Fracture générationnelle et incidence électorale

Le premier tour de élection présidentielle française de 2017 a été analysée avec originalité suivant une approche historique ( La France de Macron et la France des Plantagenets, ici le lien et aussi ) et une approche de  géographie des territoires (cf. Jacques Sapir dans Russeurope, Deux cartes et une élection et Les leçons du 1er tour ).  Ce billet de Viableco s’attache, lui, à fournir une analyse complémentaire à partir de données sur les flux revenus en longue période en France, en découpant en deux moments 60 dernières années entre 1950-2014.

Le texte « After the thirty glorious years » posté dans le blog économique anglo-saxon RWER, ici le lien , mérite notre attention. Il porte un regard distancié sur la situation économique et sociale en France entre ces deux tours de l’élection présidentielle. En voici une analyse commentée qui sert de point de départ.
« Le peuple français et ses politiciens continuent de débattre sur la manière de répondre à la fin de la période faste des «Trente Glorieuses». Cette période semble de plus en plus s’enliser dans l’histoire très ancienne du pays »….Parfois dénommée les «30 piteuses» « pour la plus grande partie de la population, elles ont été exceptionnellement glorieuses pour une petite frange des plus fortunées ».
Ce constat se réfère à un travail de recherche publié récemment par des économistes français Bertrand Garbinti, Jonathan Goupille-Lebret, et Thomas Piketty1 pour l’analyse des 2 périodes d’environ 30 consécutives.

Période 1983-2014

Entre 1983 et 2014, le revenu moyen par adulte en France s’est accru de 35 % en termes réels. Cependant, -comme ça ne nous a pas échappé-, cette croissance cumulée ne s’est pas répartie de la même manière sur les différentes composantes de la population…

Le graphique ci-dessus atteste de la disparité : Il rend compte de la courbe d’incidence de la croissance du revenu cumulé.

On note pour la courbe verte, une trajectoire croissante remarquable sur la partie supérieure de la distribution des revenues!
La croissance accumulée entre 1983 et 2014 est de 31% pour les 50% qui sont dans la tranche des revenus les plus faibles de la population, 27% pour les 40% suivant et 50% pour les 10% qui ont les revenus les plus élevés.

Il est à noter que la croissance cumulée est en dessous de la moyenne de l’ensemble,  jusqu’au 95ième centile de la distribution et ensuite elle s’accroît brutalement à 100% sur les 1% des revenus les plus élevés et encore 150% pour les 0,01% au top.

Cette évolution marque un enrichissement très important qui s’accumule sur les revenus les plus élevés et particulièrement sur une franche très étroite de la population.

Période 1950-1983

Le contraste avec la période précédente de 1950-1983 est particulièrement fort (courbe bleue).  Durant les «30 Glorieuses» Piketty et alii observe l‘effet inverse : la croissance en moyenne annuelle a été importante (3,5%/an) pour la quasi totalité de la population (95%), mais pour les 5% qui disposaient des revenus les plus importants, cette croissance a été plus de la moitié moindre que pour les autres.
Le retournement signale l’effet de correction particulièrement accusé qui a eu lieu dans la second période. Il est censé avoir corrigé l’effet d’appauvrissement relatif sur 1950-1982 des 5% les mieux lotis. La « compensation » cependant n’a pas été reportée sur les mêmes générations de Français, mais sur d’autres cohortes ; et c’est là que le bas blesse.

On peut ajouter une autre observation : la période la plus favorable à une relative diminution des disparités 1950-1982 va de pair avec une croissance d’ensemble beaucoup plus importante : près de 3,5% par an contre à peine plus de 1% sur la période suivante 1983-2014! Le contexte ayant changé, difficile d’en tirer une conclusion radicale…

Impact socio-économique et incidence sur le vote

Ces différents contrats entre les deux périodes clefs de la dynamique des revenus en France expliquent assez facilement les fractures générationnelles que l’on voit dans la population : Le clivage est net entre ceux qui ont eu une activité durant la période faste et ceux qui subissent chômage et difficultés professionnelles, se reportant sur leurs revenues dans la seconde période.
On peut avancer l’hypothèse qu’un tel clivage a joué aussi un rôle dans l’explication des votes au sein des classes d’âges de la population. Les classes jeunes «sacrifiées» votant massivement pour des programmes de changement par le souverainisme à droite comme à gauche. Les autres ayant bénéficié en leur temps du souverainisme des 30 glorieuses pour se constituer un patrimoine, ont pu gérer avec plus de degrés de liberté la période suivante. Ils ont ainsi mieux pu profiter d’options ouvertes par des politiques néolibérales 1983-2014 (ex. placements boursiers ou immobiliers). Point de surprise qu’ils préfèrent continuer dans la voie de l’accumulation personnelle disons de l’«égoïsme», l’individualisme de notre société aidant à la manip. L’inertie comme moyen pour se prémunir de l’inconnu pour les esprits les plus âgés accuserait aussi ce trait.
De tels clivages expliquent en particulier l’incompréhension entre les générations qui mine notre société. Dans le monde agricole elle se révèle de façon la plus criante. Partir à l’étranger n’est pas pour les agriculteurs -derniers bastions de défense de notre territoire-, une solution de survie bien envisageable… Alors c’est partir tout court qui explique les morts toutes les semaines…Ils meurent de solitude ; incompris, rejetés même par leur famille car soit disant «moins compétents ou travailleurs que leur père».  Ils sont les boucs-émissaires d’une économie qui tue leur travail2

Comparaisons internationales

Revenons maintenant à des observations importantes auxquelles se sont livrés les économistes du blog anglo-saxons RWER3: La caractérisation de l’évolution des revenus cumulés que nous venons de décrire n’est pas une particularité française, elle a été observée aussi en Grande-Bretagne (qui a voté le BREXIT) et aux Etats-Unis (qui ont élu Donald Trump).

La question qu’ils posent pour la France est la suivante : Au premier et second tours des élections présidentielles, comment les Français vont-ils voter ? Vont-ils, comme les Anglais et les Américains sanctionner la politique économique qui a généré 30 années de croissance «glorieuse» seulement pour les élites?
Les observateurs semblent ne pas écarter cette hypothèse…

La force des conventions

Cependant la communication des media aidant avec le degré de détermination qu’on lui connait, il semble bien qu’une majorité de votants français n’ait simplement rien vu, rien remarqué et soit prête à continuer cette politique d’enrichissement ciblé. L’illusion qu’ils font ou feront partis eux ou leurs enfants des nantis un jour, dans une logique de fuite en avant vers l’argent roi, est entretenue par les media, maîtres de l’opinion. La société triant les meilleurs…par l’argent, cela allant de soi, c’est dans la convention néolibérale diffusée dans toutes les structures éducatives et professionnelles.

Le défaut de réalisme dans cette logique est majeur. L’histoire n’est pas finie, la crise financière imposera tôt ou tard sa limite à la politique économique qui poursuit ainsi une course folle à la destruction de l’économie réelle, des entreprises, du travail et des territoires! Cette fois, ce ne sera pas que les contribuables qui seront sollicités fortement pour payer les pertes des financiers, mais les épargnants eux-mêmes voire les dépositaires d’assurances vie , c’est écrit dans une loi mise en place en janvier 2016 sous injonction des instances européennes.

Conclusions personnelles

La retraite infinie assurée ne sera alors qu’un leurre, un mythe que certains cultivent les yeux fermés. Un jour le réveil ? Mais il pourra être trop tard et personne alors sera là pour aider! En tout cas, pas les générations plus jeunes toujours en quête de travail ou parties à l’autre bout de la planète… Alors la logique du marché prévoit déjà sa solution, suicide assisté -non réservé aux agriculteurs- et l’euthanasie pour tous les déprimés.

Pardon de dire aussi crument, mais exercer une responsabilité de citoyen et normalement aussi d’économiste, c’est dire ainsi sans détours et répéter si besoin est, pour qu’on ne nous disent jamais plus : «je ne savais pas, je n’ai rien vu!».
Pour finir je m’interroge personnellement :
Thomas Piketty, économiste du programme d’Hamon, saura-t-il défendre les conclusions de ses démonstrations économiques avec cohérence ou sombrera-t-il dans le ralliement à Macron et la complicité avec ce qu’il a dénoncé ? Une épreuve certaine d’où on pourra voir si le courage existe encore un peu dans le monde académique en France ou si la peur fait faillir l’honneur comme en 40. Marc Bloch, l’étrange défaite, en guise de raison c’est le conseil que je me permets de donner4.

  1. B. Garbinti, J. Goupille-Lebret and T. Piketty, “Income Inequality in France 1900-2014: Evidence from Distributional Accounts”, WID.world Working Paper 2017/04 []
  2. En leur mémoire, une vidéo, «J’avais un rêve», a été faite pour mieux nous faire comprendre le sentiment d’abandon qui les mine, ici le lien avec la video []
  3. op. cit. []
  4. il est encore temps et voici le lien ici pour éviter de se mettre en marche dans le déshonneur, encore une fois ici un lien sur Viableco []