L’Euro croyance et illusion

L’Euro système de croyances et d’illusions : sortons de l’éprouvette pour construire un futur viable !

tumblr_mpdacrhly51s7xrpqo1_1280

Pour faire une monnaie, il faut de la confiance, mais tout système de croyances n’est pas une monnaie ! C’est bien là où nous en sommes avec notre système monétaire (pseudo currency board) symbolisé par l’idée de l’Euro.
Yanis Varoufakis, l’ex-Ministre grec des finances, dans une conférence en novembre 2014 à L’université de Berkeley aux USA , “Modern money : aesthetics after the gold standard“,  (ici le film) avait souligné un détail qui fait symbole: les billets en Euro ne représentent que des infrastructures virtuelles, aucun paysage européen réel n’avait été reproduit. Pour ne pas faire de jaloux? En fait, pour mettre chaque pays face à la négation de son identité et celle de l’autre : le virtuel avait vocation à remplacer le vrai et le réel… sans limite!
Avions-nous remarqué, nous qui manipulons quotidiennement les Euros depuis plus de 13 ans?

La conséquence fut plus que picturale mais organisationnelle : l’espace européen a placé la croyance en premier avant de s’attacher à l’importance de la monnaie dans ses fonctions économiques, l’allocation des ressources et ses mécanismes de façon pragmatique… L’objectif n’était peut-être pas réellement de faire une vraie monnaie? J’ai la faiblesse de le croise : se limiter  à créer l’illusion de la monnaie suffisait. (cf. Viableco Et si l’Euro n’est pas une monnaie?).

Le discours idéaliste et sa mise en oeuvre fonctionnaliste par des méthodes et des traités a eu vocation très rapidement à primer sur le réel. La chaîne des protagonistes de la «construction»/ déconstruction a choisi de nier les différences des pays et des économies comme aussi les pattes du temps et de l’Histoire,  leurs expériences heureuses et malheureuses. La finalité d’une convergence posée a priori a été le seul axe des préoccupations… un «false flag» scientifique (cf. Viableco,
Le Grec postume et le gouvernement de l’espoir) ? Majoritairement les académiques et experts ont fourni la matière de ce discours plus par « soumission » (1) que par réflexion scientifique. Maintes fois furent dénoncés les risques d’instabilité financière et d’asymétrie des chocs, sur l’économie réelle… Personne là encore ne voulait écouter et tenir compte d’observations hors de la norme. Il restera de ces réflexions infructueuses des traces pour les historiens qui voudront et pourront faire un jour avancer la connaissance sur les dynamiques de désagrégation des économies et les sociétés!

L’Euro pseudo-monnaie de l’unification et de l’uniformisation a eu un rôle symbolique pour s’incruster et façonner les esprits des acteurs économiques en Europe. La convergence des modèles devait devenir réalité par l’auto-persuasion. Une justification théorique en économie permettait de fermer les yeux bien à propos : les anticipations rationnelles (cf. Viableco l’Economie de la propagande). Elles sont une illusion économique certes, mais elles perdurent comme instrument pratique pour nier le temps et justifier l’austérité pour les peuples…toujours au service de la rente financière. Le raisonnement rapporte encore !
Dans le sujet de la mise en place et en fonctionnement du système monétaire européen, il n’y a pas que des questions économiques et institutionnelles mais bien des rapports de forces et de domination. On l’aura bien deviné. Les élites poussent à « l’inertie » pour maintenir l’occupation du terrain et la logique du drainage des flux. Le phénomène est maintenant de plus en plus nettement visible à de nombreux égards, les inégalités en croissance (cf. T. Piketty Le capital au XXIe siècle) ainsi que le vrai chômage de masse (cf J. Sapir Russeurope, Le mensonge, le parjure et la statistique ). Au delà des dynamiques de fond, il y a aussi des épisodes significatifs : la curée de la Grèce, le coup d’état silencieux du Portugal (cf. J. Sapir pour Causeur ici) procèdent de cette inertie imposée qui n’a plus d’égards pour la démocratie de façon d’ailleurs bien officielle (2) : « Il ne peut pas y avoir de choix démocratique contre les traités européens« soulignait J.C. Junker .
La mauvaise foi s’y engouffre et les intérêts de clan se jouent des rapports de forces… Les crises du secteur financier ne sont pas finies… Les difficultés de la sphère financière chaque jour se révèlent un peu plus (récemment encore avec les pertes de 6 milliards pour le trimestre chez Deutsch Bank!) alors que les pratiques sont immuables. Une inertie qui rend nécessaire de trouver manière à colmater les fuites avec discrétion : un système efficace fonctionnant en continu. Le choix des élites « européistes » à la tête du système monétaire européen s’acharnent à pomper sur le secteur de l’économie réelle pour alimenter les bulles et la raison d’être des lobbies financiers! Elles ne veulent rien changer… Je doute personnellement qu’une auto-critique soit possible dans l’arrogance de l’hubris et de l’impunité qui atteint la démesure (cf. viableco : le cirque européen révélé)

Le système monétaire et financier joue son rôle en l’état et la main- d’oeuvre n’a qu’à se plier aux injonctions… Impossible referendum! Il n’y a plus de démocratie avec un système européen (Euro) ainsi perverti : La surveillance, le chantage, la coercition, la violence de plus en plus aiguës s’y insèrent.
Le système est à dénoncer mais ses acteurs présents ne changeront rien sans un choc qui leur enlève les rennes. Un possible choc a un nom générique « sortie de l’Euro ? » (qu’une question de terme ?). On peut jouer sur les mots mais c’est encore se cacher le réel ou le contourner parce qu’on n’aime pas dire qu’on s’est trompé ou qu’on a été trompé! Le courage devra prendre le relais de ce malaise.
Proposons donc des termes pour concilier le vocabulaire, disons à la rigueur plus : «sauvetage économique par changement de la politique monétaire du système euro perverti» (actuellement un currency board sur le DM et pas une monnaie unique). Mais c’est bien long…! Alors on peut comprendre le raccourci pour parler sans détour de la sortie de cet Euro là ! Cet Euro là, qui est un instrument monétaire virtuel mais paradoxalement bien tangible quand il s’agit de détruire économiquement et socialement l’Europe.

Parce que l’Euro a joué de la symbolique et du virtuel, une transition de sauvegarde a aussi un rôle à jouer de nature symbolique pour libérer les esprits ; elle doit permettre pleinement de rejouer la partie et de reconstruire sainement l’organisation monétaire en Europe.

A force de s’empêcher de voir et d’entendre…c’est l’inertie du jeu perverti qui fera sortir d’une manière ou d’une autre… hors des contraintes de viabilité. Les travaux sur le sujet ont montré que plus la sortie est cadrée et réfléchie sans faux-semblants, meilleure elle pourra être (Cf. J. Sapir, Ph. Murer et C. Durand (2013) Les Scenarii de dissolution de l’Euro) ensuite le temps de crise (hors du cadre) sera fonction de la reconstruction structurelle et
des compromis…Nouvelles contraintes et nouveaux régulons (instruments de pilotage de la viabilité)?
La viabilité donne un vocabulaire et une métaphore de circonstance! (cf.  Viableco méthodologie)

La première urgence est certainement d’arrêter de sanctifier l’Euro…cette sanctification qui porte encore trop et confond les esprits fut un gigantesque piège médiatique et géopolitique (3). Tant de gens de bonne volonté y sont tombés parce qu’ils ont voulu sincèrement croire à la rhétorique de paix et de progrès sans se douter qu’ils jouaient ainsi de la liberté et de la vie de leurs enfants.

Comment déciller les regards égarés pour qu’ils ressentent enfin les dangers et les risques après tant de temps perdu et d’efforts vains? Comment faire comprendre que L’Euro n’est qu’un mécanisme, un système économique, qui faute de fonctionner salutairement détruit les économies, les territoires, le travail ….et des gens aussi et en grand nombre (4) ( (cf. Viableco Viability alert!).

En matière d’action sur les croyances, gageons que les paraboles peuvent compter :

Un train qui avancerait et qui écraserait passants de ci delà et étoufferait les passagers serait mis à la révision immédiatement : on cesserait de l’utiliser avant d’avoir fait le nécessaire pour enrayer la mécanique infernale. Rechercher le défaut, re-brancher correctement les tuyaux et vérifier les systèmes de signalisation!….on n’obligerait pas les gens à s’y installer avec aux commandes des conducteurs dans des locomotives plombés et oxygénées, qui ne chercheraient qu’à aller plus vite sans précaution.
L’économie monétaire est une mécanique avec des tuyaux et des signaux à contrôler aussi sinon énergie, air, liquidité s’y gaspillent! Il faut démystifier, désacraliser l’économie en urgence pour rendre ses instruments (monétaires) efficaces et viables. Puis il s’agira de piloter autrement : autres commandes, autres outils, autres finalités et autres personnes…et surtout mettre fin à la  subordination du système économique dans son entier à la finance crapuleuse. En finir avec le panorama actuel (cf. Viableco la «désindustrialisation prématurée»)

Les pays européens s’appauvrissent, ce n’est pas tant visible de Paris mais significatifs vues des régions (on ne peut pas faire sans). Elles se vident  en travail! Une France des régions de  retraités et de réfugiés plus ou moins islamistes est-ce viable?   Surtout dans le contexte en trompe l’oeil qui se dessine :  le tourisme comme  perspective d’activité qui nous serait laissée par nos « partenaires ».   Le TAFTA discuté et peut-être bientôt signé en cachette par nos eurocrates non élus n’augure rien d’autre que ce repli et cette démission faute de pouvoir de négociation dans un cadre juridique non biaisé:  normes imposées,  caprices et ses punitions au  gré des puissances et des puissants étrangers.

L’aménagement du territoire qui a contribué à reconstruire la France après la seconde guerre est une priorité à restaurer sur des bases
contemporaines… Le marché dévoyé n’a pas de soucis ni d’intérêt à
l’aménagement du territoire : il est la jungle et l’argent roi pour que tout s’achète et se vende, nature et humain compris.

Nous sommes dans cette éprouvette plus ou moins mais surtout nous allons y mettre nos enfants! Sortons enfin de l’éprouvette pour construire un futur viable !

 

Notes

(1) Soumission est un roman d’anticipation écrit par Michel Houellebecq, paru le 7 janvier 2015 aux éditions Flammarion. L’auteur y décrit -est ce un hasard ?-  la soumission en premier lieu des milieux universitaires et académiques aux sphères d’influences politiques.

(2) Jacques Sapir concluait son billet du 5 février 2015, L’ultimatum de Francfort, par : “Nous sommes aujourd’hui confrontés au conflit inexpiable entre la légitimité technocratique et la légitimité démocratique.”

(3) « La théorie économique prise comme une référence biblique laisse chacun aveugle et sans dents» (Biblical economics leave everybody blind and toothless) Y. Varoufakis, l’allusion n’étonnera personne !

(4)  The Body Economics when austerity kills de David Stuckler et Sanjay Basu,  Allen Lane (21 May 2013)