Tous les articles par Hélène Clément-Pitiot

«La vertu en économie : 2 poids et 2 mesures»

Il est une confusion courante en économie, c’est même un lieu commun de la «pensée» journalistique dont la particularité est d’être trop souvent instrumentalisée politiquement:

La croyance que le secteur public doit se comporter comme un ménage,  en  «bon père de famille»…. pour être vertueux!

Cette analogie souvent mise en avant procède d’une exagération et d’une confusion à propos du terme «déficit» couplé à la notion de vertu. Deux acceptions de l’idée de «déficit» sont ici confondues pour donner l’illusion qu’on peut les comparer.

1) Lorsqu’on évoque la vertu de «bon père/mère de famille» d’un ménage , il s’agit de comprendre que le ménage doit honorer ses engagements et les charges de ses dettes (remboursements) aux termes convenus….ce faisant le ménage peut être en déficit sur plusieurs années compte tenu de son profil de revenus.  Sur le plus long terme, le ménage a considéré, -et cette idée a été validée par l’établissement financier qui lui a prêté de l’argent (pour acquérir son domicile ou pour contracter un prêt étudiant par exemple)-, qu’il sera en mesure de payer ses engagements annuels futurs, jusqu’à leur terme.

2) Pour une gouvernement, la vertu à laquelle il serait fait référence est en fait totalement d’un autre type : Lorsqu’on demande au secteur public (l’Etat, les administrations ou les collectivités locales) d’éviter un déficit, on veut imposer que sur la période de référence, l’année, il tache d’équilibrer ses dépenses avec ses revenus. On va jusqu’à nommer cette exigence «règle d’or» pour la sacraliser. Elle prend ainsi le statut de «convention» de vertu en dehors de toute logique économique

Il ne peut être question d’une éventuelle «règle d’or» pour un ménage ou une entreprise même les plus vertueux! On imagine bien l’effet stérilisant que cette rigueur artificielle pourrait avoir… Elle signifierait, l’impossibilité d’accéder à la propriété sans héritage ou épargne d’une vie pour un ménage et l’impossibilité de faire des paris entrepreneuriaux et des investissements pour une entreprise.

Cette clarification ne vise pas ici à justifier ou non un déficit mais elle veut contribuer à montrer que la comparaison et l’analogie habituellement faites reposent sur un manque de précision dans les termes choisis et les processus économiques en jeu.  Le sens de la comparaison doit être mis en cohérence avec une dimension temporelle ; ici la perte de repère temporel  falsifie  le raisonnement.

Croire à l’équivalence des comportements économiques d’acteurs différents est  une conséquence de la perte de la dimension temporelle dans l’analyse économique. En projetant le temps dans le présent, conséquence du raisonnement mettant en avant les anticipations rationnelles, les horizons temporels d’acteurs différents se confondent entre eux. La cohérence entre la réflexion économique et la réalité impose une mise à plat des concepts utilisés suivant les acteurs en question, ici le couple déficit/vertu et la prise en compte du temps.

Cette confusion constitue une des parties immergées d’une pratique théorique courante : l’imbrication du raisonnement micro et macroéconomique hors du temps, qui brouille les spécificités et le rôle des acteurs économiques. L’habitude de l’ancrage des fondements de la macroéconomie sur la microéconomie a fait perdre de vue la dimension temporelle dans l’analyse économique. La confusion qui est ici dénoncée traduit les difficultés contemporaines de l’économie pour appréhender les fonctionnements dynamiques et tout simplement le temps. Elle se privent ainsi de la capacité à mobiliser une réflexion pour faire face aux crises économiques qui procèdent de mécanismes temporels et d’effets d’accumulations….le danger qui en résulte est l’absence de viabilité des trajectoires et des systèmes économiques!

 

Cette réflexion a été menée à partir d’un commentaire proposé par Jerry Wyant le 12 décembre 2013 sur la page http://rwer.wordpress.com/2013/12/12/handbag-economics-the-ideology-of-austerity/.

 

L’économie en re-construction

Real World Economics Review (RWE) blog est un site anglo-saxon de réflexions académiques en économie qui contribue à animer la critique mais aussi la re-construction de la théorie économique contemporaine. Les articles présentés dans le blog ainsi que les commentaires traquent les défaillances de la théorie économique standard du point de vue de la réalité des sociétés et des économies dans lesquelles nous vivons. Des analyses et des réflexions sont livrées au dialogue de la communauté scientifique et s’adressent aux bonnes volontés qui souhaitent entreprendre le travail de questionnement et de responsabilité ; pour ceux qui pensent que le réel impose exigence et rigueur!

Les préoccupations de ce carnet VIABLECO rejoignent ce souhait de participer au renouveau de la réflexion économique et d’y faire participer un grand public, bien au delà des cercles de spécialistes anglo-saxons et anglophones.

Nous nous proposons de commenter régulièrement des points, à partir de traductions résumées des pages qui nous interpellent  le plus et qui nous semblent être déterminantes du point de vue de notre approche de la viabilité en économie.

Viabilité pour Bercy par J-P Aubin

Comme premier invité dans les pages de ce carnet le nom de Jean-Pierre Aubin s’impose, tant sa contribution à l’approche de la viabilité et à sa formalisation mathématique est centrale.

Beaucoup de chemin reste à parcourir pour diffuser ces inspirations et les travaux formels au coeur de l’économie et de l’économie politique. La contribution qu’il nous propose ici est une incitation à suivre ce chemin de la réflexion économique viable.
Ces lignes qu’il m’a gentiment autorisées à publier sont directement engagées dans le débat de la viabilité de la politique économique contemporaine en France… Le sens du temps que l’économie et la finance avaient réduit à une peau de chagrin y est réaffirmé.
Il nous rappelle un résultat majeur pour notre discipline économique : qu’une décision prise à temps est plus viable qu’une décision prise à contre temps aussi optimale soit elle!
Enfin les autorités publiques ont le pouvoir d’exercer des choix, même face aux marchés. « Notre impuissance est fabriquée » comme s’est plu à le souligner dans le «média lent» Au Fait, Marcel Gauchet en septembre 2013.

Monsieur le Ministre,

Sachant que le débat sur la Taxe sur les Transactions Financières sur le « trading » à haute fréquence est à l’ordre du jour au niveau européen, je me permets de vous adresser mes réflexions sur l’instauration d’une « taxe sur la valeur pour l’actionnaire » portant sur les investissements.

L’enrichissement moyen sur une période d’investissement donnée est le profit divisé par sa durée, autrement dit, sa vitesse moyenne. Tout investissement économique doit prendre en compte une multitude de contraintes et, pour cela, déterminer une période d’investissement adéquate, du siècle des cathédrales à la milliseconde du trading à haute fréquence d’actifs financiers. N’étant soumis qu’à très peu de contraintes économiques, autres qu’à l’accès aux serveurs des courtiers et aux frais de courtage, leur intérêt économique pour la société cède la place aux intérêts financiers des spéculateurs.  Leur appétence pour le court-terme les incite à minimiser la durée de leur investissement.  Si on juge nocive une durée insuffisante d’un investissement, il faut donc l’augmenter si elle est trop courte pour que l’investissement porte à maturité ses fruits économiques.

Il devient dès lors inéluctable de concevoir une Taxe sur la Valeur pour l’Actionnaire, fonction inverse de la durée des investissements et proportionnelle au profit, pour adapter la durée d’un investissement et son coût à son objectif économique.

La Taxe sur la Valeur Ajoutée sur les transactions, comme celle qu’a suggérée en 1972 James Tobin, est conçue pour freiner leur volatilité et pour procurer à un État les moyens financiers d’exercer ses fonctions régaliennes garantissant la sécurité de ses citoyens sous toutes ses formes, de la sécurité militaire à la sécurité sociale.  Cette TVA porte sur les conséquences de la volatilité des transactions, et non sur ses causes, des durées trop brèves pour financer des investissements productifs. Elle devrait être supérieure à celles qui portent sur les transactions des biens.

Les mêmes causes produisant les mêmes effets, la déréglementation financière entreprise à marche forcée, le transfert de la création monétaire des banques centrales aux banques privées, etc., ont reproduit 1929 en 2008.  Au lieu de prendre des leçons de Lincoln, Roosevelt, voire de Schacht, l’article 123 du traité de Lisbonne a privé l’Europe de son droit régalien de battre monnaie en interdisant à la Banque Centrale Européenne de la créer, sauf à la prêter aux banques privées qui la prêtent à leur tour aux États avec intérêts composés. Ceux-ci obligent alors  leurs citoyens à rembourser indûment avec leurs impôts les dettes croissant exponentiellement alors que la croissance économique, lorsqu’elle existe, a une croissance plus ou moins linéaire. L’écart est tel que depuis la loi n°73-7 du 3 janvier 1973, dite de Giscard d’Estaing, lorsque la Banque de France a commencé à être privée du droit de créer la monnaie, les intérêts de la dette ont augmenté exponentiellement.  Le budget devint de plus en plus déséquilibré, interdisant la possibilité de rembourser les intérêts sauf à restructurer la dette. Plus on retarde cette structuration, plus on appauvrit le pays, plus élevé le risque d’une restructuration violente, sur les plans politique, économique et social,  va s’aggraver. On en perçoit les prémisses. C’est en tardant à prendre de telles décisions que les révolutions et les guerres éclatent.

Pourquoi l’État ne peut-Il émettre ses emprunts auprès des citoyens plutôt qu’aux institutions financières privées, pourquoi ne pas véritablement cloisonner les différentes activités des banques dans des institutions différentes pour éviter le risque systémique ? Malgré l’accroissement des coûts, les armateurs se sont résolus à remplacer les pétroliers à coque simple par des pétroliers à coque double : en cas d’avarie ou de naufrage, le pétrole se déverse dans cet espace et non dans la mer. Ce que les armateurs ont su faire, ce que les banquiers refusent de faire, les États n’auraient-ils pas le pouvoir de séparer les activités financières selon leurs fonctions pour protéger leurs citoyens du naufrage quand soufflent les tempêtes boursières ?

Citoyen de base, ma voix ne porte pas loin, et cette lettre est jetée dans un océan de discours. Elle ne vous parviendra certainement pas, mais je me devais de la jeter, dans l’espoir que vous sachiez que nous étions suffisamment nombreux pour croire, même sans illusions, aux promesses du candidat à la Présidence de notre République, qui, elles, allaient dans le bon sens. Appliquées, elles auraient pu sortir notre pays dans la crise et expérimenter des solutions utiles à l’Europe. Est-il trop tard ?

Je vous prie d’accepter, Monsieur le Ministre, l’expression de mes sentiments respectueux.

Jean-Pierre Aubin

http://vimades.com/aubin/
Just appeared:: (2013)  » Time and Money. How Long and How Much Money is Needed to Regulate a Viable  Economy », Lecture Notes in Economics and  Mathematical Systems, 670,  Springer (( http://vimades.com/AUBIN/TimeAndMoney-Presentation.pdf,  http://www.springer.com/economics/economic+theory/book/978-3-319-00004-6)
http://www.finance-watch.org/images/email/FW_EN_Banner_mail.gif

VIABLECO

Thématique : La science économique et la politique économique de la théorie à la réalité

Le carnet vise la diffusion de travaux de l’équipe (Économistes du CEMI et spécialistes de la modélisation de la viabilité), de commentaires de travaux scientifiques, de notes contribuant à une approche viable de
la politique économique plurielle au service des états contemporains.

Susciter l’inspiration par des sujets de terrains et le suivie de points théoriques et de modélisation dans une perspective innovante.

Constituer et coordonner un réseaux international sur le sujet pour aborder des voix alternatives de réflexions et de méthodologie en économie