Peut-on l’écrire ?

2014-10-31

 

Peut-on l’écrire ?

 

Le constat que l’on peut tirer de l’analyse économique à l’appui des relations russo-européennes de l’année 2014, est que la guerre économique est au coeur de la guerre médiatique. J’en propose une démonstration analytique… Savoir si l’essence de ce travail peut être publié dans une revue de kiosque en France est une épreuve à suivre dans les prochains jours.

Résumer : L’économie se fait en effet aussi dans les esprits, les anticipations, la confiance sont des données clef de la dynamique économique. C’est pour cela que la guerre médiatique est avant tout une guerre économique, elle vaporise de l’incertitude et de l’indécidable pour les acteurs. L’heure de l’internet change la donne. Elle rend plus complexe et plus incertain le résultat car moins dépendant des armes financières. La «culture de l’immunité»(1) des élites mondiales est mise à mal par les exemples de la crise économique et financière et du récent épisode Ukrainien, entre autres. L’économie occidentale et les mentalités s’y crispent dans le déni de réalité. L’instabilité et le chaos menacent l’ordre mondial et amènent rapidement les autres pôles à mettre en forme des coopérations viables autour des puissances qui accèdent à la légitimité économique et politique dans les épreuves présentes.

 

Titre : L’économie au cœur de la guerre médiatique

La guerre est économique et d’une intensité plurielle, toutes ses facettes portent des enjeux économiques à décrypter progressivement. Déjà beaucoup d’observateurs ont développé la thèse de la Fin de l’Histoire  de Francis Fukuyama et la feuille de route tracée dans le Grand Echiquier par  Zbigniew Brzeziński: la stratégie de maîtrise de l’Eurasie de ses richesses et de ses peuples pour contenir la future menace chinoise.  Depuis les années 90, Zbigniew Brzeziński, conseiller de la diplomatie US nourrit ainsi la rhétorique de l’«exceptionnalisme» américain pour asseoir la pérennité de son hégémonie sur le monde. Cette vision aurait peut-être pu ouvrir un ordonnancement du monde graduel, rationnel et  beaucoup d’européens convaincus ont pensé qu’elle pouvait même être pacificatrice (2). Quant à savoir si cette doctrine a réellement guidé de A à Z la stratégie géopolitique des USA…ou si des dynamiques non pensées se sont emballées? Il faudrait interroger Zbigniew Brzeziński pour avoir son avis sur le résultat.

Je m’attacherai donc ici à analyser ce qui est bien visible pour un économiste consciencieux. Repérer les problèmes et leurs enjeux économiques pour mieux voir se dégager des lueurs d’espoir et garder l’enthousiasme nécessaires à la vie même si le constat est lourd.  Cette guerre économique est à bien des égards celle du chaos et de la rapine. Elle tente de se dissimuler derrière des habillages médiatiques pour contenir et maîtriser l’opinion. Quel réel et quelles perspectives derrière le mur de fumée ?

I La guerre médiatique est économique

L’histoire dira si la propagande en temps officiellement qualifié de paix a déjà été aussi forte ou si  l’attentat du 11 septembre 2001 a marqué un tournant radical. Les media fournissent ce dont l’économie contemporaine a besoin pour assurer le cadre du modèle de référence et de son fonctionnement (dollarisation) : des d’images (marketing) et des conventions (3). C’est à dire des caricatures supposées incontestables parce qu’incontestées. Citons pèle mêle une série d’affirmation à portée universaliste : L’Europe comme force de paix et de prospérité économique, le modèle économique néolibéral sans alternative, l’OTAN comme protection nécessaire contre l’agressivité de la Russie et de la Chine, La financiarisation  économiquement  bonne et efficace pour le développement l’économie et aussi l’idée que les sociétés occidentales, incontestablement démocratiques, avancent vers le progrès en remettant en cause les héritages dépassés.

Ce projet de communication renferme un conception de l’économie bien limitée comme a pu le démontrer le défoulement de la crise économique depuis 2007. Mais  le «sauve qui peut» sur le dos des peuples en boucs émissaires témoigne des intentions mais aussi de la panique. Eriger la Grèce et son peuple en destination privilégiée du tourisme de la procréation atteste d’une bonne dose de cynisme pour les protagoniste de la liberté (4).  La tentation totalitaire est bien d’avoir utilisé l’économie comme une discipline de manuel devant être imposée à la société. Les travaux de J. Habermas sur la communication offrent matière à comprendre la fascination et la facilité des ressorts de la mystification à l’heure des média mondiaux(5).

A l’heure du net

Cette guerre de communication entre dans une nouvelle ère avec une nouvelle dimension : l’internet lui donne des nouvelles profondeurs (réseaux et blogs) qui mettent en péril les forces de surface (média traditionnels). Des effets de feedback grâce à des donneurs d’alerte qui accèdent à la notoriété (6) créent les liens entre les profondeurs et la surface. La guerre médiatique devient ainsi plus compliquée, et les nouvelles batailles ne se gagnent plus avec les moyens habituels. BHL et  G. Soros en font l’expérience à leur dépend. Mais G. Soros pense encore que ce n’est qu’une question de moyens financiers à trouver pour réduire au silence tous ceux qui contrarient ses plans (7).

L’internet c’est «Ici Londres» en géant! L’appel à la résistance partout, capable de se déconnecter des contraintes financières et de l’intimidation, incontrôlable ou difficilement contrôlable même si la NSA tente… Le contrôle total c’est la paranoïa (8)! Peut-on imaginer le coût d’une surveillance totale, d’un contrôle militaire qui se veut de plus en plus en action partout? La dette US est déjà incontrôlable (9). Ce qui la rend possible et encore soutenable, c’est le privilège du dollar, monnaie de transaction mondiale.  J.M. Keynes avant sa mort avait mis en garde les bâtisseurs des accords de Bretton Wood sur la tentation mortifère qu’il susciterait : la possibilité d’émettre du dollar sans fin sans responsabilité vis à vis de la dette. Cette tentation de l’hégémonie totale par l’instrument monétaire et financier, quel pays pouvait ne pas être tenté de l’utiliser une fois à disposition ? J.M. Keynes avait compris et dénoncé en 19919 les erreurs du Traite de Versailles comme sources de drame au delà de l’économie ; il aurait été prudent d’écouter ses derniers conseils.

Continuer le business as usual dans les media à l’heure d’internet est une épreuve de force à fort effet de boomerang. L’information d’en dessous se diffuse car il n’est plus nécessaire pour publier d’avoir des fonds de contrats de l’UE ou de la CIA, d’être dans la bonne liste et non dans celles des étiquetés sur un sujet «pas porteur académiquement» suivant le vocable consacré. C’est en effet le qualificatif qui vous accompagnait quand vous vouliez travailler sur la transition en Russie hors des clous : Etait-il établi ex-ante que le pays ne pourrait jamais se remettre de la médecine (thérapie de choc) qu’on lui infligeait qu’il n’y avait aucun intérêt à suivre le processus (10)…. Mieux valait témoigner de la convergence dans les économies européennes et pour avoir la cerise du gâteau,  montrer l’intérêt de voir rapidement tous les pays d’Europe centrale et orientale dans l’UE y compris l’Ukraine.

Avec internet, l’édition devient gratuite ou presque, seul le temps s’investit. La renommée s’établie avec la vérification des sources accessible et facilitée. La réputation se construit plus démocratiquement. Quand Libération s’acharne dans ses attaques sur notre centre de recherche français, le CEMI de l’EHESS que dirige Jacques Sapir, parce que la plupart des chercheurs ne se plient pas au diktat politiquement correct du journal et de ses sponsors, c’est Libération qui se discrédite et qui perd encore plus de lecteurs. Le malheur de la presse française s’explique par ces erreurs de casting permanentes. Un cercle vicieux de dépendance perverse s’installe, pour être soutenu financièrement, ils doivent fournir la partition imposée…mais dans ce cas, ils sont de moins en moins lu et ainsi ont besoin de plus en plus de fonds extérieurs pour survivre. Ce constat rencontre le souci énoncé en 1944 par le CNR (11) ,  d’assurer la «liberté de la presse, son honneur et son indépendance à l’égard de l’Etat, des puissances d’argent et des influences étrangères». 

II La guerre économico-médiatique à l’épreuve du réel: 

La force de la communication est de mettre en forme des conventions : il y a ce qui est dit et écrit mais aussi ce qui entoure le langage, l’atmosphère, la mise en forme, la présentation du contexte sur lesquelles les conventions influent directement… Un locuteur, l’expert en l’occurrence, peut ainsi motiver un auditoire à accepter des propos et à les tenir pour rationnels parce qu’il semble fonder en raison la validité des normes (lutte contre l’inflation, indépendance de la banque centrale, efficience des marchés). Les conventions plus ou moins explicites servent à faire émerger une intersubjectivité auto-entretenue pour constituer une communauté idéale. En Europe, l’économie a servilement fourni l’argumentaire adéquat de la convergence obligée jusqu’à ce que le réel fasse grésiller le son du micro.

Les conventions ne sont pas atemporelles

Justifiant le modèle intériorisé du fonctionnement de l’économie, les conventions servent de guide à la chaîne des anticipations d’où procèdent les décisions d’investissement (financier, humain ou réel). Les logiques du monde économique global sont ainsi bien ordonnées mais ses liaisons avec l’économie réelle ont été occultées depuis bien longtemps. La théorie économique standard a permis de détricoter les liens dans les mentalités. La neutralité de la monnaie, les anticipations rationnelles, l’équilibre et ses marchés parfaits s’accordaient avec l’idée qu’on pouvait faire abstraction du réel et du temps grâce au principe d’assurance. L’humain aussi fut contraint, devenant un actif parmi d’autres, des unités de capital humain bien peu différenciable, une fois bien effectuée l’homogénéisation.

Pouvait-on croire que ces conventions étaient vraiment immuables ? Impossible d’ignorer qu’elles sont des lieux de compromis et de rapports de forces. Ces compromis évoluent dans le temps et dans les contextes…. Ainsi l’histoire économique n’a de fin que dans le monde irréel.

Les excès et les égarements des conventions s’affichent quand l’information biaisée alimente la perte de repères et brouille les décisions ou les rendent incohérentes avec le réel. S’en suit le chao !

L’exemple le plus révélateur fut fourni par la crise américaine des subprimes. Elle fut aussi une crise de la communication : au moment où chaque acteur s’est trouvé dans l’impossibilité de croire les évaluations, précipitant la signification dans le néant,  tout est devenu sans valeur parce qu’indifférenciable. La crise d’indifférenciation a précipité le système dans son ensemble dans la crise financière. La contagion de ce chaos à tout l’ordre financier et économique n’est toujours pas résolue. Elle est simplement gérée tant bien que mal à court terme au bénéfice du système financier et au détriment de l’économie réelle (poids de l’austérité sur les contribuables et désindustrialisation ; la menace du rebond amplifié est ainsi permanente…Chacun le sait!

Une société fragmentée

Face au discours économique de la «non alternative», -qui propage l’erreur de l’indifférenciation en Europe- la société se fragmente.  Aux clivages générationnels et sociaux accusés par la crise(12), les profondeurs différentes de la communication à l’heure du net, ragoutent de la fragmentation. Les gens éduqués à l’individualisme acharné et à l’hédonisme comme un acquis et un «droit divin» se contentent de la surface des choses faute de temps. En effet, par le repli individualiste, parfois aussi en raison de leur âge, l’asservissement à un système de santé aux promesses toujours plus salvatrice (13) emprisonne dans le narcissisme et l’hypocondrie. Jouir comme se plaindre prend en effet du temps!  A l’opposé ceux que l’information de surface agacent, déterre l’information du net en la transformant en acte de socialisation. Ils prennent part à une résistance contre les media standards et la pensée convenue pour faire émerger une autre vérité et un autre futur. S’y tisse une société des liens. Un «Nous» pourra-t-il re-émerger ainsi ?  L’enjeu est certainement là et il hante les élites établies, accrochées à un pouvoir économique branlant. Comment gagner encore un peu de temps et se maintenir. Quel pari faire quand on ne sait comment corriger les erreurs passées?

L’Ukraine champs d’expérimentation en Europe

L’Ukraine 2014 est d’abord une énorme erreur d’évaluation économique, l’inflexibilité d’une convention qui s’amplifie depuis près de 23 ans. Les experts n’ont jamais pu exposer la situation économique réelle. L’Europe entière a été prise dans son propre piège des informations tronquées et calibrées dans un contexte incertains en soutien aux IDEs (Investissements directs étrangers)(14) . Impossible d’anticiper convenablement, sur des bases ainsi faussées, échecs industriels et commerciaux, erreurs et chaos qui en résultent.

L’Ukraine de l’ouest laminée par des conflits politiques identitaires ancestraux, n’a très largement vécu que des revenus extérieurs et des transferts de l’Ukraine de l’Est, là où il restait encore un moignon d’industrie. Quelques clients (CEI) patients et coopératifs faisaient survivre le tout, dans un environnement de quasi-friche industrielle. C’est dire s’il en fallait du courage pour continuer à travailler dans ce panorama au lieu de rejoindre le rêve de cette Europe promises des loisirs sans fins (15). Entre la conception que dans ces espaces de pauvreté et de tristesse, l’environnement ne compte pas, et la volonté de transformer cette région en un immense champ d’exploitation du gaz de schiste, il n’y a eu qu’un pas pour Joe Biden junior (16) et ses associés.  Mais c’était aussi oublier les populations, leur vie, leur mémoire… Des vies simples, loin des idéaux hédonistes affichés en occident. Elles sont incompréhensibles du haut de la supériorité humaine postmoderne qui s’affiche libérée de toutes les contraintes de nature ou de morale, portée par l’aisance du nomadisme et de la mondialisation, reniant tout héritage… Le drame Ukrainien présent est le fruit de cette incompréhension tant économique que sociale. Il révèle au grand jour, celui qui se livre de façon plus assourdi, mais tout aussi violemment, dans l’ensemble de l’Europe(17).

Les élites ukrainiennes, les oligarques industriels ou ceux des holdings des terres riches de l’Ouest voient aussi l’expérimentation agraire d’un bon œil(18). Les cultures OGM sont contestées en Europe où veillent encore des gardiens de l’environnement. Pour eux la cistude d’Europe, le pique prune (19) n’ont pas de prix sinon celui d’être simplement là sur leur territoires ; ils sont parfois prêts à perdre la vie pour la dernière fleur jaune(20). Certes ce romantisme des temps anciens rentrera un jour dans l’ordre juridique et financier du traité TAFTA (Transatlantic Free Trade Area)(21). Il est en négociation secrète à Bruxelles, justement pour éviter tout débordement de l’information qu’il est si difficile de maîtriser.  La population ignorante (et parfois «illettrée») ne peut comprendre les subtilités de l’économie des experts… L’obligation d’efficacité fonde la supra nationalité des instances européennes et leur déni de démocratie. Si les gens ne sont pas contents, qu’ils vendent leurs biens et leurs terres et paient pour avoir une éducation pour aller ailleurs. Etre attaché à des valeurs, des lieux, des gens une identité est un anachronisme ringard… L’humain nouveau détaché de ses racines en tout genre, élevé par sa puissance financière, lui seul doit faire des petits ou en faire faire pour lui. G. Soros est un exemplaire emblématique, bien courtisé dans l’intelligentsia de Bruxelles(22). Sa dernière intervention largement relayée par la presse, réclamait 20 milliards d’Euros à l’Europe en soutien pour l’Ukraine, pour l’armer et la faire combattre…une œuvre de paix, avec en filigrane le sauvetage du casino Ukrainien et de ses amis investisseurs! Quand aux factures de gaz voilà aussi avec le chaos de la guerre, un bon moyen de les transférer sur les voisins Pologne, Hongrie ou Slovaquie qui tente de surnager dans la crise économique. Comme en Grèce…Plutôt le chaos que le défaut et les bombes ici en prime. Ensuite viendront les profits de la reconstruction, les privatisations des ressources… La liste est longue des expériences ainsi inspirées… C’est cette longueur qui ébranle les consciences progressivement et fragilise les conventions qui portent la logique économique et les espoirs de ces financiers encore aux commandes.

La stratégie de G. Soros va plus loin encore que les capacités des contribuables à sauver les banques et l’Euro une nouvelle fois. Avec le QE (Quantitative Easing) que s’apprête à faire Mario. Draghi, 20 milliards de plus ou de moins pour l’Ukraine, quelle différence, le moment est parfait. Même A. Merckel ne pourra plus s’opposer à la planche à billet. Impossible de dissimuler plus longtemps la panne de l’économie allemande et son sous investissement, -dues aux suppression des programmes d’investissement prévus par G. Schröder en compensation des restructurations du marché du travail-. Les entreprises souffrent en plus des sanctions contre la Russie (près de 10% de moins d’exportations vers la Russie) mais aussi du désastre économique ukrainienne. Bien peu des 4000 entreprises allemandes touchées osent encore incriminer le mauvais traitement subi. Le nouveau régime de Kiev a converti d’office tous les comptes en devises des sociétés en grivna dévaluée d’environ 50% et restreint la sortie des capitaux.

De ci de là des voies morales aussi s’élèvent pour révéler des compromissions et des hontes à venir (bombes à fragmentations utilisés contre les civils) alors que la presse occidentale tente de sauver la face en qualifiant de «romantisme» le goût pour les emblèmes nazis. Romantisme à Oradour sur glane et à Odessa, le mot est-il approprié? Un retour lucide à la mémoire est nécessaire assurément. Depuis plusieurs années avec les commémorations du 16 mars(23) au cœur de l’UE, le laxisme des instances européennes pourtant toujours si promptes à défendre les droits de l’homme, laisse perplexe : assiste-on à une nouvelle épreuve de communication pour faire passer  une nouvelle discipline «démocratique» si le besoin s’en fait sentir ? L’Ukraine une expérimentation à suivre?(24)

III l’effet boomerang déclenché à l’Est

La crise, les espoirs déçues du printemps arabes et de la démocratie à l’Européenne en Ukraine ont fait que peu d’observateurs sont encore dupes des agitations des étudiants en Chine? Difficile de porter la rhétorique de la paix mondiale par l’ordre hégémonique quand les têtes tombent de ci delà alors que par inadvertance les armes tombent du mauvais côté chez les coupeurs de tête de l’EI. Un mauvais coup de vents?  Que de soucis cartographique dans ce monde de l’hyper information(25). Les voix se font ironiques quand l’arrogance de l’incohérence s’affiche. L’intensité du réel avec ses chaos et ses violences donne l’opportunité de faire savoir que les positions acquises et les conventions économiques qui les portent sont à l’épreuve du temps. Les discours et les analyses fusent et se font les échos d’un monde en transition qui ose parler haut et fort et dire qu’il n’ont plus confiance dans l’ordre de l’après guerre froide.

L’escalade de la communication

La tribune de l’ONU avec son immense auditoire donnent l’occasion d’effets de communication qui portent par des discours qui tranchent. La Diplomatie russe y excelle avec  Vitali Tchourkine  et Sergueï Lavrov. C’est certainement la Présidente Argentine, Cristina de Kirchner,(26)qui a eu les mots les plus vifs pour fustiger les mensonges de l’impérialisme occidental en parlant du «terrorisme économique» en présence de Barack Obama. Ce dernier a présenté lui «l’agression de la Russie en Europe» parmi les principales menaces mondiales au même titre qu’Ebola et que les offensives des djihadistes en Syrie et en Irak.

A ce concert, Vladimir Poutine a ajouté un discours mémorable lors du sommet de Valdaï (27) à Sotchi appelant à un nouvel équilibre des forces pour maintenir ordre et stabilité face à le reproduction des mêmes erreurs comme si «nos partenaires ne cessent de marcher sur le même râteau»(28) Aux dernières rencontres de l’Organisation de coopération de Shanghai (OCS) de septembre 2014, Le président Chinois, Xi Jinping a symbolisé la coopération eurasiatique en parlant d’une nouvelle route de la soie, façon de rendre publique son entente avec la Russie mais aussi l’Inde qui va rejoindre l’OCS. Il a salué aussi plus récemment la création de la banque asiatique d’investissements dans les infrastructures, une structure comparable à la banque mondiale de Washington mais indépendante des centres de américain.

Une éthique économique affichée

L’affirmation de l’espace Eurasiatique est aussi au centre des préoccupations et des déclarations de l’académicien, conseillé du Président russe, Sergeï Glaziev. C’est en tenant compte du réel et non des utopies en tout genre (néolibérale ou communiste) et par des actions pragmatiques que la Russie peut susciter l’adhésion collective vers un projet économique dans le cadre d’un monde multipolaire.  Dans la transition contemporaine, la Russie doit défendre un modèle de développement économique : le conservatisme social(29) qui se fonde sur des valeurs eurasiatiques auxquelles sont très attachées une grande majorité de la population en Russie. Le conservatisme social de Glaziev aux accents familiers des politiques des 30 glorieuses tant en France qu’en Grande Bretagne, propose une synthèse de valeurs spirituelles, du «welfare state» combiné au paradigme du développement soutenable. L’harmonisation sur des valeurs fondamentales partagées par la majorité des cultures et des civilisations peut s’exprimer en terme de justice, de responsabilité dans le cadre de droits et de libertés humaines. Des mécanismes légaux peuvent permettre aux différentes confessions de participer à la vie publique pour résoudre des conflits de sociétés. Les instruments de la politique socio-économique doivent servir à neutraliser les tendances destructrices promouvant le chaos global sur la base de querelles identitaires. Celles-ci servent bien souvent à alimenter des conflits religieux et ethniques pour que se développent des guerres civiles qui embrassent ensuite des régions entières. La prédation procède de ces déstabilisations, les partenaires de l’Eurasie en voient les effets dans le monde actuel.

La promotion de valeur morale doit être affirmée pour restreindre la permissivité et le laxisme qui dominent les esprits des élites dirigeant les pays développés en les empêchant d’exercer leur responsabilité vis à vis de la société. Cette démission est responsable de l’effondrement des valeurs du «welfare state» acquis historiques au profit de postures néolibérales inégalitaires. Glaziev est un farouche partisan de la dé dollarisation de l’économie mondiale. Libérer les échanges mondiaux n’est pas suffisant il faut les rendre indépendants des décisions politiques américaines. Les avancées récentes rendant les échanges en Eurasie et au delà de plus en plus indépendants du dollar sont des pas décisifs dans l’organisation monétaire multipolaire.

Russie : isolement économique ou légitimité ?

Dans les années 80, le soutien aux moudjahiddines lors de la guerre d’Afghanistan, la campagne de presse occidentale antisoviétique et ses sanctions, couplé à la stratégie arabo-américaine de faire baisser le prix du pétrole ont contribué à disloquer le bloc soviétique. La tentation d’un «reset» en 2014 de cette méthode avec la précipitation de la presse occidentale pour annoncer d’avance l’isolement de la Russie, la défaite économique et politique du pays et les soulèvements populaires, est- elle un acte de raison?

La Russie de 2014 n’est pas l’URSS de1980

Assurément non, c’est en premier lieu le signe d’un oubli des contextes. A force de négliger et de dénoncer l’enracinement culturel et historique,-et l’expression du patriotisme-, le contexte se dissipe. Il reste ainsi des expériences qu’une impression superficielle, idéologique et imprécise pour guider avec raison les stratégies futures.

Dans les années 80, quel était le contexte sur le territoire soviétique ? Le pays était endormi par une chape de plomb médiatique et économique. Des media du mensonge et de la dissimulation accrédités par des élites (nomenklatura) profitant de l’inertie du système. Un monde endormi inertiel sous l’emprise du marchandage, privé de ressources tant monétaire, mais aussi en panne d’énergie populaire (30).

La Russie de 2014 est le pays de mémoire. Beaucoup de russes ont vécu les années 90 et se rappellent de cette société du désespoir vouée à la destruction industrielle et sociale (40% de la population sous le seuil de pauvreté), sans futur. Les jeunes étaient «vendus» à travers l’Europe en fonction de ce qu’ils pouvaient offrir (compétence, ventre ou service à la personne…).  Les souvenirs sont plus émus et fiers de l’épisode de l’Europe sauvée du nazisme par le sacrifice de 25 millions de personnes, -dont aussi beaucoup de grands parents des combattants «pro-russe» du Donbass, traités avec tant de mépris par nos média. La mémoire aussi de la Russie éclairant l’Europe de Voltaire et le destin européen. Celle des partenariats de l’espace régis par des gentleman’s agreements(31), dans la station spatiale internationale (ISS) où tournent ensemble américains et russes au côté d’un allemand.

En 2014, Plus de 86% de la population soutient le président de la Fédération de Russie et sa politique économique qui porte l’espoir pour le futur. Le redressement impensable de la courbe démographique est à son actif, visible dans les rues et inscrite dans les cœurs. La population ne craint ni sanctions, ni dévaluations (32), la consommation en baisse sur le premier semestre reprend depuis juin. Quelle dissonance avec les propos de Mikhail Khodorkovsky ou de G. Soros (33). Les sanctions personnelles qui frappent les russes sont des gages prisés de patriotisme, ils en tirent une légitimité pour parler au nom de ce peuple russe(34).

Les moyens et les ressources de l’état russes, sa santé budgétaire à faire pâlir les états occidentaux endettés, ses réserves en or et devises parmi les plus importantes du monde, ses fonds souverains peuvent lui faire passer encore bien des épreuves du XXIe siècle.

Stratégie de crédibilité

La Russie s’est aussi attachée à mettre en place une stratégie de crédibilité vis à vis de ses partenaires de l’Eurasie et des BRICS tout en laissant se révéler la menace atlantiste.

Déjà au sommet d’Astana en 2005 considérant la poursuite sans fin des conflits en Afghanistan et en Irak,  les membres de l’OCS ont mis directement en question l’impérialisme des États-Unis par une déclaration exigeant la fermeture des bases américaines sur le territoire de l’organisation.

Il faut lire la décision russe de ne pas voter contre la résolution 1973 sur la Lybie ou le refus d’envahir l’Ukraine malgré les multiples provocations,-et les combattants du Donbass savent qu‘ils en auront encore d’autres- :  bombardements des populations slaves, recours à des armes à fragmentation, assassinats barbares d’Odessa, accusations sans preuves à propos du vol malaisien….Tous ces sacrifices pour briser la convention et faire basculer le monde en affichant ses incohérences et ses anachronismes. Pour rassembler les pays d’Eurasie autour d’une ambition économique et non le renouveau d’un projet néo-colonial. Même si le partenariat oriental de la CE est présenté comme un rêve, en faisant le choix de l’austérité, l’Europe a perdu l’élan de se donner les moyens de faire de ce rêve une réalité. Le rêve a été dilapidé par l’hubris des élites et des banquiers pour sauver leur fortune de la crise mais aussi le veau d’or de l’Europe néolibérale : l’Euro. Pour les populations, chômage, pauvreté et violence hantent déjà les cauchemars.

Pivotement économique vers l’Est

En Eurasie la dynamique chère à S. Glaziev est enclenchée, J. Sapir confirme le «grand pivotement de la Russie»(35). Il était déjà sensible avant les événements d’Ukraine du fait de la persistance de la crise économique en Europe. Les partenariats avec la Chine et la Corée se développaient à grande vitesse dans les milieux d’affaires. La logique des sanctions et des contre-sanctions prises par la Russie en accélère les traits, économiquement elles reviennent  à l’adoption de mesures protectionnistes qui favorisent la production intérieure même si dans un premiers temps, elles perturbent les réseaux d’approvisionnement et sont cause d’un accroissement des prix. Cet accroissement se révèle de plus en plus momentané en Russie (2% au plus d’inflation). Le résultat commence à se faire sentir dans les résultats macro-économiques avec une relance de l’économie en partie liée à la substitution/remplacement des importations (facilitée par les sanctions et la baisse du rouble).

Pour compléter la relocalisation des productions, des investissements sont nécessaires. Les économistes attirent l’attention pour une réforme majeure de la politique monétaire afin de soutenir l’investissement. La demande, les capacités productives, technologiques et humaines sont là, il faut drainer correctement les ressources et éviter «l’off shorisation» (engagements reçus et donnés à l’étranger pour tous les acteurs de l’économie russe, mais aussi évasion fiscale). Il ne s’agit pas de bloquer à cette étape cruciale le dynamisme de la production industrielle et agro-alimentaire domestique à  l’heure où les sanctions et les substitutions d’importations s’ajoutent aux effets de l’accroissement des dépenses militaires (décisions de 2012-2013).

Les partenaires asiatiques se montrent aussi très présents pour diversifier les ressources financières, refinancer les prêts des entreprise russes contractés auprès des banques européennes. Des accords bilatéraux de règlements hors du dollars se mettent en place, la pratique séduit les partenaires des BRICS qui développent eux aussi de plus en plus leur marché vers la Russie pour se substituer aux produits européens dans des règlements hors du dollar. Tout avance à grand pas,  L’UEEA (union eurasiatique), la banque Asiatique d’investissement, le SPIMEX (marché des matières premières de Saint Pétersbourg), le FMI des BRICS, le grand marché de la route de la Soie, le pont sur l’Amour, les conventions entre universités, les partenariats d’entreprises, le train d’Helsinki vers la rive est et même pourquoi pas la proposition farfelue de le prolonger jusqu’à …New York. Tous ceux qui voudront participer à construire ce monde de demain sont déjà invités. Ils doivent à comprendre que c’est une ambition à somme positive : on gagne si le voisin gagne aussi et pas contre lui!

L’isolement européen dans la crise?

Les américains pourtant si soucieux de contrôler l’Eurasie, perdre rapidement toute crédibilité dans cet espace à cause de leur précipitation. Les agitations de Hong Kong ou Budapest

sont définitivement de trop et ajoutent un sentiment d’urgence signifiant que la crise financière est en passe de frapper. Alors que l’OMC meurt dans l’inaction et l’incohérence du fait des sanctions, Le FMI institution issue de Bretton Wood s’attache à conditionner des prêts à l’Ukraine à des possibilités de développement des OGM, défendant des intérêts privés oligarchiques ouvertement.

Les pays européens perdent des parts de marché mais surtout leur crédibilité à l’heure où la crise les frappe. Les Etats Unis vont tenter de s’en sortir à meilleur compte et à leurs dépens. Le maintien des relations d’affaire avec la Russie sur le terrain est manifeste. Apeurées par la menace des amendes infligées à la BNP par leurs alliés américains, les firmes européennes  interprètent les sanctions au plus large alors que leurs concurrents US adaptent à leur gré.

En Europe, la captation des fleurons industriels (Alstom) est en cours pour aider à la ré-industrialisation américaines…est ce l’enjeu de l’appréciation du dollar que de rendre moins coûteux le processus? Le Traité TAFTA avec la bénédiction de Bruxelles permettra d’asseoir les critères américains sur le continent, facilitant encore les changements de propriété. Dans le monde la multipolarité, les Etats Unis préparent des stratégies de compensation en Europe. Reste à savoir si elles sont viables pour l’Europe? Il n’est pas donné aux populations d’être consultées sur ce futur du moins pour l’instant.  L’Europe est encore enlisée dans ses conflits, ses impuissances et sa bureaucratie, elle se replie dans l’aveuglement de ses élites et de sa presse.

A l’aune de cette stratégie, la question de la livraison des Mistral (Vladivostok et Sébastopol) à la Russie se pose avec acuité. Donner à voir au monde entier que la France n’est pas un pays souverain et qu’en plus elle n’est plus capable n’honorer ses engagements… Son industrie militaire est une belle technologie et le fruit de recherche et d’effort français hérités de l’époque du Général de Gaulle et le pays est prêt d’un revers de manche à tout saboter de ce passé d’indépendance parce qu’il fait concurrence à son maître d’aujourd’hui. En conséquence, l’incertitude pèse déjà sur les hypothétiques ventes de Rafales. Effet d’aubaine  pour les US qui peinent à fournir les commandes des F35. Les problèmes techniques à répétition renchérissent les coûts et compliquent les essais et ont pour toujours fait voler en éclat le mythe de la convention qui l’avait lancé d’un « avion de 5ème génération pas cher » ! Le Rafale reste le seul concurrent occidental sérieux et en plus lui il vole !

Conclusion

La convention cristallisée autour du slogan de la «victoire de la guerre froide» et ses implications vers un modèle unique, la rhétorique de l’absence d’alternative inaugurée par Margaret Thatcher ont guidé la mondialisation. Elles ont formé des millions d’hommes d’affaire, d’experts dont la plupart sont désormais au cœur du pouvoir (37). Dans tous les pays, ils tentent d’y bloquent la réflexion et l’analyse économique. Ils savaient promis encore une fois à la Russie un effondrement économique et social…mais c’est encore le rebond, le surplus budgétaire, la balance courantes en gloire et les substitutions au importations qui stimulent l’industrie et l’agro-alimentaire. Reste un effort, celui de l’ordre financier à mette en cohérence avec les besoins d’investissement et de développement de l’Eurasie. La chance des sanctions sera de presser sur ce point pour revoir les positions acquises avec pragmatisme et responsabilité(38).

Les mêmes experts ont aussi voulu ignorer que le Le monde multipolaire était déjà là, depuis plusieurs années en formation et qu’il était une nécessité pour maitriser l’hégémonie US déstabilisante. Dans la surprise de la crise et des événements en Ukraine la prise de conscience se fait.

Les institutionnalisations s’accélèrent et la réalité des pratiques impose sa mesure. La manipulation de la peur n’y fera rien. Le monde de l’après guerre froide est terminé il faut bâtir le monde multipolaire de nos enfants : construire les infrastructures, les ponts, les échanges, les amitiés, sur la base de la culture humaine plurielle et du respect des peuples. Passer des droit d’un homme au droit des hommes. En acceptant de s’asservir, la rhétorique européenne droit-de-l’hommiste a fait honte aux textes fondateurs et aux valeurs qui y étaient défendues.

Les hommes d’affaires français rejoints ces dernier temps par leurs homologues allemands et européens ne s’y trompent pas, en prônant la poursuite vitale des coopérations avec la Russie. C’est une condition de viabilité pour l’Europe que ne peut continuer à opacifier l’enfumage médiatique. Le réel au cœur des grands groupes industriel européens, est-il là aussi en train de gagner la partie contre l’affairisme financier et la gestion financière qui ont prévalu pendant des années sur l’économie réelle ? Cet esprit hors du réel a laminé les peuples et désertifié les territoires de leur raison de vivre…Il est la source majeure des violences, l’exemple Ukrainien mystifié servira t il à éclairer les risques et la raison en Europe ? Un pays ne peut demeurer et prospérer sans le respect des peuples et des territoires. Une transition dans les mentalités s’impose ainsi que le retour sur le sujet de l’aménagement des territoires, développement durable avant l’heure. Alors seulement commencera le XXI siècle en Europe.

 

Présentation proposée de l’auteur : Habilitée à diriger des recherches dans le cadre du laboratoire du CEMI de l’EHESS, Hélène Clément-Pitiot vie à Moscou(39) et travaille actuellement sur un contrat de recherche de la FMSH et RGNF(40) sur les stratégies des entreprises françaises en Russie. Elle a choisi d’exercer le métier d’économiste en refusant à la fois le déni, la peur et les intimidations. Elle porte ainsi un regard indépendant influencé seulement par le réel et le terrain. «Esclave volontaire» du réel, elle considère cette critique d’une journaliste croisée en Russie comme un honneur. Pour elle, le parisianisme académique a comme horizon un trop petit Monde, elle revendique de son origine villageoise du sud de la France le goût «populaire» du vrai et l’impossibilité «émotionnelle» du faux semblant.

 

Notes :

 1 suivant le mot de E. Snowden dans un récent interview au journal anglo-saxon«The Nation Magazine», à Moscou

2 en suivant les prix Nobel tant pour les instances européennes que pour Obama lui-même.

3 Cf. Au sens de l’approche économique de l’Ecole française des «conventions»

4 quid de cette liberté avec des taux de chômage des jeunes de 65% et 80% pour les jeunes femmes…!

5 billet de mon blog Viableco «Viabilité au péril de la communication», fevr 2014 http://viableco.hypotheses.org/174

6 J. Assange, E. Snowden , et plus récemment le journaliste européen Udo Uflkotte. Avec son ouvrage, n°1 des vente chez Amazone alors qu’aucun media ne peut citer cet ouvrage.  http://french.ruvr.ru/2014_10_20/Udo-Ulfkotte-lAllemagne-nest-pas-un-Etat-libre-et-souverain-Partie-1-0274/

7 cf. infra

8 Même A. Merckel est/était écoutée

9 60 000 milliards de dollars selon la Réserve Fédérale de St Louis, 3,5 fois le PIB US. En comptant tout elle pourrait même dépasser la production annuelle mondiale totale!

10 Au diable les erreurs d’estimation et si personne ne comprenaient  que la Russie pouvait croitre de 6,7% en 1999 alors que le FMI avait fait des prévisions à -7%. Le principe est de ne jamais revenir sur les prévisions de l’année avant! Dans la cas contraire que dirait les experts qui ont prévu le renouveau de l’Ukraine depuis 23 ans ! Un pays pourtant parmi les plus riches et les mieux dotés de la CEI.

11 Conseil National de la Résistance

12 Les inégalités des destins se creusent.

13 article déjà existant dans diplomatie ? 

14 Pugilat sur l’économiste qui oserait sous entendu que le Bélarus s’en sortait mieux économiquement que l’Ukraine…ce n’était pas prévu dans les imposés du Tableau de Bord.

15 Les films mis en ligne par les universités dans le cadre des partenariats semblent plus à des publicités de d’agence de tourisme qu’à des supports de projets d’échanges académiques. 

16 Cf. Pierre Guerrini, Ukraine de l’est: Joe Biden Junior lance l’exploitation des gaz de schiste Mediapart, 28 juillet 2014 http://www.wikistrike.com/2014/07/ukraine-de-l-est-joe-biden-junior-lance-l-exploitation-des-gaz-de-schiste.html

17 David Stuckler and Sanjay Basu (2013)The Body Economic: Why Austerity Kills, Allen Lane

18 Agoravox souligne que selon un rapport de l’Oakland Institute , l’ouverture aux OGM de l’Ukraine est une des conditions des « prêts » du FMI, voir aussi Monsanto en Ukraine: Prêt du FMI pour l’Ukraine peut attribuer OGM géant un Backdoor dans l’UE http://fracturedparadigm.com/fr/2014/08/30/monsanto-in-ukraine-imf-loan-for-ukraine-may-give-gmo-giant-a-backdoor-into-eu/#ixzz3HSqnltZL  

19 Scarabée du centre de la France

20 Rémy Fraisse, victime dans cette guerre économique.

21 Lori M. Wallach, Le traité transatlantique, un typhon qui menace les Européens,  novembre 2013 http://www.monde-diplomatique.fr/2013/11/WALLACH/49803

22 Il a participé au «Global Briefing seminar of the Brussels-based International Crisis Group» et à présenter son dernier essai “Wake Up, Europe”, le 23 octobre 2014 

23 16 mars, commémoration des Waffen SS http://histoireetsociete.wordpress.com/2014/03/17/defile-sous-tension-danciens-waffen-ss-lettons-a-riga-et-realite-du-nazisme-dans-les-pays-baltes-et-le-contexte-europeen/

24  Amalgame exagéré?  Un clip d’extraits choisis tirés du film un film de 1972 de P. Tchernya et R. Gosciny avec M. Galabru et M. Serrault «Le viager» aident à mettre en perspective.

 https://www.youtube.com/watch?v=GTmUjNhgxY4

Voir aussi la Brigade Lituanie – Pologne – Ukraine (LITPOLUKRBRIG) intégrant l’Ukraine à des forces de l’OTAN. Est ce pour un prochain engagement en Ukraine? http://russia-insider.com/en/politics_ukraine/2014/10/29/12-03-25pm/polish_mercenaries_and_arms_flood_ukraine_media_looks_other

25 on se souvient du bombardement de l’ambassade de Chine en Serbie…une erreur de carte de l’OTAN aussi

26 dont le pays l’Argentine est attaqué par les lobbies financiers américains.

27 réunion annuelle d’experts économiques de la planète.

28 l’image avec  le râteau

29 Sergei Glaziev, The Threat of War and the Russian Response, Russia in global Affaires, 23 September 2014, http://eng.globalaffairs.ru/number/The-Threat-of-War-and-the-Russian-Response-16988

30 réserve  or et devise fond souverains, degré de liberté budgétaires importantes qui peuvent nuire à l’économie du pays mais pas la faire s’effondrer…ce n’est pas à la marge que tient la popularité de Poutine. Les sanctions sont une fierté pour la Russie, ce sont des sanctions contre le peuple russe. 

31 pour l’approvisionnement de la station suite à l’explosion d’ Antares, le convoyeur US

32 cf. Études du Centre indépendant, Levada en Août et septembre 2014

33 diffusés avec soins par le Monde

34Cf. l’interview dans Valeurs Actuelles de K. Malofeev, n°4062, 2-8 octobre 2014

35 Jaques Sapir, «Chine, Russie: le grand pivotement», http://russeurope.hypotheses.org/2954

36 Une partie du gouvernement de V. Orban est sous sanction américaine, interdit d’entrée sur le territoire US . Une première pour un allié de l’OTAN.

37 S. Glaziev le déplore aussi pour la Russie tout particulièrement du fait de ses conséquences restrictives sur la politique monétaire, la BCR fait plus de mal que les sanctions dans l’économie russe.

38 Baisse des taux de la banque centrale

39 voir interview de juin 2014 dans  La voix de la Russie http://french.ruvr.ru/2014_06_21/Vivre-en-Russie-une-lecon-d-espoir-et-de-resilience-pour-une-economiste-dans-le-reel-6435/

40 L’homologue de la FMSH (fondation des sciences de l’homme) en Russie.