Sanctions, une chance…Conclusion 4/4

Ce billet est la quatrième partie de ma présentation à la 52e session du Séminaire franco-russe CEMI-EHESS et IPEN-RAN qui s’est tenue les 6-7 et 8 février à Moscou, il conclue l’analyse présentée dans les précédents billets de ce blog :  Sanctions, une chance pour la Russie 1/4 , Sanctions, une chance pour la Russie 2/4, le pragmatisme russe en chemin  et  Sanctions, une chance pour la Russie 3/4 qui abordait la perspective sur le système financier russe.

Conclusion :

Les sanctions ont fait prendre conscience qu’un minimum d’autarcie était un élément de sécurité pour la Fédération de Russie. Elles ont amené la Russie à appliquer les conseils de Keynes, en faveur du protectionnisme1, faisant ainsi un virage radial alors qu’elle venait de s’engager dans l’OMC 2.
Voulant faire le mal, les élites occidentales imposent avec les sanctions un chemin de progrès en Russie au bon moment. L’histoire économique a ainsi ses ironies et l’arrogance combinés à l’ignorance conduisent à des erreurs.
Après la thérapie de choc destructrice à souhait, la thérapie des sanctions qui elle se révèle le vecteur de chance pour la Russie. Reste à savoir si la sagesse acquise dans ces épreuves portera ses fruits durablement en Russie au-delà d’un pragmatisme du moment. Surtout si les sanctions venaient à être levées rapidement…L’afflux de capitaux spéculatifs et vampires aurait raison rapidement des quelques bonnes intentions pour mener la transition financière nécessaire en Russie. L’heure est grave et le risque de poursuites «comme d’habitude» est grand. Pourtant il est difficilement concevable qu’une économie d’un grand pays puisse fonctionner durablement sans les instruments des politiques monétaires et budgétaires parce que les élites russes auraient peur de la croissance3.
Mettre en phase le système financier et l’économie réelle est un gage de cohérence nécessaire à l’économie russe. Les sanctions par réaction de survie, poussent à établir cette cohérence dans la politique économique.
Si les BCR et le Minfin ont «peur de la croissance», il y a des raisons, au-delà d’une idéologie formatée de façade ! Et en effet on peut comprendre la logique qui justifie cette peur : dans le monde de la globalisation financière, l’austérité est à la mode comme un instrument de captation des ressources. Elle accuse les inégalités ; mais en assommant les populations; elle les rend amorphes et incapables de résister…. L’austérité est un processus économique qui rapporte aux élites en leur faisant croire que les populations demeureront durablement sans réaction4.

Face aux enjeux contemporains et aux défis présents, la viabilité de la Russie remet en question radicalement une telle trajectoire. Si la tendance de la politique économique présente se poursuit, selon les estimations des prévisionnistes de l’IPEN-RAN (scénario inertiel) en 2019 alors que la croissance en Russie aura repris très faiblement, le niveau de vie de la population sera lui de 8% en dessous de ce qu’il a été en 20145.

Le gouvernement russe ne peut rester dans une posture schizophrénique durablement. Le pragmatisme au compte goutte n’a qu’un temps, il faut que le gouvernement russe s’en rende compte. Les acteurs ne peuvent se contenter de court-circuiter les rigidités du système financier pas à pas et en urgence, en trouvant des solutions quand le réel et la survie du pays l’exigent.

L’économie et ses acteurs ont besoin de cohérence pour guider les anticipations et faire les paris sur le futur. Les sanctions relèvent de la guerre économique. Mais ce n’est pas la seule guerre que la Russie mène en ce moment. Il y a la guerre sur le terrain en Syrie, contre, il faut bien le reconnaitre, des alliés de l’OTAN qui bénéficient de l’aide et de l’assistance des grandes puissances occidentales. Il y a aussi une guerre intérieure, interne contre le « soft power » occidental toujours aussi virulent et porté par la diplomatie et l’hystérie médiatique occidentale.
Une économie de guerre ne se gère pas sur le plan microéconomique…Il y faut une direction macroéconomique et financière, cette dernière reste à préciser en Russie.

Image à la une : Porte flamme olympique du parc Olympique de Sotchi (photo HCP janvier 2015)

 

  1. cf. Jacques Sapir, Le protectionnisme, notre avenir, Actualité du texte de J.M. Keynes « National Self-Sufficiency » (1933) dans Russeurope https://russeurope.hypotheses.org/5604, 18 janv. 2017 []
  2. Ce tournant, la Russie la prise mais dans le processus actuel rapide, la GB et les USA remettent en vogue le protectionnisme et la re-industrialisation des territoires. []
  3. Dans sa dernière analyse des prévisions trimestrielles pour l’économie Russe Sacha Shirov qui dirige l’équipe QUMMIR souligne le besoin de briser les peurs pour que l’éco russe bénéficie pleinement de ses atouts…et des chance ouvertes par les sanctions. []
  4. Chômage, immigration, insécurité se chargeant de discipliner les acteurs économiques. L’individualisme prôner à tout les niveau des formations façonne des individus isolés qui ne peuvent s’engager collectivement. Les oppositions s’enlisent ainsi dans des conflits de clans et de groupe. []
  5. p. 5 bulletin de prévisions 37, IPEN-RAN équipe QUMMIR []