La boite noire économique pourtant au coeur des élections

Sous titre : Lettre à ma fille en ce premier vote, pour comprendre l’économie et ce qu’on nous en dit.

Un récent article de RWER, la revue d’économie réelle1 m’a inspiré des réflexions économiques pour éclairer nos considérations de campagne électorale en matière économique. Voici quelques thèmes qui s’enchainent pour mettre à plat la réflexion :

1- Marché, concurrence et morale
La rhétorique du marché a toujours une grande popularité auprès d’une bonne partie des candidats à la présidence, certainement un héritage des enseignements d’économie au sein de la prestigieuse Ecole National d’Administration (ENA). Fruit des enseignements économiques depuis plus de 30 ans, elle mérite ainsi une attention toute particulière dans le contexte présent. Il y est décrit des marchés tout-puissants qui assurent la liberté des transactions en gage d’efficacité. La dureté de la crise économique réelle, provoquée par des désastres financiers, n’a en rien altéré ce récit.

Il fut décidé que l’économie et la finance devaient être exonérées et que ce sont les êtres humains, en tant qu’acteurs économiques, qui doivent s’adapter et souffrir… Paradoxalement au nom de la modernité, du progrès et de la concurrence nécessaire au sein de la globalisation. A ce principe de globalisation a été attribué la légitimité de trier les perdants des gagnants sans compromis. Les droits de l’homme sont ainsi posés en termes bien paradoxaux, aussi dans la sphère économique.
Les marchés financiers dans l’ensemble des pays -certes à des degrés plus ou moins importants- ont pu disposer d’efficaces ressorts institutionnels qui ont permis de transférer la charge des déboires de mauvais paris financiers sur d’autres acteurs économiques. L’activité des firmes nationales et les budgets des contribuables ont été affectés directement. La charge imposée à l’économie réelle en chômage, désindustrialisation avec la faillite des entités fragilisées se donne à voir sur tous les territoires de notre pays.
L’argumentaire de la concurrence posé en justification du processus nous laisse ici sur la fin. Pourquoi certains acteurs économiques seraient protégés de leurs erreurs et d’autres subiraient en retour la charge? Cette réalité est en elle-même la plus terrible atteinte au principe de la concurrence. La théorie économique est formelle sur ce point, certains experts ont dû faire l’impasse.
Quand il s’avère qu’un acteur prend un risque sans avoir à en assumer les conséquences, l’économiste caractérise la situation comme porteuse d’un aléa de moralité. C’est en effet la moralité qui est en cause dans cette entrave à la concurrence et à la liberté individuelle, les économistes ne se sont pas là trompé de mot/maux.
Sans morale pas d’économie mais de la com!
Dans ces principes, même les plus libéraux et classiques, l’économie sans morale est une économie qui fait entrave à la concurrence, vole et pille les forces vives d’un pays. Les destructions de ses dernières années portent un témoignage manifeste des atteintes aux territoires et à ses habitants au nom de principes qui mystifient le sens des mécanismes économiques fondamentaux pour défendre des intérêts hors-sol d’une mondialisation agressive. Quelle légitimité à ces agressions, à ces guerres économiques? Un avenir meilleur pour qui? Telles sont bien les questions qui surgissent. Elles sont moqués par des experts officiels…avec le mot devenu si vil à leurs yeux de «populisme». C’est donc l’anti-populisme qui est prôné en vertu supérieure glissant dans la haine du peuple, de son histoire, de sa vie quotidienne. Ouvrir des brèches, diviser, opposer partout pour régner même dans le chaos, est-ce la stratégie du succès?
Tout dans la com, car l’économie dans cette situation, n’a aucune ressource plus ou moins rationnelle à offrir. Un sacré pari de com que de faire croire à la majorité (en soi le peuple!) que chacun sera parmi ces élites dont on leur vante le pouvoir et l’argent ; simplement parce qu’ils pourront lire les aventures « people » dans les journaux en déprimant sur leur quotidien à souhait… Jusqu’au coup de pousse de l’assistance à la mort. Un droit bientôt légitimé dans des textes de loi européens pour tous les pays. H. de Balzac nous avait laissé son roman, Peau de chagrin pour nous immuniser… Mais de nos jours lit-on encore? Il est facile ainsi de comprendre pourquoi on ne fait plus lire… La com marche mieux ainsi.

2- Hors de la com, l’économie réelle aurait du potentiel
Il fut pourtant un temps ou l’économie marchande et certains espaces de planification cohabité pour construire et reconstruire des pays… Des mots sont devenus des gros mots comme on l’a vu avec «populisme», «planification» a été aussi déconstruit de son sens. Il faut pourtant des plans et des projets globaux pour faire de l’aménagement du territoire. Se satisfaire de projets émiettés privés de cohérence et de structure faute d’infrastructure réfléchies, c’est accroitre le cout des activités de tous les acteurs économiques et en premier lieu mettre en péril leur sécurité. On apprend actuellement à se souvenir combien elle est précieuse mais fragile! L’économie d’un pays n’a jamais été un «bidon ville» de projets plus ou moins aboutis… Elle trouve son sens que dans un panorama cohérent de réseaux d’échanges entre acteurs qui se respectent au sein d’infrastructures. Cette cohérence n’est pas la main invisible du marché (au-delà du symbole) qui l’instaure avec une baguette magique, elle se construit.
La cohérence est le fruit de tâtonnement millénaire, de chocs, de destruction et de reconstruction, d’apprentissage. Et parfois pour gagner des siècles et éviter des drames comme la famine, les guerres de pillage des voisins, les Etat ont usé de procédés d’accélération mis au point par des économistes compétents et honnêtes : Ils ont fait ensemble pour le fonctionnement de l’économie : de l’aménagement du territoire.
Le Général de Gaulle inspiré de son savoir en matière de campagne militaire et de l’organisation de la résistance, a rebâti la France selon ce principe. De cette époque dates les fleurons de notre industrie et de notre savoir-faire industriel. Cette tournure de pensée fit le succès de notre reconstruction alors qu’au sortir de la guerre l’économie française en 1950 était à peine au niveau de celle de l’Argentine. Il fut ainsi un temps de succès et d’invention d’une économie capitalisme à la mesure de la France. Et la France fut grande de ce compromis entre marché et intervention. Dans ce temps, les économistes oeuvraient dans l’action pragmatique et le réel et non comme maintenant dans un repli sur de l’idéologie standardisée facile à déballer pour ne pas user sa peine. Pourquoi se laisse-t-on dire par ces incompétents que ce passé est révolu par principe car la CE ne l’autorise plus pour nous? Qui choisit qui a droit ou pas droit au développement? Ces experts?

3- L’eugénisme marchand : un concentré de folies humaines
C’est à partir de l’avènement du dogme de la fin de l’histoire que l’économie et les économistes ont ainsi réduits à l’impuissance pour ne pas dire à l’erreur… La discipline s’est figé dans une idéologie inertielle, un système clos développé à partir d’un modèle dit d’équilibre général. La discipline s’est plié à une religion de l’argent roi. Rien de nouveau dans cet éternel veau d’or qui revient quand les esprits faiblissent et que Satan s’y glisse. Avec la symbolique de la fin, l’équilibre en point final devait rendre compte de la victoire d’un modèle économique sur un autre et cela universellement et jusqu’à la fin des temps. Une prétention hors de la science, des incertitudes du réel, laissant hors de son champ d’analyse les effets dynamiques des mécanismes économiques. Il suffisait de rêver et de se laisser porter, l’âme est faible! Il en résulta un beau pot de glu pour la profession, un immobilisme paisible pour ceux qui aiment reposer ainsi. L’économie est devenu hors sol, assignée à un dogme fixe, servi à toutes les sauces de façon identique, dans chaque région et pays du monde avec détermination et rengaine pour être absorber dans ce grand tout de la gouvernance mondiale, centralisatrice de tous les pouvoirs….Rêve de l’humanité en marche ou cauchemar? La globalisation naquit ainsi ! Et y rêver fut une convention de principe. L’Europe s’y laissa facilement tenter par ses démons et y retrouva vite l’élan pour la promotion de la pureté idéologique. Le progrès l’exigeait, le monde l’imposait sans alternative. Etrange moment!L’Europe de la paix célébrait dans l’économie le retour à la rigueur dogmatique et non scientifique qui avait fait sombrer la biologie dans l’eugénisme mortifère et mortel des nazis ; On s’est aperçu par moments que la même hargne se retrouvait mobilisée pour contraindre et anéantir les peuples. Bien que le vocabulaire semblait différent, en place du vocabulaire de la biologie, fut mis en avant celui de l’économie, de la concurrence (sans regarder que les principes mêmes dans le cadre institutionnel en étaient faussés), une même convergence vers la division, la segmentation en a résulté. Les familles ne sont également pas épargnées, les territoires deviennent des déserts de désespoirs, d’autres des lieux de promiscuité immonde idéale pour propager la haine ; et partout le racisme social sévère du monde de l’argent roi s’est développé comme un instrument utile pour trier la société et former ses produits promis à l’efficience (tentation?). Les critères que même l’économie libérale estime amoraux sont décisifs pour accentuer la provocation et dégager ceux qui savent les manipuler, mentir et truander des autres attachés à des valeurs destinées à l’oubli.
La marchandisation, l’ubérisation du corps humain, le retour de l’esclave rythme à nouveau les récits de la victoire de l’humain sur la nature que les progressistes de l’eugénisme nous assènent à nouveau sous le vocable de post-humanisme.
Les êtres humains assignés à être des bandits pour ne pas finir loosers coupables car figés dans leurs racines, leurs histoires leur culture ne sont pas les seuls à souffrir… les territoires souffrent aussi par les dévastations morales, sociales et économique… L’Europe se disloque, que d’effort de com pour en cacher la réalité et pouvoir encore mentir? Le cauchemar de la violence quotidienne sous tous ces aspects…mais pour rester efficace, on doit s’y habituer et composer. Pour beaucoup il s’agit de se laisser faire, de se soumettre à la haine et d’en mourir directement ou indirectement. Un effort héroïque au quotidien pour anéantir l’héroïsme et tuer son pays! Cette décomposition Michel Houllebecq la donne à voir, dans son roman Soumission. Il s’inscrit ainsi dans un mode littéraire assez familier de notre culture française, ses modes et ses secousses du temps2.

4-L’amnésie du réel et le «compromat» méthodologique
L’amnésie économique face au réel est profondément ancrée dans des fondements institutionnels dogmatiques, des habitudes et des positions acquises. Une quarantaine d’économistes médiatisés assurent chaque cinq ans inexorablement l’impossibilité de faire autrement l’économie. Les media les présentent comme des forces de loi alors que ces spécialistes n’ont ni argument, ni penchant pour s’intéresser à l’activité économique réelle d’un pays.
Et même par entêtement, s’ils voulaient s’y intéresser, ce ne serait pour eux pas porteur académiquement… L’activité économique réelle appartient à un étage de l’économie qui intéresse que quelques personnes, des «has been». A un moment de l’histoire économique, on a tenté de l’identifier, on l’a parfois nommé la Meso-économie, sorte d’entre-deux entre la micro et la macro, les deux disciplines nobles et qui ont eu le bon gout de se laisser rassembler entre elles. Du fait de la construction théorique de cette convergence dans l’approche standard de l’économie, automatiquement «l’économie du milieu» a été oubliée, écrasée dans l’insignifiance…
Hors du cadre des recherches, de l’analyse, des rapports, des travaux d’experts mais pourtant elle est déterminante pour la vie des êtres humains. Les métriques des vivants et des économistes différent ainsi radicalement. Les uns sont dans le réel, ses chocs, ses incertitudes et ses chaos et les autres sont dans le plat, le lisse, le rationnel parfaitement prévisible (ou supposé l’être). Le monde de l’incompréhension a été ouvert comme la boîte de Pandore, tandis que la boîte noire de l’économie se refermait pour longtemps

A une autre échelle, si on écoute les professionnels, ils parlent de leur business, de ce qu’ils produisent et comment, de ce qu’ils échangent et vendent, de ce qu’ils construisent… Et de ça l’économie contemporaine proprement dite, celle qui se lit dans les signaux et des indices financiers n’en a rien à faire. Pourtant il importe aux experts financiers qui oeuvrent dans cette économie d’influencer les comportements et les avis des acteurs de l’économie réelle, de manipuler les tendances, les « trends » en guidant les orientations sur des «conventions de principe de bon management», «globalisation friendly». Il d’un travail d’influencer un «pseudo bon sens» qui n’est pas celui du réel mais seulement celui de la croyance. Les économistes et les experts sont devenus des hommes de marketing et de PR (public relation).
En matière d’entrepreneuriale, depuis plusieurs décennies, l’évolution réelle traduit une position marketing affirmée. Le concept de la «shareholder value» est défendu dans le monde des affaires, à partir de la convention que le business doit s’efforcer de favoriser la «liberté» des individus en rendant plus riche l’actionnaire pour l’inciter à prêter. Aucun argument différent voire complémentaire de gestion, d’investissement, de survie, de personnel n’est supérieur à ce principe de gestion financière de l’entreprise. La gestion financière prime sur l’investissement, la recherche, le savoir-faire, le patrimoine, le savoir…, l’identité et la vie même de l’entreprise. Ainsi se sont défaits sous des apparences rationnelles, des empires industriels pourtant prospères et prometteurs. Dans cet environnement mental, l’entreprise n’est qu’une entité administrative et juridique passagère, le fait que s’y concentration des savoirs, des expériences et d’autres richesses collectives d’une communauté n’attire en rien l’attention, parce que tous ces éléments ne sont pas des actifs marchandisables. Les détruire n’a pas d’importance monétaire car il n’y a en soi pas de perte de valeur de se priver de quelques choses dont la valeur n’est considérée que comme nulle…parce qu’aucun marché ne la régit!
Logique marchande réduit, détruit et ne reconstruira jamais ce qu’elle a détruit. L’humain et l’entreprises sont fragiles face marché dont le court-termisme les broie. Lui laisser le dernier mot dans une frénésie de Casino revient à détruire pas à pas tous les ressorts des activités économiques, les gens et les territoires.

Dans cette conception tirée par la microéconomie, piratant tout autre substance de l’analyse économique, il n’est plus resté un seul espace pour des considérations sociales comme aussi nationales. L’individu-marchandise a été mis en avant comme la seule perspective structurante de l’activité économique: un individu interchangeable, remplaçable par une machine ou un zombie si l’occasion se présente… L’horizon s’est ainsi aplati comme l’économie théorique, en imposant au réel son moule.
Le «compromat»3. méthodologique montre ses limites, ses failles et ses dangers à chaque niveau de l’activité économique. Pour les entreprises, maintenir un savoir-faire comme aussi accroître les capacités productives par les savoirs et la vertu a du s’effacer devant la somme des intérêts individuels. Intérêts individuels que l’on sait de surcroit en lutte constantes entre eux, provoquant des conflits internes sans fin, énergivores et plus coûteuses pour les entreprises que stimulantes. En résultat des groupes ont été sacrifiés ainsi, la liste du dépérissement national est longue de ces firmes, découpées dissociées, fermées. L’exemple d’Alstom est certainement un des plus emblématiques du dépeçage de la capacité industrielle de notre pays au service d’intérêt individuel manipulable par l’intimidation, la peur ou l’appât du gain. La «capitalisme zoologique»4, s’est imposé comme la référence du management et des politiques économiques sans considération aucune qu’il n’était qu’un capitaliste mortifère. Les animaux sont difficilement féconds dans un univers carcéral….il en va de même de la démographie et de la recherche. Et ce n’est pas l’illusion médiatique de «la nouvelle économie de la connaissance», orgueil et naïveté à la clef ni même les start-ups de la Frenchtech aussi innovantes soient-elles qui vont nous convaincre que la tendance s’inverse. Une hirondelle ne fait pas le printemps, même si elle y contribue!
La conséquence de l’activité «rationnelle» et avide du management financier a gagné une emprise sur toutes les activités, jusqu’à faire ombre à toutes autres stratégies pouvant se révéler plus aptes à assurer revenus et robustesse dans le plus long terme. L’application du dogme de la «valeur pour l’actionnaire (shareholder value)» comme seul horizon des territoires les a sacrifié avec ses délocalisations ou externalisation. Pour mieux profiter du global c’est le local qui a été perdu dans une course au profit dans un monde virtuel, hors des territoires et du réel, de l’humain ou de la nature. Point de surprise qu’en faisant les comptes ce qui reste de l’économie réelle stagne ou agonise… De maigres chiffres de croissance du PIB rassurent mais c’est bien sans savoir ce qui se cache derrière les évolutions dans la vraie vie…entre autres que les maris divorcent plus et accroissent leurs dépenses en services domestiques marchands5 Ce jeu fictif de destruction des activités dépeuple les espace sitôt qu’ils ne sont plus identifiés comme des espaces les plus intéressants d’un point de vue monétaire….C’est bien vite oublié qu’ils sont bien plus, les espaces de la vie des gens, ces terres qui nous sont confiées à tous. Les négliger, les priver d’activité, de sécurité et les laisser en friche, c’est un gaspillage au regard de l’histoire humaine. Seuls des acteurs sans culture sont capables de l’envisager durablement…car eux-même sont sans avenir, jouets arrogants de conflits qu’ils ne maîtrisent pas.

-5 Les folies de la prédation : haro sur les territoires et leurs habitants
L’économie dans le réel, n’est pas binaire, il ne sert à rien de critiquer en soi la recherche d’activités profitables, voire la maximisation de bénéfices comme certains autres esprits captés aussi par l’idéologie le proposent. L’activité entrepreneuriale n’est pas forcément une condamnation des gens et des espaces et des pays. C’est seulement quand la mesure se perd dans l’incitation frauduleuse, qu’elle est capable de perdre tout lien en faisant table rase de ses expériences. Des mots ont été inventé à cet effet, des mots longtemps à la mode, mais des mots qui ratatinent : comme «recentrer sur le coeur de métier». Traduisons : recentrage pour rassembler ce qu’il reste comme profit dans un environnement de pénurie entretenue et le résultat on le connaît aussi : virer les acteurs, dépecer l’entité pour concentrer les gains…En somme il s’agit bien de se nourrir sur la bête pour revenir à un vocabulaire zoologique.
Délocaliser, envoyer les métiers au loin, embaucher ailleurs pour baisser les couts, externalisé d’autres vers de structures qui porteront plus d’incertitude en faisant jouer entre elles une concurrence prédatrice : le plus offrant à moindre coût gagnant la mise, au prix d’une fragilité sectorielle accrue. La main-d’oeuvre ainsi secouée devra se plier au nouveau cahier des charges de mondialisation (heureuse?) et de l’ubérisation planétaire.
Les inégalités se creusent à mesure que les profits se concentrent et que l’incertitude professionnelle s’accroît. Il n’y a plus un seul économiste pour le nier ces points même dans les 40 chiens de garde!-. Les filets de sécurité -prétentions d’un autre siècle!- sont appelés à tomber dans un espace devenu global qui brasse humains et nature. Des grandes festivités de com comme la COP21, agitent les bonnes âmes à ne pas trop s’appesantir sur les déterminants économiques des concentrations destructrices à coup d’effets d’annonce et de signatures symboliques.
Ces processus traduisent la loi macroéconomique qui est ainsi imposée à chaque acteur économique. Elle est assortie d’un discours sévère sur l’absence d’alternative qui permet de clore le sujet de l’économie en économie-boîte noire. Il y a deux avantages à la posture, d’une part l’économie de la peine et de la réflexion toujours pour les experts qui s’évitent ainsi de se préoccuper du réel et des vraie mécanismes ; d’autre part le second avantage est de justifier que l’absence de souveraineté d’un pays ne gêne rien. Si on vous explique qu’il n’y a rien à faire et rien à voir…à quoi ça sert de vouloir être souverain… Dans le rein? On peut trouver ainsi un certain degré de cohérence à ce raisonnement. Il se décline de façon plus ou moins radicale : de l’absence totale de programme, à des trous, des inexpliqués flous…mais aussi dans la rhétorique de l’austérité pour tous…sauf pour les experts : posture européiste par excellence qui fait quand même de plus en plus rire.
Ce rire, cache de plus en plus le soupçon salvateur, qu’il y aurait quand même bien autre chose à faire! Repenser comment? Réécrire autrement? Mais où trouver le début pour mener une action de reconstruction?
Les dégâts du réel ont leurs contreparties dans les constructions mentales. Il s’agit pour commencer de défaire les grilles de lecture qui emprisonnent. Une grande part de l’égarement à des fondements méthodologiques dans la discipline économique qui ne reposeraient plus que sur des modèles d’agrégation de comportement microéconomique de choix de consommateurs ou de producteurs individuels? Cette méthode de raisonnement provoque la disparition des échelles de temps et de lieu…Il est impossible alors d’envisager les risques du réel et de les maitriser. Quitter cette méthode d’assimilation c’est faire ressortir l’économie d’un monde d’artifice où elle est le jouet du Casino.

Conclusion : Croire aux alternatives
Refuser la simplification réductrice, en sortant des carcans de la finance comme seul horizon de l’entreprise mais aussi refuser l’illusion que le bon père de famille sait transposer le comportement individuel (une vie bornée par l’espérance de vie) à celui d’un pays dans toute son histoire… Cette dernière confusion est dramatique dans l’enlisement sur les questions sans fin de déficit budgétaire. Inépuisable sujet de campagne et d’indignation collective. Mais la question abstraite en soi est sans objet, elle doit être reformulée autrement dans le réel : Qu’est-ce qui fait qu’une même dette (même % du PIB) est plus ou moins un poids, suivant le contexte et la nature du pays ? Il faut réfléchir par rapport au contexte et non dans un quelconque dogme ou critère universel (démocratique?).
Pour reformuler radicalement la grille de lecture économique, il y a une voie qu’ouvre la réflexion sur la viabilité et ses contraintes à chaque étape du processus économique : faire primer le terrain sur l’absolue de l’idéologie et de ses méthodes normatives hors-sol. Laisser ainsi à Dieu l’universel.
Une nouvelle rigueur pour un futur possible et viable?
Les grandes lignes de mise en oeuvre pragmatique pour faire résister l’humain et la nature

  • Reconstruire les territoires, leur sécurité, leurs infrastructures qui font vivre les entreprises et les tous les autres acteurs économiques.
  • Reconstruire lien social et organisationnel sur le refus de la prédation, en premier lieu refonder l’évaluation monétaire, la monnaie qui ne doit plus nuire aux acteurs et aux pays.
  • Reconstruire le futur possible, les capacités d’éducation, d’enthousiasme pour la nouveauté, la valeur et le mérite ; mais aussi le courage contre l’opportunisme marchand et l’imposture, l’espoir contre la désespérance et la mort.

 

 

  1. signé de Peter Radford lien ici []
  2. M. Houellebecq (2015) Soumission, Flammarion. On peut se souvenir que l’économiste Bernard Maris en avait fait un compte rendu enthousiaste, publié le jour de sa mort dans Charlie Hedo, il était l’ami de l’auteur et lui avait consacré un ouvrage, Houellebecq économiste, paru en 2014 chez Flammarion []
  3. mot que j’emprunte à la langue russe pour décrire un compromis faussé, destiné à faire du tors autour de lui, en organisant compromission et mensonge []
  4. voire le billet de  Viableco Capitalisme zoologique et totaltarisme inversé ici []
  5. On apprend toujours en Comptabilité Nationale que si on épouse sa femme de ménage ou son jardinier on provoque une baisse du PIB! []