Les hoquets sanglants de l’Histoire

« Le diamant sanglant » fut le nom attribué au fameux diamant Shah que reçut le Tsar Nicolas I ier en présent d’excuses du Shah de Perse pour l’assassinat d’un Ambassadeur russe….Un moyen d’éviter le rebond des hostilités dans le conflit russo-perse du moment.


Au 19e siècle, ce diamant était déjà un des plus gros diamants connus au monde mais aussi l’un des plus vieux, il a été trouvé au XVe siècle en Inde. Cette pierre, remarquable de 90 carats soit 18 grammes de 3 cm de longueur, a une couleur jaune clair et se caractérise par une extrême transparence. Les inscriptions gravées sur ses facettes témoignent qu’il a été transmise pendant des siècles d’un monarque à l’autre.

Actuellement la pierre est conservée au Fonds des diamants de la Fédération de Russie dans l’enceinte du Kremlin à Moscou.
Le diamant fut envoyé à Saint-Pétersbourg par le Shah en « contrepartie convenable » après l’assassinat de l’ambassadeur russe Alexandre Sergueïevitch Griboïedov à Téhéran le 11 février 1829.

A. Griboïedov (1) qui perdit ainsi la vie à 34 ans, fut non seulement un haut diplomate russe, mais aussi un poète, auteur dramatique et compositeur célèbre (2). Il appartient à la génération des Pouchkine (3) et Lermontov qui en dépit d’un bref passage sur la terre ont laissé une empreinte majeure dans la culture russe.
A. Griboïedov se trouvait alors à Téhéran, pour accomplir une mission de pacification suite au confit russo-perse, lorsqu’il fut assailli et tué à l’ambassade russe par une foule de fanatiques.

Les historiens considéraient que  ce meurtre fut commis à l’instigation d’agents d’influence de la Couronne britannique en Perse (dont le Docteur MacNeill) (4). Ils surent exciter la foule des fanatiques contre la Russie… L’empire Britannique voulait en effet réduire l’influence russe au Moyen, Orient amorçant ainsi la stratégie connue sous le nom du Grand Jeu (5).
Un peu moins de deux siècles plus tard l’histoire a des hoquets (6)…Les mêmes acteurs y participent et la dépouille de l’Ambassadeur russe, Andrei Gennadyevich Karlov retourne en Russie pour s’inscrire, aux cotés de l’illustre Alexandre Griboïedov, dans la mémoire de son pays.

Reste à savoir si l’Almaznyi fonds du Kremlin va bénéficier sous peu d’un don historique conformément à la tradition centenaire?

 

Notes :

(1) Que les peintres nous ont représenté avec des Lunettes (ici ci-dessous le Portrait d’Alexandre Griboïedov par Ivan Kramskoï.)
Un canal porte son nom à Saint Pétersbourg, une rue sera baptisée du nom Andrei Karlov à Ankara.

(2) On pourra trouver les détails de sa vie publique et littéraire  dans LA BIBLIOTHÈQUE RUSSE ET SLAVE
— LITTÉRATURE RUSSE — Alexandre Griboïedov (Грибоедов Александр Сергеевич) 1795 – 1829
ainsi que la pièce principale d el’auteur : LE MALHEUR D’AVOIR DE L’ESPRIT (Горе от ума)
lien (ici en pdf)

(3) Alexandre Pouchkine, rejoignant l’armée russe en guerre avec la Turquie, croise lors de sa traversée du Caucase le cercueil de Griboïedov, son ami proche, sur une arba attelée à deux bœufs. Il relate cette rencontre dans son Voyage à Arzroum.

(4) À propos de la participation indirecte des Anglais
aux événements : une lettre du 23
février 1829, de Paskévitche, gouverneur de Géorgie
mentionne clairement l’accusation de complicité
La référence figure dans M. Bergé (1972) V. Rousskaia Starina, t. 6, p. 16

(5) Russeurope avant l’heure déjà dans ce récit grâce à louvrage de Jacques Sapir et Jacques Piatigorsky, Le Grand Jeu, Éditions Autrement, Paris, 2009

voir aussi  Laurence Kelly, Diplomacy and Murder in Tehran: Alexander Griboyedov and Imperial Russia’s Mission to the Shah of Persia, Tauris Parke Paperbacks, 2006

ainsi que l’article de Sputnik (2008) (ici)

(6) Jacques Sapir (2016) : Ankara est-t-il le Sarajevo du XXIe dans Russeurope.

 

 

 

 

220px-griboyedov