L’économie négative : la désindustrialisation prématuréee

la «désindustrialisation prématurée»
cible des critiques de D. Rodrik (1)

Evoquer ici «l’économie négative», c’est d’abord un clin d’oeil pour que les émules de «l’économie positive» soient mieux incités à ne pas fermer les yeux (2).
Rodrik, économiste à la banque mondiale, professeur à Harvard et son équipe, nous a livré dans le NBER en 2015, un papier de choix (3) pour mener une réflexion argumentée sur le phénomène de désindustrialisation et son caractère prématuré.

Fruit d’un discours et de croyance économique obsolète, il touche nombre de pays développés depuis le dernier quart du XXe siècle et commence à affecter les pays émergents. Un ressort ne sera possible que sur la base d’une compréhension du phénomène.

Le texte de D. Rodrick a le mérite de réactualiser des réflexions de politique économique des plus anciennes. Il n’hésite pas à se plonger dans l’histoire du développement des économies marchandes en mettant en avant que les mouvements sociaux et les avancées sociales consécutives qui ont jalonné l’histoire européenne, ont assuré la viabilité du processus de développement. C’est bien cette même histoire qui devrait être supprimée d’un revers de décisions gouvernementales parce que la globalisation l’exige. C’est ce que tente de nous persuader notre ministre des finances pour qui la finance et les financiers concentrent toute l’attention. Il est vrai que ‘celui dont l’ennemi est la finance’, lui laisse tout le loisir de s’en occuper à sa guise, certainement par dégoût ?

«Si on tient la mémoire des gens on tient leur dynamisme» disait Michel Foucault (4)

En partageant l’intérêt de Dani Rodrik sur le sujet de la désindustrialisation prématurée, nous voulons ici souligner la perte de mémoire de nos experts (positifs ou négatifs?) et de nos gouvernants qui feignent de n’avoir rien appris et répètent une partition suicidaire pour nous et pour eux au final aussi assurément.
L’article du NBER est ainsi une piqure de rappel au bon moment pour ceux qui n’ont pas encore pris la distance nécessaire vis -à-vis du discours au combien «positif» de l’économie de la connaissance… Car se salir les mains est dégoutant! …mais faire semblant de ne rien dire l’est aussi…
La désindustrialisation précoce est de l’économie négative et peut-être pire…de la captation et du vol organisé! Et D. Rodrik n’est plus à une éclaboussure près pour faire son devoir en nous expliquant pourquoi.

L’industrialisation a des effets redistributifs qui tirent les revenus les plus faibles vers le haut…
Le mécanisme passe par la croissance de la productivité (à moyen et long terme).

Croissance de la productivité qui induit une compétitivité accrue

Ce qu’on veut nous expliquer dans la politique standard de l’austérité – chère à la construction européenne bienveillante ?- est précisément l’inverse : c’est qu’il n’y a que la déflation salariale (baisse des salaires  et des conditions salariales) pour améliorer la compétitivité des entreprises et celle d’une économie (la nôtre, celle des grecs, toutes…) Il n’y aurait pas d’alternative. Cette rengaine est simplement fausse.

L’économiste d’Harvard, D. Rodrik montre que des sources de croissance existent d’une autre nature, par l’investissement dans les secteurs manufacturiers qui doivent être menés avec persévérance. On ne construit pas les conditions de la croissance à coup de mesures de court terme… C’est l’erreur des gens de marché comme E. Macron que d’avoir un horizon borné de court terme- pas de sa faute ?-.
D’abord l’effet du développement industriel suite aux investissements est un effet de ré-allocation qui prend un temps certain avant que se mette en oeuvre le processus de croissance de la productivité. C’est ainsi dans le temps que se fixent les conditions d’une croissance saine et d’une compétitivité saine.
Une compétitivité saine (positive ?) ne se joue pas via des concurrences faussées par le mensonges, la truanderie réglementaire ou l’influence de lobbies spécialistes en «soft» et «hard» corruption. Pas plus qu’une compétitivité fondée uniquement sur des avantages monétaires institutionnellement construits. Les mauvaises manières des Allemands qui ne cessent de se révéler, témoignent aussi de la nature malsaine de la compétitivité qu’ils dont ils font la promotion. C’est de l’éclairage de D. Rodrik que le gouvernement de la Grèce a besoin,  pas des rengaines des experts européistes qui poursuivent l’oeuvre du III Reich en Grèce… En ravageant le pays.
«Premature deindustrialization throws sand in the wheels of both engines» n’a cesser de répéter D. Rodrick depuis plusieurs années (Rodrik 2013, 2014) (5)… sans être lu assurément par nos experts européens satisfaits d’eux-mêmes et de leurs situations.
-En absence d’industries manufacturières suffisamment développées et ancrées dans les territoires, les économies émergentes devront découvrir des nouveaux modèles de croissance.
En examinant la croissance tirée par les services dont la popularité ne se limite pas aux pays émergeants, deux remarques d’importance doivent être faites. Les services liés aux nouvelles technologies de l’information (NTI) et de la finance sont des gages effectivement de productivité élevée et sont sources de profits commerciaux importants. Cependant, ces industries nécessitent des niveaux de compétences très élevés et n’ont ainsi pas la capacité d’absorber  autant que l’industrie manufacturière, la main-d’oeuvre sous qualifiée. En ce qui concerne les autres activités de service, deux problèmes sont encore à souligner : le dynamisme technologique est moins évident que dans les NTI et la question de la commercialisation se pose : la capacité de développement de la demande est contrainte par les revenus (et par conséquent la productivité) dans le reste de l’économie.
Cet éclairage sert aussi en matière de perspective de développement en Europe à la suite des désindustrialisations de ces 30 dernières années….une désindustrialisation prématurée comme l’hypothèse de D. Rodrik le souligne a pu être à l’origine des difficultés rencontrées par les classes moyennes surlesquelles reposent les valeurs politiques qui permettent de bien consolider la démocratie.

Ainsi imaginer fonder le développement économique en orientant les populations à faible niveau de qualification vers des activités de service, plus ou moins formelles, plutôt que  de les rassembler dans des activités manufacturières est une grave erreur économique. Cette erreur est malheureusement courante, en Amérique du Sud en Afrique aussi et elle est source d’une perte de potentiel de croissance. Même en Chine et malgré l’investissement chinois croissant il n’y a pas selon D. Rodrik l’émergence d’une vraie industrie ; Il ne faut pas s’y tromper, des apports de capitaux, des transferts, ou des «booms» de marchandises, ne font pas un secteur manufacturier. L’industrialisation manufacturière doit prendre racine et le mécanisme prend du temps et parfois plusieurs générations.

Avec ces travaux on mesure aussi combien le saccage industriel de la France est une destruction historique, de l’accumulation de savoir de cristallisation de la connaissance et des recherches sur plusieurs décennies et siècles parfois.
Patrick Artus et Marie-Paule Viard (6) nous en ont tracé les aspects et la rapidité de mise en exécution dans l’ouvrage La France sans ses usines. Bernard Maris, martyrs des égarements dans le soutien au terrorisme- fait l’origine de ce drame à 1983 ! Je partage son analyse. Gageons qu’au paradis – on ne peut pas trouver ailleurs les citoyens victime d’une exécution politique-, il doit y avoir des discussions animées : Le Premier ministre Pierre Bérégovoy qui céda si vite devant le rusé Jean-Charles Naouri et Oncle Bernard. Ce dernier évoque dans ces écrits le sentiment d’infériorité qui aurait constitué une instrument de manipulation du chef du gouvernement français.

Penser aussi développer les services à la personne (7) «âgés ?», service de soins mais aussi d’assistance sexuelle comme l’Europe l’encourage suivant le modèle allemand pour donner du travail à la main d’oeuvre jeunes privées d’emploi en Europe…est un nouveau scandale d’appentis sorciers.  J’ose espéré qu’ils auront un jour à rendre des comptes.
Gare au revers politique souligne en effet D. Rodrick. Il forme les élites futures du gouvernement américain et se doit de préciser les enjeux de ces erreurs économiques. Il considère qu’un socle industriel et manufacturier est une condition nécessaire au développement économique stable : il est un gage de stabilité sociale et politique. Mettre en péril ce socle par des mesures a-sociales parce que les désindustrialisations prématurées le rendent possible (légitime) c’est accumuler les égarements et les risques et ainsi laisser la place à l’instabilité. Des Etats fragiles, de l’incertitude pour les travailleurs ouvrent ensemble le champs à des incitations à la corruption et à la lutte d’influence non concurrentielles : le retour des féodalités s’en nourrit ; qu’on se souvienne de l’Epoque Elsine en Russie !

Cette leçon n’est pas nouvelle, déjà les ingrédients de la stabilité politique avait été définis par S. Huntington (8) ,  D. Rodrick l’évoque en citant qu’ils reposent sur le maintien d’un équilibre fragile entre la participation politique et l’institutionnalisation de la politique  «rests on a shaky balance between political participation and political institutionalization». Elle est certainement un avertissement donné à nos eurocrates afin qu’ils ne se retrouvent pas en costume aéré suivant la mode lancée par les cadres supérieurs d’Air France dans le cadre des négociations collectives de ces derniers jours? Les dessous de l’affaire semblent en effet tenir des filets où des politiques passifs s’enlisent  dans des faisceaux d’influence anti- concurrentiels qui nuisent au premier chef aux entreprises françaises et à la population du pays. La presse pourra choisir un jour de faire tomber les masques… Quand il sera plus qu’évident que les émirs aussi sont nus et que tout ce flan n’était qu’intimidation… comme intimidation fut aussi de faire croire et de croire à l’isolement de la Russie.

Historiquement on sait aussi que l’industrialisation a joué un rôle fondamental en Europe et l’Amérique du Nord dans la création d’états modernes et démocratiques. Sa faiblesse relative dans les sociétés en développement d’aujourd’hui comme aussi dans les économies qui ont subi des désindustrialisations rapides pourrait bien être un des éléments de l’instabilité politique et des dysfonctionnements démocratiques que l’on voit se généraliser. Ils se généralisent en effet même au coeur de l’Europe.

La stabilité politique est donc fragile : Quand des institutions politiques ont une faible légitimité, il en résulte une forte instabilité. Dans la construction des démocraties européennes, les institutions politiques ont servi à canaliser mais aussi à répondre aux demandes des classes sociales (9). C’est par des représentants politiques que les mouvements ouvriers ont pu négocier avec les nouvelles élites – la classe capitaliste – et atteindre des compromis politiques où ils ont trouvé leur intérêt commun. Le résultat fut une construction sociale viable : une démocratie reposant sur un système social assuranciel, des transferts et des régulations appropriées qui en réduisant l’incertitude ont permis le développement d’une classe moyenne. C’est cette classe qui est mise à mal par l’Europe de l’austérité et qui est accusé de tous les maux parce qu’elle refuse l’incertitude des lendemains. Pourtant, elle ne réagit là que de façon classique, comme les Canuts (10) qui demandaient une garantie de revenu pour que les fluctuations des marchés à la baisse (déflation) ne soient ni  répercutées sur les salaires ni en chômage. La croissance des inégalités à mesure que la globalisation libérale prend de l’ampleur est encore une nouvelle fois le signe de l’accaparement des gains de productivité et d’une concurrence faussé qui se drape dans un discours rationnel.

Une coordination viable entre élite et non-élites permet d’enrayer les excès de tels mécanismes pervers, source d’instabilité politique. Dans un article que ne manque pas de laisser passer D. Rodrick, Acemoglu-Robinson (2009) (11) il est démontré que la stabilité politique est liée au degré d’industrialisation. On y  explique comment la démocratie émerge parce que les élites offrent des droits politiques en échange de la promesse des autres de ne pas se révolter. Ce compromis sera d’autant plus facile que les partis seront en mesure de présenter un front unifié capable de s’engager au nom du plus grand nombre. Ainsi  la coordination peut être possible.
La gestion politique est plus aléatoire dans un système informel, un ensemble diffus de micro-entreprises et de donneurs de services. Des intérêts communs en dehors du groupe des élites sont plus durs à se définir. Des obstacles identitaires,  ou ethniques et des rivalités de clans dominent la solidarité de classe… L’Ukraine contemporaine fournit  un cas d’école de cette analyse.
Les élites (oligarques) ne sont pas face à des acteurs politiques qui représentent le reste de la population pour passer légitimement des engagements contraignants en leur nom. Souvent dans un tel contexte les élites peuvent en plus avoir la capacité de «diviser pour régner», sur la base de populisme et de clientélisme. C’est aussi sans compter les clans et les loyautés diverses (extérieures, financières, idéologiques..etc.) Ainsi se décrit le cocktail ou des fragilités politiques sont sources d’effondrement économique…voire pire de conflits armés (non exclusifs).

Je n’ose pas penser que cette dynamique vertueuse qui a porté les pays occidentaux durant une génération n’a été encouragée que parce qu’il y avait un monde bipolaire et la peur du voisin… Des gens sérieux devaient aussi en être convaincus et bien avisés (12)?

La démocratie n’est pas une morale à géométrie variable de donneurs de leçons et de va-t-en-guerre, comme la presse nous le fait voir, mais une construction sociale. Que des économistes prennent à nouveau le soin de l’expliquer dans les plus hautes instances académiques est un espoir pour notre profession si durement touchée par ses aveuglements au quotidien…. Aussi le signe que  les résistants ne se sont pas trompés de combat. C’est Bernard Maris qui serait ravi des lignes écrites par D. Rodrick, elles font étrangement écho à l’ouvrage qu’il a publié en 2012 et que le hasard m’a donné de trouver lors d’un vide grenier dans l’Indre… Plaidoyer (impossible) pour les socialistes (13) : Plus qu’une mémoire, un mode d’emploi d’espoir et de rédemptions ?

Il devrait devenir le petit livre (choisissez la couleur?) du front de rassemblement que J. Sapir appelle de ces voeux. Un livre d’espoir plus que de combat…que le Pape François accepterait avec bienveillance aussi pour 99% du texte.
Notes
(1) Dani Rodrik est professeur de politique économique internationale à la John F. Kennedy School of Government de l’Université d’Harvard. Dani’s blog et travaille à la Banque Mondiale.
(2) Pour « une économie positive », groupe de réflexion présidé par Jacques Attali. Fayard, la documentation française, 2013
La rapport conclu sur la nécessité d’un «Nouvel index» de mesure du degré de positivité de l’économie.  Pendant ce temps les experts et l’OCDE qui mènent la réflexion sur les index, ferment les yeux sur la situation en Grèce, voulue par ses partenaires européens avec l’aide des institutions européennes.

(3) Voir pour un rapide commentaire dans le FT, Carl Benedikt Frey Cheap « Automation raises risk of ‘premature deindustrialisation »

Les Ref. du papier de D. Rodrick :
Premature Deindustrialization Dani Rodrik NBER Working PaperNo. 20935 February 2015 JEL No. O14
(4) Dans une interview dans les Cahiers du Cinéma 1974, n°251-252 cité par G. Gayot Le second Empire drapier des Neuflize à Sedan 1800-1830, Histoire, Economie et Société. janvier-mars 1986 5e année n°1 p. 103-123.
(5) Rodrik,Dani,“Unconditional Convergence in Manufacturing,” Quarterly Journal of Economics, 128 (1), February 2013,165‐204. Et Rodrik,Dani, “The Past, Present, and Future of Economic Growth,” in Franklin Allen and others, Towards a Better Global Economy: Policy Implications for Citizens Worldwide in the 21st Century, Oxford University Press, Oxford and New York, 2014

(6) P. Artus et M.-P. Viard, La France sans ses usines, Paris : Fayard, 2011

(7) En 2010 notaient P. Artus et M-P Viard, les services à la personne, en forte augmentation représentaient déjà 2 millions d’emplois… p. 159 op. cit.

(8) Huntington, Samuel P., Political Order in Changing Societies, Yale University Press, New Haven, 1968.
(9 ) D. Rodrik en reprenant Scott (2014) , “Mass defiance, precisely because it threatens the institutional order, gives rise to organizations that try to channel that defiance into the flow of normal politics, where it can be contained.”  p. 25

(10) La révolte des canuts en 1831 à Lyon est l’une des grandes insurrections sociales du début de industrielle. Le métier Jacquard, accusé de mettre des tisseurs au chômage, est souvent évoqué comme l’une des causes de la révolte des Canuts. Contrairement à cette idée répandue et plutôt inspirée par la révolte anglaise des luddites, –Le ludddisme en Angleterre a opposé dans les années 1811-1812 des artisans sur métiers à bras aux manufacturiers qui favorisaient l’emploi de machine dans le travail de la laine et du coton-, les canuts ne s’en prirent pas spécifiquement aux machines. Ils demandaient une garantie de revenu, car compte tenu de rapport de force, les fluctuations des marchés à la baisse étaient répercutées dans les salaires systématiquement. Les analyses sur longue période menées par les historiens de l’économie ont permis depuis déjà de nombreuses années de mettre en évidence que le salaire réel a été quasiment stable tout au long du XIX ième siècle (J. Hicks (1974) Economic History) alors que la productivité n’a cessé de croître assurant le miracle industriel. La corolaire de ce constat est bien celui de l’accaparement des gains de productivité qui se mesure aussi par la croissance des inégalités. Que le contexte de la libéralisation de l’économie sans garde fou social dégrade profondément les conditions de vie des ouvriers et artisans apparaissait déjà nettement. De plus le machinisme les dépossédait d’un savoir-faire pour les ravaler au simple rang d’outil de production (input travail). Au cours du XX et XIX siècles ces évolutions les ont poussés à s’organiser en vue de contester le nouvel ordre social qui s’instaure à leur détriment .
(11) Acemoglu,Daron, and James Robinson, Economic Origins of Dictatorship and Democracy, Cambridge University Press,Cambridge and New York, 2009

et aussi

Makatos, Konstantinos, and Dimitrios Xefteris, “Divide and Rule: Redistribution in a Model with Differentiated Candidates,” London School of Economics, September 2014. Cet article présente un modèle dans lequel les riches exploitent l’hétérogénéité parmi les non-riches pour supporter les politiques qui vont soutenir leurs propres intérêts

(12) Karl Polanyi (1944) The Great Transformation . Traduction française : La Grande Transformation : aux origines politiques et économiques de notre temps, trad. Catherine Malamoud et Maurice Angeno, préface (20 pages) de Louis Dumont, Bibliothèque des sciences humaines, Gallimard, Paris, 420 pages, 1983. Ainsi que l’ouvrage postume :Karl Polanyi, La Subsistance de l’Homme. La place de l’économie dans l’histoire et la société, traduit de l’anglais et présenté par Bernard Chavance, Flammarion, 2011

(13) B. Marris, Plaidoyer (impossible) pour les socialistes Paris Albin Michel 2012