Les racines économiques du «non débat»

 

Les voix se déchainent dans l’isoloir depuis plusieurs mois….et en masse elles créent des surprises: Brexit, Trump, Fillon?
L’isoloir s’affirme comme l’ultime endroit d’expression dans les démocraties contrôlées…et il révèle ses surprises!
Ce résultat apporte une information majeure, il est le gage que « l’ingénierie sociale » (1)  avec ses ressorts de propagande et de formatage peut-être mise en défaut, encore de nos jours… L’être humain est décidément plus rebelle que les modèles le laissent penser. Part de grâce ou de divin? Grandeur de l’homme et de la femme assurément !
L’effet de surprise (2)  porte aussi sur les schémas de certitudes (les conventions, cf. Viableco: Confiance et conventions) qui sont confrontés à des perturbations logiques. Des réactions alors se donnent à voir qui choquent la bienséance et qui alimentent les discussions présentes . Des manifestations excessives poussent à la limite les comportements et les pensées conventionnelles dans la caricature et dans l’outrance. Le compromis se fissure…doit-on parler d’une hallali ( j’ose!)!
Dans ce contexte chargé, le besoin de cohérence impose une réflexion sur l’origine des partis pris qui alimentent le champ politique. L’accent doit alors être mis sur les croyances économiques qui jouent un rôle déterminant dans le formatage des conventions.

Les bienséants en manque de bienséance

Revenons aux déballages qui se donnent à voir dans
un concert de «calomnie et de confessionnalisation du politique»,  au centre de la campagne du second tour des primaires de la droite. Cette situation est alarmante pour les défenseurs du caractère démocratique des débats (3). On assiste à une clôture de la démocratie dans le non-débat de fond. Le communautarisme  est poussé comme  vecteur de tous les commentaires plus ou moins agressifs. Il devient le prétexte à l’organisation du repli sur soi généralisé.

L’institut de Sciences Politiques en refusant la tenue d’un débat étudiant avec Florian Philippot vice-Président du Front National en a fourni une caricature….Alors même que l’institution s’est enorgueillie de donner la parole aux Pussy Riots… Les représentants d’une France populaire que représente le FN -et ce ne devrait pas être une surprise pour des étudiants un tant soit peu au courant- , n’ont pas doit de débat dans la haute institution de formation des élites. Quel mépris des diverses composantes de la société, du peuple même!

L’égarement des élites qui encourage à de telles prises de position les jeunes étudiants, rend compte directement là des défaillances et des lacunes éducatives qui disqualifie notre système d’enseignement. Relire Marc Bloc et son ultime témoigne «L’étrange défaite» s’impose (cf. Viableco Marc Bloch et le sursaut intellectuel) : déjà en 1940 l’historien de terrain avait formulé un aussi sévère constat à propos des déficiences, de la morgue à l’origine de la soumission finale des élites.
La France du repli égoïste sur soi et ses intérêts de clan se donne à voir encore une fois. Le monde à l’Est comme à l’Ouest s’ouvre maintenant à autre chose que le prêt à penser. L’illusion de « la sortie de l’histoire et autre genre de fadaises sur la post-modernité » ont fait long feu, comme le souligne J.  Dufourcq et O. Kempf (4). Que cette posture s’incruste encore en France est de plus en plus à nouveau un anachronisme dangereux.

Il faut surtout souligner que ce repli agressif n’est finalement pas là où certains pensaient l’attendre, en faisant de leur mieux pour en agiter par média interposés, la menace et les risques. Ce repli communautaire stérile et hors du temps… C’est chez les «bobos» farcis d’entre soi (5), jusqu’à la perte totale de conscience du réel et du monde, qu’on l’observe au grand jour! Une décadence? Plus encore, une indécence doublée d’une tromperie.
Que visent ces haines qui n’arrivent plus à se contenir…La guerre civile? Un Maïdan? … Mais cette fois sans Victoria Nuland (la bien nommée) et ses cookies. Comment désormais mettre en musique leur rengaine des droits de l’homme (sans la femme) (6) de façon crédible?…La violence des propos devient la seule réponse qu’ils trouve à ce dilemme.

Les germes du «non-débat» dans la fin de l’histoire

De l’avis d’acteur politique rencontré récemment, l’économie serait la sphère la plus difficile à faire bouger…. Alors même que ses mouvements sont cruciaux dans l’histoire en marche de nos sociétés contemporaines. Ce thème mérite réflexion…

Il y a en effet plus de 30 ans en effet que la discipline s’enlise dans la croyance de la fin de l’histoire…Parce qu’un mur est tombé à Berlin! Bien naïfs l’économiste (on ne dit plus son nom…par Grâce!) qui clamait qu’un modèle avait gagné et qu’il avait ainsi valeur universelle. Celui-ci c’est bien trop vite arrêté en chemin, sombrant bien trot tôt dans une facilité complaisante, sorte de retraite avant l’heure. Quand il y a  remise en cause de la fonction publique, c’est de ces fonctionnaires-là que les gens se plaignent… Pas des policiers, des instituteurs ou des infirmières qui font de leur mieux pour assurer le service public. Comment ne pas haïr les fonctionnaires qui s’enorgueillissent de se tromper, ils font tort beaucoup de tors,  parce qu’en plus de ne pas reconnaître leurs erreurs, ils n’assurent jamais le service après vente…ne réparent jamais le mal causé. L’obstination et le déni sont leurs instruments de choix.
Comment a pu se disloquer ainsi le sens du service public, ferment de l’esprit de la résistance en temps de paix? La réponse à cette interrogation se trouve dans les pages de l’ouvrage, La grande dissimulation, l’histoire secrète de l’UE révélé par les Anglais (7).
Le sens de l’esprit national a été battu en brèche par la construction européenne. L’individualisme et la concurrence exacerbés ont été promu pour détruire les nations et l’esprit d’identité. L’Europe politique devait émerger d’un double chaos, celui de 1945 et celui du processus de dé-construction des états. L’idée de service public comme valeur d’engagement et de fierté devenait obsolète dans la pensée de cette Europe politico-économique.

 

Les germes du «non débat» dans le TINA

Si on y réfléchit bien cette tendance du refus du débat n’est pas un simple dévoiement momentané des esprits, elle a des racines plus profondes. On la retrouve dans tous les discours où il est fait mention d’absence d’alternative… La posture du «TINA» (there is no alternatives) est bien celle du non-débat! Cette tendance pernicieuse s’est imposée dans les esprits et dans les mentalités à partir d’une conception invasive de l’économisme; Une économie fondée sur la marchandisation de la société et des rapports humains. L’illusion a procédé d’une fiction, faire de l’économie le garant des libertés individuelles pour peu que toute les relations humaines prennent de plus en plus une tonalité marchande.
C’est en soi un quasi-mensonge, tout au moins une extrapolation rapide et peu scientifique. Les tenants honnêtes d’un libéralisme respectable ne peuvent qu’en dénoncer les excès dangereux. Les travaux de John Dewey éclairent sur ce point et servent à redessiner avec justesse le sens que donne le libéralisme à la liberté ; sens que le néolibéralisme contemporain s’efforce de dénaturer. Pour J. Dewey, il s’agit d’une aspiration à la libération des liens d’esclavage et d’aliénation. Elle se fonde sur la promotion des capacités à développer chez les personnes les compétences qui conditionnent cette libération. Le philosophe américain les associe  à une pédagogie active, destinée à former et à encourager les acteurs (8).
Rien à voir avec les penchants que nous affectionnons tant dans notre imaginaire de la norme, de la sélection, de «l’examinite» (9) qui forment les esprits à ne raisonner qu’en terme de concurrence sauvage. Ce formatage ruine les capacités à travailler ensemble pour le bien public. Le collectif s’y dissous pour que tout sens de résistance jamais plus se revienne.  Le libéralisme philosophique de J. Dewey est justement l’antithèse de la concurrence et de la marchandisation de toute chose, de la nature et de l’humain inclus. Ces tendances nocives que les institutions européennes cherchent à affermir sous couvert du qualificatif de progressiste, sont les plus mauvais génies de la construction européenne. Elles sont les héritières de l’eugénisme et des expérimentations biologiques chères aux nazis…Elles furent transférées de la biologie à l’économie pour ensuite faire encore mieux leur retour dans la biologie et la modification de l’humain. Les dégâts de ces manipulations économiques de nos jours n’en sont pas moins graves, car l’aveuglement s’avère être plus sournois encore qu’il ne le fut au temps des apprentis sorciers du 3e Reich. L’austérité tue,- comme nous le précise D Stuckler et S. Basu (10 )-, comme les camps Allemands tuaient, mais encore plus sournoisement.

En affichant la concurrence comme l’Alfa et l’Oméga de sa construction sans autre précaution, cette Europe a semé dans ses traités, l’esprit du capitalisme zoologique, créateur de jungle et de destruction (cf Viableco : capitalisme zoologique et capitalisme inversé)

Un contexte se voulant concurrentiel mais qui dissimule si mal les pires turpitudes, contraires à la concurrence elle-même. Telle est la situation économique qui mine les institutions européennes et les pays.

En faisant fi des différences, des identités des racines (finies l’histoire et son enseignement), des liens, des familles l’Europe se crispe sur des espaces devenus vide, vides d’âmes, dénudés, dénaturés, vidés d’entreprises… Cette stratégie de la terre brulée ne profitant qu’à des holdings, des agglomérations capables de capter toutes richesses. Ne nous y trompons pas, ces avantages compétitifs, ne sont pas le fruit de l’austérité bien menée, mais simplement le résultat d’avantages ex-ante exploités avec déterminations pour briser les voisins bien trop confiants. Voilà une nouvelle méthode très efficace pour l’Allemagne afin de vampiriser l’Europe, ses espaces et ses peuples. Serait-elle cette fois plus élégante et plus «soft» parce que l’Allemagne cette fois serait minée par un profond déficit démographique? Ce déficit est le résultat de l’apologie de l’égoïsme et de l’individualisme mais aussi d’une rigueur budgétaire fanatique, responsable de l’absence de soutien aux familles ou au travail des femmes.

Cette Allemagne au méthode du passé, sans enfant, porte maintenant la rhétorique de l’immigration de masse jusqu’à son comble en dépit de tout expression des choix des autres Etats européens…  Parce qu’elle n’y voit que son intérêt encore une fois.

Délit de démocratie, délit de concurrence, délit de destruction programmée,  pour des accaparements toujours plus significatifs. Quel résultat en Europe de tant de concurrence vile et de destructions des vies? L’accroissement des disparités, des inégalités à une échelle telle que les experts manipulateurs de modèles de la convergence «obligée» en Europe devraient en rougir de honte, s’ils avaient encore un brin d’honnêteté intellectuelle ou sinon quelques remords.

Les croyances hors du réel sur lesquelles s’appuient les discussions de politiques économiques de nos débats télévisées ne surprennent plus personne… Les calomnies, les approximations et les dénis de réel sont au rendez-vous depuis longtemps et de façon quasi systématique.
Pour ne citer qu’un exemple, mais qui me tient à coeur : Depuis combien d’années nous présente-t-on l’économie ukrainienne sous un visage séduisant, avec bien des attraits? Même notre plus grand banque se laissa prendre à ce piège (11).  En revanche est systématiquement dénigrée l’économie du Bélarus. Rien ne permet d’argumenter la comparaison dans ce sens, ni le long terme, ni le court terme!  Cet exemple est pour moi caricatural que des postures politiques  guident nos experts aliénés par leur statut et leurs anticipations de revenus.

Comme on vient de le voir en politique, en économie la calomnie n’est donc pas nouvelle, ni même la croyance « religieuse » qui surpasse tout raisonnement, toute expérimentation. Cette croyance a légitimé tout modèle de référence qui laisse de côté les hypothèses qui pourtant permettent de le formuler. Il y belle lurette que l’économie est elle, aussi, «nauséabonde» (12), parce que la pensée y croupit!

Alors si l’élection de 2017 révèle le besoin d’économie (et non d’austérité entendons nous bien!), il est urgent d’étendre la réflexion hors des conventions d’un autre temps. Aller vers le réel et la cohérence, ceux sont les seuls espaces où peut se gagner une élection!

Surprise ou pas surprise au rendez-vous?

 

 

Notes :

(1) selon l’expression du sociologue Lucien Cerise (2016),  Neuro-Pirates – Réflexions sur l’ingénierie sociale Kontre Kulture, février 2016

(2) bien décrit par l’économiste mathématicien G. L. S. Shackle qui relie ce concept de surprise en insistant sur l’importance de l’énoncer des alternatives des choix pour raisonner en terme de maximisation de l’utilité espérée. Shackle, G. L. S. (1949), Expectations in Economics. Cambridge: Cambridge University
Press. Shackle, G. L. S. (1953), “The logic of surprise,” Economica, 20: 112-117, reprinted in Shackle 1955. )

(3) J. Sapir Fillon, Juppé et le « débat » de la primaire (23 novembre) http://russeurope.hypotheses.org/5454

(4) dans Jean Dufourcq et Olivier Kempf, L’OTAN, du sommet de Varsovie à Trump, lettre bimensuelle La Vigie 15 Novembre 2016 https://www.lettrevigie.com/2016/11/lotan-du-sommet-de-varsovie-a-trump/

(5) dans Viableco La Russie dans les yeux et suite  et suite exemple bien caricatural est donné sur la russophobie ordinaire de l’entre soi.

(6)  j’ajoute cette précision depuis qu’à L’ONU siège dans les instances des droits de l’homme, l’Arabie Saoudite. Il est à déplorer que « nos droits de l’hommiste » à géométrie variable ne s’offusquent pas d’entendre statuer que la femme est finalement bien un mammifère…parmi d’autres!

(7) ouvrage de C Booker et R North, préface de J. Sapir , traduit d’un ouvrage de 2003 et seulement trdauit en 2016 en français aux Editions de l’Artilleur.

(8)   John Dewey, Après le libéralisme ? Ses impasses, son avenir
John Dewey Nathalie Ferron (Traducteur), Présentation de Guillaume Garreta, Climats/Flammarion 2014

(9) Le mot serait de Marc Block lui-même

(10) David Stuckler et Sanjay Basu, Quand l’austérité tue. Épidémies, dépressions, suicides, Paris, Ed. Autrement, 2014, préface des Économistes atterrés. Traduction française.

(11) La BNP s eprécipita pour y investir, bien mal lui en a pris… L’expérience est mémorable.

(12) qualificatif usité par J. Sapir dans son billet, voir note 3