Sanctions : une chance pour la Russie ? 3/4

Ce billet est la troisième partie de ma présentation à la 52e session du Séminaire franco-russe CEMI-EHESS et IPEN-RAN qui s’est tenue les 6-7 et 8 février à Moscou, il fait suite aux billets précédents sur ce blog : Sanctions, une chance pour la Russie 1/4 et Sanctions, une chance pour la Russie 2/4, le pragmatisme russe en chemin . Pour accompagner les avancées significatives de l’économie réelle,  les sanctions  servent aussi à mettre en lumière le caractère inadapté du système financier russe. C’est ce thème important qui est abordé dans ce billet.

Un système financier inadapté, mal profond de l’économie russe

Combien de fois a pu être souligné dans nos interventions tout au long des 52 séances du séminaire franco-russe CEMI-EHESS et IPEN-RAN que le système financier russe était en contradiction avec la dynamique économique1? Ce problème de long terme, met en exergue le fait que la transition financière en Russie reste inachevée et inadaptée depuis 25 ans. Déjà en 1993 dans une publication du CEPII2 , la question se posait de réorganiser le système financier pour permettre aux entreprises qui veulent investir et se développer sans avoir comme seul recours la finance internationale… Privés des canaux efficaces de transmission à l’économie réelle, les flux financiers tendent à stagner dans des activités spéculatives (les unes après les autres en fonction des modes) ou à chercher des placements extérieurs. L’ouverture du marché des capitaux à la globalisation a soumis l’économie russe aux pressions spéculatives et à la déstabilisation entrainée par les crises mondiales à répétition. Le constat qu’un tel modèle de financement contraint durablement la dynamique de croissance en Russie, Jacques Sapir le soulignait encore récemment et l’équipe du modèle QUMMIR de le confirmer dans son analyse prévisionnelle. Les économistes examinent les résultats économiques récents et prolongent la tendance de la politique économique menée par les autorités au sein de leur modèle de prévision. Ils obtiennent ainsi le «scénario inertiel» dans lequel la BCR et Minfin aux comportements quasi amorphes laissent penser que «les autorités russes ont peur de la croissance».

La question qui se pose à l’économie russe est ainsi la suivante : savoir si la Russie pourra s’extraire, ne serait-ce qu’en partie, du cadre de la globalisation financière qui pèse toujours aujourd’hui sur ses options en matière de développement. Les sanctions ont ouvert une opportunité de transition hors du poids de cette logique financière en oeuvre depuis 25 ans. On vient de donner les orientations principales prises par le pragmatisme en oeuvre dans l’économie réelle en Russie. La prise de conscience du besoin de sécuriser le pays, l’importance de son autonomie agricole mais aussi de ses capacités technologiques et humaines mobilisables sont autant d’éléments déterminants pour un changement des mentalités que les sanctions ont contribué à mettre en évidence. Tout est rassemblé pour cette transition intérieure salutaire. On peut aussi rajouter la nouvelle donne géopolitique avec le Brexit et D. Trump comme Président des USA. L’administration des USA n’hésite pas à dénoncer qu’une politique monétaire peut devenir un instrument de domination économique et que l’Allemagne a ainsi utilisé l’Euro aux dépens de ses voisins, faussant en même temps ainsi la concurrence mondiale avec ses partenaires Américains et Chinois3 Pourquoi la Russie continuerait à suivre le dictat de cette rigueur monétaire et budgétaire, chère au dogme européen? Il montre ses limites pas toujours avouables et ses biais concurrentiels. En Russie, cette rigueur qui singe l’austérité qu’impose l’Allemagne à ses voisins soumis, handicape tout redressement significatif de l’économie. Quels sont les déterminants qui freinent les autorités russes encore et toujours?

1 Le système financier russe dans l’illusion

L’illusion qu’il n’existait qu’un unique modèle de développement financier est partagé dans les instances de formations économiques et dans les milieux d’affaires. Le système académique mondial et le formatage des élites ont propagé avec vigueur cette «convention financière4 globale depuis plusieurs décennies. Cette illusion a donc des effets générationnels et tend en Europe à asseoir la domination d’intérêts oligarchiques mais aussi générationnels sur les populations plus jeunes. En Russie pour l’instant ce phénomène a épargné la jeunesse. Cette jeunesse russe ne cesse d’être perçue, bien a contrario, comme une richesse indiscutable du pays… Mais jusqu’à quand?

L’affirmation du monde multipolaire à laquelle paradoxalement la Russie contribue largement devrait naturellement défaire la permanence de l’illusion de l’uniformité. Cependant les yeux des élites des affaires et de la finance mettent du temps car il y a les habitudes, les vielles modes, les faux modèles qui nourrissent l’incompréhension quand ce ne sont pas les fausses informations d’experts à gages. Formées au XXe siècle ces élites ne semblent pas avoir appris à se remettre en question. Les succès financiers passés jouent comme vecteurs d’inertie des mentalités…j’ai gagné donc je sais! L’inertie, la passivité économique voire le déni s’inscrivent dans ces rigidités des mentalités.
Quel meilleur exemple que de voir encore une fois cette année saluée E. Naboulina comme la meilleure présidente de banque centrale en Europe5. Amplifier l’autosatisfaction est assurément une bonne potion d’endormissement. Flatterie, bonus à tous les niveaux pour encourager cet aveuglement. Un aveuglement qui sert l’idéologie d’un faux consensus monétaire en contradiction avec le réel pour que l’incompréhension soit maximale….et la Russie financièrement impuissante.

2 Une illusion qui s’essouffle ailleurs

La globalisation conçue pour un monde unipolaire s’essouffle avec des excès émotionnels caricaturaux…qui se donnent à voir. Ces comportements éclairent l’étroitesse de vues qui soutenait cette globalisation financiarisée comme il convient de la qualifier. L’uniformité des croyances s’est appuyée sur une mystification du discours et de la théorie économique et a servi les plus vils intérêts corporatistes à des fins de captations de rente. L’emprise de réseaux d’influence et de corruption servent comme vecteurs d’accouchement des conventions! Incitations, persuasions gratifications sont les instruments pour trancher le dilemme des experts entre uniformisation ou mort scientifique, dans le sens voulu. La globalisation de cette économie zoologique (pire que la jungle ou les animaux sont en danger mais libres)6(pire que la jungle ou les bêtes y sont en danger mais libre"> https://viableco.hypotheses.org/1198)) , en exacerbant les inégalités en même temps que la marchandisation et l’individualisme, pousse les populations à la haine, à l’affrontement et à la destruction de toute vie sur la Terre. Le rejet des liens entre éthique et économie au nom de la promotion de la marchandisation de l’humain et de la nature se donne à voir et soulève critiques et oppositions. La Russie fait figure de fer de lance de cette remise en cause de la globalisation. Le questionnement fait aussi son chemin en Europe et aux Etats-Unis. Une aire de changement s’ouvre! La Fed de New York s’est glissé dans le questionnement par la voix de sa présidente Janet Yellen7 dès l’automne 2016 (octobre 2016). Elle s’est adressée directement à la théorie économique et à ses spécialistes qui semblent si enfermés dans leurs croyances.
Elle n’a pas eu peur d’aborder les thèmes jusqu’alors exclus des débats des banquiers centraux. Citons les points traités dans ce discours :
-Les influences de la demande sur l’offre agrégée.
-L’hétérogénéité
-Les liens entre économie réelle et financière
-les dynamiques inflationnistes, ici la question de l’inflation structurelle est ouverte.
-les canaux de transmissions internationaux
Des thèmes majeurs, familiers de nos réflexions entre le CEMI et l’IPEN-RAN et qui dans le contexte attestent d’une transition en cours en matière de gouvernance. Pour preuve Janet Yellen conclue ainsi :«Answering these questions will help the Federal Reserve’s efforts to promote a healthy economy» (répondre à ces questions aidera les efforts de la Réserve Fédérale pour promouvoir une économie assainie).
En termes concrets de politique économique, des transitions s’amorcent: les gouvernements de D. Trump aux USA et de T May8 en Grande Bretagne renouvellent méthodes et conceptions : protectionnisme, relocalisation, stratégies industrielles deviennent les maîtres mots des politiques en vue. Une autre voie est donc possible et vecteur d’espoir pour que l’économie réelle retrouve attention et dignité en même temps que la population9.

3 Une illusion qui brise l’économie russe

Avoir diffusé et nourri les croyances d’une norme incontournable de la finance au sein des cadres du système monétaire et financier russe fut un moyen de porter un coup sévère à l’économie du russe. Privée des instruments normaux de croissance, elle a été comme en partie paralysée. Ainsi s’explique le constat : « la Russie a peur de croître!» détaillé et argumenté dans les prévisions de l’IPEN RAN N°37. Continuer à croire ainsi et à suivre cette stratégie dans le domaine monétaire et financier c’est comme si la Russie suivait un Sergueï Choïgou formé à West Point aux USA et fort de la doctrine de Brézinsky!
Le manque de souveraineté est au coeur du système monétaire et financier en Russie et affaiblit durablement la Russie quand bien même le pays apparaît à l’échelle internationale comme un modèle de reconquête de souveraineté. Cette reconquête n’est que partielle et ce non abouti pèse sérieusement sur l’économie russe et ses perspectives. Il reste donc pour les autorités russes, un segment, le système monétaire et financier à maitriser pour ancrer durablement la souveraineté et immuniser le pays et son économie réelle des désordres financiers intérieurs et extérieurs.
Soulignons les conséquences dommageables de cette dépendance à chaque étape de la conjoncture économique qu’a connues récemment la Russie. Avant la crise de 2008, l’économie réelle souffrait d’un rouble surévalué, ancré sur la spéculation sur les produits énergétiques. Cette surévaluation associée à une politique restrictive monétaire et budgétaire a fait perdre des opportunités d’innovations et de développement. Au bord de la crise de 2008, Jacques Sapir10 le fait bien remarquer, la situation des taux d’intérêt plus faibles sur les marchés financiers internationaux, renforcée par l’appréciation du taux de change réel du rouble a propagé une illusion dangereuse : qu’il était préférable pour les entreprises russes d’emprunter en dollars ou en euros. Par souci de court terme, les banques russes et occidentales ont contribué à propager cette erreur.
Cette combinaison de taux d’intérêts internes trop élevés et de l’appréciation du taux de change réel a joué un rôle important dans l’amplification du développement d’une large dépendance vis-à-vis du système financier occidental. La Russie se mettait ainsi elle-même à la merci des désordres monétaires et financiers internationaux ; l’économie réelle devrait après, éponger le choc!

On sait que dans une large mesure des capacités de financement internes existaient en Russie et auraient pu être utilisées pour financer le développement économique…si les acteurs du système financier et de la BCR en premier lieu avaient eu des mentalités différentes et non suiveuses d’un a priori de supériorité de la finance internationale.
Convention? Collusion? Vision du monde…d’un ancien monde.
L’illusion perdura auprès des experts proches des autorités russes de 2010 à 2014. La crise de 2014 fut un double choc, extérieur avec les sanctions et monétaire avec la chute du rouble. Elle aurait dû apporter des modifications plus notable dans ces mentalités. Les rigidités qui demeurent tant à la BCE qu’au Minfin dont traduit le budget de 2016 et celui prévisionnel pour 2017 attestent du peu de dynamique en la matière.
Le modèle de développement conditionné par ses structures financières dépendantes de l’Occident est à l’origine de problème une nouvelle fois. Les sanctions financières ont contraint sérieusement les capacités d’emprunt de liquidités. La rupture brutale dans les liens avec les grandes banques occidentales a produit des chocs internes dans les financements à tous les niveaux des entreprises russes. La situation a été aggravées avec l’importante baisse des prix du pétrole, entrainant un affaiblissement du rouble11 laquelle accuse les charges des dettes précédemment contractées.

Ainsi, l’incomplétude du système financier russe a été le canal de transmission majeur de la sensibilité de l’économie russe aux sanctions.

Ces observations rendent les choix présents de la BCR encore plus questionnables: le maintien de politiques monétaires inspirées par « le nouveau consensus macroéconomique » occidental et en particulier par le ciblage de l’inflation sanctionne le pays doublement. Un tel aveuglement à la BCR et au Minfin, tend à inciter les acteurs à emprunter à l’étranger et à faire courir des risques à leurs activités réelles. En même temps cette stratégie irréfléchie, nourrit l’Occident de richesses russes. Ce modèle de financement que l’économie russe a suivi a conduit à une charge en intérêts importante au profit des non résidents12 qui en soi est une captation de rente. L’attrait et la folie de la finance ont des logiques perverses

La Russie a payé cher, dans la crise de 2008 et avec les sanctions, la fragilité structurelle que lui impose cette dépendance financière. Seul le pragmatisme de sursaut à sauver le pays d’une logique mortifère portée que le système financier en fossoyeurs de richesses russes… L’empreinte de l’idéologie de la globalisation financière de son individualisme atteint durablement les mentalités des acteurs russes, les conduisant à des actes de traitrise plus ou moins conscients.

4 Vers une Nouvelle transition financière?

Les sanctions ont permis à la Russie de se prouver à elle-même de ses capacités pour trouver les ressorts dans son économie réelle.
Elles seront vraiment à louer si elles permettent aussi une démystification de l’idéologie qui sous-tend le système financier russe. Si la Russie et ses élites comprennent enfin, le problème du manque de souveraineté financière du pays

Les russes ont dû apprendre à faire avec les sanctions…et surtout sans les banques occidentales ni le casino financier global, c’est une chance! Une chance de rupture possible pour dépasser les inhibitions. Une chance de mettre en oeuvre des voies pragmatiques pour une transition financière en Russie, car il s’agit dans ce domaine aussi de répondre à des exigences de sauvegarde du pays13 . Si cette transition s’engage, tous les pays vont alors regarder la Russie, des critiques vont fuser chez les mondialistes idéologies…rien de nouveau dans le cadre présent de leur russophobie consommée, mais en revanche tous les pays qui prennent conscience du carcan qui mine leur économie réelle, vont alors suivre l’épisode russe avec attention.
Le pays sera ainsi en première ligne des pays qui luttent contre les écueils du mode de développement globaliste et de la marchandisation généralisée

Un nouveau modèle financier est à définir pour assurer la sécurité et le développement économique de la Russie. Il ne peut plus repose que sur des manoeuvre pragmatiques de sursaut, certes efficaces mais qui comportent des degrés de gaspillage de moyens et d’énergie, faute de systématisation des procédés de financement adaptés.
Des questions se posent à la Russie maintenant (grâce aux sanctions) en avance sur les d’autres économies d’Europe; celles-ci qui ne devraient pas tarder à en venir au même sujet à mesure qu’elles vont se libérer des instances de domination germano-européenne.
Pour la Russie, de vieilles questions pourraient redevenir d’actualité: gradualisme vs choc.
Peut-on amender le système bancaire et financier, l’ordonner, le cadrer sans une révolution radicale : faire avec les banquiers qu’on a ? Et peut-être mais jusqu’où?
Et surtout comment gagner du temps alors qu’on en a tant perdu?
La résilience pragmatique dont on a identifié les grandes lignes, tendrait à faire pencher en faveur de possibles avancées graduelles : Il y a des signes d’inflexions au sein du système financiers notables, au coeur des comportements des acteurs et des institutions. Des témoignages en attestent. Le réel reprend peu à peu sa centralité dans les établissements financiers à mesure que le Casino perd des adeptes. Peut-être que l’hystérie financière, en dépit des excès notables, n’a pas eu le temps de gangrener en Russie autant que dans les banques occidentales ? Les plus fous «traders» sont repartis à Londres ou ailleurs en quête de meilleure fortune… Un recadrage interne serait donc possible progressivement. Une forme d’auto-discipline peut aussi faire pencher pour la raison du réel : les acteurs voyant de loin ce qui se passe en Europe et les tourmentes à venir…avec du recul, viennent à penser que du business dans le réel, n’est peut-être pas si mal!

Il faut aussi tenir compte des avancées obtenues peuvent de bonne volonté. Dans le projet Yamal-LNG les compétences sur les techniques financières ont été nécessaires sur des points clés. Ce projet constitue une innovation radicale, impensable qui est devenue vraie : le plus grand financement de projet du monde hors du dollar et grâce aux sanctions. On a souligné le tournant symbolique dans le fonctionnement de la finance qui va assurément affecter les acteurs : la conscience que le monde devient vraiment multipolaire.

En revanche l’atteinte est certainement plus profonde en Occident et demande des mesures plus radicales plus rapidement structurelles, surtout en cas d’effondrement de l’Euro non orchestrée. On s’achemine ainsi vers des transitions financières «hard». Je pense que l’approche de Jacques Sapir, de Philippe Murer aussi s’explique par la radicalité et le degré de profondeur des rigidités dont ils prennent conscience.
La Russie pourrait plus facilement expérimenter une transition financière «soft». Un problème cependant va se poser si les sanctions sont rapidement levées par les USA. L’incitation va alors fonctionner à l’envers, le risque est d’un redémarrage rapide du modèle de prédation par la dette privée en Russie. La fin des sanctions risque de provoquer un appel d’air pour l’afflux de liquidités internationales. Alors que le malade n’est pas suffisamment sevré, et que les dealers restent encore trop bien entrainés et avides, ce point constitue un dilemme sérieux qui doit être envisagé rapidement.

Depuis longtemps pour des économistes comme J. Sapir ou S. Glasiev, il n’y a pas d’alternatives à un système de contrôle des capitaux et il peut être vite impératif car des chocs sont à prévoir du côté européen avec l’Euro. Des mouvements brutaux spéculatifs peuvent découler de ces chocs et perturber le redémarrage naturel de l’économie russe.
On comprend le souci des autorités russes pour amplifier le rôle du rouble comme monnaie de réserve régionale dans le cadre du monde multipolaire, des aménagements locaux seraient à envisager dans cette perspective en cas de réglementation des changes plus stricte.

Image à la une : Levée de soleil sur l’Ouest, pour le départ de la course à la voile  » Transgascogne  » 2015 (auteur : Pauline Clément)

  1. Un working paper de JS présenté CEMI en début d’année 2017 rassemble les éléments en cause. []
  2. H. Pitiot, L. Scialom (1993), Système bancaire et dérapage monétaire, Economie Internationale, CEPII n°54, pp. 137-156 ; H. Pitiot, L. Scialom (1995), Réformer l’intermédiation financière en Russie : des options Revue économique Année 1995 Volume 46 Numéro 2 pp. 433-455 http://www.persee.fr/doc/reco_0035-2764_1995_num_46_2_409653 []
  3. Un conseiller de Trump compare l’euro à un «Deutsche Mark dissimulé» : l’Allemagne nie, RT 31 janv 2017 https://francais.rt.com/international/33278-conseiller-trump-compare-euro-deutsche-mark-dissimule-taux-change-bondit
    , H Clément-Pitiot (2015) Et si l’Euro n’était pas une monnaie …mais un système de currency board à usage de domination par l’Allemagne sur ses voisins? Viableco http://viableco.hypotheses.org/1077 20 oct []
  4. Cf André Orléan, Le pouvoir de la finance, Paris, Odile Jacob, 1999 et «convention» explicitée dans l’article : L’économie des conventions : définitions et résultats, Préface à la réédition de Analyse économique des conventions, Presses Universitaires de France, collection « Quadrige », 2004, 9-48 http://www.parisschoolofeconomics.com/orlean-andre/depot/publi/PrefaceQuadrige.pdf []
  5. Après Euromoney en 2015 qui lui consacra le titre de la meilleure dirigeante de Banque centrale pour l’année 2015 https://fr.sputniknews.com/economie/201509171018218126/ La revue financière britannique The Banker a salué en la présidente de la Banque centrale de Russie Elvira Nabioullina la meilleure chef de BC en Europe.https://fr.sputniknews.com/international/201701041029461225-nabioullina-chef-bc-europe-revue-russie/ []
  6. Voir l’expression de R. Grinberg «capitalisme zoologique» http://www.lecourrierderussie.com/economie/2016/01/economie-russe-diagnostic-prescriptions/ et commentée dans H. Clément-Pitiot, Capitalisme zoologique et totalitarisme inversé, Dans Viableco]
  7. Janet L. Yellen, Macroeconomic Research After the Crisis, At « The Elusive ‘Great’ Recovery: Causes and Implications for Future Business Cycle Dynamics 60th annual economic conference sponsored by the Federal Reserve Bank of Boston, Boston, Massachusetts, October 14, 2016 https://www.federalreserve.gov/newsevents/speech/yellen20161014a.htm []
  8. cf. HM Government (2017) Building our Industrial Strategy, green paper Jan. 2017 vert https://www.gov.uk/government/uploads/system/uploads/attachment_data/file/586626/building-our-industrial-strategy-green-paper.pdf []
  9. Notre espoir en tant qu’économiste française et que les élites française comprennent aussi à temps cette leçon…sinon la marginalisation économique et politique de la France dans le monde actuel se poursuivra. []
  10. J. Sapir dans sa dernière contribution au séminaire du CEMI EHESS, 14 janvier op. ci []
  11. J. Sapir dans sa dernière contribution au séminaire du CEMI EHESS, 14 janvier op. ci p.6 []
  12. cf. J Sapir WP p. 15 []
  13. cf. Un constat aussi sur la transition financière inachevée dans Hélène Clément-Pitiot, Economie Russe et orientation pragmatique pour l’économie d’après crise, Policy paper Observatoire franco-russe de la CCIFR, juin 2014, publié en russe dans le Recueil des travaux scientifiques de l’IPEN ANR de 2014 (Научные труды ИНП РАН. 2014) Элен Клеман-Питио. Долгосрочная стратегия развития российской экономики: выбор в пользу прагматизма , Научных трудов ИНП РАН 2014 г. http://www.ecfor.ru/pdf.php?id=books/sa2014/02 []