Ukraine : cohérence et horreur économique

 

 

« Le monde ne reste jamais dans un seul état »

Cette phrase du 12e siècle d’un docteur de l’église au féminin, Hildegarde de Bingen (1098-1179) qui a été célébrée hier, 17 septembre, remet en question le diktat de «la fin de l’histoire» et des ambitions des néoconservateurs US qui tentent depuis plusieurs décennies d’en imposer le constat sur notre terre.

 

La question du changement, de la transition globale est bien celle qui se pose dans l’organisation économique contemporaine… Elle commande le droit à la vie et à la mort aussi.

 

Le souhait de l’inertie dans une monde financiarisé à l’excès -qui ne maîtrise d’ailleurs même plus ses excès- s’exprime par de multiples coups d’état (multicolores) et des agressions militaires ici et là. Ce conservatisme est soutenu médiatiquement par une rhétorique préfabriquée des droits de l’homme, devenue une véritable rengaine. Pour preuve de cette association paradoxale, les droits de l’homme sont défendus ouvertement uniquement là où les intérêts économiques occidentaux le requièrent. Rechercher une cohérence rationnelle éthique et morale est vaine : le double standard est de rigueur dans le discours officiel. La presse, en éternel chien de garde, oriente sur les sujets à aborder et ceux à taire… Quid des tortures à Guantanamo, des «experts»-combattants US en Ukraine, des bombardements aux armes chimiques sur les populations du Donbass, en passant par les armes françaises dont disposent les troupes de l’Emirat islamiste, coupeurs de tête avérés : autant de questions soumises à arrêts de rigueur… sanctions à la clef pour qui oserait!

 

La surveillance généralisée est aussi de règle avec la stratégie de la NSA et elle a vocation à s’amplifier en France avec le projet de loi «renforçant les dispositions relatives à la lutte contre le terrorisme», actuellement en discussion à l’Assemblée… En sortira-t-il une version française du Patriot Act légitimant la surveillance préventive?

 

Les donneurs d’alerte en matière de surveillance exercée par la NSA sont menacés de prison si ce n’est ouvertement de mort et doivent demander la protection de pays capables de résister aux intimidations occidentales. La tolérance à changé de camp semble-t-il. L’occident n’est plus terre d’asile pour les vrais dissidents du XXIe siècle, comme ce fut le cas au XXe : à l’Est du nouveau! Edward Snowden dont le Guardian a fait une interview dans l’été évolue en Russie incontestablement plus librement que Julian Assange fondateur de WikiLeaks cloitré dans l’ambassade d’Equateur en Grande Bretagne parce que la police britannique l’attend derrière la porte pour le livrer..! La liberté de vivre a un prix dans le monde occidental, un monde qui se croit libre simplement parce qu’il ferme les yeux une nouvelles fois sur ses «zones occupées»… Ces contrastes, sont certainement ceux que l’histoire retiendra comme conséquence du dévoiement de l’individualisme forcené, vecteur de cécité. La propagation de l’individualisme dans ses accents les plus libertaires est largement encouragée dans nos sociétés européennes occidentales en soutien au courant néolibéral et à ses politiques. Cette véritable idéologie économique a l’ambition de rendre tout marchand en donnant un prix à toutes choses…l’environnement et l’humain compris. Comme exemple d’application du principe en parfaite cohérence avec la doctrine il suffit de considérer la dernière innovation imposée par Eurostat à la mise en forme de nos comptes nationaux : le calcul du PIB (produit intérieur brut) devant incorporer une estimation du trafic de drogues et de la prostitution… Autant «d’activités économiques» donnant lieu à échanges monétaires et donc «création de valeurs»….et capable d’ajouter quelques points à un chiffre qui traduit malencontreusement les déboires de notre économie dans la crise. Désindustrialisation et chômage aboutiraient ainsi à de nouvelles affectations des services et des compétences… Au prix de quelques contournements moraux dont étrangement les défenseurs des droits de l’homme ne trouvent rien à redire par principe de liberté individuelle, cela va de soit!. Que nous réserve le futur de nos statistiques nationales : le prix d’un rein lorsqu’on estime en avoir un en trop, celui des morceaux de moelle osseuse qui comme l’on sait peuvent se régénérer? On peut ainsi imaginer que le prix du sang serait côté chaque matin sur les écrans Reuters avec accès direct sur nos iPhone… Et tout ça pour un monde plus assurément plus libre!

 

On sait combien cette tendance mis en œuvre au nom de principe qui s’affiche comme les plus libéraux, constitue un reniement paradoxal du vrai libéralisme dont l’américain J. Dewey se faisait le chantre avec pragmatisme. La réédition de son ouvrage « Après le libéralisme ? Ses impasses, son avenir » édité en français par Guillaume Garreta, nous rappelle que le libéralisme originel se fondement sur l’idée de ce qui devait libérer l’homme de toutes formes d’esclavage. Le néo-libéralisme tente lui de recréer des formes d’asservissement du travail humain, des mentalités et des psychologies et glissent inexorablement vers la marchandisation du corps et du sang… Serait-il incongru d’y voir une ultime symbolique et un dévoiement diabolique? De l’assistanat qui emprisonne le citoyen privé d’emploi à l’orientation des mœurs dès la maternelle tout est mis en œuvre pour rendre les individus uniquement réceptifs à la stimulation monétaire. La société se transforme en une société de «mercenaires» : les journalistes, les experts en première ligne…! Ainsi «mis en forme» l’individu isolé dans la jungle socio-économique va pouvoir être de plus en plus conforme au modèle de référence standard de l’économie qui mixe unité de capital et unité de travail sans friction. Des observateurs ne manquent pas de souligner que le processus a des relents orwelliens…

 

Quid de la fraternité qui décore encore nos bâtiments publics en France? Est ce un hors sujet que Regis Debray tentait encore en 2009 de faire revivre dans son essai : Le moment fraternité? Il y a eu réécriture symbolique assurément quand on voit le terme apparaître comme faire valoir d’une campagne publicitaire sur l’Euro…pour la vente d’Euro en argent auprès des services de la Poste et avec comme dessinateur vedette Sempé (cf : collection Sempé, Valeurs de la République Automne-hiver 2014). Le dessinateur associe comme il se doit pour enfoncer le clou, «fraternité» avec les deux autres symboles de la devise nationale : «liberté et égalité». Je ne sais si le peuple français va goûter de ces juxtapositions dictées par la culture postmoderne européenne dans le contexte socio-économique présent. En relisant aussi la devise de l’institution d’émission Monnaie de Paris : «ici on frappe la monnaie et les esprits», on ne peut qu’être frappé aussi…! La gouvernance deviendrait-elle cynique en faisant fi de sa popularité jusqu’à l’extrême? Les conséquences électorales de tels chocs assénés sur la population sans aucun égards ne semblent pas un souci majeur pour les élites aux pouvoir. La peur et l’envie matérielle sont le garant de la passivité populaire. Ils servent à discipliner les peuples et à faire rentrer l’individu dans les rangs sur «l’étal» du marché global. Les élites semblent en effet déterminées à mettre en œuvre tous les moyens pour arriver à leurs fins. «Fin de l’histoire» ou «solution finale», le discours a des ressemblances… ce n’est peut être pas un hasard!

 

Pour assurer la liberté d’accès des terres de l’Ukraine à la production des semences OGM (cf: Monsanto en Ukraine: Prêt du FMI) et du sous sols du Donbass pour l’extraction du gaz de schiste sans soucis de l’environnement et de la vie, le nettoyage ethnique s’est imposé comme une condition préliminaire pour fournir des résultats rapides. Un pays en faillite requiert des actions expéditives devait-on penser! «Ukraine, le retour des somnambules», titrait l’article courageux d’O. Berruyer publié (un peu à contre cœur ?) par le Marianne du 5 au11septembre 2014.

 

Doit-on déceler dans cette aventure ukrainienne une nouvelle forme de néo-colonialisme avéré? Ou pire une perte de mémoire des ressorts de l’histoire qui enseigne que ce qui semble nécessaire n’est parfois pas suffisant!

 

A cette étape où en sommes-nous? Les armés de Kiev, porteuses des « valeurs » sonnantes, trébuchantes et bombardantes des droits de l’homme n’ont pas réussi à faire place nette au fils du vice-président américain Joe Biden et à ses armées d’ingénieurs-prospecteurs du sous sol. Le Donbass s’est défendu pour sa terre, sa langue, sa culture, sa mémoire et surtout sa liberté. L’ardeur de vrais cosaques ne se compare pas à celle des divers mercenaires (cf. Dans World Review le Pr Stefan Hedlund souligne «foreign mercenaries back Kiev»), baltes ou polonais et les conseillers occidentaux n’ont pas réussi à faire combattre avec l’efficacité escomptée. Confronté aux macabres retours du front, le gouvernement de Kiev a du confirmer la présence au sein de ses forces de mercenaires étrangers combattant au Donbass. Ces unités d’élite ont tentés d’appuyer l’armée «régulière» dans une tâche bien problématique : à travers une «opération anti-terroriste», il s’agissait concrètement de faire évacuer la population d’une bonne partie de l’est pays et de le faire le plus vite possible. Les protagonistes avaient visiblement mal-évalué le recours aux menaces actives exercées sur l’armée régulière par les bataillons de Pravyi Sector et autres radicaux rassemblés par les oligarques de Kiev. Bataillons aux symboles nazis ouvertement affichés et aux méthodes incitatives qui ont pu être bien documenté dans nos films historiques. On me dira que :- «tout ceci est d’une autre époque!» Et je l’ai entendu effectivement avec comme argument que notre société serait bien trop évoluée pour cela…à l’heure de «l’Europe unie» qui prime?! Petite précision de contexte, les bataillons-contemporains en question glorifient la mémoire des troupes allemandes et de leurs mérites guerriers ce qui n’avait pas échappé à quelques observateurs en visite dans l’ouest de l’Ukraine en 2013 qui s’alarmaient de voir l’autre Ukraine, celle qui célèbre les SS et crimes nazis. Rappelons que parmi les hauts faits des divisions Waffen SS se comptent les crimes de guerre en Europe de l’Est mais aussi les massacres d’ Oradour-sur-Glane et de Tulle en France (Division Das Reich). Au final cette stratégie du nettoyage a effectivement mal tournée assez rapidement, l’armée régulières s’est progressivement décomposée, nombres des ses membres ont fuit en Russie ou bien sont passé aux «ennemie», qui se sont révélé plus proches compatriotes que leurs tortionnaires nazis. Le cessé le feu du début septembre est parfaitement bien tombé pour rassembler les forces ukrainiennes restantes et envisager le futur avec plus de pragmatisme. Gagner de temps coûte que coûte voir même remonter le temps….telle semble être la stratégie du président Ukrainien, Piotr Porochenko . Paradoxalement après des semaines de combats et des milliers de morts l’Ukraine est retournée à la situation préconisée par l’ex-président ukrainien Viktor Ianoukovitch en novembre 2013 qui avait soulevé les protestations de Maïdan: faire une pause et attendre un peu pour instaurer la zone de libre échange avec l’UE. Le contrat d’association signé avec l’Europe ne devra ainsi être appliqué qu’à partir de janvier 2016… Le retour au réalisme économique qui cette fois est accueillit dans le calme à Kiev, rend compte de la prise en compte effective des coûts d’adaptation que va supporter l’Ukraine dans ce partenariat avec l’UE sans que cette dernière ne puisse l’aider… Ignorer ce constat à la fin de 2013 ou le passer sous silence tenait soit de l’incompétence économique soit de la manipulation politique. Lourdes de conséquences est la cécité des experts. Peut-on parler de crimes inconscients, une nouvelle fois portés par une convention, celle de ne rien voir? Dans un brillant Interview d’août 2014 l’économiste académicien S. Glaziev) met en lumière les éléments issus des travaux de recherches menées à l’Académie des sciences de Russie qui on servi à alerter les observateurs vigilants sur la situation économique en Ukraine en perspective du contrat d’association UE. Malheureusement les experts occidentaux on choisi de pousser, sans filet, «l’esprit du partenariat oriental de la commission européenne» et ils ont choisi trop souvent de dénigrer ces travaux.

 

Les événements géopolitiques de ces dernières années nous ont habitués à une recrudescence permanente de l’orchestration de la violence. Il ne fallait pas y déceler de cohérence au grand jamais, sous le motif que les théories du complot manquaient de bienséance… à l’heure du monde libéré et de l’Europe unie : quel mauvais goût et quel anachronisme vulgaire…pire «populiste»! La réalité et les miracles du net révèlent progressivement ce qui devait être tu. Cela suffit à laisser transparaitre le doute sur les intentions bienveillantes des protagonistes de cette violence et des principes d’incitations qui la guident… d’où ce sentiment de plus en plus vif du «retour des somnambules» qui ne voient rien et n’entendent rien comme en 40!

 

Si le «Fuck the EU» de Victoria Nuland a marqué les esprits, ne nous y trompons pas ce n’est pas une posture de l’instant mais une critique ciblée ; elle doit être mise en parallèle avec les déclarations de Rumsfeld en 2003 comme le soulignait Jean-Pierre Chevènement dans sa rencontre avec les acteurs économiques français en Russie de ce 17 septembre 2014 à Moscou. D. Rumsfeld taxait la Vieille Europe d’immobilisme incohérent et anachronique selon lui, alors que la «Jeune Europe» était seule capable d’aller de l’avant aux côtés des USA pour éradiquer le tyran irakien… Peut-on se réjouir du constat a posteriori maintenant que la réalité à donné son verdict? L’Irak était bel et bien une aventure inconsidérée que la prudence de la «Vielle Europe» avait mit en lumière… L’honneur préservé alors de notre pays porté par la flamme de D. de Villepin peut encore nous donner l’espoir d’un sursaut toujours possible. Mais il se fait bien attendre… En effet, en dépit des réalités dramatiques qui donnent toujours plus raison à l’expérience des « vieux européens »… les élites de cette Vieille Europe semblent s’être couchées avec docilité alors que la crise économique commandait de revoir le modèle de développement financiarisé, mais aussi les orientations d’ensemble de la gouvernance mondiale défendue par l’OTAN. C’est un paradoxe que le recul de l’histoire et les archives du temps contribueront peut être a éclairer… Pour peu que les archives à long terme à l’heure des clouds, des disques durs et des clefs aient un sens?

 

Quelques européens résistent ça et là… Il faut toujours un début. On y retrouve des figures de la résistance éternelle comme la voix de cet ancien résistant grec, Manolis Glezos, qui est parti à 17 ans en 1941 à l’assaut du drapeau nazi flottant sur l’Acropole. Aujourd’hui, eurodéputé, il prend la plume contre un nouvel impérialisme qui ravage toujours plus son pays!

 

D’autres résistants plus ou moins de circonstances, propulsés en premières lignes parce qu’ils travaillent dans la coopération franco-russe s’exprimaient le 17 septembre devant le représentant de la diplomatie économique de la France en Russie, Jean-Pierre Chevènement. Dans cette coopération des savoirs et des milieux d’affaires évoluent nombre de jeunes français en quête de sens à leur vie, autre qu’un chômage de masse et l’assistanat programmé. Il est de tradition que cette coopération franco-russe soit battue en brèche par nombre de média et d’experts autoproclamés, on ne saurait que trop le rappeler. Les péripéties de l’année 2014 auront eu au moins comme impact de rendre plus visible par excès l’imposture des experts qui avait mis en œuvre le régime des sanctions antirusses avant l’heure en application du principe néo-très-con des frappes préventives… Certains acteurs de la résistance, une nouvelle fois aux cotés des russes, ont choisi de se rendre eux aussi visibles et d’exprimer leur incertitude qui paralyse toute action et tout projet dans l’indifférence diplomatique ou de son action trop discrète (?). Des coopérations de terrains de longues dates risquent d’être battues en brèche, avec de l’irréversibilité à la clef ; les concurrents chinois eux n’attendent pas… Ces français (cf. voir ci-dessous la lettre ouverte à F. Hollande) plaident pour le non alignement systématique de la France avec des accents gaulliens. Cet engagement s’associe au soucie de préserver les ambitions économiques et politiques pour notre pays d’un avenir, autre que l’horizon du tourisme et de ses retombées gastronomiques. Ils refusent de croire qu’un tel mirage américain peut  faire subsister un pays de 60 millions d’habitants dans la stabilité sociale requise. «Mistral gagnant» chante-t-on de Moscou à Saint-Nazaire pour conjurer le mauvais sort d’une perte totale de souveraineté de notre pays si d’aventure la France cédait aux pressions qu’exercent sur elle son plus puissant concurrent. Peut-on sauver la confiance quand la soumission s’expose…et que le Président Hollande a dans sa déclaration «diplomatique» ouvert la boîte de Pandore? Comment expliquer avec détermination la possibilité d’un double discours du gouvernement français de façon crédible ? Peut-on même y croire avec tant de lâchages nationaux à répétition auxquels nous avons assistés de la part des gouvernements successifs de la France : Arcelor, Alcatel, Alstom les lanceurs spatiaux sous peu….? et j’en passe chacun pourra complété à sa guise la liste alphabétique.

 

Il ne reste que 13% des français qui font encore confiance à notre gouvernement et à notre Président nous disent les sondages. Cette situation est largement compréhensible aux regards de la dynamique de dé-industrialisation, de chômage et de pauvreté en France au nom de valeurs européennes d’ouverture et de progrès? Progrès pour qui? Nous gardons l’espoir qu’une prise de conscience du Président est toujours possible afin que les français se sentent plus compris et manifestent en retour leur soutien.

 

Quel vertige quand nous côtoyons tous les jours des russes qui eux se rassemblent à plus de 85% derrière leur représentant légal et que nous tentons d’expliquer aux diplomates français que chaque train de sanctions, loin de faire vaciller la Russie dans une révolution blanche que le monde qui s’affiche libre et démocratique rêve, rassemble toujours plus les citoyens de la Fédération de Russie sous la bannière orange et noire de Saint-Georges : des «doryphores» que les ukrainiens les «banderistes» veulent exterminés, –un journaliste de la télévision Ukrainienne a appellé en direct à tuer 1,5 millions de personnes)-, avec l’aide des forces de l’OTAN pour rouvrir le champs de bataille de la seconde guerre mondiale…en croyant à leur revanche enfin possible.

Cette revanche ce n’est pas la notre! En tant que français nous ne pouvons pas oublier l’histoire. Dans le ciel européen, les russes et les français du Normandie-Niemen, y on vaincu les nazis pour nous et souvent sont tombés. Cette histoire là, ne se réécrira pas autrement!

 

Ecusson officiel Normandie Niemen à porter sur un ruban de St Georges !

 

 

 

PJ : Pour un engagement de résistance, cette lettre ouverte que des français propose à la réflexion de notre Président F. Hollande

Lettre ouverte

à Monsieur le Président 

de la République Française 

 

 

 

Monsieur le Président,

 

 

 

Vous avez décidé à la veille du sommet de l’OTAN des 4 et 5 septembre 2014 d’annoncer un report de la livraison des navires de classe Mistral à la Russie.

 

En tant que Français de convictions diverses mais tous passionnément attachés à leur pays, nous croyons devoir vous faire part de notre préoccupation et de notre profonde consternation à la suite de cette annonce. Elle fait suite à une série d’événements qui à force d’enflammer les esprits ont brouillé certains repères. A fin de clarifications voici les motifs à l’origine de notre désaccord et qui nous poussent à vous écrire :

 

– les accusations portées contre la Russie sur un engagement militaire direct dans l’Est de l’Ukraine ne s’appuient sur aucune preuve formelle publiée, et n’ont jusqu’à présent pas été confirmées par l’OSCE. Ces accusations occultent le fait que l’on est bien en présence d’une insurrection et que le gouvernement ukrainien y a répondu par un usage de la force et de la violence clairement disproportionné ;

 

– quand bien même on voudrait se ranger du côté des plus soupçonneux, les dernières informations relayées par la presse font état d’une présence russe supposée de l’ordre de 1000 hommes ! Avant de prendre une décision si lourde de conséquence il conviendrait de soulever la question de savoir ce qu’il en est des forces étrangères dans le camp opposé, ce qu’il en est du rôle que les unes et les autres ont réellement joué dans le déroulement des événements et d’exposer en détail le résultat de cette analyse pour dépassionner le débat. En tout état de cause, cela ne remet pas en question le caractère insurrectionnel des opérations et l’urgence à favoriser tout ce qui peut concourir à un plan de paix ;

 

– il n’est pas acceptable que des états exercent une pression sur la France, état souverain, ni que la France cède pour des raisons d’opportunité et non de principe ;

 

– on attend toujours en vain plus de lumière sur d’autres dossiers connexes comme les snipers de Maidan, le massacre d’Odessa, le vol MH 17 et plus récemment la mort du journaliste Andrei Stenine.

 

Votre déclaration vient à l’encontre de déclarations précédentes et qui assuraient la constance de la position française. Elle pose donc le problème de la signature de la France. Ce revirement de position causera un tort durable à la crédibilité de notre diplomatie alors même que son rôle pourrait être celui d’un apaisement dans la crise ukrainienne. C’est faire le jeu de ceux qui ne veulent pas de plan de paix.

 

Une suspension de la livraison des navires aura un impact immédiat désastreux sur l’économie et l’emploi en France, bien au-delà de ce seul contrat. A plus long terme elle aura des conséquences sur la crédibilité de l’industrie française en général. Ceci vient en contradiction flagrante avec les déclarations qui disent vouloir soutenir la « compétitivité » de notre industrie.

 

Nous comprenons fort bien que dans le contexte géopolitique récent le contrat dont il est question ait été cause de pressions particulièrement fortes de la part de ceux qui se disent nos alliés. Mais il est douteux que céder au chantage soit de nature à alléger ces pressions.

 

Seule une déclaration forte et rapide avec un engagement ferme de livrer les navires pourra réparer ce que votre dernière déclaration a endommagé. Et seul le courage dont il vous faudra faire preuve pour cette déclaration pourra rassembler autour de lui un soutien large dont le notre, et ce quelles que soit nos opinions politiques particulières. L’enjeu dont il est question dépasse les querelles partisanes. Nous en sommes conscients. Nous espérons que cela est votre cas.

 

 

Dans l’attente, nous vous prions d’agréer, Monsieur le Président, l’expression de notre profond respect.

 

 

Le 17 septembre 2014