Propagande d’hier et d’aujourd’hui

La résistance du grain de sable!

Sun Tzu, un célèbre Général Chinois qui vivait au 5ieme siècle avant JC disait que ce qui permet à un souverain de prendre le dessus sur un ennemis est la capacité de prédire et que cette connaissance peut seulement être acquise par des hommes qui sont bien attentifs aux pas faits par cet ennemis.

L’illusion des plus forts

Deux semaines après les accords de Yalta, il y a 70 ans, le 25 février 1945, dans “Das Reich” un article s’est intitulé : “Das Jahr 2000” (L’ année 2000). Joseph Goebbels son auteur se présente en futurologue de circonstance et propagandiste de référence. Il dessine sa vision de l’Europe du futur :

une “Europe unifiée sous la direction de l’Allemagne”, et surtout “cette Europe certainement unie en l’an 2000, celle des enfants de nos enfants, à un moment futur, où cette guerre ne sera qu’un lointain souvenir”.

Résister à la réécriture de l’histoire c’est aujourd’hui lutter contre cette même propagande…qui veut instaurer ce «lointain souvenir» falsifiable à souhait. Point de surprise que le vieux résistant grec qui a déjà retiré une fois le drapeau nazi de l’Acropole, Manolis Glezos ait sorti de l’ombre (1) les propos du responsable de la propagande du régime nazi.  Les Grecs ont en effet décidé de se battre pour garder la mémoire en refusant la propagande européenne de ses média contemporains qui sombrent dans le déchaînement de la violence en stigmatisant les humains qui seraient dérangeants car non conformes. Dans la ligne de mire, les Grec qui osent résister au diktat de la Troïka (2) ; une Troïka toujours aussi avide de liquidités pour financer non seulement les banques européennes mais maintenant aussi les enfants et petits-enfants ukrainiens qui chérissent les amis de Joseph Goebbels. Rien de surprenant dans ce contexte de retrouver les Slaves encore et toujours accusés mensongèrement de tous les maux parce qu’ils ont toujours le mauvais goût d’aimer leur pays et de soutenir leur Président

L’ouvrage qui a permis de mettre en évidence ces propos étrangement visionnaires de Joseph Goebbels est de l’historien britannique Mark Mazower, Hitler’s Empire. Nazi Rule in occupied Europe (3). L’auteur y analyse cette gigantesque ambition historique pour refonder le continent européen autour de l’Allemagne. Une fois annihilée par étapes la démocratie en Europe, tout fut mis en oeuvre économiquement pour que l’Allemagne puisse être reconnue comme l’état le plus puissant du continent, un empire de plusieurs centaines de millions de personnes, s’étendant des Îles britanniques de la Manche jusqu’au Caucase. Rien ne devait limiter la recomposition des espaces : déplacements de populations, extermination de millions de personnes furent les instruments de l’ambition impérialiste nazie. Des capacités d’imagination sans limites éthiques ont rendu possible « L’empire d’Hitler » ; il a été le fruit de discussions internes, bureaucratiques, laissant libre court aux idéologies et théorie politique à la mode SS sans la moindre considération pour l’état de droit et la démocratie : Ses économistes ont rêvé de transformer l’Europe en un énorme marché pour le business allemand. Les propres plans d’Hitler prévoyaient des infrastructures à la mesure du continent : des autoroutes transcontinentales sur les espaces nettoyés ethniquement de la steppe russe.
L’ouvrage de Mark Mazower ne s’arrête pas à ce constat sinistre, il nous montre aussi ce qui est arrivé quand ces élucubrations se sont heurtée à la réalité. Après les premiers triomphes de champ de bataille, la faillite de la vision nazie de la politique européenne est devenue bien trop évidente, les sponsors de la première heure se sont mis dans l’ombre, les alliances économiques et militaires ont failli et le nouvel ordre s’est effondré avec l’échec militaire. Mais ces illusions morbides nourries du mépris absolu des populations ont laissé derrière elles un continent européen délabré, corrompu par la collaboration, appauvrie par les pillages et l’exploitation, tombeau de millions de victimes de cette guerre totale et du génocide.

L’Europe avec l’enthousiasme de la reconstruction et la générosité a permis aux Allemands de rebondir vers un nouveau futur ; un futur autre que la pénitence et le remords à jamais!
Mais pour les autorités allemandes de 2015, étrangement cette chance offerte est devenu en effet ce « lointain souvenir» que prévoyait, il y a 70 ans, le chef de la propagande allemande.
Comment ne pas s’interroger sur les incroyables anachronismes de l’histoire et ce cette propagande si facilement ravivée dans les turbulences économiques présentes en Europe? Quelles peuvent être ses ressorts ? Comment resurgissent-ils de nos jours vis à vis des mêmes peuples avec les mêmes mots?
Dans les travaux des historiens, l’exaltation des valeurs du national socialisme a été mise en cause pour expliquer la haine et la violence exercée par les Allemands. Dans un article (4) qui étudie spécifiquement l’époque 1941- 1944, l’historien Mark Mazower explore la question de la violence allemande en Grèce et analyse ses fondements et ressorts de justification. L’idéologie et la propagande ont contribué à une intériorisation (rendant possible la normalisation) de la légitimité de la violence à partir du moment où les objectifs jugés supérieurs le rend nécessaire.

L’article met en lumière l’obsession des nazis pour bâtir la Grande Allemagne en recourant à des pratiques meurtrières partout en Europe si nécessaire. La justification de ce rêve repose sur l’idée d’une reconquête légitime des terres qui leur auraient appartenu depuis l’époque médiévale (Lebensraum). L’historien souligne qu’une combinaison de nationalisme et de haine des Slaves était déjà constitutive de l’esprit révolutionnaire de 1848. La victoire sur la France en 1971, les gains territoriaux et l’évacuation des territoires occupés du Nord contre un montant énorme de réparations obtenues de l’Etat français et des populations (5 millions de francs-or soit 23% du PIB de la France de l’époque) payé en quelques mois, ont renforcé l’illusion de puissance de l’Allemagne, le sentiment de toute- puissance. L’article récent de Michael Pettis, «Syriza and the French indemnity of 1871-73» (5), a d’une part le mérite de remettre en évidence une réalité oubliée qui n’est pour beaucoup même plus un «lointain souvenir» mais bien une réalité ignorée. Ainsi se réécrit l’histoire…Que la France ait su honorer les réparations imposées par l’Allemagne est un souvenir assez dérangeant dans le double standard intériorisé qui a coutume de montrer une Allemagne opprimée par les réparations du traité de Versailles.
D’autre part, l’article de Michael Pettis fournit une analyse fouillée montrant que cette illusion de toute-puissance allemande a eu des conséquences économiques et financières contre intuitives. Elle a emporté la raison allemande dans un tourbillon de spéculation et d’appâts du gain, germes de bien des désordres monétaires et financiers de la fin du XIXe siècle et de la première moitié du XXe siècle. Dans ce contexte, le traité de Versailles a apporté une humiliation qui a immédiatement nourri le désir de vengeance. La propagande en a facilement fait un atout pour rendre opaque la déstabilisation économique réelle issue des désordres financiers rampants…. La réalité a rattrapé la propagande de dissimulation et deux décennies de crises économiques et financières furent le prix payé par les populations pour s’acquitter de la vanité et de l’illusion des puissants.
La sortie de la crise augurera de la marche à la guerre : l’austérité imposée par Hjalmar Schacht pour discipliner les populations, les polices militaires et les liquidations des individus gênants pour assécher la démocratie ont bâti le socle de la puissance industrielle et militaire des nazis. Ils vont alors pouvoir repartir à la conquête des terres qu’ils croyaient leurs. Ainsi des millions de non allemands se sont progressivement trouvés sous le pouvoir des lois allemandes. Cette situation nous explique Mark Mazower a mis en lumière une question urgente : comment intégrer ses populations étrangères dans le Reich? Une distinction s’est vite faite entre, d’une part celles des pays du Nord, Norvège, Pays Bas, etc. peuplés de gens pouvant devenir des allemands «acceptables» et les populations slaves pour lesquelles cette éventualité pour les autorités du régime était exclue (la rhétorique des sous hommes mise en avant !). Dans l’aménagement du territoire imaginé par l’esprit de Heinrich Himmler, des fermiers-soldats allemands de sang pur seraient envoyé dans des villages modèles construits à cet effet et les populations d’origine ainsi que les Juifs seraient repoussés systématiquement plus à l’est pour faire tampon avec l’Asie. Dans la pratique, des difficultés ont surgi quant à l’annexion des territoires convoités par le Reich. Le réel ne s’est pas laissé faire suivant le plan initial, ni les populations…. Le témoignage historique des archives est ici important, Mark Mazower montre que pour arriver à leurs fins, des mesures plus radicales et brutales ont été mises en oeuvre. Dans l’imaginaire des autorités et de la propagande de l’époque, cette violence se justifiait pour briser les résistances (qualifiées de «terrorisme»-ce qui n’est pas nouveau actuellement-) rencontrées dans la mise en forme de la construction légitime. Globalement des gestions peu scrupuleuses des approvisionnements en énergie et nourriture, l’obligation du travail forcé, véritable esclavage, la surveillance permanence et incitation à la délation et à la collaboration ont été justifiés comme un nouvel ordre de domination en Europe. On sait aussi que les nazis ont progressivement concentré les Juifs européens dans des ghettos en Pologne et Hongrie en attendant d’autres solutions…
Les historiens s’accordent pour considérer que l’ordre nazi et son esprit ont détruit au coeur de l’Europe tout rapport au fonctionnement des accords internationaux que le 19e siècle avait tenté de construire. Les crises et les difficultés économiques dans un contexte de confusion institutionnelle en Europe et de brouillage de l’information par une propagande passéiste révèlent que des plaies restent ouvertes. En Ukraine au XXIe siècle, ce sont ces plaies qui ne cessent de suinter. L’Europe de la construction contemporaine en retournant à des obsessions et à des idéalisations, autant d’illusions sources d’aveuglement face au réel, n’a pas su fournir des réponses d’apaisement adéquates. Incapable de reconnaitre ses torts, elle s’enferme dans des erreurs économiques et martyrise des populations sous fond de déni et de propagande. Des réactions de protections et d’alerte se manifestent au sein des populations qui ont directement subi les «expériences économiques et sociales» les plus radicales. Dans un contexte où ironie et mépris bien caractéristiques des méthodes classiques d’aveuglement et des relents nauséeux de la propagande, les grecs portent leurs résistances et la mémoire au-devant de la scène. Ils honorent ainsi la démocratie qui tente de survivre en Europe.
Soumission, malléabilité («flexibilité» pour être plus contemporain) sont encore une fois les caractères attendus des peuples européens non allemands, pour être dignes de ces Germains qui sont à nouveau les champions de l’Europe. Si d’aventure les populations se faisaient plus résistantes que prévu dans le modèle…et aussi rebelles que dans l’est de l’Ukraine où la mémoire des grands-parents perdure, qu’elle serait encore le destin européen? La question mérite d’être posée. N’est ce pas encore une fois une illusion, un déni du réel et un aveuglement idéologique de vouloir créer une Europe entière sur le modèle de la nation allemande ? Cette pensée, de plus en plus de Grecs la partagent et ils cherchent à nous interpeler, avant qu’il ne soit trop tard! Les langues qui se délient en Grèce permettent de décrypter l’histoire mais aussi de mieux choisir les alternatives pour notre futur européen en connaissance de cause. Refusant avec force le diktat de l’histoire «souvenir lointain», évaporé parce ce qu’elle enseignements seraient inutiles qui sied aux mentors de l’Europe, ils demandent de revoir les comptes et les engagements (cf. Le discours devant le parlement Grecs du Premier Ministre, Alexis Tsipras, à propos des réparations dues par L’Allemagne réunifiée à la Grèce (ici))
Les Grecs se rendent compte que 2015 est un moment crucial dans la géopolitique défendue par le (nouvel / ancien ?) Ordre. Toujours aussi terriblement «européiste» il s’impose et s’enracine toujours plus en Europe en prônant une nouvelle légitimité fonctionnelle, celle des traités et ouvre de nouveaux champs de bataille celui des lobbies et des financiers. Vite oubliée la conscience de l’histoire, les journalistes et les experts «mainstream», taillés à la maximisation des revenus à la serpe de la pensée standard, se font l’écho d’une propagande que l’on croyait à jamais disparue.

Le néolibéralisme et la financiarisation, associés à la politique menée par les élites européennes à fort biais germanique s’assimilent pour un nombre maintenant croissant des populations à une volonté d’imposer des illusions et un déni de réalité pour asservir des peuples : une nouvelle forme de l’ordre “nazisme”, estiment les analystes et une bonne partie de l’opinion des pays du sud de la zone euro. L’absence d’alternative comme réponse inflexible depuis longtemps si peu crédible, l’impossibilité du débat, les insultes associées à toutes réflexions critiques, voir les menaces et les risques professionnels qui en sont les conséquences, ont largement contribué à la mise en forme de ce soupçon (cf. papier de Jacques Sapir dans Russeurope «Haïr l’Allemagne?» et l’ouvrage de Laurent Obertone, La France Big Brother, )
Plus de nuances dans les gris

Avant de crier à l’anachronisme par réflexe acquis, examinons ce que la mémoire collective peut nous dire pour accepter «plus de nuances dans les gris» comme le propose l’ethnologue de la crise grecque, Panagiotis Grigoriou.

Alors qu’un projet européen serait un projet qui aurait le souci et le respect de toutes les populations européennes qu’il englobe dans leur diversité, j’appelle «européiste» un projet qui procède au contraire de l’intérêt restreint d’élites interconnectées sans égards pour la majorité des populations vivant sur les territoires. La mise en application de l’idée de projet européiste a resurgi radicalement en Occident après un intermède que nous devons au caractère du monde bipolaire du temps de l’URSS. Nos parents sont-ils conscients de la dette morale et sociale qu’ils doivent ainsi aux Soviétiques ?-. Certes le projet «européiste» n’est pas né avec le nazisme puisqu’on peut montrer qu’il l’a précédé. Au départ, le projet européiste est un projet, pensé, initié et voulu par les élites financières et industrielles pas seulement de l’Allemagne mais aussi celles des pays voisins de la France, Belgique, et Pays-Bas notamment. Mais de nombreux historiens témoignent que l’impérialisme des nazis a tenté d’accompagner ce projet avec une rigueur sans limite dans l’horreur. Dans les années 90 la mondialisation a permis de fournir les arguments déterminants de rhétorique de la contrainte extérieure pour mettre au goût du jour ce projet européiste. Nous connaissons bien la croyance en la convergence naturelle (que le manque de rigueur des modèles a permis de pousser) qui a servi le discours économique de justification et de propagande interne et externe…
Un à un les pays européens ont été happés dans le mouvement, par la force de la croyance et la rationalisation de la propagande, source de financement quasi infinie…les Grecs parmi bien d’autre d’autres prirent part à la nouvelle illusion globale.
Les économistes se sont assez vite mis d’accords pour souligner que le seul pays grand gagnant de l’architecture européenne contemporaine était bien l’Allemagne, l’Allemagne réunifiée avec une destinée reconstruite et lavée de toute opprobre, renforce l’analogie.

Depuis 5 ans progressivement, le contexte grec tel qu’il est perçu par les Grecs est bien celui d’un gaspillage de moyens mais aussi une captation sauvage comparable encore une fois à un tribut de guerre économique. Des symboles irrationnels parlent d’eux-mêmes. A l’heure où la traction animale en France dans l’agriculture vivrière retrouve i-une aura et une raison d’être, les mentors de l’Europe et ses experts ont provoqué la destruction de millions de chevaux d’attelage en Roumanie…on les a retrouvés congelés dans des plats préparés, assimilés à du boeuf ; ce qui n’a pas manqué de provoquer un scandale alimentaire en Europe. En Grèce des témoignages nous apportent un récit quasi identique sur une autre sujet: des milliers d’embarcations traditionnelles en bois, servant tantôt à la pêche artisanale tantôt aux balades des touristes ont dû être détruites depuis 2010, suite aux directives de l’UE! Les acteurs du tourisme grec importent maintenant des embarcations (de polyester) faites à l’étranger pour les besoins touristiques !
Le pays fut pourtant la patrie de la construction navale en Europe! La désindustrialisation est générale dans le processus, d’autres industries grecques ont périclité et que les terres soient abandonnées parce que les jeunes partent n’échappe à personne. On voit se dessiner des territoires vident d’habitants comme en Bulgarie ou en Moldavie…qui ont perdu des pans entiers de leurs populations les plus jeunes et dynamiques…. Retour au temps des transferts de populations, des déplacements facile, -facilité qu’auraient enviée les ordonnateurs des plans nazis!-, de la dévastation des espaces ruraux du centre de l’Europe, de l’extension de la balkanisation et du sous-développement qui permet de contrôler des territoires, trouve-t-on aussi en commentaire. Dans les espaces les plus riches, la place est alors libre pour les grands holdings agroalimentaires, tels qu’on les voit déjà se développer en Ukraine de l’Ouest où la terre est parmi les plus fertiles du globe. Ces transitions s’effectuent avec la protection et l’aide des communautés européennes. Les oligarques qui en supervisent le processus reçoivent des subventions européennes tout en bénéficiant du marché d’exportation européen (en dépit des principes concurrentiels de base semble-t-il (cf. (cf billet viableco «Collisions et collusions») .
Ces transitions provoquent des flux d’émigrations bien attestés par les statistiques européennes. En premier lieu elles mentionnent la fuite de la main-d’oeuvre qualifiée, les médecins et les ingénieurs qui apprennent l’allemand et vont rejoindre leurs collègues d’Europe centrale déjà germanisés. D’après les analyses d’Eurostat en 2013, il fallait à L’Allemagne près de 6 millions de travailleurs sur les 5 ans à venir. Le rythme de l’immigration est maintenant bien conforme à cette planification qui n’en est officiellement pas une! L’Allemagne avec sa démographie défaillante comme aussi le souci de l’économie budgétaire enracinée, gagne ainsi une main-d’oeuvre que d’autres pays ont formée, éduquée, nourrie et soignée : Le miracle de la flexibilité! La main de velours du marché est plus efficace que les systèmes d’ordonnances nazis des STOs d’hier! Quant à la comptabilité des malheurs encaissés, je laisse aux spécialistes (équipe autour du sociologue David Stuckler), habitués des colonnes de la revue The Lancet, le soin de faire régulièrement le bilan… Tandis que les élites européennes continuent à se congratuler et à s’intéresser aux dérives des droits de l’homme en Russie qu’elles pensent devoir relier à la mort brutale du Play Boy, Boris Nemtsov, qui symbolise les mémorables années 90! (cf. demande d’enquête du Parlement européen ). Le souvenir des malheurs et des un million de morts de ces thérapies de choc qui ont tué des humains en Russie, comme ne cesse de le clamer les travaux de David Stuckler et alii, regroupés dans l’ouvrage the Body Economics, when Austerity kills. Humeurs que les instances européennes choisissent d’ignorer…la bien séance commandant de ne pas voir au plus près des peuples et se contenter d’aller dans le sens des remous de la propagande.

En Grèce aussi on ne doit pas voir les couleurs intermédiaires…et c’est bien ce qui dérange quand le gouvernement actuel en Grèce a le mauvais gout de sortir de l’ombre les collusions : des bandits grecs ou d’ailleurs sans scrupules avec la complicité active des mafias internationales, des lobbyistes spécialisés dans la corruption élégante et le conflit d’intérêts discrets ont sillonné le pays… Comme ils avaient aussi sillonné la Russie en son temps, laissant dégouts et habitude de corruption pour des décennies. Les scandales hebdomadaires péchés par les nouvelles autorités grecques (cf billet viableco «Collisions et collusions» : ) montrent combien les subventions européennes et les juteux contrats d’armement exposent maintenant leurs côtés scandaleux en public. Et comme toujours, tout autour de ces pratiques devenues si communes, des chiens de garde, fainéants mais avides pour attraper les morceaux qui se perdent : journalistes, experts, universitaires, politiciens (6) etc. Ils se chargent d’organiser le flou artistique et se font l’écho de la propagande de la normalisation ressassant l’absence d’autres alternatives… Parce qu’en Grèce les Grecs sont tels que les avaient imaginés les nazis! Ainsi déclarait au printemps 1942 Hermann Göring :

Nous ne devons pas nous faire du souci pour les Grecs. D’autres après eux seront touchés par le même phénomène.”,

Et la presse de propagande allemande rajoutait alors :

Est-ce vraiment nécessaire de gaspiller les vivres destinés aux forces de l’Axe pour maintenir en vie les habitants des villes grecques ? Sachant alors, que ces gens sont plutôt des voleurs, des trafiquants, des contrebandiers, des entremetteurs et des oisifs”.

Ou encore,

Il faut encore voir jusqu’où iront-elles les forces de l’Axe, si durablement éprouvées dans leur lutte, s’agissant de nourrir en Grèce, une population de quelques millions de fainéants” (M. Mazower, page 280).
Ce sont là des commentaires de la presse allemande qui nous sont familiers plus de 70 ans après. Ils attestent que les stéréotypes et survivances culturelles peuvent durer quand tout est fait pour dissiper l’histoire et sa mémoire. Seraient-ce les élites et leur média qui n’auraient finalement pas changé ? L’examen des documents d’archives qui peuvent être ouverts enfin par les historiens, nous apportent des éléments de compréhension.
La constance, gage de pouvoir

L’historien d’Oxford M. Mazower a fait les recherches d’archives comparables pour la Grèce et l’Allemagne au travail fait par l’historienne française, Annie Lacroix-Riz (7) pour la France. La convergence dans les analyses sur le projet européen est difficile à occulter.
Ses travaux démontrent combien dans les années 30-40, l’Allemagne des nazis a représenté pour beaucoup d’intérêts européens un solution de continuité pour faire face à la crise économique mondiale et non une rupture, comme parfois le sens commun le sous-entend. Le projet des nazis fut un projet de nature profondément européaniste avec une composante économique centrale : durant l’été 1940, le ministère de l’Économie du Reich avait voulu rassembler les grands acteurs du secteur privé de l’Europe occidentale avec la bénédiction des responsables gouvernementaux. Il s’agissait déjà de former ainsi une union économique encadrée par des accords conclus entre les responsables. Les archives témoignent que les autorités du Reich ont financé des rencontres entre les industriels et financiers en activant les réseaux et les relations qui avaient prévalu dans l’avant-guerre. L’idée d’une sorte d’ “américanisation” des industries de la périphérie avait séduit des industriels qui rêvaient de créer un parlement européen industriel, détaché des états nations. Mais force est de souligner cependant, qu’ils acceptaient «le patronage» des autorités de l’Allemagne du Troisième Reich.

Walter Emanuel Funk, ministre de l’Économie (1938-1945) puis président de la banque centrale (1939-1945), avait confié le dossier du nouvel ordre économique en Europe à Gustav Schlotterer. Celui-ci rencontra des industriels européens, français, hollandais et belges dès la fin de l’été 1940 pour asseoir une «collaboration» dans le long terme qui ravit ce que nous appellerions les «eurobéats» (du fait de leur ignorance béate du réel) de l’époque : Ainsi explique avec enthousiasme l’industriel et financier Belge Paul de Launoit (1891-1981)

La Rhur, le sud de Pays-Bas, la Belgique, le Luxembourg et le nord de la France, constituent une entité économique naturelle du charbon et de l’acier. Nous… entrepreneurs, (nous) devons percer les frontières entre les états et ainsi apprendre à collaborer” . (cf. Mark Mazower (pages 267-269).
Sur les questions monétaires le constat est aussi intéressant pour une mise en perspective contemporaine : Lee autorités de Berlin de l’époque se sont attachées à faire du Reichsmark la devise hégémonique en Europe, obligeant les autres pays à faire obligatoirement transiter les règlements et les échanges monétaires et financiers via la place de Berlin. La capitale du Reich devient ainsi par cette unification de fait, la plaque tournant et le marché financier phare du continent européen…  ( Mark Mazower page 270) Tandis que la place de Londres allait finir par être quotidiennement bombardée! Le tournant politique raciste radicale d’Hitler a cependant lourdement hypothéqué la poursuite du programme européiste et ce volet monétaire et financier.
Dans la situation contemporaine on retrouve une collusion des élites allemandes et européennes, comparable à celle des premiers temps du Troisième Reich. A Athènes, tout particulièrement, les observateurs ont été surpris de constater que les élites grecques qui reprennent ces flambeaux sont aussi en partie celles qui sont issues de la collaboration. S’expliquent facilement les liens avec les conglomérats industriels et financiers allemands qui n’ont jamais cessé d’être européistes. Ensemble ils semblent vouloir rejouer la partie et actuellement rêvent de faire tomber le gouvernement grec démocratiquement élu en janvier 2015. En évoquant “Das Jahr 2015”, Panagiotis Grigoriou soulignent le lien avec les descendants des affairistes, des trafiquants et des escrocs du temps de l’occupation allemande des années 1940.

Les spécialistes ont ainsi montré que le nouvel ordre de l’Allemagne national-socialiste a joué un rôle-clef dans l’émergence de l’européisme de l’après-guerre. Même les architectes du Marché Commun étaient incontestablement Gaullistes, antinazis et antifascistes avérées, les acteurs qui avaient servi en son temps les nazies et -avaient été plus ou moins déçues ou contrarié par la défaite-, oeuvraient aussi dans les coulisses des avancées européennes.

Pour rendre compte de cette cohérence de l’histoire, Mark Mazower précise, que lorsque Rober Schuman a initié son projet de la Communauté Européenne du charbon et de l’acier (CECA) qui est à l’origine directe de l’actuelle Union Européenne, les premiers bénéficiaires furent les industriels et les sociétés exploitant les mines de charbon. La négociation ne fut pas longue à aboutir car de nombreux participants, avaient déjà participé aux négociations analogues dix ans auparavant. Elles s’étaient tenue alors sous l’égide du ministère de l’Économie du Troisième Reich. Il s’agissait dans les années 40 d’organiser des cartels européens et de coordonner les productions. Les archives rapportent aussi des préoccupations comparables en matière de production agricole en Europe. L’Allemagne nazie souhaitait assurer une autosuffisance alimentaire à l’Europe de l’Ouest, dénigrant,- conformément à son ancrage raciste-, les besoins de subsistance de l’Est du continent. La Politique agricole commune (PAC) a mis en forme progressivement l’action sur le terrain après la défaite. Les projets en cours en Ukraine sous l’égide des subventions européennes, de la BERD et du FMI qui captent déjà près de la moitié des terres fertiles, s’orientent massivement vers les axes les plus profitables pour approvisionner le marché européen… Les 45 millions d’Ukrainiens sombrent dans l’extrême pauvreté et sont finalement encore considérés comme de possibles tampons (bouclier humain) du côté de l’Asie… Contrariant ces plans funestes encore une fois, les circonstances font que beaucoup de slaves émigrent en Russie. Le pays ne veut pas de cette guerre européenne dont il connait trop le prix et qui détruirait encore une fois l’Europe au profit des puissances financières.

Ce retour de la mémoire que ces mêmes circonstances commandent, rend impossible d’occulter plus longtemps de nombreux faits : par exemple que Hans Peter Ipsen , brillant juriste nazi ayant fait carrière au sein des autorités militaires d’occupation à Bruxelles durant la guerre, devient le plus grand spécialiste du droit des Communautés Européennes de l’Allemagne Fédérale. Il se fit le partisan farouche de l’approche fonctionnaliste (Funktionalismus ) américaine fondatrice du processus de l’intégration économique européenne et des principes de supra-nationalité qui accompagnent si bien la perte de souveraineté des états.

Les Grecs se chargent aussi de rappeler que des économistes et hommes d’affaires, membres du “Cercle Européen” (“Europakreis”) habitués des réunions à l’Hôtel de Berlin à Athènes sous le Troisième Reich, ont joué un rôle de premier plan dans la politique et l’économie de l’Allemagne de l’après-guerre recevant tous les honneurs dus à leur engagement et à leur scompétences : Ludwig Erhard (7) fut Ministre de l’Économie de 1949 à 1963 et Chancelier Fédéral de 1963 à 1966. Il est considéré comme le père du “miracle économique allemand”! Hermann Abs , dont les capacités linguistiques ont fait de lui le responsable de la promotion internationale du régime fut en charge des recherches de financements à l’étranger ; entré en 1937 à la Deutsche Bank, il dirigea la banque de 1938 à 1945 et à nouveau de 1957-1967. Karl Blessing proche de Hjalmar Schacht depuis 1929, fut membre du Conseil d’administration de la banque centrale du Reich (1937-1939), puis il prit des fonctions dans le secteur privé (Margarine Union AG- futur Unilever) de 1939 à 1941 ; et entre 1941 et 1945 il fut membre du comité directeur du conglomérat (Kontinentalen Öl AG) chargé des approvisionnements pétroliers du régime en charge des réquisitions sur les pays de l’Europe du Sud! Il aurait pris part à l’attentat raté du 20 juillet 1944 mais n’a pas été arrêté alors qu’il aurait du avoir en charge le Ministère des finances en cas de succès du complot. Après la guerre, Karl Blessing est resté un temps isolé puis il a repris ses activités à partir de 1948 à Unilever. Il fut finalement nommé Président de la banque centrale, la Bundesbank (1958-1969) suite à Wilhelm Vocke (8).

Alors que les informations de base ne sont même pas disponibles en français ou en anglais sur ces élites allemandes, Wikipedia en français n’a pu dissimuler des éléments de la biographie du légendaire européaniste, Robert Schuman. Allemand de naissance et d’éducation, il servit dans l’administration pour les forces allemandes durant la Première Guerre Mondiale, il devient Français en 1918 du fait par son installation comme avocat à Metz dès 1912. Il fut Ministre en France sous la Troisième République comme aussi sous le gouvernement de Vichy. Dès le début de juin 1940, il est favorable à ce que la France cesse le combat. Suite à l’annexion de la Moselle dans le Reich, il retourne sur ses terres. C’est là que la Gestapo l’arrête. De la prison de Metz, il est transféré à Neustadt et bénéficie d’un allègement des conditions de détention obtenu grâce à l’intervention de Heinrich Welsch (9). Il lui fut possible alors de s’évader et rejoint en France la zone libre en août 1942 . A la libération le souvenir de son vote des pleins pouvoirs à Pétain le met sous le coup de l’inéligibilité automatiquement et de surcroit comme ancien ministre de Vichy, il est frappé « d’indignité nationale ». Par lobbying intensif ses soutiens n’ont cessé d’intervenir auprès du Général De Gaulle et du Gouvernement provisoire pour appuyer sa grâce. Suite au non-lieu prononcé finalement en sa faveur en septembre 1945, Robert Schuman reprend sa carrière dans la politique française. On le retrouve aussi parmi les élites du gouvernement sous la Quatrième République… Et très vite au sommet de la construction européenne. En lisant un peu l’allemand, il est facile d’apprendre que le premier bienfaiteur de Robert Schuman, Heinrich Welsch celui qui a rendu possible son évasion, fut le Chef de l’administration judiciaire allemande de la Lorraine occupée en charge de rassembler pour les services de Berlin dès 1935 des informations sensibles. Il fut aussi le Représentant Spécial des autorités du Reich pour la réunification de l’Autriche au Reich de 1940 à 1945. En 1955 et 1956, Heinrich Welsch se retrouva Ministre-Président de la Sarre.

Les documents historiques semblent bien montrer que la dénazification de l’ Allemagne a été relativement de courte durée. En France aussi le pays n’a pu se passer longtemps après la seconde guerre mondiale de ses élites compromises avec le Troisième Reich. On peut bien penser que tous hommes de pouvoir, clairvoyants, ayant perdu assez rapidement l’espoir d’une victoire finale du Troisième Reich, avaient en tête qu’aucune reconstruction économique de l’Europe ne pouvait se faire sans la prépondérance de l’Allemagne. Même si l’Allemagne perdait la guerre, elle devait gagner la paix. C’est d’ailleurs la conclusion de l’historien de l’Université d’Oxford, Mark Mazower sur lesquelles peuvent se fonder les pires craintes des euro-sceptiques. Il n’hésite pas à écrire dans son ouvrage clef que la CEE est une vision des nazis (pages 571-572).
Les stigmates de l’occupation Allemande sont ravivées dans les temps présents en Grèce, en particulier par le député Manolis Glezos, qui par son âge assure le rôle de mémoire collective :  L’extermination de la très importante communauté juive de Thessalonique comme la famine et le sang versé y compris pendant l’expérience de la guerre civile ne s’oublient pas. Economiquement les dégâts furent énormes, il est opportun d’en signaler les points saillants: au lendemain de la Deuxième Guerre Mondiale, les rentrées fiscales de l’État (ou de ce qu’il en restait) en Grèce, couvraient à peine 6% de ses dépenses (Mazower, page 273). Mark Mazower estiment à la lumière de nombreuses sources que la guerre civile en Grèce avait été une politique délibérée de la part des occupants Allemands. La famine en Grèce faisait partie d’une stratégie de “gestion des territoires” conquis. Une expérience (la Grèce est toujours choisie pour des expériences!) qui allait se généraliser en Europe de l’Est, en Pologne et en Union Soviétique pour aboutir à des millions de morts. Plus de cent mille morts de la famine on été répertoriés à Athènes et dans les Cyclades, durant le premier hiver de l’Occupation allemande en 1941.
Le gouvernement de la Grèce de 2015 SYRIZA/ANEL porte en lui le germe de la résistance passée et la décline aussi au présente dans sa lutte contre l’Allemagne sur les conflits sur les dettes croisées mis sur le devant de la scène. Cette posture gêne l’ensemble de la classe européenne, déjà segmentée par des désaccords sur les sanctions russes. Comment justifier les étranges rapprochements entre des pratiques anciennes et nouvelles que la presse de propagande accrédite sans hésitation tout en clamant sa liberté de penser. Un double discours orwellien s’expose à nouveau bien trivial pour ne pas être repéré. L’illusion devient ainsi à nouveau une catégorie européenne et un moyen de recréer des empires. Cette récurrence marquent l’histoire.

Ce que démontrent les analyses historiques est que le répertoire d’idées et de pratiques dans lequel puisèrent les nazis experts en imagination est bel et bien profondément européen, et plus précisément euro-colonialiste. La différence est manifeste, alors que les puissances européennes traditionnelles telles que la France ou la Grande-Bretagne ont cherché à se construire des empires vers l’outre mer, l’Allemagne elle a tenté de coloniser l’Europe, n’hésitant pas à mettre en application au sein de l’Europe des pratiques duales : un double système juridique, un double statut, les citoyens de plein droit et les autres. L’Allemagne ravive avec l’aide des instances européennes au XXI siècle, une nouvelle version de ce dualisme au coeur de l’Europe.

Les Grecs sont parmi les premiers et les plus avisés à dénoncer le procédé. Ils ont réussi à remettre en cause le régime politique imposé chez eux au nom de la dette et sa traduction dans le mémorandum d’austérité. Ils donnent ainsi à voir et à comprendre aux autres européens le destin qui se tissent. Les populations de l’Europe vont progressivement se réveiller et se demander pourquoi les droits du travail, de la protection sociale, les rémunérations, le sens de la vie et de la mort n’ont plus la même signification pour les allemands et assimilables et les non allemands, dans bien des régions de l’Europe mais aussi en Allemagne. Chaque pays sous austérité réalise parfaitement que des saignées sociales, humaines aussi symboliques soient elles ne permettent pas à la dette financiarisée, telle qu’elle est inscrite dans les comptabilités européenne, de se résorber. Les transferts de revenus sont à faire à l’infini…et au profit des mêmes élites. Au nom de quel principe européen les contribuables européens doivent une nouvelle fois sauver les finances allemandes de la banque route comme en 1953 (10)?

Les élites d’hier et d’aujourd’hui  (11) ainsi que leurs chiens de garde s’acharnent à oublier que les peuples arrivent à mettre leur grain de sable dans l’histoire, parfois !
Ainsi le printemps 2015 pourrait être celui de la libération et non celui de l’affirmation du totalitarisme en Grèce et en Europe suivant le diktat du propagandiste de «Das Jahr 2000»….dont la triste mémoire ne doit jamais devenir «un lointain souvenir»
La résistance du grain de sable!

IMG_0172
Notes :
(1) cf. Panagiotis Grigoriou, « Européisme et nazisme… Das Jahr 2015»,  posté sur le blog Greek Crisis en hommage à l’écrivain grec Yórgos Ioánnou.

(2) Le FMI vient d’accorder un prêt de 17,5 milliards de dollars au gouvernement Ukrainien et les instances européennes doivent compléter le financement à hauteur pour arriver à un total de 40 milliards de dollars sur les années à venir. G. Soros, qui avait fait campagne pour une aide de 20 milliards rapidement, a finalement bien été exhaussé….L’argent est en partie à trouver en pressant les Grecs à rembourser les aides octroyées aux anciennes autorités grecques qui avaient accepté de venir en aide aux banques européennes tout en portant au débit des populations grecques (via l’instrument du memorandum) les sommes en question. La règle du règlement de la crise en Grèce comme dans les autres pays européens est que les contribuables s’acquittent des dettes des banques prises au piège de la crise financière.

(3) Mazower, Mark. 2008. Hitler’s Empire. Nazi rule in occupied Europe. London: Penguin Books.

(4) Mark Mazower, Military Violence and National Socialist Values: The Wehrmacht in Greece 1941-1944, Past & Present, No. 134 (Feb., 1992), pp. 129-158

(5) Michael Pettis écrit : «To give a sense of the sheer size of this payment, usually referred to in the literature as the French indemnity, this was equal to nearly 23% of France’s 1870 GDP. Germany’s economy at the time, according to Angus Maddison, was only a little larger than that of France, so Germany was the beneficiary of a transfer over three years equal to around 20% of its annual GDP. This is an extraordinarily large transfer. I believe the French indemnity was the largest reparations payment in history — German reparations after WWI were in principle larger but I don’t think Germany actually paid an amount close to this size, and certainly not relative to its GDP.»
M. Pettis cite : Michael B. Devereux and Gregor W. Smith, “Transfer Problem Dynamics:Macroeconomics of the Franco-Prussian War Indemnity”, August, 2005, Queen’s University, Department of Economics Working Papers 1025 et Angus Maddison, L’économie mondiale. Une perspective millénaire, , éd. OCDE, 2002, 400 p

(5)Yórgos Ioánnou a publié des recueils littéraires intitulés “Thyssanoi” au moment où en Grèce il y eu un débat très violent opposant les artisans (et partisans) de l’intégration dans le CEE (devenue effective en 1981), et ceux qu’on n’appelait pas encore les eurosceptiques.Yórgos Ioánnou en était comme aussi le poète Odysséas Elýtis (Prix Nobel de littérature en 1979), et les compositeurs, Mános Hadjidákis et Míkis Theodorákis. Quelques extraits traduits du grecs par Panagiotis Grigoriou
C’est un jour maudit, je le considère ainsi en tout cas, ce 21 décembre 1978 où, soi-disant, nous avons réussi notre adhésion en qualité de membre à part entière au sein de la CEE. Nous le regretterons très amèrement c’est certain, sauf qu’il ne nous sera plus possible de nous en défaire. Les liens économiques sont encore plus solides que les alliances militaires, entre les pays. (…) Ces affaires ne sont pas faites pour nous, elles ne s’accordent guère avec notre histoire, ni avec le caractère de notre peuple. Ni même, avec la situation réelle de la Grèce en ce moment. Nous serons effacés en tant que pays, en tant que nation. Et ce n’est pas parce que d’autres perspectives ne sont pas suffisamment en vue, qu’il va falloir nous engouffrer dans cette voie (…)

“Il ne restera plus rien dans le pays. Déjà, de voleurs sans scrupules bien de chez nous, très nombreux, et encore, certains malfrats internationaux sillonnent le pays pour voler des antiquités et des icones. Ainsi, les salopards et les fainéants, ont trouvé le filon pour s’enrichir facilement et pour s’offrir ainsi la bêle vie. Et tous ces esthètes, cette vermine, découvrent alors une nouvelle manière… de décorer leurs salons. Là, il va falloir taper très fort. Et j’imagine ce qui s’en suivra, depuis précisément notre… liaison avec la CEE. Dieu sait seulement… quelles ‘perles’ internationales, viendront-elles alors jusqu’ici, pour s’emparer de leur nouveau terrain.”

Je regarde ces jours-ci à la télévision ‘l’Holocauste’, ce film sur l’extermination des Juifs d’Europe. Son timbre mesuré est pour moi émouvant, ce même ton qui choque alors les plus jeunes. Sauf que je le trouve insuffisant pour évoquer toute cette horreur, telle que j’ai pu la vivre en 1943, à Thessalonique. En dehors bien entendu, des séquences authentiques et d’époque que ce film comporte. À l’époque c’était autre chose. L’horreur, sur toute la ligne. Autre chose, impossible à raconter: C’était en avril 1943, à Salonique sous l’Occupation noire.” (Yórgos Ioánnou, “Fylládio” 3/4, 1978-1979).

(6) Ces derniers, constituent en Grèce la caste liée au pouvoir clientéliste du PASOK et de la Nouvelle démocratie….l’équivalent des cliques libérales complaisantes avec l’instrumentalisation émotionnelle de la mise en scène de la mort Boris Netmstov. Bonne logique, lui aussi avait eu son heure de gloire au service des oligarques sans préoccupation pour la population. Celle-ci en majorité n’a eu que faire de cette mort de film hollywoodien et de «la Chute du Tombeur» comme l’écrit Inna Doulkina dans le Courrier de Russie du 13-27 Mars.

(7) Annie Lacroix-Riz (2012), Le Choix de la défaite, Armand Colin, et l’interview  (ici).

(8) soulignons que des bibliographies de ces personnages politiques et économiques ne sont toujours pas disponibles en français. Elles le sont aussi rarement parfois en anglais et essentiellement en allemand.
(9)Pour Heinrich Welsh, l’information en française mais aussi anglaise est plus que frustre.. Dans les pages en langue allemande un peu plus d’information cependant.  :

En 1931-1936 il est le représentant de la cours de justice allemande en charge de contrôler le référendum sur l’appartenance de la Sarre. Jusqu’en 1945 il fut procureur général de la Cour d’appel à Zweibrücken. De 1938 jusqu’à 1940 il fut à ce titre mandataire spécial du Reich pour la réunification de l’Autriche avec le Reich et de 1940-1945, chef de l’administration de la justice allemande dans la Lorraine occupée.
Dès les années 1934-1935 H. Welsch a dirigé la Gestapo à Trèves et rassemblait des rapports sur les activistes anti-fasciste de la Sarre pour transmission à la police secrète de l’Etat à Berlin. H. Welsch livrait des listes des acheteurs du journal « Neue Saarpost » (Hrsg. : Johannes Hoffmann), des listes de prêtres, des listes de fonctionnaires communistes de la Sarre. Ces renseignements ont été à l’origine de poursuites, tortures et meurtres.
Après la guerre de 1948 à 1957, H. Welsch a repris de nombreuses fonctions dans la région dont en 1950 la présidence du conseil d’administration des chemins de fer de la Sarre.

(10) Erhard se consacre à l’économie et fut un expert pour la politique économique d’intégration des nouveaux pays annexés par le Reich. De 1942 à 1945 il dirigeait l’Institut pour la Recherche Industrielle qui était financée par le complexe industriel allemand. Dès la fin de 1942, Erhard s’occupa des perspectives économiques de l’après-guerre. Son Memorandum en octobre 1945 a attiré l’attention du gouvernement militaire américain tandis qu’il commence une carrière politique au CDU. En 1947 il dirigea la commission d’experts sur les questions monétaires et financières de la Bizone britannique-américain et il a été en charge de toute la réforme monétaire qui a suivi. Il fut aussi chargé de l’administration économique dans les zones d’occupation occidentales, reprenant ainsi ses attributions précédentes mais sous une autre direction! Les archives indiquent que le service secret d’US le classifiait à partir de 1949 comme un membre «corruptible»…
(11) Paulo Batista, un des 19 (sur 24) membres du conseil d’administration du FMI (composante de la Troïka), a déclaré publiquement. “L’argent a été donné pour sauver les banques françaises et allemandes, pas la Grèce”.

 

Bibliographie complémentaire:

Jean-François Bouchard (2015), Le banquier du Diable, Max Milo, à propos de Hjalmar Schacht

João Mascarenhas Mateus, The Atlantic Community: NATO’s First Documentaries (1949-1957) Centre for Social Studies – UC Carlos Vargas, Institute of Contemporary History – New University of Lisbon

Laurent Obertone, La France Big Brother, Paris, Éditions Ring, coll. « Documents », 2015

Eric Zuesse (2015) Feudalism; fascism, liberalism and Economics, Published 9 Mar 2015 by WEA Books , voir The functions of the lobbying industries pour une présentation de l’ouvrage.