Et si l’Euro n’était pas une monnaie ?

Un remarque d’un commentaire d’un billet du blog RWER (cf. Pavlos) m’a fait l’effet d’une sonnerie tonitruante ! Ces mots qui résonnent encore aident à faire une synthèse et peut-être sortir de l’aveuglement orchestré : «The Euro is not in fact a currency»

Et si l’Euro n’était déjà plus une monnaie encore moins une monnaie unique et ne se résumait actuellement qu’à un système d’ancrage conditionné aux décisions d’un directoire désigné par les élites financières occidentales?  Ne devrait-on pas parler alors  de «dictature financière» ? et d’émergence d’un nouveau mode de totalitarisme en Europe ? Telles sont les guides de la réflexion monétaire sur ce qui pourrait n’être qu’une fiction monétaire véhiculée par l’Euro ? Le sens des mots et des mécanismes économiques permet d’en éclairer les 2 dimensions qui égarent.


L’Euro, monnaie fictive

L’Euro : «it’s an elaborate and sometimes fragile peg» est en somme un currency board une sorte d’ancrage (peg) sophistiqué et porté par une rhétorique de communication dont l’essoufflement peine à dissimuler le réel des économies européennes en déliquescence (1).
Un peu d’histoire permet d’éclairer les contextes et les enjeux:

Dans la pratique et les faits historiques, le currency board (système de caisse d’émission contrôlée) a été utilisé comme un instrument monétaire de soutien à la colonisation par le gouvernement britannique. Ce système a été mis en place par les britanniques à Hong Kong et il subsiste encore dans des colonies comme Gibraltar, les Iles Falkland ou Sainte-Hélène. Normalement il s’applique à de petits pays sous contrôle colonial ou pseudo colonial. A plus grand échelle la manip est osée : il a magistralement été dénoncé quand il a été appliqué à l’Argentine sous injonctions du FMI. Il précipita le pays, «meilleur élève du FMI», dans une crise majeure en 2002. On comprend dès lors les accents déterminés et passionnés de la présidente Argentine Cristina de Kirchner, quand elle évoque les tourments que son pays a connus…

Un système de currency board consiste à intégrer le système monétaire d’un pays à un système monétaire extérieur. Les autorités du pays soumis se chargent de soumettre à leur tour l’économie du pays via la circulation interne de la monnaie en liaison stricte avec la détention de devises étrangères. Ces devises étrangères pourraient avoir cours légal dans le pays puisque de facto le pays n’a pas de souveraineté monétaire, – de droit de créer sa monnaie indépendamment de ses relations extérieures-. La souveraineté d’ensemble du pays est ainsi battue en brèche efficacement et bien plus discrètement que si le pays donnait cours légal à une monnaie étrangère dans son espace monétaire. Dans la pratique, la monnaie du pays est ainsi quasi fictive (elle n’en a éventuellement que le nom), la circulation des liquidités dans des espaces non avalisées par les instances supranationales est contrainte voire impossible. Cette surveillance indirecte est un moyen efficace de s’immiscer au coeur des décisions politiques et économiques du pays et de les contraindre: La liquidité, gage du fonctionnement des économies monétaires, est soumis à des contrôles extérieurs, elle ne peut servir librement à stimuler l’investissement l’éducation la recherche…ou encore assurer transition énergétique et protections sociale et environnementale.

C’est d’ailleurs dans cet esprit, qu’après le crise de 1998 en Russie (2), presque tous les économistes standards ont poussé, -l’idéologie qui payait- , pour convaincre les élites russes de créer un currency board en Russie. Il n’y avait pas pour eux d’alternative possible pour sortir le pays du chaos prévu… Cette rhétorique de la peur et du TINA, prémonitoire, nous rappelle bien quelque chose de plus quotidien actuellement en Europe. Sur la base d’un système de currency board les financiers et experts fidèles à des intérêts extérieurs peuvent asseoir  un contrôle monétaire du pays…une bataille économique «soft» ? Mieux qu’une guerre ?  Pas sûr ! Les  victimes innocentes dans la population sont autant de dégâts collatéraux  (cf. D. Stuckler et S. Basu (3)).

 

En Russie on comprend que ce système visait à contrôler les ressources du pays en biens, capital et main-d’oeuvre éduquées en évitant que ces actifs ne se dépensent dans l’amélioration des conditions sociales du pays, les avancées technologiques et militaires ou l’achat de réserve d’or. Ces derniers points cruciaux pour le développement économique et social du pays n’auraient pu être atteints si le contrôle monétaire avait été réalisé. Nos experts occidentaux qui travaillaient à ce verrouillage des liquidités du pays avaient multiplié les coups de main à coup «d’ingénieux modèles optimaux» pour plaider pour le currency board comme seule chance de sauvetage du pays! (4)

La Russie a couru ainsi ce risque de voir son économie et sa société détruites ; elle en fut cette fois sauvée par E. Primakov  (cf. ici l’hommage que lui fait Jacques Sapir).. Dont la Russie est orpheline depuis quelques mois. On sait maintenant aussi que cette leçon a su être tirée par les successeurs de E. Primakov.

Une fois cet éclairage historique précisé on comprend que les réflexions sur la finance et les banques prennent une place importante dans les questions de sécurité pour la Fédération de Russie et plus largement l’Eurasie…. S. Glasiev l’a encore récemment souligné dans un Rapport pour le comité de sécurité nationale qui saura en temps opportun porter ses fruits (version française ici).

 

Tel Ulysse, E. Primakov ,  n’a pas cédé aux sirènes de OTAN qui se drapaient alors dans des queues de poissons d’économistes à la mode.
A la source de la détermination de E. Primakov, une connaissance géopolitique des questions mondiales et un courage qu’il puisa sans aucun doute dans la réalité des frappes de l’OTAN sur les chrétiens serbes : de quoi rapidement le convaincre des effets de la propagande occidentales et de ses implications mortifères.

E. Primakov en fut déterminé : la Russie n’aurait pas de currency board! Elle put ainsi se reconstruire sans le carcan du TINA : investir dans le développement d’une classe moyenne sans négliger la formation, la recherche et les avancées technologiques ; les démonstrations récentes de guerre technologique en Syrie ont surpris certains observateurs de bonne foi (5) (6).

 

Cette guerre de Serbie fut certainement une précipitation trop grande et trop visible, les élites hors-sols ont trop vite considéré la partie gagnée définitivement, la fin de l’histoire. A la source de cette précipitation et de ce manque de conscience du temps, il y a l’appât du gain . Il est cristallisé dans les modèles économiques et les comportements inculqués méthodiquement dans les mentalités. Cette précipitation est-ce ce qui fait réagir et comprendre?… Le pas de trop qui trahit? Celui qui permet de discerner les enjeux et les coups bas derrière la propagande et le soft power ?
Si E. Primakov et ses équipes d’experts aux ambitions plus collectives avaient failli ! Que de différence en effet dans le quotidien des Russes,  mais bien au-delà aussi dans le monde et la géopolitique. Actuellement la Syrie serait toujours plus aux mains des djiadistes, l’EI plus fort…et nous regarderions le carnage tétanisés dans la peur, assurés que rien n’empêchera qu’il ne se déferle plus haut, au coeur du monde européen si nous devions être moins domesticables et serviles que prévu… Des exemples à la hache seraient faits aux quelques récalcitrants qui voudraient s’opposer à la manoeuvre de captation des richesses (ressources, entreprises, terres, espaces naturels) par les intérêts étrangers. Ces mêmes intérêts qui comptent chez nous déjà bien plus que celui des électeurs.(7)

Ainsi mis en exergue l’ampleur des enjeux et des risques ouverts par la mise en place du système de currency board, c’est avec grande lucidité que la version qui a cours en Europe actuellement doit être considérée. L’austérité commandée et le TINA sont le modus vivandi de la politique européenne sous contrôle extérieur. Ce système institutionnel est porté abusivement par un vocabulaire trompeur : il a été associé à l’idée de monnaie unique mais il diffère d’une vraie monnaie au sens propre du terme. Il soumet les pays aux décisions strictes de la BCE. Cette institution -instance non démocratique- de la gouvernance européenne prend des décisions discrétionnaires avec des biais asymétriques selon les pays. Au nom de quel principe commun? L’Euro…! Fausse monnaie unique. Il est temps de se rendre compte que ce qu’on appelle l’Euro n’est pas une monnaie unique mais un système de pseudo currency board» sur le Deutsche Mark.
L’Euro fictivement «unique»

J. Sapir nous avait déjà alertés (sur cette question éminemment monétaire…les événements de Chypre de 2013 marquaient déjà la date de la création d’un euro dual… Un euro avec une garantie à géométrie variable. L’été 2015 a rajouté une dimension à ce constat. Depuis plusieurs mois, – du fait des mauvais choix récurrents des électeurs grecs ?-, la BCE avait suspendu son rôle de banquier central en Grèce de façon discrétionnaire en coupant des lignes de refinancement des banques grecques (cf. pour se le rapeller ici) . La BCE a instauré ainsi l’asymétrie dans le système monétaire européen… Un tournant radical pour l’ensemble des acteurs de la zone Euro.

Ce tournant est lourd de conséquences : Les financiers font référence à un jargon de spécialiste en la matière pour rendre compte qu’il y a plusieurs monnaies (Euros) de fait, car il y a différents «risk premia». Une monnaie ne peut pas être associée à plusieurs «risk premia» et garder son caractère de monnaie unique. C’est une impossibilité !

Un Euro dans une banque en Grèce, Espagne, Allemagne n’est pas traité de même et donc n’a pas intrinsèquement la même valeur.
C’est un constat que l’homme de la rue peut faire aussi de façon intuitive… Se développe ainsi la crainte d’une possible captation des dépôts. On peut en effet imaginer toute une gamme de systèmes de dépôts forcés, conditionnés à des mesures coercitives allant d’instruments réglementaires, fiscaux à d’autres types de violence… Sans même aller jusqu’à l’impossibilité de retrait, des retraits sous condition avec des pertes éventuelles, des pénalités, des taux négatifs, peuvent devenir une éventualité dans certains pays. L’incertitude s’installe, la théorie économique et la réalité combinées nous ont expliqué combien l’incertitude ravage les rapports monétaires et financiers de nos économies, causant crises et déchainements des dysfonctionnements.

Le fait qu’il y ait des barrières différentes d’accès à la convertibilité atteste que la pseudo monnaie européenne unique a déjà éclaté.
Actuellement on sait qu’un nombre trop important de citoyens grecs, espagnols, italiens ou français ne peuvent pas décider de convertir leur Euro (pseudo monnaie unique) en Euro allemand facilement. S’ils tentaient de le faire, ils rencontreraient les mêmes difficultés que les Chypriotes ou les Grecs. Des barrières institutionnelles se dresseraient.

L’absence de légitimité de ces asymétries est double : qu’est ce qui garantit mieux les Euro-Allemands ? Sinon l’accès plus assuré au refinancement de la BCE. Il est coutume de détourner le propos en nous expliquant qu’il s’agit de différence de compétitivité de l’économie allemande qui doit légitimer cette différence institutionnelle, qu’aucun traité n’institue. Mais le propos est éminemment circulaire puisque c’est la monnaie, euro-Allemand , ex-DM avec son statut de monnaie imposée aux autres pays, qui construit la compétitivité interne. Les écarts s’y accentuent de façon cumulative, faute de plan d’investissement adapté au contexte des régions ; lesquelles anéantissent leur économie dans le processus.
L’Allemagne et les financiers peuvent puiser dans les QE européens sans fin… Sans qu’aucunes barrières ne se lèvent. Un avantage dont la Deutsche Bank ne se prive pas même si elle accuse un déficit abyssal….elle n’est pas une banque grecque. Soyons assurés que les mécanismes en place «socialiseront» les pertes de Deutsche Bank comme aussi les amendes de Volkswagen dans sa politique de la tromperie à grande échelle (logiciel trompeur). «To big to fail» et «too big to jail» faisant office de contraintes du système que l’asymétrie rend fou.
La BCE a choisi de défendre certans intérêts et pas d’autres et on a pu mesurer qu’elle n’avait aucun compte à rendre. Même en cas de délit d’initié d’un des membres du directoire (cf. dans Russeurope ma contribution « Confiance, pouvoir, mensonge et crime »  ici ), l’impunité est de règle.
Antérieurement un tel comportement aurait précipité dans des geôles le membre indélicat ; actuellement dans les instances du directoire de la BCE il suffit d’arguer qu’on n’avait pas fait attention, qu’on ne savait pas que l’information n’avait pas été donnée par la presse pour esquiver les remarques et les suspicions… Les autorités de la BCE ne sont responsables devant aucune autorité morale, légale ou électorales: le fonctionnalisme poussé à l’extrême (8)

La BCE dispose de plus de 60 milliards de ELA (Emergency Liquidity Assistance available). Cette somme sert normalement à la BCE pour faire face -à ce que les économistes appellent-, le risque de système. Le risque que l’illiquidité sur un compartiment du système financier ne se répercute par contagion sur l’ensemble. Elle devrait pouvoir alimenter en cas de panique tous les acteurs de la zone Euro…et ainsi garantir de la même façon des dépôts en Euro dans une banque grecque ou des dépôts en Euro dans une banque luxembourgeoise ou allemande. La cohésion d’un espace monétaire impose cette contrainte… S’en démarquer, c’est à la fois renoncer à conserver une monnaie unique sur la zone, mais aussi s’exposer en plus au risque de système et à la contagion dès que le risque de système -que l’incertitude rend non mesurable-, prendra une ampleur conséquente. La BCE dans ces tergiversations opportunistes, prisonnière de ses allégeances, ne peut plus être durablement crédible pour faire face, en acteur responsable et fiable. La fragilité du système est donc inscrite dans le mode de fonctionnement et de gestion des autorités monétaires européennes.
En se réservant de façon permanente le droit de décision sur les affectations de la liquidité du système monétaire, sans qu’elle n’ait de compte à rendre à une assemblée démocratique, la BCE collabore à la mise en place d’une dictature. Les décisions d’un groupe (d’experts) ont une valeur illimitée sur le territoire de la zone, régie par le système de l’Euro, pseudo currency-board.
Si un gouvernant quelconque contrarie un membre du directoire… Quelle va être la punition ? Un chantage politique et économique doit-il en découler?
La crise des réfugiés par exemple peut prendre une tournure dramatique dans ce contexte. Il ne s’agit pas directement d’un problème de nombre de réfugiés en soi. On sait que la Russie a absorbé 1,5 million de réfugiés d’Ukraine en un an, sans compter les centaines de milliers de moldaves qui depuis quelques années considèrent la Russie comme une terre promise, mais une terre promise qui tient ses promesses…. (9)

C’est plus en Europe les conditions de l’absorption de ces réfugiés qui signalent les mises en forme du totalitarisme de l’argent qui pose un problème global. La gestion du système totalitaire européen pousse à promouvoir tout mécanisme aussi vil soit-il pour générer des sources de profits à court terme. On atteint en la matière le niveau 0 de la dignité : La marchandisation de l’humain, avec comme justification, l’argument des droits de l’homme et de sa liberté de choix… L’ironie est à son comble, la nausée aussi !
Cette horreur est déjà, plus en qu’un projet alimenté par les contrats européens pour la recherche, -instruments de servilité- , écrite et publicisée dans nos centres de recherches et universités les plus en vogue ; on y apprend que le marché a tous les droits et que les économistes -nos collègues- sont les instruments du progrès de l’humanité qui va apparier (avec du «matching» !) optimalement les humains dans le sens du bien public mondial ( gouvernance mondiale !?)…Un marché d’esclaves?  Offrant à des politiques européens les justifications de la honte.

Il y a quelques décennies c’était des biologistes spécialisés dans l’eugénisme à qui incombait ce sale boulot! Se rassemblaient-ils alors dans le pôle «Die berlinische Schule von Biologie» à la mode du moment? De nos jour dans l’Europe contemporaine, le marché des esclaves du XXIième puise ses justifications au sein de PSE, la Paris School of Economics (cf. Agoravox ). Le pôle n’hésite pas à faire la promotion de travaux de ces chercheurs, la constitution d’un marché de droit d’accueil, capable d’assurer un appariement «économiquement efficace». Il s’agit assurément d’un travail aussi consciencieusement et mathématiquement «juste» que celui effectué pour nous persuader de la convergence en Europe grâce à l’Euro! Une question survient : Les logiciels trompeurs de Volkswagen ne seraient-il pas construits sur la base de ces logiciels mis au service de la recherche européenne?

Maintenant le chantage complète les stratégies de tromperie qui s’affichent en Europe avec toujours plus de cynisme : On apprend en effet que si la Grèce accepte d’accueillir plus de réfugiés (ici)… Elle obtiendra en bonus des instances européennes un allègement des pressions d’austérité. Le marché (chantage ?) est simple : que la Grèce transfère sa population jeune, encore en bonne santé et assez bien formée (médecins, ingénieurs, scientifiques, en particulier) vers…les STO en Allemagne, le pays qui sait utiliser cette main d’oeuvre de façon efficace et tout ira bien pour ceux qui restent, les retraités grecs et les réfugiés accueillis.
Peut-on donner un autre nom que celui de chantage à de telles pratiques made in EU et chapeautée par l’Allemagne ? (cf : dans le magazine allemand Wirtschaftswoche).
A contrario, le sursaut possible de l’Eurasie tant politiquement qu’économiquement a rendu possible le monde multipolaire et ouvre une autre dimension d’espoir. On commence à peine à mesurer l’ampleur du sauvetage économique qui fut mené en Russie. Il est à la hauteur de la surprise constatée par l’avancée technologique et militaire aperçue en Syrie ces derniers jours… Et tout cela sans que le développement de la classe moyenne russe ait eu véritablement a en souffrir, en atteste la popularité du gouvernement russe… à faire baver nos élites gouvernantes!
Ce constat met l’accent sur l’énorme coût et le gaspillage de laisser en Europe l’initiative totalement à l’indépendance d’acteurs privés dont les intérêts convergent avec des intérêts étrangers contre les peuples européens et leurs identités…
L’euro n’est pas une monnaie, c’est un système de domination et un système inéquitable alors qu’il se présente comme un lien monétaire unique….
Une illusion financière de plus! (10)
L’Euro monnaie unique n’est plus et l’Europe est déjà sous la joue d’une dictature financière totalitaire. Sortir ou rester dans l’Euro n’a ainsi plus le même sens que ce que nous croyons et ne doit pas susciter les passions duales … La question est simplement celle d’ouvrir les yeux ou de les garder fermer et d’attendre la fin de l’histoire.
Question ouverte par JP Chevenement dans son dernier ouvrage : L’Europe sortie de l’histoire ? (11)
La maitrise du point d’interrogation… Tel est l’enjeu de résistance en cette fin d’année.

Le souffle du courage des Russes encore une fois saura-t-il nous entraîner à jouer de côté de l’espoir dans ce monde qui change?

DAEC137_1Image à la une : billet de 10 « profits »,  monnaie du Dietskyi Mir (Monde des enfants) – Moscou-

 
Notes :

(1) Des billets dans Viableco abordent ce sujet du currency board, le 9 dec 2014 ;
http://viableco.hypotheses.org/528, le 26 fevrier 2015 http://viableco.hypotheses.org/783 , et le 21 mai 2015 http://viableco.hypotheses.org/972#more-972
Plus qu’un ancrage ordinaire (plus ou moins fixe des parités des monnaies les unes par rapport aux autres) le système de l’Euro duplique le système du currency board avec ses accents les plus drastiques et contraignant pour les pays assujettis. Les tensions à Chypre en 2012-2013 et en Grèce dans l’été 2015 en rendent comptent.

(2) Dès 1999, le rebond économique de la Russie par une politique économique adaptée signée E. Primakov a signifié un échec de la tentative du double projet anglo-saxon de « currency board » et de « debt equity swaps » (échange de dettes contre des actifs réels russes… une étape supplémentaire dans les privatisations des richesses russes). Ce système économique que poussaient les experts étrangers aurait assuré pour longtemps le contrôle du pays et de ses ressources. Les espoirs déçus se focalisèrent rapidement sur le volet de l’influence discrète mais continue, avec l’institutionnalisation du discrédit systématique, largement médiatisé et impulsé par des réflexes facilement hérités de la guerre froide : Le «soft power» dans toutes ses facettes fut mis à profit dans les média mais aussi dans les organismes de formation pour toucher particulièrement les élites financières et économiques du pays durablement.

(3) D. Stuckler, Sanjay Basu (2013) qui fait les comptes avec obstination le souligne dans the Body economics, eight experiments in economic recovery from Iceland to Greece, Penghuin books

(4) Se consolent-ils par les succès académiques rencontrés pour les soutenir dans ces efforts? Gageons que oui l’individualisme étant en Occident une façon de vivre et de travailler qui compte (modus vivandi et ope rendis)

 

(5) Top NATO general : Russians starting to build air defense bubble over Syria”, Thomas Gibbons-Neff, The Washington Post, September 29, 2015.
http://www.voltairenet.org/article189038.html

(6) L’épisode du USS Donald Cook l’incident de l’USS Donald Cook en mer Noire, le 12 avril 2014, que l’armée de l’Air russe dispose d’une arme lui permettant de brouiller tous les radars, circuits de contrôle, systèmes de transmission d’information, etc. « Qu’est-ce qui a tant effrayé l’USS Donald Cook en Mer Noire ? », Réseau Voltaire, 14 septembre 2014.réduit potentiellement à l’état d’épave de métal géante par un simple avion de génération dépassée mais équipés d’instruments encore inconnus….pouvait servir d’avertissement, mais il ne fut pas pris au sérieux tant la dissonance cognitive était majeure. Elle est le produit de nos experts aveuglés par la partition obligés qui économise travail et réflexion. L’observatoire franco-russe de la CCIFR toujours en première ligne en la matière (dernier interview de A. Dubien (ici un article significatif dans La croix) nous assure de la constance de leur zéle pour fournir une caricature attendue de la Russie), un des leurs ne décrivaient-ils pas à nos militaires dans une conférence à Brest l’ industrie russe «rouillée»..? On imagine que la surprise fut grande alors dans les Etats-majors occidentaux de mesurer la progression technologique en 3 ans…rendant inadapté ou presque des pans entiers de systèmes d’armements occidentaux.

(7) ceux qui bénéficient des défiscalisations gracieuses des gouvernants européens…ou qui négocient en secret l’avenir de l’Europe à coup d’acronymes gutturaux (TAFTA, TIPP).

(8) ne revenons pas sur l’impulsion de ses pratiques «juridiques» en Europe…elle nous amènerait dans les contrées de la honte et du dégout.
Walter Hallstein qui institue le cadre juridique de la «Nouvelle Europe» et de la France européenne (exposition juin 1941 Paris) avant de prendre la tête de la Commission Européenne d’après guerre! On peut aussi citer Hans Peter Ipsen , brillant juriste nazi ayant fait carrière au sein des autorités militaires d’occupation à Bruxelles durant la guerre. Il devient le plus grand spécialiste du droit des Communautés Européennes de l’Allemagne Fédérale. Il se fit le partisan farouche de l’approche fonctionnaliste (Funktionalismus ) américaine fondatrice du processus de l’intégration économique européenne et des principes de supra-nationalité qui accompagnent si bien la perte de souveraineté des états.» la suite dans Viableco Propagande d’hier et d’aujourd’hui

(9) Russie premier pays d’accueil au monde devant les USA pour 2015 ? Ce n’est pas à exclure ; en 2014 elle était 2d déjà.

(10) voir l’émission sur France culture (ici) de présentation de l’ouvrage de Gaël Girault (2013), L’illusion financière.

(11) Jean-Pierre Chevènement (2013), L’Europe sortie de l’Histoire ? Fayard