Du venin dans la rhétorique

Un article écrit en décembre 2012 sous le double titre «Le destin des européens est il de devenir allemands? Démystification d’une rhétorique économique», me semble devoir être publié à cette heure! Car une nouvelle cure d’austérité est annoncé aux portes de l’Europe dans un contexte dont le relans sont nauséabonds.

La construction européenne a malencontreusement ranimé des mécanismes de dissonance cognitive: la communication aux masses véhicule des mythes utiles qui laissent le champs libre à des experts pour être plus citoyens que d’autres au moyens de compromis et compromission garantissant la domination du plus fort. En fermant le débat sur le déferlement de la violence économique ces pratiques mettent à nouveau à mal la démocratie en Europe.

 

La dissonance cognitive

Le dialogue de sourd ambiant n’échappe cependant à personne. La Chancelière Allemande inspirée de l’imaginaire et des traditions conservatrices allemandes, fait de l’austérité l’unique espoir pour devenir disciplinés et «presque allemand». L’Instinct de survit pousse à interpeler ces trop rapides évidences en fouillant les sous entendus pour se méfier des mythes fabriqués.

L’Economie instrument de la violence en Europe

Les crises ont rappelé que l’économie est instrumentalisée ; les mythes qu’elle a contribuer à façonner ne sauraient rester des évangiles post-modernes.

Le mythe de la convergence : En Europe, l’apologie de valeurs abstraites qui prévaut avec une intolérance au débat et une intransigeance dans la méthode met à mal l’édifice institutionnel. La rhétorique économique de la convergence est l’exemple le plus probant. Chargée de justifier l’élargissement il en résulta une amplification «grenouillesque» de l’Union et de l’Euro. La méthode devait assurer l’irréversible de la victoire de la guerre froide et en finir avec les phobies du communisme.

Une bien étrange convergence due à la non moins fameuse «contrainte internationale», selon l’adage, s’est enfin révélée : convergence des l’intérêts des élites et asservissement des populations dans un univers sans dignité, faute de travail. Quel prix récompensa les bons élèves espagnols tant salués par les instances européennes? Une progression sans fin du chômage des jeunes (54% en novembre 2012) promesse d’un futur d’assistés ou d’un statut de «sous homme»? Les espaces des manipulations politiques sont infinis comme nous le prévoyait G. Orwell.

 

Le mythe de l’Allemagne, exemple économique en Europe

Dans l’Europe du mirage allemand contemporain, nous voyons émerger une Europe malthusienne qui a honte de ses enfants, et de la gêne qu’ils occasionnent… Marchandises ils deviendrons dans le vaste marché régissant flux de capitaux et flux humains. Les états «free riders» ont depuis longtemps ouvert le bal du désengagement vis à vis du service public (santé, éducation, recherche) et ils stigmatisent la «ringardise» de la protection sociale, jugée anachronique. Le futur citoyen du monde suivra le voix de son maître, le marché, au nom de la mobilité du travail et du capital. Ainsi se décline, la liberté du néo-libéralisme, avec en promesse la consommation sans satiété ni limite. L’unique alternative du monde qui vient sera-elle de prendre encore le train pour l’Allemagne? Nos grands parents prenaient le maquis pour éviter cet «esclavage institutionnellement obligatoire». D’autres conditionnés par millions voyaient dans les STO, la seule alternative pour échapper à l’extermination. La puissance du mensonge et du silence demeure  une arme authentique de destruction massive.

 

La mémoire instrument de démystification.

Le sérieux allemand en matière de gestion monétaire relayé par la flexibilité du marché du travail s’inscrit dans un imaginaire idéalisé, «the conventional wisdom» au sens de J. K. Galbraith.

 

Les paradoxes contemporains du mythe monétaire

Les rodomontades de Mme Merkel, en écho aux élites et à la presse allemandes drapées dans leur vertueuse réputation, interpellent les historiens qui savent que l’Allemagne fut le plus mauvais payeur du XXe siècle. Le «miracle allemand» repose sur les cadeaux de ses partenaires européens : l’accord de Londres de 1953 commença par effacer plus de 60% de la dette d’avant et d’après guerre de l’Allemagne. Cependant la dette de dommages d’occupation (80 milliards d’euros actuels) court encore vis à vis de la Grèce, mais l’Allemagne oublie. Des arrangements généreux (amortissements différés, prolongation des échéances, réinvestissement en Allemagne) ont pu satisfaire les exigences de l’Allemagne.  Ses remboursements annuellement devaient se limiter en valeur à 5% de ses exportations. S’ajoutaient des réductions d’intérêt pour que le pays vaincu ne soit  pas laissé à la merci de spéculateurs-joueurs ni de banquiers sans éthique… Un «miracle de générosité» européen permit à la RFA de se redresser économiquement. La réunification du début des années 1990 rétablit l’Allemagne comme l’économie la plus forte d’Europe. Ce soutien stratégique cimenta la construction européenne. 60 ans après s’écrit la fin de l’histoire par la démission devant les forces fantasques des marchés qui assignent à la jeunesse européenne une austérité infinie? A trop jouer avec le feu…le destin européen chercherait-il à s’y consumer encore une fois?

 

Terreur sur le marché du travail et mercantilisme

Le mirage des certitudes doit être dissipé: Le temps de travail annuel est de 40% supérieur en Grèce qu’en Allemagne! (En référence aux indicateurs établis de 2000-2012, l’OCDE ).  L’âge moyen du versement des pensions de retraite est comme en Allemagne entre 61 et 62 ans! Avec un taux de prélèvements obligatoires de 41%, les grecs sont simplement dans la moyenne européenne, pas moins.

A travers toute l’Europe des mensonges statistiques font des pays européens les bouc-émissaires des marchés. Soutenir l’exemplarité du modèle allemand assure la légitimité des élites pour discipliner l’Europe. Frédéric Lordon soulignait, dans le Monde Diplomatique récemment «on ne fait pas n’importe qu’elle Europe monétaire avec l’Allemagne, on fait la sienne, point barre». Le récent rapport de la Bundesbank sur la stabilité financière ajoute encore un paradoxe ; il montre les difficultés chroniques des banques allemandes dues à leur addiction au risque. Leaders dans la transmission de la crise des subprimes à l’Europe, elles n’ont pas été plus avisées avec leurs engagements spéculatifs en Espagne ou en Italie. Le mythe de la vertu sert à dissimuler  l’imprudence et l’incompétence. Au final, les peuples doivent payer les erreurs des financiers «vertueux». Des arrangements ingénieux comme en 1953 pour éviter aux pays les drames de l’austérité et la pression des marchés sont passés de mode. L’heure est aux paris, la faiblesses des taux sur les obligations allemandes à 10 ans (1,2%) traduit la certitude des marchés : L’Allemagne fera plier les peuples pour préserver ses banques. Qui ose encore louer l’aspect concurrentiel de ce casino? En dépit de tous les efforts de compétitivité de ses voisins l’industrie allemande poursuit sa dynamique cumulative et prédatrice. L’Europe du sud est irrémédiablement collées avec les dérapages des budgets publics. Les engagements hasardeux des acteurs privés (y compris financiers) ont dû être transférés au budget public pour éviter un effondrement systémique de toute la zone Euro. «Parce que l’Euro le vaut bien!» suivant l’adage politiquement correct.

 

L’Organisation internationale du Travail (OIT)soucieuse de promouvoir le travail décent dans le monde, a été l’une des seules institutions à réagir à la situation du marché du travail en Europe (cf. Organisation internationale du travail (OIT) , rapport annuel., janv. 2012). Elle met en cause directement l’Allemagne dont le secteur industriel, premier bénéficiaire des financements bon marché, a amélioré sa compétitivité par une déflation salariale. Le vieillissement de sa population combiné aux pressions concurrentielles exercées par le chômage élevé en Europe enlèvent à l’Allemagne tout soucis de productivité. Tant que la main d’oeuvre est soumise et mobile, la facilité prime sur l’exemplarité véritable. En toute impunité, la stratégie mercantiliste allemande remporte des parts de marché en jouant d’avantages comparatifs, qui grâce à la monnaie unique n’ont pas pu être amputés par des dévaluations. Malgré un prix à payer en terme d’inégalités et de chômage (cf. Gille Ardinat, «La compétitivité, un mythe, Quand l’Europe Impose son credo», Monde Diplomatique n°703, octobre 2012), les démocraties ont pris l’habitude de surfer sur le réel avec sur des interprétations superficielles. L’exemple allemand est certainement le plus aboutit en la matière. Qu’il développe une force d’attraction et serve d’instrument de terreur sociale, commande une attention particulière car l’Histoire s’est déjà jouée ainsi.

 

L’austérité  ou l’inflation : la part du diable?

L’hyperinflation allemande de 1923 symbolise la justification de la peur de l’inflation, Toute analyse et retour sur les détails de l’histoire seraient inutiles. L’imaginaire collectif a façonné le consensus chers aux institutions financières européennes et imposé l’interprétation allemande sur les sources du succès économique : une faible inflation associée à la stricte indépendance de la banque centrale. C’est donc sans débat, que les allemands «ont exigé» pour la BCE un degré d’indépendance au moins égal à celui de la Bundesbank.

Ce mythe de inflation comme mal absolue est habilement mobilisé dans l’intérêts des élites allemandes et repose non sur l’histoire ou l’économie mais sur une mythologie culturelle. Pour la nourrir. Jens Weidmann, à la tête de la banque centrale allemande a repris gaillardement la symbolique du Faust de Goethe, ranimant les terreurs inflationnistes face au danger des OMT (Outright Monetary Transaction) : le diable assure-t-il a révélé les secrets du pouvoir de la création monétaire à l’empereur, la mission suprême du banquier central est de préserver les nations de l’emprise diabolique. Pour ce faire, l’indépendance de la banque centrale est le seul garde fou qui protège la richesse et la valeur de la monnaie de l’action du malin.

Ce mythe littéraire a ancré une peur individuelle tenace chez les allemands : La peur de perte sa propre richesse comme le souligne l’enquête exhibée par un journaliste du Figaro qui insiste sur «l’expérience traumatisante de l’hyperinflation» (Figaro 65% des allemands craignent de perdre leur épargne en revanche il ne sont que 32% à craindre de perdre leur travail (Figaro flash eco- Reuter sept 2012) et son lien avec l’accession au pouvoir d’Adolf Hitler en 1933. La peur est ainsi rationalisée au plus profond de l’imaginaire européen par un déterminisme mortifère. L’hyper-inflation de 1923, puissance de frappe sans précédent serait responsable d’une successions de drames économiques qui ont fait arriver Hitler au pouvoir 10 ans après sans que rien ne puisse l’éviter.

 

Pourtant la thèse ne fait pas l’unanimité, des spécialistes(Jacques Marseille, « Le bonheur est dans l’inflation », chapitre 20 de L’Argent des Français, Perrin, 2010) à la lumière des archives nouvellement ouvertes, soulignent que c’est plus la vigueur de l’austérité qui est responsable de la montée du nazisme en Allemagne. L’instauration du malheur social facilite l’acceptation disciplinaire et le fascisme. Philippe Burrin montre que les déceptions politiques et les crises constituent des points de non retour et que la crise sociale et politique en France a cimenté la collaboration avec les nazis (Ph. Burrin « La France dans le champ magnétique des fascismes », p. 52-72, Le Débat, n° 32, novembre 1984). En regardant les chiffres en face le mythe se relativise. Hormis le risque de mauvais sort cher à Jens Weidmann, la seule crainte rationnelle de l’inflation se résumerait à un impôt sur la fortune, permettant une meilleure redistribution des revenus et des patrimoines. Jacques Marseille éternel provocateur, interprète ainsi, cette fameuse hyperinflation allemande. Les expériences d’histoires économiques dans de nombreux pays du monde (Europe inclus) s’accordent à la théorie économique en identifiant l’inflation à un impôt redistributif.

Ecartant la possibilité d’envisager les avantages que les pays européens pourraient tirer en terme de dynamique de développement, l’optique imposée par l’Allemagne est bien celle d’un pays vieillissant qui ne souhaite en aucun cas clore la partie du jeu du rentier obstiné et des spéculateurs avides. Cette stratégie relayée par les élites européenne sert aussi de garant des équilibres hiérarchiques en Europe et de la place de ses acteurs dans les institutions adéquats : le parti pris de l’inertie.

 

En prolongeant l’exploration historique pour mesurer la portée des mythes «financièrement utiles» la surprise est de trouver dans l’austérité le diable véritable. Jens Weidmann dans son rôle de Monsieur Thiers du XXIième siècle se soucient plus des gérontes que du futur de l’Europe. Il tente de passer sous silence que les banquiers centraux allemands nous ont montré qu’il peuvent aussi jouer la partition du  diable. «Le miracle économique» du IIIe Reich a été le fait d’une remarquable tournant financier, mis en place par un célèbre banquier central, Hjalmar Schacht. Depuis le milieu des années 20 il fut le relais des centres financiers anglo-hollandais et des industriels et mit aussi en oeuvre une stratégie édifiante de la peur. Cette stratégie pris place dans un contexte d’instabilité financière et de crises de la dette, étrangement évocateurs de nos repères contemporains: Depuis la fin de la première guerre mondiale, une crise rampante de la dette étranglait les pays européens. L’Angleterre et la France devaient rembourser les dettes de guerre aux Etats Unis, au moyen de l’argent qui venait des réparations allemandes. L’instabilité financière attira les élites financières en quête de gain immédiat. L’Allemagne captive des spéculations fit une manoeuvre spectaculaire dans ce contexte des rapports de forces économiques : un QE («quantitative easing») avant l’heure, source du drame ; H. Schacht fut celui qui mit un terme brutal à l’expérience en reprenant en main les finances allemandes à la fin de 1923. «L’équipe de rêve» déroula alors la déflation salariale et l’austérité drastique sur les populations.

En dépit des bonnes relations des financiers allemands avec les américains et les renégociations des dettes de guerre, la pression sur les populations s’aggrava toujours avec la poursuite de l’austérité. Le chômage et l’endettement se creusèrent par le jeu des mécanismes dynamiques de l’austérité que nous connaissons bien (baisse des recettes). Les syndicats étaient paralysés par le réservoir de mains d’oeuvre qui offrait des volants de baisse de coûts salariaux. En France et en Allemagne les dettes de guerres pesaient de façon concomitantes. Le risque de blocage des paiements en Allemagne paralysait les perspectives de remboursement des français et des britanniques. L’incertitude se propagea et fut un des éléments à l’origine du jeudi noir de Wall Street en 1929.

Alors que H. Schacht préparait les conditions de ses alliances et de sa prochaine reprise en main de affaires, la crise financière et sa contagion mondiale radicalisa  l’austérité, et la déflation salariale. L’effondrement économique qui en résulta permit l’ascension au pouvoir des protecteurs de H. Schacht. L’argument de la compétitivité de l’économie allemande -cible a-temporelle des politiques –  précipita le coût du travail à son niveau de 1913. La rhétorique et son corolaire la négation d’alternatives sont familières. Il y a une méthode obligée, même si on sait qu’elle induit toujours plus de malheur. Face à cette violence, le silence, l’intimidation l’arme contre les gêneurs, toujours! Récusant l’alternative salvatrice du Plan Lautenbach (parfaitement dans la ligne du futur New Deal de Roosevelt) les élites  prennaient d’autres dispositions. H. Schacht rassembla le soutien industriel et financier nécessaire pour assurer la nomination de Hltler. En poussant les événements avec le feu (incendie du Reichtag) le processus démocratique fut «accéléré». H. Schatch, banquier central puis Ministre des Finances en 1934,  provoqua raffermit encore d’un cran la discipline par l’austérité et la déflation salariale. La consommation des ménages chuta à son niveau de 1913. C’est seulement quand le pouvoir fut jugé suffisamment stabilisé et la population sous contrôle disciplinaire, que furent mobilisé les ressorts économiques pour accompagner les ambitions de conquêtes du Führer. H. Schacht, comme par miracle, assura le redémarrage par une relance massive de la création monétaire. Bel exemple que la monnaie peut mettre en action l’économie réelle (la production et les services) au moyen d’un taux élevé d’investissement. La productivité se renforcea et la prospérité revint. Suprême miracle, l’inflation elle-même fut évitée. La production doubla entre 1932 et 1938 et le taux de chômage passa de 44% de la population en 1932 à 12% en 1936 puis à 3 % en 1938 (Pierenkemper, T. (1987), ‘The standard of living and employment in Germany, 1850-1980: an overview’, Journal of european Economic History 16-1 pp. 51-73). Cette expérience, en confirmant les pronostics du plan Lautenbach, nous rappelle que la politique a le dernier mot sur l’économie,  souvent pour le malheur des peuples

Conclusion:

Les débats interdits aujourd’hui seront un jours ouverts par l’histoire ; Elle lèvera le voile sur les silences complices et les enjeux «supérieurs».

Alors que l’économiste n’est jamais coupable de ses excès, l’ingénieur ou l’anesthésique rendent des comptes, si le pont s’effondre ou l’opéré meurt! Un des seuls acquittements prononcés à Nuremberg, fut celui de H. Schacht qui a rendu possible la machine économique pour exterminer l’Europe. La guerre économique et monétaire est une alternative sans risque pour ses protagonistes, qu’aucun tribunal ou assemblée n’est en mesure d’entraver.

 

Pour ne pas baisser les bras, il faut emboiter le pas aux historiens contemporains qui explorent la fabrication du rapport social au passé, la construction et le statut de l’événement. L’historien P. Laborie (P. Laborie (2011), Le chagrin et le venin, Bayard.) tente une démystification à propos de la période de l’occupation en France. Il montre comment à partir d’idées reçues, se construit un discours convenu de la honte par les média mais aussi par les manuels scolaires : faisant des français, un peuple majoritairement enfoncé dans l’opportunisme et le soutien à Pétain sans nuance. L’historien décèle dans cette  construction de la mémoire des enjeux politiquo-économiques. Borner la Résistance à une mince élite, coupée du peuple pour accuser les communistes et les gaullistes d’avoir construit un « mythe résistancialiste » sert à nier la Résistance comme formidable mouvement social et politique qui déboucha sur la politique du Conseil National de la Résistance. Le programme du CNR mis en place à la Libération devient ainsi un des accidents de l’histoire économique potentiellement réversibles. Ce jeu de communication, en dépit des réalités économiques, facilite la rengaine de la honte vis à vis de notre modèle social et l’exemplarité allemande. Banaliser la collaboration pour briser les résistances!