c’est même un lieu commun de la «pensée» journalistique dont la particularité est d’être trop souvent instrumentalisée politiquement:

La croyance que le secteur public doit se comporter comme un ménage,  en  «bon père de famille»…. pour être vertueux!

Cette analogie souvent mise en avant procède d’une exagération et d’une confusion à propos du terme «déficit» couplé à la notion de vertu. Deux acceptions de l’idée de «déficit» sont ici confondues pour donner l’illusion qu’on peut les comparer.

1) Lorsqu’on évoque la vertu de «bon père/mère de famille» d’un ménage , il s’agit de comprendre que le ménage doit honorer ses engagements et les charges de ses dettes (remboursements) aux termes convenus….ce faisant le ménage peut être en déficit sur plusieurs années compte tenu de son profil de revenus.  Sur le plus long terme, le ménage a considéré, -et cette idée a été validée par l’établissement financier qui lui a prêté de l’argent (pour acquérir son domicile ou pour contracter un prêt étudiant par exemple)-, qu’il sera en mesure de payer ses engagements annuels futurs, jusqu’à leur terme.

2) Pour une gouvernement, la vertu à laquelle il serait fait référence est en fait totalement d’un autre type : Lorsqu’on demande au secteur public (l’Etat, les administrations ou les collectivités locales) d’éviter un déficit, on veut imposer que sur la période de référence, l’année, il tache d’équilibrer ses dépenses avec ses revenus. On va jusqu’à nommer cette exigence «règle d’or» pour la sacraliser. Elle prend ainsi le statut de «convention» de vertu en dehors de toute logique économique

Il ne peut être question d’une éventuelle «règle d’or» pour un ménage ou une entreprise même les plus vertueux! On imagine bien l’effet stérilisant que cette rigueur artificielle pourrait avoir… Elle signifierait, l’impossibilité d’accéder à la propriété sans héritage ou épargne d’une vie pour un ménage et l’impossibilité de faire des paris entrepreneuriaux et des investissements pour une entreprise.

Cette clarification ne vise pas ici à justifier ou non un déficit mais elle veut contribuer à montrer que la comparaison et l’analogie habituellement faites reposent sur un manque de précision dans les termes choisis et les processus économiques en jeu.  Le sens de la comparaison doit être mis en cohérence avec une dimension temporelle ; ici la perte de repère temporel  falsifie  le raisonnement.

Croire à l’équivalence des comportements économiques d’acteurs différents est  une conséquence de la perte de la dimension temporelle dans l’analyse économique. En projetant le temps dans le présent, conséquence du raisonnement mettant en avant les anticipations rationnelles, les horizons temporels d’acteurs différents se confondent entre eux. La cohérence entre la réflexion économique et la réalité impose une mise à plat des concepts utilisés suivant les acteurs en question, ici le couple déficit/vertu et la prise en compte du temps.

Cette confusion constitue une des parties immergées d’une pratique théorique courante : l’imbrication du raisonnement micro et macroéconomique hors du temps, qui brouille les spécificités et le rôle des acteurs économiques. L’habitude de l’ancrage des fondements de la macroéconomie sur la microéconomie a fait perdre de vue la dimension temporelle dans l’analyse économique. La confusion qui est ici dénoncée traduit les difficultés contemporaines de l’économie pour appréhender les fonctionnements dynamiques et tout simplement le temps. Elle se privent ainsi de la capacité à mobiliser une réflexion pour faire face aux crises économiques qui procèdent de mécanismes temporels et d’effets d’accumulations….le danger qui en résulte est l’absence de viabilité des trajectoires et des systèmes économiques!

 

Cette réflexion a été menée à partir d’un commentaire proposé par Jerry Wyant le 12 décembre 2013 sur la page http://rwer.wordpress.com/2013/12/12/handbag-economics-the-ideology-of-austerity/.

 

L’économie en re-construction

Real World Economics Review (RWE) blog est un site anglo-saxon de réflexions académiques en économie qui contribue à animer la critique mais aussi la re-construction de la théorie économique contemporaine. Les articles présentés dans le blog ainsi que les commentaires traquent les défaillances de la théorie économique standard du point de vue de la réalité des sociétés et des économies dans lesquelles nous vivons. Des analyses et des réflexions sont livrées au dialogue de la communauté scientifique et s’adressent aux bonnes volontés qui souhaitent entreprendre le travail de questionnement et de responsabilité ; pour ceux qui pensent que le réel impose exigence et rigueur!

Les préoccupations de ce carnet VIABLECO rejoignent ce souhait de participer au renouveau de la réflexion économique et d’y faire participer un grand public, bien au delà des cercles de spécialistes anglo-saxons et anglophones.

Nous nous proposons de commenter régulièrement des points, à partir de traductions résumées des pages qui nous interpellent  le plus et qui nous semblent être déterminantes du point de vue de notre approche de la viabilité en économie.