Archives de catégorie : Billets

Dans viabilité il y a »vie »

 l’Economie pense-elle aux vies humaines?

Penser à l’humain peut paraître étrange dans les standards économiques des arbitrages capital-travail , cependant  la réalité de la crise économique amène à remettre cette interrogation sur le devant de la scène. Telle est bien la surprise de cette fin d’année que ce regain d’intérêt se retrouve à la fois dans les milieux académiques anglo-saxons, dans les rapports statistiques mais aussi au Vatican, au coeur d’une réflexion économique pour mieux penser les rapports entre l’économie et la vie, en somme pour « penser viabilité ».

Le thème de l’humain a resurgi chez des académiques britanniques dans l’illustre Université d’Oxford qui pourtant forma Margaret Thatcher et qui fut le creuset de la version britannique de l’économie de l’offre.  A l’inverse de cette tradition, David Stuckler et ses collègues ont très tôt été concernés par les impacts des choix économiques sur les êtres humains. Ils ont exhibé les dommages humains de la «thérapie de choc» des années 90 en Russie et des privatisations de masse, dans une étude qui fut publiée dans The Lancet, une célèbre revue médicale anglo-saxonne. Selon l’étude, un million de russes seraient ainsi, morts prématurément durant la présidence de B. Eltsine. Actuellement David Stuckler et Sanjay Basu prolongent leur réflexion pour montrer les dégâts humains du choc de l’austérité en Europe dans un ouvrage au titre explicite, The Body Economic, why austerity kills .

«Penser autrement, en Europe les conséquences humanitaires de la crise économique», était aussi le titre du rapport publié en octobre 2013 par la Croix Rouge qui statuait que l’Europe connaissait la pire crise économique et humanitaire depuis 60 ans. Le rapport cherchait à alerter la communauté mondiale sur les effets des politiques économiques menées du point de vue de  la viabilité des populations, au sens le plus concret du termes, la santé, la pauvreté, l’immigration, le chômage. Habitués à la rhétorique économique qui fait de la flexibilité et de la mobilité du marché du travail un gage d’efficacité du fonctionnement économique, il est surprenant en effet de se rendre compte soudain, qu’il y a des humains, des familles qui souffrent des conséquences. Des dommages collatéraux, des « effets d’externalités » suivant l’asepsie chère aux économistes apparaissent, que la société de l’hédonisme ne permet pas toujours de compenser. La flexibilité par le marché qui est prônée comme l’horizon ultime des «fins économiques» en Europe, n’aboutirait-elle pas à  une forme post-crise de l’appropriation de l’humain, une ressource naturelle parmi d’autres que l’on peut capter, rendre homogène suivant des standards, ou bien jeter ou détruire, le cas échéant…en fonction des besoins du marché du travail des économies dominantes?

Eurosat, le département des statistiques européennes, a aussi jugé opportun d’aborder le sujet de la vie humaine dans le cadre d’une étude sur des indicateurs d’efficacité de ressources disponibles dans l’UE. Ces indicateurs de ressources visent à appréhender l’efficacité des ressources potentielles pour l’économie de marché de l’UE en rapportant les chiffres de références de ces ressources à un dénominateur démographique ( «per capita»). Certes la dénomination « par tête » fait un peu penser à un  traitement analogue à celui du bétail, mais il est classique en statistique. On peut considérer la méthode comme un bon début pour faire ouvrir les yeux aux experts qui n’ont souvent que le calcul financier dans la tête, tant et si bien qu’ils ne savent plus mesurer les risques pris réellement. Heureusement la mansuétude des contribuables permet de corriger ces difficultés, mais le procédé a un coût et des conséquences humaines… Souligner l’impact est ainsi encore bien venu pour espérer une prise de conscience et des actions… Le rapport montre que la pauvreté dans le monde recule alors qu’elle progresse en Europe (p. 11) :  124.5 millions de personnes, soit maintenant près du quart de la population  (24.8% de la population totale), étaient confrontés à la pauvreté ou à l’exclusion sociale (ou/et en la matière) dès 2012.  Le rapport souligne aussi que cet affaiblissement de la société européenne s’amplifie d’année en année depuis la crise de 2008. On peut même avancer qu’il s’agit de près de la moitié de la population de la Bulgarie si on se rapporte aux indications de la Croix Rouge. Pas étonnant, dans un tel contexte, que des manifestations de désespoir (immolations à répétition) aient lieu dans ce pays ; même si la presse préfère nous présenter le rêve d’Europe de l’Ukraine plutôt que ce cauchemar bulgare! Eurostat insiste en conclusion sur le fait que le renversement de cette évolution doit figurer dans les premiers objectifs de la stratégie européenne à l’horizon 2020 ; la Commission Européenne devra examiner les réglementations à mettre en oeuvre… Cette assurance d’une préoccupation effective devrait réconforter les européens à la veille d’un processus électoral qui fait se poser bien des questions dont celle de la viabilité institutionnelle sans viabilité humaine?

Des observateurs bien pensants ont été surpris voire exaspérés que l’économie dans sa relation à  l’humain interpelle aussi le nouveau Pape François. «Néocons» ou «marxistes» semblent être les 2 qualificatifs à la mode en France et Outre-Atlantique pour qualifier les gens de bonne volonté qui osent considérer l’économie réelle et ses drames. Le Pape a eu droit au second en réaction aux  paroles fortes exprimées dans son exhortation apostolique «Evangelii Gaudium» mettant en cause directement «l’économie qui tue ». De quoi en perdre son latin économique!

Nos collègues économistes du blog RWER (Real-World Economics Review) publiant le billet de David F. Ruccio, ont largement défendu et légitimé cette prise de parole papale dans leur discipline.  David F. Ruccio insiste sur le chapitre 2 du document intitulé « la crise de l’engagement communautaire » en soulignant la pertinence de plusieurs remarques:

– L’inégalité économique et l’exclusion (armées de laissés pour compte) créées dans le fonctionnement de l’économie, amplifient l’exploitation de l’humain et son oppression.

-Une société qui offre des biens de consommations toujours plus divers et considère les êtres humains comme des marchandises…utilisables pendant un certain temps puis jetables est qualifiée de société du «marché spectacle». L’allusion du Pape n’a pas été relevée par les orateurs de la place Maïdan de Kiev ni par par les responsables européens, ni par le président déchu de la Géorgie nouveau résident bruxellois ni même par le Sénateur US, Mc Cain…

– Le Pape a apporté aussi sa  voix pour souligner encore que l’intérêt de l’austérité -que beaucoup continue à défendre en Europe- n’a jamais été confirmé par les faits.

«L’idolâtrie de l’argent» l’engouement spéculatif et «le caractère impersonnel de l’économie» sont pour lui aussi les signes d’un manque du vrai sens de l’humain. Ces tendances caractérisent la mondialisation contemporaine, comme elles ont caractérisé la première mondialisation celle qui a précédé le premier conflit mondial,  Jean-Pierre Chevènement nous le rappelle dans son ouvrage récent, 1914-2014, l’Europe sortie de l’Histoire.

– Soulignant que l’accroissement des inégalités induit des fractures sociales majeures, le texte précise que la recherche du profit sans fin et la loi du marché détruisent tout ce qui est fragile et sans défense. Il ajoute que quand  un système socio-économique qui légitime au nom du profit et de la rentabilité à court terme la prédation de l’environnement, de l‘humain, de sa santé de son éducation…de sa survie, les sources de la violence sont exacerbées. Sans l’inversion de ces processus d’inégalité et d’exclusion il sera impossible d’éliminer cette violence. Nous dirions dans le cadre de l’approche de la viabilité que sans pilotage viable des dynamiques économiques, le système est ainsi condamné.

Pris dans leur ensemble, ces divers points mettent en avant une critique sérieuse et fondée  des arrangements économiques contemporains et de leurs institutions.

Il est bien rare de voir formuler cette position, aussi clairement et avec autant de force, pour un auditoire aussi vaste que celui du Pape François. Elle n’est jamais formulée par les économistes standards ni par les  politiciens. L’ignorent-ils ou veulent-ils l’ignorer, quand ils ne cherchent qu’à  simplement  anesthésier les dommages économiques auxquels nous avons assistés ces dernières années, en colmatant les excès momentanément? C’est ici un engagement fort des autorités du Vatican en faveur d’une analyse réaliste du contexte socio-économique contemporain.

Des orientations précises pour repenser le sens de la discipline économique et son impact sur les populations sont proposées aussi : « l’économie ne peut plus se tourner vers des remèdes qui sont un nouveau poison ». Le cœur du système qui génère les inégalités est bien l’affirmation de la recherche du profit et de la rentabilité économique. C’est là où se situe l’erreur de cohérence, de logique économique qui tue l’humain et la nature. Ce raisonnement est au cœur de toutes les manipulations mortifères.

N’avons nous pas entendu… «qu’un hôpital devait être rentable?» parce que la RGPP l’exigeait! Au nom de quelle histoire, de quelle fin de l’histoire…de quelle spiritualité, de tels mots peuvent-ils êtres exprimés avec autant d’automatisme? Saint Vincent de Paul, ne serait qu’une ombre décorative de l’iconographie !

Lorsque la promotion de l’individualisme hédonique prend pour cible le lien social, alors il est maintenant facile de comprendre qu’il montre ainsi sa vraie finalité, l’instrumentalisation de l’humain… le vouloir isolé, seul, manipulable/«flexible», marchandises au profit des «happy fews». L’urgence d’une réflexion viable, le retour à l’essentiel, qui a perdu tant d’évidence est un nouveau défi : concevoir/re-concevoir un ensemble d’institutions économiques qui s’assurent que les gens ont accès, d’une part à un ensemble de marchandises et des services de bases (éducation,  services médicaux) et d’autre part, aussi à un emploi fondé sur « un juste salaire ». Sans liberté et sans les vraies richesses du travail qui sont la création, l’engagement et le lien social, la dignité de la vie humaine est bafouée.

En prônant une société où les acteurs peuvent participer à leur destin en prenant les décisions fondamentales concernant leur travail dans la dignité, le discours pontifical s’efforce de créer une ouverture pour imaginer une réorganisation radicale de l’économie, vers une viabilité conceptuelle, aux niveaux tant microéconomiques que macro-économiques. « Evangelli Gaudium » constitue ainsi une injonction fondamentale pour repenser le débat économique contemporain : il s’agit de reconnaître en premier lieu les effets dévastateurs du modèle économique actuel sur les populations, d’arrêter le déni ambiant… qui ne cherche qu’à gagner un peu de temps ; puis de prendre les mesures pour restructurer le fonctionnement économique dans l’intérêt des plus nombreux et non plus dans celui d’une stricte minorité qui exploite au quotidien, oppresse ou exclut à sa guise. L’histoire n’est pas close! La viabilité et la paix se pilotent dans l’espoir.

 

«La vertu en économie : 2 poids et 2 mesures»

Il est une confusion courante en économie, c’est même un lieu commun de la «pensée» journalistique dont la particularité est d’être trop souvent instrumentalisée politiquement:

La croyance que le secteur public doit se comporter comme un ménage,  en  «bon père de famille»…. pour être vertueux!

Cette analogie souvent mise en avant procède d’une exagération et d’une confusion à propos du terme «déficit» couplé à la notion de vertu. Deux acceptions de l’idée de «déficit» sont ici confondues pour donner l’illusion qu’on peut les comparer.

1) Lorsqu’on évoque la vertu de «bon père/mère de famille» d’un ménage , il s’agit de comprendre que le ménage doit honorer ses engagements et les charges de ses dettes (remboursements) aux termes convenus….ce faisant le ménage peut être en déficit sur plusieurs années compte tenu de son profil de revenus.  Sur le plus long terme, le ménage a considéré, -et cette idée a été validée par l’établissement financier qui lui a prêté de l’argent (pour acquérir son domicile ou pour contracter un prêt étudiant par exemple)-, qu’il sera en mesure de payer ses engagements annuels futurs, jusqu’à leur terme.

2) Pour une gouvernement, la vertu à laquelle il serait fait référence est en fait totalement d’un autre type : Lorsqu’on demande au secteur public (l’Etat, les administrations ou les collectivités locales) d’éviter un déficit, on veut imposer que sur la période de référence, l’année, il tache d’équilibrer ses dépenses avec ses revenus. On va jusqu’à nommer cette exigence «règle d’or» pour la sacraliser. Elle prend ainsi le statut de «convention» de vertu en dehors de toute logique économique

Il ne peut être question d’une éventuelle «règle d’or» pour un ménage ou une entreprise même les plus vertueux! On imagine bien l’effet stérilisant que cette rigueur artificielle pourrait avoir… Elle signifierait, l’impossibilité d’accéder à la propriété sans héritage ou épargne d’une vie pour un ménage et l’impossibilité de faire des paris entrepreneuriaux et des investissements pour une entreprise.

Cette clarification ne vise pas ici à justifier ou non un déficit mais elle veut contribuer à montrer que la comparaison et l’analogie habituellement faites reposent sur un manque de précision dans les termes choisis et les processus économiques en jeu.  Le sens de la comparaison doit être mis en cohérence avec une dimension temporelle ; ici la perte de repère temporel  falsifie  le raisonnement.

Croire à l’équivalence des comportements économiques d’acteurs différents est  une conséquence de la perte de la dimension temporelle dans l’analyse économique. En projetant le temps dans le présent, conséquence du raisonnement mettant en avant les anticipations rationnelles, les horizons temporels d’acteurs différents se confondent entre eux. La cohérence entre la réflexion économique et la réalité impose une mise à plat des concepts utilisés suivant les acteurs en question, ici le couple déficit/vertu et la prise en compte du temps.

Cette confusion constitue une des parties immergées d’une pratique théorique courante : l’imbrication du raisonnement micro et macroéconomique hors du temps, qui brouille les spécificités et le rôle des acteurs économiques. L’habitude de l’ancrage des fondements de la macroéconomie sur la microéconomie a fait perdre de vue la dimension temporelle dans l’analyse économique. La confusion qui est ici dénoncée traduit les difficultés contemporaines de l’économie pour appréhender les fonctionnements dynamiques et tout simplement le temps. Elle se privent ainsi de la capacité à mobiliser une réflexion pour faire face aux crises économiques qui procèdent de mécanismes temporels et d’effets d’accumulations….le danger qui en résulte est l’absence de viabilité des trajectoires et des systèmes économiques!

 

Cette réflexion a été menée à partir d’un commentaire proposé par Jerry Wyant le 12 décembre 2013 sur la page http://rwer.wordpress.com/2013/12/12/handbag-economics-the-ideology-of-austerity/.

 

L’économie en re-construction

Real World Economics Review (RWE) blog est un site anglo-saxon de réflexions académiques en économie qui contribue à animer la critique mais aussi la re-construction de la théorie économique contemporaine. Les articles présentés dans le blog ainsi que les commentaires traquent les défaillances de la théorie économique standard du point de vue de la réalité des sociétés et des économies dans lesquelles nous vivons. Des analyses et des réflexions sont livrées au dialogue de la communauté scientifique et s’adressent aux bonnes volontés qui souhaitent entreprendre le travail de questionnement et de responsabilité ; pour ceux qui pensent que le réel impose exigence et rigueur!

Les préoccupations de ce carnet VIABLECO rejoignent ce souhait de participer au renouveau de la réflexion économique et d’y faire participer un grand public, bien au delà des cercles de spécialistes anglo-saxons et anglophones.

Nous nous proposons de commenter régulièrement des points, à partir de traductions résumées des pages qui nous interpellent  le plus et qui nous semblent être déterminantes du point de vue de notre approche de la viabilité en économie.

VIABLECO

Thématique : La science économique et la politique économique de la théorie à la réalité

Le carnet vise la diffusion de travaux de l’équipe (Économistes du CEMI et spécialistes de la modélisation de la viabilité), de commentaires de travaux scientifiques, de notes contribuant à une approche viable de
la politique économique plurielle au service des états contemporains.

Susciter l’inspiration par des sujets de terrains et le suivie de points théoriques et de modélisation dans une perspective innovante.

Constituer et coordonner un réseaux international sur le sujet pour aborder des voix alternatives de réflexions et de méthodologie en économie