«Frame effect» : «Printemps Russe» des populations vs «reset» du plan Parvus

 

2014-04-02

Les manifestations populaires depuis plusieurs semaines en Russie ont témoigné de la propension des russes à manifester leur enthousiasme, une forme de «Printemps Russe» que nos experts en pronostic n’avaient pas envisagé.  Oublié le Russia blues annoncé par Renata Lesnik et Hélène Blanc dans leur ouvrage! Grande déception donc pour cette éternelle dissidente soviétique en France depuis depuis 1981 et pour cette habituée des média français et des plateaux télé qui se vantent d’avoir des informations de première main sur la Russie contemporaine.  A contrario «This is the Russia Time» comme le prédit Lada Ray : un festival russe qui se déploie cette année ; c’est ce que souligne cette étonnante géopolitoloque, dont le blog Futurist Trendcast est célèbre aux US, même parmi des académiques et dont le long interview « The Road to Moscow Goes Through Kiev » -long parce qu’il faut expliquer toute l’histoire, faute d’avoir un auditoire assez cultivé-, fait date.

 

Le bilan des jeux olympiques de Sotchi 2014 fut le constat d’une réussite totale en dépit de toutes les appréhensions : les plus réussis de l’histoire des JO d’Hiver selon Jean-Claude Killy qui dresse un bilan enthousiaste.  3 milliards de téléspectateurs dans le monde dont 5,5 millions de Français et 9 millions d’Allemands ont suivit la cérémonie d’ouverture.  Cette cérémonie comme aussi celle de la clôture a «rendu hommage à la culture russe dans sa diversité : littérature et poésie, musique, ballet et art du cirque, des domaines dans lesquels la Russie a influencé et continue d’inspirer le monde entier».

Même le très occidental Moscou Times dans son édition du 19 février 2014, a surpris tout le monde en publiant une page d’auto-critique à propos de la couverture des jeux de Sotchi dans la presse occidentale (How U.S. Media Misrepresent Sochi and Kiev) : «the recent tsunami of shamefully unprofessional and politically inflammatory articles in leading newspapers and magazines — particularly about the Sochi Olympics, Ukraine and, unfailingly, President Vladimir Putin — is an indication, this media malpractice is now pervasive and the new norm». Ce n’était qu’un début!

L’enthousiasme des JO dans la population russes n’a pas eu le temps de retomber que la situation Ukrainienne a rendu possible le retour de la Crimée en Russie. L’événement fut salué aussi par une très grand majorité de la population russe, en témoigne les manifestations de joie à travers le pays. Le vote favorable à plus de 96% des habitants de la Crimée, fut l’euphorie des urnes! Bien loin de la sanction des urnes que l’on vient de connaître en France.

Il y a juste 23 ans, un autre référendum avait marqué les esprits de la région, le 17 mars 1991. Il s’agissait alors d’une consultation pour rester ou non dans l’union soviétique. Les Ukrainiens avaient alors voté ensemble «  Pour  » le maintien de l’URSS à 71,5 %, tandis que 28,5 % de la population avait voté « Contre ». La doctrine de « la fin de l’histoire » avait alors choisi une autre issue pour le peuple Ukrainien…. instaurée par le coup d’Etat contre le Parlement à Moscou, dont on vient tout juste de réaliser, 20 ans après, qu’il avait été si meurtrier (300-500 morts). Un colloque intitulé «Un octobre oublié» a permis de refaire l’analyse de ce qui fut plutôt comme le propose Jean-Marie Chauvier un Octobre Noir 1993 ou la « Méthode Pinochet » en Russie. Notre mémoire et nos media nous l’avaient représenté comme la grande victoire fraternelle de la démocratie, nous en étions resté là depuis. Avec le temps seulement, les événements pouvaient se révéler à nos consciences médiatisées. Internet dans l’exemple présent en Ukraine pourrait remettre en cause ce constat.

Après 23 ans de tension et d’échecs économiques en Ukraine, le résultat du 16 mars 2016 est finalement assez logique et conforme à ce que le contexte historique pouvait laisser penser. Les criméens ont décidé d’en finir avec trop de frustrations et d’espoirs trahis.

Les manifestations de joie en Russie après le retour de la Crimée, qu’aucun média n’a pu dissimuler, étaient étonnantes parce que particulièrement vive chez les jeunes. Toute la population avait le sentiment profond de vivre un moment fort de son histoire. La popularité du Président russe qui avait déjà bénéficié de l’engouement des jeux de Sotchi retrouva ses niveaux les plus haut (80%). Les instituts de sondages affichent des chiffres à faire pâlir nos dirigeants occidentaux ; Ils sont eux tellement soucieux de complaire à des fonctionnements bureaucratiques qu’ils n’en comprennent plus leurs peuples. Il aurait ainsi été presque possible d’attribuer l’excitation et l’hystérie autour des sanctions contre la Russie à une irrépressible jalousie, où se mêlent incompréhension et blessure de l’ego.

Considérer ce contexte  avec suffisamment de distance et d’humour, c’est ce que propose le magazine Causeur . A la pointe dans la presse française sur le mode du réalisme critique et de l’humour  rafraichissant, avec son «Poutine me fait peur…», il met en avant une satyre de la pensée convenue sous la plume d’ Olivier Berruyer . Les analyses régulières dans le blog de ce dernier, les-crises.fr  rassemblent l’information sur la crise Ukrainienne avec la précision et la rigueur qui caractérisent cet actuaire, passé dans l’information contre propagande. C’est semble-t-il un  « chemin de sainteté » qui s’ouvre à lui si on se réfère au déclaration du Pape François. En ce temps de carême le Pape dénonce le pêché de « désinformation médiatique », les dérives manipulatrices et falsificatrices de certains organes de presse et médias audiovisuels. C’est contre cette même tentation du diable que s’attaque aussi Olivier Zajec dans Le Monde diplomatique d’avril 2014, «L’obsession antirusse»

«On ne change pas une équipe qui gagne» clame le dicton qui a ainsi éloigné les perspectives de remaniement au gouvernement envisagé depuis plusieurs mois en Russie à la suite des JO. Le premier Ministre Dimitri Medvedev est d’ailleurs le premier sur le terrain de la Crimée aux côtés de D. Kozak qui est depuis de nombreuses années l’homme de confiance de VVP pour la région Sud de la Russie. Il fut le maître de cérémonie discret des JO, mais bien en amont celui de l’organisation économique des nombreuses entités qui forment la région Sud de la Russie. Il a su contribuer à stabiliser les régions du Caucase, tâche qui fut de longue date signalée comme des plus complexes. Sa présente mission est consacrée au développement de la Crimée.

Dans ce contexte d’ambitions nouvelles, les media occidentaux rivalisent en anticipations de déboires économiques pour la Russie. Ils mobilisent les références au ralentissement de la croissance russe mais aussi à «la tarte à la crème» devenues habituelles, les fuites de capitaux. Dans un monde global où la Russie joue un rôle comme emprunteur et prêteur mondial de grande envergure sur le marché financier mondial et avec ses entreprises qui investissent dans le monde entier, cette obsession des «fuites» a depuis longtemps perdu le sens qu’elle pouvait avoir à l’époque Elstine (cf. Les “fuites” de capitaux en Russie au-delà des conventions comptables). Cette rhétorique permet de replacer les vieux effets de langage bien éculés, pour continuer à recréer dans les esprits, le mythe rêvé d’une Russie isolée du monde, qui  demeurerait à jamais unipolaire.

D’abord il faut bien mettre au clair les déterminants du ralentissements de la croissance Russe de 2013. Il y a d’une part des effets de surévaluation du roubles dont on imagine bien l’impact avec l’habitude que l’on a des effets de surévaluation de l’Euro… La nouvelle politique de change et le glissement récent du rouble permettent de mettre la Russie sur une trajectoire monétaire bien plus favorable à cet égard. Les problèmes de surévaluation monétaire  se sont  combinés à des faiblesses d’investissement. Contrairement aux idées reçues ce n’est pas l’investissement privé ou l’IDE qui a fait défaut à la Russie mais plus paradoxalement les investissements des gros groupes à forte participation publique. Ce constat est sans appel quand on précise qu’en 2013 les méga- entreprises que sont Gazprom, Rosneft et RZhD ont réduit de 20% leurs  investissements par rapport à 2012. L’origine de ses sous investissements des sociétés publiques est à chercher dans l’investissement étranger de ses firmes mais aussi dans des défauts de coordination d’ensemble….beaucoup de projets sont venus en phase terminale (Jeux de la jeunesse de Kazan, JO de Sotchi, aménagements d’Extrême Orient) et d’autres n’ont pas encore atteint des phases de forte intensité. La question qui se posait en janvier 2014 était celle de trouver rapidement des méga-projets pouvant se substituer aux programmes terminés. Le dynamisme du partenariat avec la Chine (dont les IDEs croient de +500% en 2013) était une première réponse avec la poursuite des investissements en Extrême Orient et sur la façade Arctique. Les perspectives qui s’ouvrent en Crimée sont dans ce contexte aussi bien venues.

Ce d’autant que se lève aussi progressivement une des contraintes responsables de sous investissement, la mise en réserves et le placement en titres américains. La menace de sanctions avec ses aspects affectifs et aléatoires ont permis de régler cette régidité.  l’Etat va investir son épargne en Russie plutôt qu’aux US ; dans le contexte encore, aucun économiste responsable et cohérent ne va  maintenant défendre le contraire.  Les projets en Crimée se mettent en place avec rapidité en matière d’infrastructures (routes, ponts). L’expérience des 2 ponts réalisés récemment à Vladivastok sera mobilisée pour l’édification du le pont reliant la Crimée à la presqu’ile de Kertch. Des aménagements énergétiques sont aussi prévus ainsi qu’une usine de désalinisation et comme il se doit, des équipements touristique. Là encore l’expérience des JO de Sotchi pourra être mise à disposition dans la lancée. Sotchi est à près de 300km du bout de la presqu’ile qui va relier la Région Sud de la Russie à la Crimée. Les russes voient dans cette multiplication d’opportunités une coïncidence et une mission providentielle.

Prenant le contre pied des dysfonctionnements à l’origine du tassement de croissance de 2013, c’est bien sous le sens de la cohérence que l’année 2014 se met en place. Cette cohérence s’affirme entre le dynamisme des enthousiasmes et des effusions de joie populaires et les premiers résultats sur le suivie de l’état d’esprit des entreprises et de la consommation par régions (étude publiée mensuellement par Rosgostrakh). Le moral des entreprises et des ménages connait une nette amélioration. Les perspectives du marché de l’automobile en sont encore boostées et la perception des risques de chômage encore en baisse (3,8%).

Sur le plan théorique cette confirmation va aussi dans le sens des travaux connus en matière d’économie expérimentale dans le cadre des analyses théoriques dans la lignée des travaux initiés par  D. Khaneman et  A. Tversky , maintenant qualifié de Théorie des perspectives. Les économistes ont mis en lumière l’importance de l’effet de cadrage dans la prise de décisions microéconomiques. Le phénomène prend ici une dimension plus globale qui va favoriser la dynamique macroéconomique en facilitant la coordination entres les priorités nationales clairement affichées, les décisions d’investissements à grande échelle et l’aménagement du territoire au niveau des régions.

L’effet des sanctions et de la rhétoriques qui les accompagne qui flatte les autorités occidentales et les lecteurs des média  officiels, ont en revanche renforcé chez les russes les sentiments de forte détermination et de mobilisation . Historiquement, la menace et l’agression révélées produisent dans la population russe des sursauts et non un situation de découragement comme l’espéraient les agitateurs de sanctions. Ces premières enquêtes sur le moral des acteurs économiques sont aussi relayées par le Levada center , pourtant peu susceptible de complaisance envers les autorités russes.

Les transferts financiers sont encore difficiles à mesurer dans leur totalité. Les réseaux des banques russes enregistrent des regains d’activité dont d’importants  rapatriements de fonds des groupes industriels.   La mise en place « spontanée » d’un nouveau système de paiement dont les sanctions ont offert une justification idéale devrait encore accuser le phénomène. Ils n’est pas sur que les flux induits iront dans le sens d’un avantages financiers pour les pays censeurs qui risquent de voir ainsi s’accélérer la dédolarisation d’au moins une partie des échanges mondiaux. Cette avancée va rendre vraiment possible le tournant dans l’organisation mondiale favorable à l’évènement d’une monde multipolaire.

La premier Ministre, D. Medvediev a appelé aussi les russes et les oligarques qui avaient pris l’habitude de passer leurs vacances à l’étranger de faire acte de civisme et d’envisager des séjours en Crimée. L’imaginaire de la littérature Russe et des fastes impériaux (cf. les_palais_de_Criméen_joyaux_architecturaux_de_la_peninsule) vont alimenter la curiosité et attirer ces nouveaux venus. Le dernier numéro du Courrier de Russie de mars avril 2014 qui titre «la Crimée de nos coeurs» répond en détail à la question : Pourquoi la Crimée est-elle si chère aux Russes ?. Rares seront les lieux de villégiatures estivaux qui pourront rivaliser. Rappelons nous que le russes avaient opté pour la Côte d’Azur chaque fois qu’ils avaient perdu leur terre de Crimée…un peu par défaut! La Crimée est maintenant plus qu’un lieu de rêve et de séjour estival c’est le symbole vivant du retour historique de la Russie. Pour s’en convaincre, il suffit de relire l’essai intitulé La Russie sous l’avalanche, d’Alexandre Soljenitsyne qui consacre un chapitre pour éclairer les relations russo-ukrainiennes. Dès 1998, A. Soljenitsyne explique que : « La position anti-russe de l’Ukraine est ce dont les États-Unis ont besoin » . Les autorités ukrainiennes accompagnent complaisamment l’objectif américain d’affaiblir la Russie et depuis 1998, cette dynamique c’est poursuivi finalement au détriment de la viabilité de l’Ukraine elle même. La pays est véritablement laissée pour compte, dans le rédémarage économique de la région, dans l’attente permanente d’un miracle européen. Ce miracle deviennent de moins en moins crédible depuis 2008 avec l’épuisement dans la crise en Europe de sa construction institutionnelle et monétaire. En dépit du délabrement de l’économie ukrainienne, comme l’anticipait le philosophe,  les  « relations particulières de l’OTAN et de l’Ukraine » se sont développées, ouvrant la perspective de la mer Noire à la flotte américaine. Et A. Soljenitsyne d’évoquer alors les manigances de déstabilisation à la mode de A. Parvus (un agent allemand infiltré chez les révolutionnaires) des l’années 1914-1915 : utiliser le séparatisme ukrainien pour réussir à désorganiser la Russie… Une commémoration que les instigateurs de  Maïdan comptent bien fêter en atteste le Coup d’État euro-américain en Ukraine partie1 et partie 2  ,  billets écrits par deux spécialistes de stratégie politiques en Suisse, Roxanne Zigon et Umberto Mazzei, Directeur de l’Institut de Relations Economiques Internationales Sismondi de Genève et publié par Realpolitik.tv.

 

photo à la une : La défense de Sébastopol” d’Alexandre Dejneka, 1942

 

Aussi à consulter :

République bananière d’Ukraine, épisode 8 | Realpolitik.tv > la géopolitique sur le net

Alexander Parvus & Russian Revolution 1 – YouTube