l’Euro mort! Pourra-t-on dire vive les euros?

L’euro monnaie unique des contes de fées européens est en train de disparaitre. Comment est-ce possible alors qu’on ait l’impression de se rendre compte de rien?
Dans une précédente contribution, j’avais expliqué qu’il fallait cesser de rêver, que l’Euro n’était pas une monnaie mais un système mis en place pour redistribuer la richesse européenne (stock, actifs et flux produits annuellement) (Viableco Et si l’Euro n’était pas une monnaie? ici) . L’Euro-système orchestrait une redistribution stratégique suivant un rapport de forces et d’intimidation fait de servilité et de compensations individuelles. Ainsi certains pays y sont placés au rang de colonies d’autres en profitent :  Suivez mon regard et celui des statistiques! Discours, Passivité, hédonisme comme piège dissimulateur…. L’effet Pinoccio selon les pourfendeurs des 35 heures et l’effet Stavisky Ponzi pour d’autres. Ceux qui ont une mémoire plus fine et savent regarder les fraudes et interminables  déboires des banques allemandes qui s’étalent depuis longtemps. Ceux qui lisent la Tribune et Romaric Godin en particulier!
.

Une étape suivante est en train de s’écrire… Le système Euro «currency board» tourne court ! On pourrait alors se dire avec optimisme, la phase de transition est passée et c’est peut-être bien que la monnaie arrive enfin… Notre monnaie, notre Euro, vraie monnaie européenne! Quelle bonne nouvelle! Sauf que chemin faisant, il ne s’agit plus d’une monnaie unique, elle  a fait des petits et ils ne sont pas sympas les uns avec les autres…. En effet il s’agit d’une organisation de divers Euros pouvant «plus ou moins» être échangés entre eux, qui s’annoncent. Ça risque de ne pas être au goût de tous les Européens surtout si encore une fois ils sont mis devant le fait accompli avec le discours : il n’y a pas d’alternative possible. Quels sont les signes de cette évolution et que peut-on en attendre sur le fonctionnement de l’économie et de la société?

Des économistes de bons ton, distanciés des enjeux politiques et sociétaux qui nous submergent et experts des systèmes financiers et de ses théories ont commencé à identifier le processus en oeuvre (dans RWE blog ici). Ils nous alertent sur la transformation en cours et la mise en place d’une nouvelle expérience d’économie monétaire en Europe. Une de plus ! Nous Européens, nous sommes encore bien les souris blanches à yeux rouges, à nouveau dans l’éprouvette/cage !

Que disent ces experts ? Ils parlent d’«Austrian style,  free banking area». Des mots qui sonnent bien intellectuel et bien Anglo-saxon. Le «free» liberté, libéralisme tout ce qui est doux aux oreilles des plus entichés d’européisme. Où est le problème? Que doit-on craindre alors? Le diable dans les mots et les détails… Ce libéralisme a un son galvaudé comme est la démocratie des droits de l’homme version BHL. Ici c’est comme si on en avait la phase économique, certainement aussi meurtrière.

Quid du fameux «free banking»  de nos manuels anciens car c’est bien de cela dont il s’agit. Une bonne vieille doctrine de manuel de cours. Quant à ce qu’elle aussi soit tentée en expérience réelle et à cette taille, celle de l’ensemble de l’Europe, c’est bien là que nous devons être surpris. Ils osent ! Cette doctrine décrit une organisation monétaire où les acteurs privés vont avoir la «liberté» de créer leur propre monnaie. Enfin pas vraiment tous dans notre cas… Les puissants et même pas les plus vertueux car c’est bien le principe de l’évaluation chère à notre ex-ministre des affaires étrangères, bien popularisée ainsi : «ceux qui font le bon boulot»qui prévaut aussi dans la sphère financière : le principe des pyromanes vertueux : les banques européennes. La BCE sera ainsi une institution fonctionnelle sans grand objet, instance virtuelle, une armée de réserve de précaution -stockée et payée pour les temps d’une éventuellement de prochaine expérimentation monétaire en Europe…!

En effet si chaque banque émet sa propre monnaie sans coordination centrale, la BCE n’a pas à assurer la sécurité du système de paiement en dernière instance – pas de prêteur en dernier ressort donc-, chargé de maîtriser les crises de liquidités. La théorie fait d’ailleurs comme si elle n’existait pas, c’est plus facile pour le raisonnement…!
Beaucoup de gens y voient un avantage certain : garantir qu’il n’y aura pas de renflouement des banques par les Etats et les contribuables comme après 2008 en Europe. Socialiser les mauvaises dettes privées sur les budgets des Etats (plus certains que d’autres certes) et de leurs contribuables alors que l’afflux de bonus et de retraites dorés ont continué, a gêné les plus observateurs.  Rémunérer ainsi les intelligences et les savoirs-faire qui avaient ainsi dissimuler les faits des regards n’était en effet pas bien morale quand l’économie réelle subit le choc et que le chômage s’accroît. Avec le « free banking », la morale serait donc sauve ? Le libéralisme l’emportant sur l’interventionnisme, la tentation mystificatrice est grande et nombreux se feront avoir sur les termes, s’ils n’ont que de vagues rudiments d’économie monétaire.

L’autre terme consacré est aussi bien sujet à ignorance des détails, on remplacerait le très elliptique «Bail-out» par plus de responsabilité !
Revenons alors aux mécanismes qui voient alors le jour dans le fonctionnement normal…sans évoquer les crises…qui d’ailleurs dans l’environnement équilibré de référence n’existent pas! Si différentes banques privées créent leurs propres monnaies indépendamment l’une de l’autre, on assiste à la mise sur le marché de plusieurs monnaies, voire une multitudes, même si on les dénomme toute sous le vocable Euro. Il va y avoir les Euros Société Générale émis par la Société Générale en France, les Euros Deutsche Bank, les Euros Alfa Bank émis par cette banque greco chypriote, etc.
Dans un environnement de marchés monétaires et financiers, ces différentes devises se retrouvent sur le marché et ainsi s’établit un taux de change entre elles en fonction du degré d’acceptabilité d’une monnaie par rapport à une autre. Ces taux de change peuvent évoluer aussi d’une période à l’autre en fonction d’une multitude de critères. Doit-on penser que le tradding à haute fréquence en application directe sur les smart-phones pourra aider aux achats courants ? Techniquement pourquoi pas ! Ce peut être indirectement aussi une manière de lutter efficacement contre les risques d’Alzheimer qui nous menacent tous avec l’âge !
Yanis Varouvakis, l’économiste grec qui fut Ministre des finances de la Grèce a puisé dans l’exemple grec de l’été un avant goût du fonctionnement réel d’un tel système. Des contraintes spécifiques (contrôle des changes) étaient imposées par les autorités monétaires européennes aux banques grecques et donc aux euros grecs. Elles généraient des asymétries systématiques dans le système des paiements. La liquidité (Euro) des banques grecques n’était plus de même nature que l’Euro monnaie unique (risque et liquidité différents).
Greece today (and Cyprus before it) offers a case study of how capital controls bifurcate a currency and distort business incentives. The process is straightforward. Once euro deposits are imprisoned within a national banking system, the currency essentially splits in two: bank euros (BE) and paper, or free, euros (FE). Suddenly, an informal exchange rate between the two currencies emerges.
Il souligne qu’alors un taux de change non nul s’établissait entre l’Euro (BCE) et l’autre Euro celui du système bancaire grec. Tous les acteurs privilégiaient l’Euro BCE sur l’Euro dit «free» en dépôts sur les comptes bancaires grecs. Sans système de paiement suffisamment liquide, A. Tsipras du capituler (Pour toujours ? Pour longtemps? Les paris sont toujours ouverts entre les spécialistes et les humeurs personnelles…à ce sujet.)

Certaines caractéristiques du système monétaires actuels dans ses transformations les plus récentes -qui s’accélèrent par coïncidence-, laissent présager du remplacement du système de l’Euro par des Euros monnaies privés d’acteurs différents.
Un chose peut être certaine, en Europe habermasienne où la communication est l’essence de tout fonctionnalisme, gageons que la communication mise en oeuvre pour faire passer la transition sans remous sera parfaitement bien étudiée.

Un certain glas a sonné dans les instances européennes les plus en vue : ainsi la lettre de l’institut Robert Schuman du Iier février 2016 sous la plume de l’ex banquier du Crédit Lyonnais, Jean-Paul Betbèze, soulignait avec fougue que «l’Euro est irréversible»!
Habituée à lire à la façon d’Orwell cette déclaration argumentée d’une part d’arguments politiques là où il n’était pas sensé y en avoir et d’autre part des bons sentiments, plus de rigueur, pouvait servir d’avertissement.

Avec en «back ground» les travaux monétaires du CEMI-EHESS, des détails sans importance aux premiers abords revêtent une signification différente due à leur simultanéité et au contexte.

On nous explique brutalement que les billets de 500 euros ne sont pas pratiques…et seraient aussi des supports de la corruption de la fraude fiscale et pire encore du terrorisme ! On sent la brutale panique s’infiltrer….mais aussi la lassitude des mêmes instruments de la peur. En effet ça doit prendre moins de place dans les bagages, des billets plus petits ? Mais même un enfant de 13 ans m’a demandé alors pourquoi les 100 euros seraient plus sûrs après avoir supprimé les 500 et les 200? La logique a un effet implacable. Demain pour la même raison on supprimera les 200, les 100, les 50, etc. puis le discours sera facilité, avec nos fabuleux smart-phones, on comprendra que l’argent est dépassé…au nom du progrès et que le «cash» est aboli pour nous faciliter la vie.
Quelle ne sera pas la déception chez nos voisins allemands qui payent toujours en cash une très large partie de leurs achats?… Les autorités pensent pouvoir leur faire aussi fermer les yeux pour si peu.
Derrière la modernité du procédé sera  mise en avant le côté pratique à l’ère de l’informatique. Certains esprits chagrins s’attacheront à penser que l’heure sera aussi celle du fichage systématique des individus sur leurs rentrées et dépenses. Les libertés les vraies sont fragiles…malgré le vocabulaire trompeur du «free»! On nous referait le coup de la «fair value» du marché elle aussi bien Orwelienne?
il faut aussi remettre l’accent que un point théorique. C’est la fin de la promesse d’une conversion avec la parité un pour un (1:1) de tous les euros entre eux…. Le «free banking» sans cash devient un jeu d’enfant à mettre en place. Car le «Cash» c’est la monnaie centrale, signer et souveraine avec garantie d’équivalence sur toute la chaine. Un Euro du nord a même valeur qu’un euro du sud…etc. Sans cash, l’obligation, la promesse monétaire portée par un système unifié sous l’autorité d’une banque centrale unique, se détend. Il n’y a plus à assurer cette promesse, c’est le marché et ses spéculateurs qui vont décider comment tourne le vent pour chacun de nous….et la valeur de nos avoirs en banque!
Sans exigence de cash, plus besoin de monnaie centrale…le tour est joué et les monnaies bancaires auront une longue vie devant elles pensent les protagonistes dans cette nouvelle tâche d’apprentis sorciers.

Il est facile de comprendre qu’à cette étape c’est le capitalisme zoologique (cf. Viableco Capitalisme zoologique et totalitarisme inversé) , celui de la jungle qui va s’imposer toujours plus facilement et régner en maître sur nos marchés monétaires pluriels…. Le jeu de la concurrence faussée, du Casino, quotidien! Certains en rêve, ceux qui ont façonné leur vie de cette façon et qui ne peuvent pas en imaginer d’autre! De cette trempe semble-être le Ministre des Finances allemands. Chacun ses puces dans ce gouvernement germanique, Merkel qui veut sa «no fly zone» pour faire de la Syrie une nouvelle Libye sans penser que les Mercedes -hors des contre-sanctions comme les alcools- se vendent quand même très bien en Russie! Signe avant-coureur d’Alzheimer, panique, frustrations, ou tout ensemble. Ce que veut Schauble, le ministre allemand des Finances c’est une autre forme de guerre et de «no fly zone» (Euro), qui passe précisément par la différenciation des euros (1)…  Pour l’affrontement et pour parfaire la domination. Il est certainement parfaitement contient autant que Jacques Sapir (cf. Russeurope  L’Euro contre l’Europe ) que le système de l’Euro tel qu’il est n’est pas viable et que les peuples européens et des autorités plus courageuses finiront par le rejeter un jour ou l’autre….si ce n’est pas les dysfonctionnements et les dérives des activités des banques allemandes qui l’emportent avant dans leur crise. Alors le pari est de brouiller les cartes, le chaos téléguidé d’où naîtra la force pour faire perdurer au profit de l’Allemagne l’intérêt monétaire européen et sa capacité à drainer les ressources et la main-d’oeuvre. Une « no fly zone » en Syrie comme en Libye et aussi sur la zone Euro! Pour ne pas rester en reste avec la chancelière dans le nouveau délire mortifère germanique.

Le pari est pour le moins en effet aussi osé que celui de Merkel, et repose sur les forces de la communication et des conventions ressassées d’une Allemagne forte et vertueuse, maitre de l’Europe par sa vertu et son exemple. Combien de gens sont surpris quand on évoque la situation périlleuse des banques allemandes jamais remises de la crise de 2008, malgré les saignées des populations irlandaises et surtout grecques. Les populations ont payé pour que les créanciers et les banques spéculateurs mal habiles n’assument pas leurs pertes ? Tout a été fait cependant pour peaufiner l’impression de robustesse et de bonne santé à coup de langage propagandiste et d’accusation d’autrui. Pour les spécialistes, les firmes et les banques allemandes sont loin d’avoir été les plus vertueuses depuis des décennies… 20 fois le PIB allemand en exposition sur les dérivés chez Deutsche Bank, il y en a qui s’inquiéteraient à moins! En Allemagne jusqu’au plus haut niveau tout est fait pour le cacher pour parfaire l’art de le mettre à la charge de ceux qu’on va pouvoir vilipender avec le plus de force. Donc au programme un second tour de passe passe programmé (cf Romaric Godin à la Tribune sous un titre explicite : De quoi Deutsche Bank est-elle le nom?) pour différencier les risques portés par les divers euros en fonction du pays….et rendre grâce à Schauble dans son rôle du prestidigitateur : asseoir la côte des euros Deutsche Bank par la magie de la communication et en dépit du réel!
Une grande partie des dettes des gouvernements ont été émises pour éponger les dettes des créanciers bancaires dans de mauvaises affaires (immobilières et autres). Ces dettes sont en fait des dettes bancaires socialisées parce que la menace du choc sur l’Euro exigeait des sacrifices économiques et humains… Les banques créancières sans scrupules et raisons étaient too big to fail pour ne pas faire de vagues…! Des euros bancaires divers ont été ainsi refilés en euros BCE ni vu ni connu du public en moyenne et les risques dilués en grand. Déjà les spécialistes monétaires avaient pu s’étonner des doubles standards des thérapies de choc et d’austérité subis par les divers pays pourtant en régime de monnaie unique.

Les titres d’Etats européens que les banques peuvent utiliser en collatéral de l’émission de monnaie sont nominalement sans risque. Les mécanismes spéculatifs en oeuvre ont certes expliqué la diversification des rendements, accusant les dépréciations de dettes d’un pays à l’autre et de façon cumulative… Les PIIGS vite montrés du doigt, la logique de la communication aussi au rendez-vous pour façonner les mentalités Nord Sud d’un racisme «politiquement correct». La sphère financière se nourrit de rumeur et la presse aux ordres y pourvoit. Les bonnes leçons de la propagande système ne se perdent pas surtout quand il s’agit de sauver l’Europe, pensée bien avant nous tous dans cette même Allemagne aux accents guerriers retrouvés (no fly zone!) (2) .
Un système concurrentiel de marché avec une concurrence faussée à la base… L’accès aux liquidités plus difficile pour une entreprise espagnole que pour sa consoeur allemande sur le même territoire parfois! La guerre économique quand on ne peut vaincre autrement! Rien de nouveau, si on n’analyse….l’expression d’un rapport de forces d’une guerre de communication.

Autre détail, mais pas si ténu : la réglementation qui a été imposée depuis le 1ier janvier dans le système de l’Euro : la fin de fait de l’assurance des dépôts au moins au-delà d’un montant de 100 milles euros par personne. Malgré la complexification des closes juridiques, il semble que ce montant comprenne aussi les comptes d’assurance vie (3).
Pourquoi ce changement réglementaire qui tenait tant à coeur les autorités monétaires européennes? Les pays ont reçu des menaces d’amende s’ils y ne votaient pas avec suffisamment de rapidité la mesure… Le Parlement de la France l’a voté dans l’été 2015 alors que la population était majoritairement tranquillement étalée sur les plages.
Pour qu’elle raisons cette restriction?
L’explication en fut donnée de façon succincte : on ne veut plus de «bail-out» du système bancaire….du fait de son caractère amoral (voir plus haut) ainsi on pourra le remplacer par un «bail-in» plus moral ! Le contribuable sera exempté mais pas les créanciers… Combien de citoyens savent alors que le créancier peut aussi être l’épargnant? Le diable dans les détails toujours. Ainsi l’épargnant créancier de la banque sera ponctionné si d’aventure un problème survenait comme après 2008!….Citoyen contribuable excepté mais citoyen épargnant à charge! En principe pour éviter que ce soit deux fois les mêmes qui payent les déboires des banques.

Créer sa propre monnaie pour une banque en toute liberté à l’heure de la monnaie électronique, rien de plus facile techniquement. La difficulté est ailleurs et on s’en doute : se trouver en position de «responsable» chacune de sa propre crédibilité.
La menace du «too big to fail» pourra elle être moins opérante ? Rien de moins sûr surtout dans un système financier complexe où les autorités monétaires reportent chaque année les exigences de supervision plus fine prévues depuis la crise de 2008! (action des lobbies bancaires !). Le risque de système ne peut pas être moindre et pour une bonne raison, il sera pire : la raison est simple et a été expérimentée. Dans la complexité du système de paiement et avec la difficulté à déterminer les valeurs dans le cas de crise et de panique… on l’a vu avec les subprimes : l’impossibilité de trancher le bon grain de l’ivraie accusait la décote totale de l’ensemble. C’est ainsi que le marché tranche dans l’opacité et l’incertitude....avec plusieurs euros imbriqués d’incertitude sur des chaines entières de banques aux actifs incertains… Le système serait vite un néant si un choc survient même sur un infime segment. Les mécanismes de contagion sont connus, bien sûr hors du modèle idéal du «free banking». Cette doctrine les ignore par atavisme de l’équilibre et parce que penser la dynamique des systèmes financiers est hors du modèle et du programme du manuel.

Avec un club de banques qui sont censés coopérer entre elles pour la gestion du système de paiement, déjà les banques ne s’en sortaient pas bien …et par peur de voir se dissoudre l’Euro dans cette panique on a du les renflouer grassement. Alors imaginons, un système où chacune jouerait individuellement…dans l’opacité, la fraude la spéculation ? Que pourrait-on attendre du fonctionnement d’un tel système de paiement?…Dans la vraie réalité, celle que les manuels ne traitent pas? Surtout quand on sait qu’un système de paiement est la colonne vertébrale d’une économie monétaire et des transactions d’une économie tout court.
C’est clair dans le pire des cas...on retournerait au troc! A la course aux réserves réelles diversifiées donc, comme principe de précaution des temps agités!
Alors la question qu’on doit se poser est celle de comment assurer un système ainsi laissé à lui-même sans garde fou ? Dans l’environnement international que nous connaissons. La réponse est simple : asseoir chaque monnaie bancaire individuellement sur des actifs de confiance. L’Europe sans système monétaire robuste, empêtrée dans la fiction de l’Euro-système mais non monnaie, est bel et bien le jouet des passions et des conflits du monde. Une piste binaire s’ouvre : or ou dollar ?

«Currency board» sur le dollar à terme ou étalon-or…? Deux manières d’entrevoir une possible solution: soumission finale version Ouest ou Est ? Nos apprentis sorciers de la finance aspirent à la solution n°1, on s’en doute bien par convention financière, celle qui les a éduqués et façonnés. Pourquoi changer si la possibilité s’ouvre et ainsi contribuer activement à alimenter le système de captation des ressources pour les aspirer et les recycler dans le système d’étalon dollar? Le seigneuriage mondial rend possible une dette infinie qui fait vivre l’économie américaine à travers des déboires et finance ses guerres. L’Europe captive permettra que la mécanique dure encore même si le monde se polarise un peu diféremment

L’autre éventualité, plus exotique n’est pas à exclure dans le choc financier qui s’amorce. Qui aura les réflexes de sortir les meilleurs paravents au tsunami? Les paris sont ouverts ? La logique marchande risque encore une fois de ne pas faire des prouesses en la matière!
Difficile de voir comment éviter l’Europe en vrac dans ce jeu de dupes! Merci les rêveurs d’Euros, imbéciles utiles ! Mais au moins alors on peut espérer ne plus entendre grincer leurs rengaines.

 

Notes :

 

 

(1) Schauble veut empêcher que les banques utilisent de la même manière les titres d’Etats de différents pays en collatéral et de même parité. S’installe ainsi une asymétrie de concurrence majeure pour l’accès au financement de l’économie réelle en Europe.

(2) Deux semaines après les accords de Yalta, il y a 70 ans, le 25 février 1945, dans “Das Reich” un article s’est intitulé : “Das Jahr 2000” (L’ année 2000). Joseph Goebbels son auteur se présente en futurologue de circonstance et propagandiste de référence. Il dessine sa vision de l’Europe du futur :
une “Europe unifiée sous la direction de l’Allemagne”, et surtout “cette Europe certainement unie en l’an 2000, celle des enfants de nos enfants, à un moment futur, où cette guerre ne sera qu’un lointain souvenir”.

(3) les juristes spécialistes pourront mieux que moi analyser ce point.